MENU

Where the world comes to study the Bible

Report Inappropriate Ad

La Revue Internet Des Pasteurs, Fre Ed 25, Edition de l’automne 2017

Edition d’Automne 2017
Author: Dr. Roger Pascoe, President,
The Institute for Biblical Preaching
Cambridge, Ontario, Canada
(http://tibp.ca/)

C:\Users\Roger\Documents\My Documents\Institute for Biblical Preaching\Forms, Binder Cover Page, Logo\IBP Logos\IBP Logo.jpg

Renforcer lEglise par la Prédication Biblique et le Leadership

Partie I: La Puissance De La Predication, Pt. 8

“Dix Suggestions Pour une Prédication de Puissance”

1. Pour Prêcher Avec Puissance, Un Prédicateur Doit Identifier Son Appel.

Un prédicateur doit identifier son appel- et l’appel pour devenir chrétien et l’appel de Dieu pour prêcher.
Ce ne serait pas bon du tout qu’un prédicateur étudie et prépare des messages s’il n’était pas chrétien. Nous ne pouvons pas prêcher efficacement aux autres si nous n’en sommes pas convaincus et si nous n’avons pas expérimenté la conversion. Nous ne pouvons pas «prêcher le Christ» si nous ne connaissons pas le Christ.

Les prédicateurs doivent être «même plus diligents pour affermir votre vocation et votre élection» (2 Pet 1:10). Ceux que “Dieu a prédestinés, il les a aussi appelés” (Rom. 8:29). Nous ne pouvons pas être sûrs de l’appel de Dieu à prêcher si nous ne sommes pas sûrs de l’appel authentique de Dieu sur nos vies.

Une fois que nous sommes sûrs que nous sommes nés de nouveau, alors nous devons examiner si Dieu nous a vraiment appelés à prêcher. Beaucoup de prédicateurs se rendent compte plus tard que cette vocation n’était pas ce à quoi Dieu les a appelés. Il y a beaucoup d’autres dons que Dieu a donnés qui doivent être exercés dans et pour l’église mais qui n’incluent pas la prédication. Le fait que nous ressentons le désir de servir Dieu ne veut pas dire que cela implique un ministère de prédication.

2. Pour Prêcher Avec Puissance, Un Prédicateur Doit Avoir Une Grande Considération Des Ecritures

Beaucoup de prédicateurs peuvent avoir un moyen persuasif avec leurs congrégations, mais ne pas avoir une vue élevée de l’Écriture. Par conséquent, leur prédication manquera de puissance spirituelle. Le pouvoir qui vient de Dieu dans la prédication est disponible seulement pour ceux qui ont embrassé la fiabilité absolue de l’Écriture inspirée.

Un prédicateur ne devrait pas monter sur la chaire sans la conviction absolue de l’inspiration des Écritures. Vous ne pouvez pas prêcher avec autorité à moins que vous puissiez dire que la Bible qui est totalement exacte et autoritaire. Vous ne pouvez pas dire en vérité “Ainsi parle le Seigneur” à moins que vous croyiez que la Bible soit pleinement la Parole de Dieu sans réserve.

3. Pour Prêcher Avec Puissance, Un Prédicateur Doit Accepter L’appel A Prêcher Comme Un Appel Au-Dessus De Toutes Les Autres Obligations.

Si nous avons été appelés à être chrétiens et appelés à prêcher la Parole inspirée, nous devons considérer cette vocation avant tout. Rien dans nos obligations pastorales ne devrait compromettre notre engagement envers la tâche de la prédication. Lorsque nous planifions notre semaine, nous devrions accorder la priorité à la préparation et à la prédication de la Parole. D’autres choses et les gens essaieront de prioriser leurs besoins et leurs souhaits sur nos programmes quotidiens et hebdomadaires. Mais rien d’autre ne peut faire remplacer la priorité de la prédication et la préparation à la prédication.

Nous devons faire de notre mieux pour être prêts à prêcher chaque dimanche et la seule façon de le faire est de gérer notre temps avec diligence, en donnant la priorité à la tâche de prédication. Vous ne pouvez pas prêcher avec la puissance spirituelle à moins que vous passiez le temps dans la préparation pendant la semaine.

4. Pour Prêcher Avec Puissance, Un Prédicateur Doit Apprendre A Prêcher La Parole

Notre objectif à vie doit être de prêcher la Bible. “Prêchez la Parole. Soyez prompt en toute occasion favorable ou non “(2 Tim 4: 2). Peu importe les circonstances ou si nous en avons envie, notre mandat est de prêcher la Parole - rien d’autre.

La prédication publique de la Parole est la responsabilité du prédicateur afin de communiquer le message de Dieu au peuple de Dieu. Nous devons donc connaître la portée de l’Écriture afin que nous puissions prêcher «tout le conseil de Dieu» (Actes 20:27).

Les messages centrés sur nos propres pensées ou sur les pensées de quelqu’un d’autre ne font pas l’objet de prédications bibliques. Nous devons nous en tenir à la Parole de Dieu pour que Dieu bénisse cette Parole pour son peuple.

Nous devons prêcher le texte de l’Écriture dans son contexte grammatical et historique. L’interprétation allégorique de l’Écriture doit être limitée à ce qui est vraiment allégorique. C’est seulement lorsque nous analysons le texte dans sa structure syntaxique et grammaticale et dans son contexte historique et théologique que nous pouvons prêcher la Parole correctement et avec exactitude.

En outre, il est important d’être christologique dans notre analyse et étude des Écritures, puisque l’histoire du salut est au centre de la Bible du début à la fin. Dieu honore une prédication qui honore Christ.

5. Pour Prêcher Avec Puissance, Un Prédicateur Ne Doit Pas Se Focaliser Sur Les Résultats.

Un prédicateur ne doit jamais s’énerver avec lui-même et les résultats de son ministère. Plutôt que de se concentrer sur ce que nous pouvons voir et mesurer, nous devons nous concentrer sur l’appel du Christ et la sainte tâche à laquelle il nous a appelés, lui laissant les résultats.

Dieu ne bénit pas tout ce qui est fait pour la gloire de la chair. D’autre part, un prédicateur ne doit pas s’en prendre à lui-même simplement parce qu’il ne voit aucune réaction à sa prédication. Cet accent est aussi un acte d’égocentrisme et d’orgueil. Soit quelqu’un répond n’est pas le problème. Notre motivation à prêcher est que Dieu nous a appelés et nous devons lui laisser les résultats.

6. Pour Prêcher Avec Puissance, Un Prédicateur Doit Avoir De La Passion Pour La Pureté, La Croissance Personelles, Et La Prière

Dieu ne vous bénira pas avec la puissance spirituelle si vous continuez avec du péché dans votre vie. Un prédicateur doit avoir un cœur pur pour avoir une communion avec Dieu. “Si je considère l’iniquité dans mon coeur, le Seigneur ne m’entendra pas” (Psaume 66:18). Nous devons avoir une discipline personnelle comme celle d’un athlète afin que nous puissions prêcher aux autres sans nous-mêmes être disqualifiés (1 Co 9:27). Dieu est un Dieu saint et il veut que nous soyons saints (1 Pierre 1:16; 1 Tim 3: 2).

Les prédicateurs eux-mêmes doivent grandir dans leur foi et leur relation avec Dieu avant de pouvoir espérer que leur congrégation grandisse dans leur vie spirituelle. Cela veut dire que nous devons être des hommes engagés cherchant à approfondir notre intimité avec Dieu et notre connaissance de Dieu à travers sa Parole.

Nous devons être de bergers authentiques des brebis, pas des mercenaires (Jn 1, 11-14). Les bergers véritables passeront du temps avec le chef Berger dans la prière, l’étude et la méditation, pendant qu’ils se développent spirituellement.

7. Pour Prêcher Avec Puissance, Un Prédicateur Doit Incarner Son Sermon

La vérité du texte doit avoir d’abord fait son œuvre chez le prédicateur, avant qu’il ne le prêche à la congrégation. Le prédicateur doit d’abord appliquer la Parole à lui-même, puis à la congrégation. Il doit être un exemple vivant de la vérité de la Parole prêchée. Sinon, sa prédication n’a pas de pouvoir. Vous ne pouvez pas prêcher ce que vous n’obéissez pas et ne croyez pas vous-même.

Tout comme «la Parole (elle-même) s’est faite chair et a habité parmi nous» (Jn 1, 14), nous devons incarner la vérité de la parole de Dieu devant notre peuple. Nous devons être l’incarnation de la Parole que nous prêchons en tant que porte-parole de La Parole Vivante elle-même.

8. Pour Prêcher Avec Puissance, Un Prédicateur Doit Prêcher, Sachant Qu’un Jour Nous Nous Tiendrons Devant Christ Et Rendre Compte De Notre Prédication

Nous ne devons pas perdre le sens de la signification et de la valeur dans notre tâche. Au fil du temps, un prédicateur peut facilement entrer dans une ornière (routine) et perdre le sens de la grandeur de la tâche à laquelle il a été appelé et la bonté de Celui qui l’a appelé.

Les prédicateurs doivent croire que leur œuvre a des conséquences éternelles et que leur œuvre est hautement appréciée par Dieu. Ils doivent se préparer, attendre que Dieu bénisse leurs sermons, et prêcher, en espérant que Dieu bénisse la prédication. Ils doivent prêcher avec zèle et ferveur en espérant que Dieu les rencontre à ce moment de prédication.

Nous nous tiendrons tous devant le jugement du Christ et rendrons compte de toutes nos prédications - nos motivations, notre préparation, notre vie de prière, notre effort d’étude et notre sérieux dans la prédication. Tout sera évalué.

Ainsi, l’opinion du peuple de notre prédication n’est pas la question vitale. Au contraire, le problème ultime est ce que Dieu pense de notre ministère. Ainsi, notre tâche ne doit jamais devenir banale ou familière à nous. Nous devons servir le Seigneur Jésus-Christ, sachant qu’un jour nous lui ferons face pour savoir comment nous avons accompli la tâche qu’il nous a confiée. Prêchons en vue de ce jour.

9. Pour Prêcher Avec Puissance, Un Prédicateur Doit Appliquer La Vérité De La Parole De Dieu Dans La VIe Du Peuple.

Nous devons imprimer sur le cœur des gens la vérité de la Parole à laquelle nous les lançons le défi de répondre. La précision dans l’interprétation ne suffit pas. Nous devons livrer un message spécifique de Dieu à ce peuple en ce moment.

Notre compréhension de la Parole doit être prêchée dans le but de changer la vie des gens pour correspondre à cette Parole. Les prédicateurs ne sont pas appelés à impressionner les gens avec leurs connaissances grammaticales ou leurs compétences d’interprétation. Plutôt, les prédicateurs sont appelés à contraindre le peuple à agir sur la vérité de la Parole de Dieu. Ils doivent demander à Dieu de les rendre puissants dans l’exhortation et l’application de la Parole, car ils défient les gens à y répondre.

10. Pour Prêcher Avec Puissance, Un Prédicateur Doit Prêcher Avec La Passion Des Ames.

Un pasteur doit avoir un cœur pour ce don Dieu a un cœur pour - à savoir, le salut des âmes. C’est tout ce dont il est question. C’est pourquoi Dieu a envoyé son Fils mourir. C’est pourquoi Dieu appelle les gens à lui-même.

Il y a de la joie dans le ciel pour un pécheur qui vient à se repentir. Puisqu’il en est ainsi, nous devons prêcher à cette fin, afin que notre prédication apporte la joie à Dieu. Nous devons appeler à la repentance du péché et à ce qu’on reçoive Christ comme Sauveur.

C’est ce que Dieu veut. Il «ne veut pas que tout périsse, mais que tous parviennent à la repentance» (2 Pierre 3: 9). Par conséquent, notre but doit être d’amener les gens à la repentance par la prédication de la bonne nouvelle de Dieu.

Partie II: Se Preparer Pour La Predication

“Esquisser le Sermon-en-Une-Phrase”

Une fois que vous avez formulé vos points principaux (c’est-à-dire le contour du corps de votre sermon), la prochaine étape consiste à rédiger la thèse (idée générale) de votre sermon. J’aime appeler cela votre «sermon en une phrase». Cela fait habituellement partie de votre introduction.

Vous pouvez le rédiger à ce stade ou vous pourrez peut-être ne pas le rédiger que vers la fin de la préparation (peut-être même à la fin). Mais si possible, il est préférable de le rédiger maintenant car il vous donne une direction pour préparer le reste du sermon parce que tous les points principaux de l’exposé doivent se relier et dériver de cette déclaration de thèse. C’est pourquoi vous devez écrire votre énoncé de thèse «sermon-en-une-phrase» si possible avant de commencer à rédiger le sermon.

Le sermon-en-une-phrase est le point principal qui est concerné dans le passage biblique. C’est l’idée du sermon qui se développe à partir de l’idée principale du texte. C’est une idée, une proposition, un sujet à considérer. Greg Heisler l’explique ainsi: «C’est l’idée principale du texte (déclaré) dans une phrase claire, pleine et théologiquement chargée que votre public n’oubliera jamais.» [Greg Heisler, dans La Prédication Conduite Par L’Espirit (Nashville: B & H), 2007), 77]. JH Jowett a déclaré: «Aucun homme n’était vraiment prêt à prêcher sans pouvoir être en mésure de résumer son message en une seule phrase, bien formulée» [citation de William Fitch dans «La gloire de la prédication» (Chrétienté Aujoud’hui, 20 janvier 1967).)].

C’est le noyau du message; le sermon en un mot. C’est comme le titre attrayant, et condensé que les journalistes utilisent non seulement pour attirer votre attention, mais pour résumer tout l’article. Cette déclaration de thèse exprime tout ce que vous allez faire. C’est l’idée maitresse de votre message - ce que vous voulez que les gens sachent s’ils ne se souviennent de rien d’autre. Il résume l’enseignement de tout le sermon.

Par conséquent, comme les points principaux, le sermon-en-une phrase sera ...

1. ... exprimé dans les temps présents ou futurs, et

2. ... s’appliquent à toutes les personnes de tous les temps.

A. Quel Est Le But De La Declaration D’un Sermon-En-Une-Phrase?

Son but est ...

1. Résumer le message de l’exposé. Il relie toutes les idées exprimées dans les principaux points de votre plan de sermon.

2. Unir l’exposé entièr.

3. Diriger la congrégation vers ce que vous allez prêcher. C’est pourquoi j’annonce ma proposition dans l’introduction.

4. Établir la structure du sermon.

B. Un Sermon-En-Une-Phrase Se Fait D’habitude En Un Ou Quatre Types

1. Un Argument À Prouver Ou Un Point À Répondre.

Le but de ce genre de déclaration est que vous voulez que le public soit convaincu. Vous répondez aux questions: “Est-ce vrai? Quelle est votre preuve? “

2. Une Idée Ou Un Concept À Expliquer Ou À Reformuler.

Le but de ce genre de déclaration est que vous voulez qu'ils comprennent.

Vous répondez à la question: “Qu’est-ce que cela signifie?”

3. Une Exhortation Ou Un Appel À Obéir.

Le but de ce genre de déclaration est que vous voulez qu'ils soient motivés.

Vous répondez aux questions: “Pourquoi devrais-je m’en soucier? Quelle différence cela fait-il dans ma vie? Comment cela s’applique-t-il à moi?

4. Un Principe À Croire.

Le but de ce genre de déclaration est que vous voulez qu’ils acceptent cette vérité.

Vous répondez à la question: “Pourquoi devrais-je croire ceci?”

Tous ces types de déclarations de thèse ont pour but que les gens soient persuadés et démontrent cette persuasion en répondant par la foi et l’obéissance.

C. Plusieurs Formes De Formulations Pour Un Sermon-En-Une-Phrase

Il y a plusieurs façons dont vous pouvez structurer votre énoncé propositionnel.

1. Une question à laquelle vous répondrez

2. Une déclaration que vous justifierez ou expliquerez

3. Une exhortation que vous allez promouvoir - par ex. “Laissez-nous…”; “Nous devrions…”

Si possible, essayez de rendre votre formulation de sermon-en-une-phrase applicable à votre public. Vous pouvez le faire en utilisant «nous», «vous» et «notre», afin que les gens sachent que ce message leur est destiné aujourd’hui - pas simplement un message provenant d’un texte ancien. Cela rend votre sermon plus pertinent pour vos gens en leur montrant que l’idée maitresse de votre sermon est dirigée vers eux.

D. Des Exemples De Mes Formulations De Sermon-En-Une-Phrase

Peut-être il vous sera utile de voir quelques exemples de certaines de mes formulations de sermon-en-une-phrase.

Psaume 1, “La voie du juste et du méchant ne se rencontre jamais”.

Genèse 21: 8-21, “Tandis que les ténèbres précèdent l’aube, le trouble précède souvent le triomphe.”

Genèse 32: 22-32, “La nuit de l’agonie arrive toujours avant l’aube du soulagement.”

Ex. 3: 1-10, “Dieu est le Dieu qui apparaît aux gens ordinaires dans des circonstances ordinaires et leur révèle l’extraordinaire”.

Jn. 1: 1-5, “Nous contemplons la gloire de Dieu en Christ, qui a parfaitement et pleinement révélé Dieu pour nous, car Il est Dieu”.

Jn. 1: 6-13, “Christ est la vraie Lumière qui est venue dans le monde pour nous montrer le chemin de Dieu”.

Jn. 3: 22-46, “Un ministère authentique est celui qui magnifie Christ pour qu’Il devienne tout et nous, rien”.

Jn. 4: 46-54, “La foi en la parole de Dieu est le remède à tous nos besoins”.

1 Cor. 2: 1-5, “Le pouvoir dans la prédication vient de la Parole de Dieu et de l’Esprit de Dieu, pas de la sagesse ou des paroles humaines”.

Fille. 3: 10-14, “Le seul moyen d’acceptation par Dieu est à travers Christ par la foi”.

Phil. 1: 27-30, “Une église dirigée vers l’Evangile considère constamment l’Evangile dans la conduite et le courage”.

Phil. 3: 1-14, “La conversion authentique produit un véritable changement.”

1 Thess. 1: 1-10, “Les gens centrés sur Dieu marchent et parlent l’Evangile”.

1 Tim. 3: 14-16, “Le message de l’Eglise au monde est la vérité sur Christ”.

Heb. 11: 8-10, “La foi donne une perspective éternelle au milieu du temporel”.

Heb. 12: 18-24, “Le seul moyen acceptable d’approcher Dieu est par Jésus-Christ et son œuvre rédemptrice.”

2 Pet. 1: 16-21, “Nous pouvons être sûrs du retour du Christ à cause de la fiabilité de notre source”.

Partie III: Expose Sur La Devotion

“La Responsibilité du Serviteur de Dieu, Pt. 1: “Mécompréhensions Concernant le Ministère Chrétien “(1 Cor. 3:5-17)

By: Dr. Stephen F. Olford

Introduction.

Nous avons vu que la première cause de division dans l’église de Corinthe était l’idée fausse concernant le message chrétien. Maintenant, l’apôtre se tourne vers la seconde, qui est la conception erronée du ministère chrétien. Déjà il a anticipé son sujet, mais maintenant il en traite avec plus de détails. Les deux principales considérations qu’il a en tête sont, premièrement, la responsabilité du serviteur de Dieu envers Dieu (3: 5-17) et la redevabilité du serviteur de Dieu envers Dieu (3: 18-4: 5). Traitons à présent, la première dans cet article, et la seconde prochainement.

Le verset clé qui ouvre ce paragraphe est une déclaration formidable. Paul dit: “... Nous sommes co-ouvriers de Dieu; vous êtes le champ de Dieu (l’agriculture), vous êtes le temple de Dieu “(1 Corinthiens 3: 9). Dans chaque cas, l’accent est mis sur le mot «Dieu». Cela met clairement en évidence le fait que les instruments humains sont secondaires. Dieu est le premier, et par conséquent, Dieu doit être souverain dans tous les domaines de la vie et du service du Chrétien. Après avoir déclaré que tous les travailleurs chrétiens sont des co-ouvriers avec Dieu, Paul indique deux domaines dans lesquels le serviteur de Dieu est responsable. Le premier est dans le domaine de «l’agriculture de Dieu» et le second dans le domaine de «le temple de Dieu». Considérons-les dans l’ordre, en accordant une attention particulière à la seconde métaphore que Paul emploie.

I. Le Champ Agricole De Dieu

Paul dit: “J’ai planté, Apollos a arrosé, mais Dieu fait croître” (1 Corinthiens 3: 6). Pour présenter son traitement de cet aspect du service du Chrétien, l’apôtre demande: «Qui donc est Paul et qui est Apollos ? Mais des serviteurs par le moyen desquels vous avez cru, selon que le Seigneur l’a donné à chacun?» (1 Corinthiens 3: 5). Ici, Paul emploie le genre neutre pour détourner l’attention des prédicateurs et la concentrer sur leur fonction. Puis il répond à sa propre question et souligne qu’ils n’étaient rien de plus que des serviteurs par qui les Corinthiens ont cru. Le mot «serviteurs» est souvent utilisé dans le Nouveau Testament du service que les Chrétiens rendent à Dieu. Il est clair que Paul insiste sur le caractère humble du serviteur devant son Maître. Dans tout service, il est ridicule de glorifier le serviteur plutôt que le maître qui l’emploie. Paul et Apollos n’étaient rien de plus que de simples instruments par lesquels Dieu avait travaillé dans l’église de Corinthe. Pour souligner cela, l’apôtre décrit le ministère dans l’agriculture de Dieu comme suit:

1) Paul était le Planteur. “J’ai planté ...” (1 Corinthiens 3: 6). Or la plantation est un travail très important, mais le principe de vie n’est pas chez l’homme qui plante; c’est plutôt dans la graine qu’il plante. Aucun planteur n’a rempli sa responsabilité s’il n’a pas mis la graine dans le sol; mais il sait mieux que quiconque qu’il ne peut pas communiquer la vie à cette graine.

2) Apollos était l’arroseur. “... Apollos a arrosé ...” (1 Corinthiens 3: 6). Comme la plantation, l’arrosage est absolument nécessaire à la croissance et au développement de la graine. Mais encore une fois, le secret de la croissance est dans la graine elle-même. Il faut le mettre dans le sol et il faut l’arroser, mais le principe de vie qui consiste à s’exprimer dans la moisson n’est pas chez l’homme qui plante ou l’homme qui arrose, mais dans le Dieu qui fait croitre. Il est instructif d’observer que le temps parfait est utilisé pour planter et arroser, mais le temps continu est utilisé pour l’activité divine en donnant l’augmentation. Paul et Apollos avaient fait leur travail, mais Dieu continuait à donner l’augmentation. C’est comme ça que ça s’est passé à travers les siècles. Les ministres sont venus et les ministres sont partis, mais Dieu continue à toujours bénir son église. Tout cela est nécessaire pour que les hommes sachent que celui qui plante n’est rien, et celui qui arrose n’est rien, mais Dieu qui fait croitre est tout (v.7). Les planteurs et les arroseurs recevront une récompense selon leurs travaux (verset 8), mais c’est simplement parce qu’ils sont de simples serviteurs, répondant au Maître comme des hommes et des femmes responsables. Mais maintenant nous nous tournons vers l’autre métaphore de Paul qu’il élabore plus longuement.

II. Le Temple De Dieu

Comme nous venons de l’observer, Paul a discuté de l’œuvre de Dieu en termes d’agriculture, mais maintenant il se tourne vers une forme de discours plus illustrative. Il déclare que le travail de Dieu est un édifice, et que travailler pour Dieu c’est construire pour l’éternité. Comme nous nous adressons à l’enseignement de l’apôtre sur ce sujet, ne dévions pas la vérité de nous-mêmes vers les prédicateurs et les enseignants qui sont considérés être la cible de Paul ici. Nous devons nous rappeler que la parole de Dieu, cependant considérée, a un défi pour chaque cœur qui croit. Nous considérons maintenant trois questions importantes qui sont impliquées dans bâtir pour l’éternité:

1) Il doit y avoir de bonnes raisons. Paul résume ces motifs en ces termes: «Selon la grâce de Dieu qui m’a été donnée, comme un sage architecte, j’ai posé la fondation...» (1 Corinthiens 3:10). Si nous bâtissons pour Dieu, alors nos motifs doivent toujours ressortir de la grâce de Dieu en nous. Fondamentalement, cela comprend:

a) Être sauvé par la grâce. “Car par la grâce vous êtes sauvés par le moyen de la foi, et cela ne vient pas de vous; c’est le don de Dieu “(Éphésiens 2: 8). Dans le contexte de cette déclaration, Paul a déclaré que ceux qui ne sont pas sauvés sont spirituellement morts. Les hommes morts ne peuvent pas bâtir. Il doit y avoir le salut par la grâce, car ce n’est que dans une vie sauvée que les bons motifs peuvent être trouvés. Ainsi, en déclarant que Paul était un sage architecte selon la grâce de Dieu, il inclut certainement la grâce salvatrice de Dieu.

b) Etant créé par grâce. “... par la grâce de Dieu, je suis ce que je suis ...” (1 Corinthiens 15:10). Avec Paul, le croyant doit être capable de reconnaître un travail actif de la grâce opérant dans la vie, purifiant et ajustant tous les motifs pour se conformer à la volonté de Dieu. Quand Paul dit: “Selon la grâce de Dieu”, il a en tête non seulement l’œuvre du salut de Dieu, mais aussi la sanctification.

c) Êtant appelé par la grâce. «... il a plu à Dieu, qui m’avait mis à part dès le sein de ma mère, et m’a appelé par sa grâce pour révéler son Fils en moi, afin que je l’annonçasse parmi les païens ...» (Galates 1:15, 16). Ce n’est que lorsqu’il est amené sous le sens d’un tel appel que le croyant peut connaître la joie des motifs purs. C’est essentiellement ce qui est impliqué dans le verset 10 de notre texte. Par la grâce, nous connaissons non seulement le salut et la sanctification, mais aussi la puissance de Dieu rendant capable pour le service pour le service (v.10). Paul insiste sur l’insignifiance des serviteurs de Dieu s’ils sont en dehors de la grâce et du pouvoir divins. Les bons motifs sont ceux qui attribuent à la grâce de Dieu non seulement l’autorité, mais la capacité et l’ambition de bâtir pour l’éternité. Ensuite:

2) Il doit y avoir des méthodes appropriées. L’Apôtre nous dit qu’en tant que bâtisseurs, nous devons tenir compte de la façon dont nous bâtissons (verset 10). Il montre ensuite que les bonnes méthodes de construction sont celles qui sont à justement liées au bon fondement, Jésus-Christ, une fois pour toutes. Ses paroles sont: «... en tant que sage bâtisseur, j’ai posé les fondations ... car aucun autre fondement ne peut être posé que celui qui est posé, c’est-à-dire Jésus-Christ» (1 Co 3, 10-11). En termes pratiques, une telle mise en relation de nos méthodes avec la fondation exige trois choses importantes:

a) La magnificence de la valeur de Jésus-Christ. En venant à Corinthe, Paul a dit: “Car je n’ai pas eu la pensée de savoir parmi vous autre chose que Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié” (1 Co 2, 2). Dans ce même paragraphe, il ajoute: “... Le Seigneur connaît les pensées des sages, qu’elles sont futiles. Par conséquent, que personne ne se glorifie dans les hommes ... “(1 Co 2, 20, 21). L’apôtre s’assurait que rien de ce qu’il faisait ne discréditerait la valeur incomparable et la gloire de son Seigneur et Maître. Vous et moi devons également tester nos méthodes de construction par une telle norme. Nous devons constamment nous demander: Est-ce que tel ou tel service particulier magnifie ou minimise la valeur de notre Seigneur?

b) La Magnificence de l’œuvre de Jésus-Christ. La détermination de Paul n’était pas de savoir quoique ce soit parmi les Corinthiens, “... savoir Jésus Christ, et Jésus Christ crucifié” (2: 2). C’était la méthode dont Paul procédait dans tous ses travaux de construction. En écrivant aux Galates, il dit: “Mais loin de moi de me glorifier, d’autre chose que la croix de notre Seigneur Jésus-Christ, par qui le monde m’a été crucifié et comme je le suis pour le monde” (Galates 6:14). Il savait que la croix explique clairement la mort à tout ce qui n’est pas de Dieu. En effet, cela a été tout son argument dans les versets précédents de cette épître. De même, nous devons veiller à ce que dans notre prédication, enseignement et travaillant pour Dieu, nous ne fassions rien qui minimise l’œuvre du Christ, «de peur que la croix du Christ soit sans effet» (1 Co 1, 17).

c) La Magnificence de la Parole de Jésus-Christ. Dans ce même verset (1 Corinthiens 1:17), Paul déclare avec insistance que «...Christ m’a envoyé pour non pas pour baptiser, mais pour prêcher l’Évangile ...» Et il n’a ménagé aucun effort pour déclarer ce qu’est l’Évangile. En fait, comme nous l’avons vu tout au long de ces études, Paul a expliqué non seulement quelque chose du caractère, de la communion, de la communication, mais aussi la compréhension de l’Évangile. Le message suprême du serviteur du Seigneur est celui de la parole de la croix. Vous pouvez observer à quel point l’apôtre a ressenti cela par comment il s’adresse aux Galates en 1: 8-10: «Mais même si nous, ou ange du ciel, vous prêche un autre évangile que ce que nous vous avons prêché, qu’il soit anathème... si quelqu’un vous prêche un autre évangile que ce que vous avez reçu, qu’il soit anathème. Est-ce que je persuade maintenant les hommes, ou Dieu? ... si je ...plaisais aux hommes, je ne serais pas un serviteur de Christ. “Un jugement fort est prononcé sur ceux qui ne basent pas leur message sur la parole de Dieu. Ses paroles solennelles ne peuvent pas être mal comprises, et nous devons les prendre à cœur. Paul affirme que tout ce que nous faisons qui ne magnifie pas la parole du Seigneur Jésus-Christ constitue un service sans valeur et ne résistera pas à l’épreuve de l’éternité. Qu’il est important pour nous de relier à juste titre nos méthodes à la valeur, à l’œuvre et à la parole de notre Seigneur Jésus-Christ. Les méthodes qui minimisent l’importance et l’efficacité de cette fondation sont vouées à l’échec. Par conséquent, nous devons tester soigneusement nos méthodes avant de construire une brique plus haut. Enfin, remarquez que:

3) Il Doit y Avoir De Matériaux Appropriés. «Si quelqu’un bâtit sur ce fondement avec de l’or, de l’argent, des pierres précieuses, du bois, du foin, de la paille, le travail de chacun deviendra manifeste: car le jour le déclarera, parce qu’il sera révélé par le feu; et le feu mettra à l’épreuve le travail de chacun, de quelle sorte il est» (1 Corinthiens 3: 12-13). En parlant de ces matériaux, Paul avait évidemment à l’esprit un événement survenu à Corinthe. Un feu avait brûlé cette ville et laissé derrière elle des leçons importantes pour chaque passant. Les édifices soigneusement construits d’or, d’argent et de pierres précieuses, qui étaient des dalles de marbre et de granit, avaient survécu, mais les pauvres petites tanières de murs remplies de foin et de chaume de chaume avaient brûlé au sol. Les constructeurs sages avec de bonnes motivations, des méthodes et des matériaux avaient tout sauvé, mais les autres avaient perdu tout sauf leur propre vie. Donc, Paul dit qu’il est d’une importance vitale que nous utilisions les bons matériaux. Avec ce langage symbolique, Paul enseigne que «l’or, l’argent, les pierres précieuses» représente:

a) Un Service qui sera récompensé. “Le travail de chacun deviendra manifeste; car le jour le déclarera, parce qu’il sera révélé par le feu; et le feu mettra à l’épreuve le travail de chacun, de quel genre il s’agit. Si le travail qu’il a construit résiste, il recevra une récompense “(1 Corinthiens 3: 13-14). Ce “jour” sera une belle occasion. Tous les croyants seront présents et leur service pour le Maître sera testé par le feu de test du trône de Christ. Le service qui gagnera l’approbation du Sauveur et gagnera la récompense du serviteur est décrit comme «l’or, l’argent, les pierres précieuses». Lor parle du service spirituel, car l’or est toujours symbolique de la nature de Dieu. Le service spirituel ne peut être accompli que par la puissance du Saint-Esprit. Il est donc important de connaître la plénitude et l’onction du Saint-Esprit pour tout ce que nous faisons. Largent parle de service sacrificiel. Dans la Parole de Dieu, l’argent est toujours typique au sacrifice et à la rédemption du Christ (voir Exode 30: 11-15). Pour être acceptable à Dieu, le service doit être sacrificiel et rédempteur et rendu dans la force de la gratitude envers Christ pour son amour du Calvaire. Les pierres précieuses parlent d’un service irréprochable. Ceux-ci ne se rapportent pas à une variété de bijoux comme on le suppose généralement, mais aux nombreuses pierres de marbre et de granit de grands édifices, tels que le magnifique temple de Diane à Éphèse, considéré comme absolument ignifuge et indestructible. Ces pierres représentent la foi ferme et inébranlable et le travail dans lequel le croyant doit abonder. Voici donc les caractéristiques du bon service. L’apôtre nous rappelle que le feu lui-même doit «éprouver le travail de chacun». D’autre part, le bois, le foin et le chaume représentent:

b) Un Service qui doit être rejeté. “Si le travail de quelqu’un est brûlé, il subira des pertes ...” (1 Corinthiens 3:15). Le bois, le foin et le chaume sont des matériaux périssables et ont leur propre signification symbolique. Le bois parle de service négligent. Il représente l’habileté, l’énergie et le pouvoir indépendants de l’homme. Le foin représente parle de service sans valeur. Il semble voyant (criard) et volumineux, mais cela ne coûte rien en termes de sacrifice. Le chaume est question de service inutile (voir Job 21:18). Cela signifie les tâches qui sont effectuées avec les extrémités de base en vue. Ce sont les caractéristiques du service qui ne résisteront jamais à l’épreuve du feu. En effet, comme le dit l’Apôtre, “... Quand le travail quelqu’un, sera brûlé, il en subira la perte ...” (1 Corinthiens 13:15). Quelle horrible expérience de voir son soi-disant service pour Dieu monter en fumée, puis avoir la honte ineffable de ramasser les braises carbonisées d’une vie insouciante, négligente et indigne et de les enfoncer dans la main percée du Maître, et n’avoir rien à dire, si ce n’est: «C’est tout ce que j’ai à offrir de ma vie.»

Conclusion

Paul résume ce passage de recherche avec quelques mots terrifiants. Il demande: “Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu et que l’Esprit de Dieu habite en vous? Si quelqu’un souille le temple de Dieu, Dieu le détruira. Car le temple de Dieu est saint, et c’est ce que vous êtes» (1 Corinthiens 3: 16-17). Paul dit que l’église est le temple de Dieu, habité par le Saint-Esprit. Manquer de construire avec de bons motifs, méthodes et matériaux est synonyme de ‘‘détruire le temple de Dieu’’. Ceux qui sont coupables d’un tel crime seront eux-mêmes détruits par Dieu. À la lumière de ce fait solennel, notre responsabilité en tant que serviteurs et ouvriers chrétiens est de construire le temple, et non de le détruire. Le terme «détruire» signifie «blesser, gâter, détériorer ou nuire». L’apôtre affirme clairement que si quelqu’un gâte, blesse ou nuit au temple, Dieu le détruira. Prenons à cœur ces mots austères qui viennent du trône même de Dieu. Souvenons-nous de ce qui constitue la responsabilité des serviteurs de Dieu. Selon Paul, nous sommes des co-ouvriers avec Dieu dans les tâches de planter et d’arroser dans l’agriculture de Dieu, et de construire et servir dans le temple de Dieu. Dans les deux aspects, nous sommes responsables du ciel pour tout ce que nous faisons. Que Dieu nous accorde que dans ce jour nous ne souffrions pas la perte éternelle, mais que nous recevions plutôt une pleine récompense en entendant le Maître dire “... C’est bien, bon et fidèle serviteur. Entre dans la joie de ton Maitre “(Matthieu 25:21).

Partie III: Plan De Sermon

Pour écouter la version audio de ces sermons en Anglais, cliquez sur ces liens:  Jn. 14:1-2, Pt. 1; Jn. 14:2, Pt. 2, Jn. 14:3-6, Pt. 3

Titre: Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie.

Point #1: Jésus a le remède pour les cœurs confus (1)

1. Arrêtez de vous souciez

2. Continuez à faire confiance

Point #2: Jésus a l’assurance pour les cœurs confus (2-6)

1. Jésus nous assure de l’existence du ciel (2)

a) Parce que Jésus l’a promis

b) Parce que Jésus l’a préparé

2. Jésus nous assure de l’entrée au ciel (3)

a) Parce que Jésus revient

b) Parce que Jésus nous emmène là

3. Jésus nous assure de la direction vers le ciel (4-6)

a) Parce que Jésus est le chemin

b) Parce que Jésus est la vérité

c) Parce que Jésus est la vie

Related Topics: Pastors

Report Inappropriate Ad