MENU

Where the world comes to study the Bible

Report Inappropriate Ad

La Revue Internet Des Pasteurs, Fre Ed 26, Edition de l’hiver 2018

Edition Hivers 2018

Un ministère de…

“Renforcer les capacités de l’Église dans la prédication biblique et le leadership”

Auteur: Dr Roger Pascoe, Président
Institute for Biblical Preaching
Cambridge, Ontario, Canada
Email: [email protected]
Phone: 519-620-2375

Partie I: Préparation De La Prédiction

“Préparer la Présentation du Sermon”

La présentation du texte est la partie centrale, parfois appelée "le corps", du sermon. C'est là que le résumé de votre sermon (le sermon-en-une-phrase) est développer pour atteindre son but.

Une fois que vous avez le plan, vous avez le squelette de votre sermon. Ensuite, le squelette a besoin de chair et de peau. C'est la présentation. La chair de la présentation est fournie par votre explication du message et votre application de ces explications à la vie de vos auditeurs. D'abord laissez-moi m'adresser ...

A. L’explication De Votre Texte

Votre explication sera seulement aussi bonne que votre étude du texte, dont nous avons parlée dans les éditions précédentes de cette revue.

Votre explication clarifie ce que le texte veut dire en...

a) Traitant tout problème dans le texte - par ex. les variances textuelles, contradictions apparentes, etc.

b) Abordant la traduction ou la signification de mots, d'expressions, de phrases, d'idées, d'expressions

c) Faisant ressortir les implications du texte

La question que beaucoup de prédicateurs posent, en particulier les jeunes prédicateurs, est: «Comment puis-je développer mon explication du texte de façon pratique?» Permettez-moi de passer rapidement en revue douze aspects pour le développement et l’amplification quant à votre explication du texte.

1. La reformulation

Cela signifie exprimer la même pensée dans des mots différents ou changer l'ordre des mots, ou en modifiant la forme de la phrase. Chaque variation exprime la pensée originale mais peut varier l'accentuation. Par exemple, «Vous devez être nés de nouveau» pourrait être exprimé comme «la renaissance est une nécessité» ou «avoir votre nature changée est une exigence divine». Il est important d'utiliser la reformulation pour ne pas dire constamment «Autrement dit» ou «en d’autres termes». Assurez-vous de varier votre façon de formuler vos idées. La reformulation n'est pas une répétition; c'est le développement et l'amplification. En fait, la reformulation est essentielle à un bon enseignement. Cela donne à la congrégation le temps d'absorber ce que vous dites et de l'entendre de différentes manières.

2. La Définition

La définition place d'abord l'idée dans une classe générale, puis dans une classe qui la différencie par le contraste, la comparaison ou la fonction. Par exemple, une classe générale pourrait être "un ballon". Une définition qui sépare ce "ballon" des autres ballons peut être "un ballon de basket" ou "un ballon de football". La définition est importante pour transmettre le sens.

L'Écriture elle-même utilise des définitions. Dans Hébreux 11: 1, l'auteur définit ce qu'il entend par "foi". Puis il continue tout au long du chapitre pour illustrer à quoi ressemble la foi dans la vie des hommes et des femmes fidèles.

3. La Description

En décrivant un concept, une situation, une personne ou une chose, vous le faites habituellement en fonction des cinq sens - à quoi ressemble-t-il (vue), comment cela se ressent-il (sens), quel goût cela a (goût), et comment ça sent, (odeur)?

Ces descriptions aident vos auditeurs à comprendre d'une manière plus vivante et plus mémorable ce que vous essayez d'expliquer.

4. L’illustration

L'illustration est une sous-catégorie d'explication majeure et très importante. Le but des illustrations est d'améliorer la compréhension en termes faciles à visualiser et à expérimenter. Les illustrations clarifient une idée en référence à quelque chose à laquelle elle ressemble: la similitude avec d'autres objets, expériences, attitudes, personnes, lieux etc. En clarifiant une idée abstraite avec une illustration concrète, votre présentation est renforcée.

Les illustrations servent une variété de fonctions:

a) Les illustrations rendent l'explication plus réelle et personnelle. Ils montrent comment le point de vérité fonctionne dans la vie réelle.

b) Les illustrations rendent le sermon intéressant et engageant.

c) Les illustrations donnent un certain soulagement à l’audience, surtout si vous expliquez une vérité ou une idée difficile ou abstraite.

d) Les illustrations sont destinées à illustrer le point! Ils ne sont pas pour le divertissement ni pour l'humour.

e) Les illustrations doivent être intuitivement évidentes quant à ce qu'elles clarifient ou expliquent. Si vos illustrations exigent des explications, elles ne sont donc pas bonnes - elles tombent à plat comme une mauvaise blague; elles confondent plutôt qu'elles éclairent.

Probablement la meilleure source d'illustrations est dans la Bible elle-même - comme je viens de le mentionner à propos de la «foi» dans Hébreux 11, où l'auteur donne une illustration après l'illustration de la foi manifestée dans la vie des gens. En utilisant des illustrations bibliques, on enseigne aux gens une portée beaucoup plus large de la Bible dans le sermon; les gens voient dans votre gestion des différentes parties des écritures comment les Écritures sont toutes liées ensemble.

Les sources d'illustrations autres que la Bible impliquent: les expériences quotidiennes (tranches de vie), articles de journaux, événements historiques, citations célèbres, exemples, figures de style, livres, magazines, sources de nouvelles (journaux, radio, télé) et expériences quotidiennes.

Assurez-vous de ne pas utiliser d'illustrations de personnes dans votre église (au mieux, cela embarrassera quelqu'un ou, au pire, cela détruira la confiance des gens en vous). Et n'utilisez pas d'illustrations de vos enfants (même si vous avez leur permission) - ils ont droit à votre confidentialité.

5. L’Exemple

Une idée est clarifiée par l'exemple en spécifiant une expérience, une utilisation réelle ou une occurrence. Un exemple est une instance réelle de l'idée. Laissez-moi vous expliquer la différence entre un exemple et une illustration. Un exemple de nouvelle naissance serait la conversion de Paul, mais une illustration serait une chenille transformée en papillon.

6. La Narration

Une idée est clarifiée par les personnages ou les actions d'une histoire. Par exemple, la «foi» pourrait être rendue vivante à travers l'histoire de David s'engageant à combattre Goliath, sans aucune armure, faisant simplement confiance à Dieu (1 Sam. 17). La narration et l'exemple sont liés, mais dans la narration, l'accent est mis sur l'histoire (par exemple, le sacrifice d'Isaac par Abraham).

7. Le Support

Une idée reçoit plus de crédibilité en accord avec une autorité acceptée - peut-être d'autres Écritures ou des autorités ou des statistiques connues. Il est possible d'étendre toute déclaration pour support.

8. La Discussion

La discussion permet d’examiner de façon à plusieurs reprises l'idée communiquée à partir de différents points de vue. L'idée est examinée objectivement à partir de différents points de vue – ce qui est une affirmation positive ou négative.

9. Le Plaidoyer

L'idée à communiquer devient la base de l'argumentation – soit affirmative ou négative. Présentez les arguments pourquoi votre point de vue devrait être accepté.

10. L’Appel / L’invitation / L’exhortation

L'idée devient le fondement de l'invitation à l'acceptation ou au rejet. L’appel aux auditeurs sur une base (par exemple, leur bien-être, leur sécurité, leur spiritualité, leurs relations, etc.).

11. Les Références croisées

Les références croisées à d'autres Écritures connexes aident à amplifier et soutenir le point que vous faites.

12. La Récapitulation ou le Résumé

Exprimez l'idée succinctement. Résumez-le dans vos propres mots.

La tendance est d'utiliser la même méthode d'expansion dans chaque message. Mais cela rend vos messages monotones. Essayez d'avoir une variation. Utilisez la méthode d'expansion qui convient le mieux à vos points principaux. Certaines méthodes d'expansion sont plus adaptées à votre personnalité et peuvent être plus efficaces pour vous que d'autres.

C'est ainsi que vous mettez «chair» sur le «squelette» de votre sermon, chair qui peut attirer ou repousser vos auditeurs selon les méthodes et le style que vous utilisez. L'amplification ajoute de la viande aux os afin que votre explication soit intéressante et compréhensible et non pas simplement des définitions ou des études de mots.

Décidez des méthodes à utiliser pour chaque section de votre sermon. Vous pouvez concevoir d'autres méthodes d'expansion en plus de celles que je viens de mentionner. Demandez-vous: "Y a-t-il d'autres méthodes qui seraient plus efficaces?"

En variant vos méthodes d'expansion, votre préparation de sermons sera grandement simplifiée et le message deviendra plus intéressant, convaincant et inspirant.

Étudiez soigneusement chaque méthode. Faites bon usage de certaines méthodes ou de toutes les méthodes s’il le faut. Permettez-leur d'exprimer votre personnalité, vos expériences et votre style de parole.

Etudiez d'autres sermons et demandez-vous: "Quelle est la pensée centrale? Comment le prédicateur a-t-il organisé cette pensée? Comment a-t-il développé les points de son sermon? Quelle méthode a-t-il utilisée?

B. L’application De Votre Sermon

Souvent nous passons beaucoup de temps sur la doctrine (les fruits de notre étude) au point de ne pas parvenir à donner à notre peuple quelque chose à ramener à la maison pour l'appliquer à leur vie. Toute explication doit être appliquée à la vie des gens en vue de produire une réponse d'obéissance. Nous devons donner un énoncé clair et simple de la doctrine, puis aider les gens à l'appliquer afin qu'ils comprennent ce que Dieu veut qu'ils fassent.

À cet égard, il convient de noter que dans l'épître aux Romains, les chapitres 1 à 8 traitent de la doctrine; les chapitres 9-11 traitent des questions sur Israël dans les desseins de Dieu; et les chapitres 12 à 15 traitent de l'application et du devoir.

La prédication biblique applique la vérité qu'elle explique. L'application de ce que le texte veut dire et implique fait partie intégrante de tout le sermon du début à la fin. L'application est, en effet, l'un des principaux outils dans la présentation. Il rend ce qui est abstrait (la vérité) concret en l'amenant sur la réalité. L'application de la vérité invite les gens à mettre la vérité en action en répondant d’une manière appropriée.

La prédication biblique exige que nous présentions la vérité de telle sorte que la vérité se rapporte directement au caractère, à la conduite, aux croyances, aux relations, aux attitudes, aux valeurs et aux priorités. Nous ne prêchons pas simplement pour informer (bien que cela soit vrai) mais pour transformer. Par conséquent, appliquez toutes les explications afin de produire l'obéissance. C'est le but ultime de la prédication – pour amener le changement et l'obéissance.

La vérité appliquée doit toujours être personnelle («vous»), pratique (liée à la vie) et pertinente (convenable au public). En appliquant la vérité, passez du général au particulier. Posez-vous la question: "Comment cette vérité s'applique-t-elle à ces gens dans cet endroit en ce moment de l'histoire?"

Par conséquent, prêchez pour persuader: «Connaissant donc la crainte du Seigneur, nous cherchons à convaincre les hommes» (2 Co 5, 11). Prêchez pour la transformation des gens à devenir de plus la ressemblance de Christ (Romains 8:29). Prêchez pour que les gens obéissent. Mon mentor et enseignant, le Dr Stephen Olford a dit: «Le refus d'obéir à la vérité annule l'impact de la prédication» (Stephen Olford, Anointed Expository Preaching, 77). Il a également dit: «La vérité doit être obéie ou elle meurt.» L'apôtre Paul encourage les chrétiens à Rome: «Vous avez obéi de cœur à cette règle de doctrine à laquelle vous avez été instruits» (Romains 6:17).

Wayne McDill affirme que nous ne devrions pas mettre l'accent sur le comportement lorsque nous appliquons la vérité comme sur un appel à la foi (voir «Les douze techniques essentielles pour meilleure prédication», 108-114). Il conseille de ne pas orienter nos messages vers «Vous devez faire ceci», etc., mais de répondre au besoin réel, qui est de faire confiance à Dieu. À son avis, vous répondez plus efficacement aux besoins réels des gens lorsque votre sermon est un appel à la foi plutôt qu'un appel à changer de comportement. Je pense que nous devrions tenir compte de son conseil. Il y a parfois trop de culpabilité dans l’application, même au point que les gens pourraient bien répondre: «Je ne peux tout simplement pas vous satisfaire. Vous nous demandez toujours d'en faire plus.» Notre tâche n'est pas d'imposer constamment des fardeaux aux gens, mais de les diriger vers Dieu.

Quoique je sois d'accord avec l'exhortation de McDill, cela ne veut pas dire que nous devrions nous contenter de ne pas parler changement de comportement, parce que notre comportement est la véritable indication de ce que nous croyons. Nous devons donc nous attendre à un changement dans la manière dont les gens agissent, pensent, se comportent et agissent. Néanmoins, je comprends et j'apprécie son souci que nous ne devons pas imposer constamment un fardeau éthique supplémentaire au peuple, mais que nous devons les diriger vers Dieu - «Son caractère, ses capacités, ses intentions et son récit» (McDill, 109). J'aime aussi l'accent mis par McDill sur «vous pouvez ...» au lieu de «vous devriez, ou vous avez l’obligation de, vous devez» (255f.).

Partie II: Se Preparer Pour La Predication

“Préparer la Fin du Sermon”

Un sermon autrement bon peut être ruiné avec une mauvaise fin. Assurez-vous que votre résumé ou la fin conclut le message. Le but de la conclusion est de tirer une conclusion du sermon. Votre audience devrait savoir que rien de plus n'a besoin d'être dit; que vous avez pleinement et finalement exposé ou présenté le texte; que Dieu a parlé à travers vous; et que maintenant c'est leur responsabilité quant à la façon dont ils vont réagir.

Il y a trois éléments essentiels à la fin du sermon:

A. La Condensation

Par condensation, je veux dire "cristalliser" la vérité; la résumer; la récapituler. Cela focalise encore l'attention de l’audience sur l'objectif principal et la portée du sermon. Cela leur rappelle d'où vous venez dans votre sermon en le rapportant à l'introduction. Il met le sermon entier en un mot pour que l’audience puisse se rappeler où vous avez commencé et ce que vous avez déjà couvert. Et ils peuvent voir que vous avez fait ce que vous avez décidé de faire comme indiqué à l'ouverture de votre sermon-en-une-phrase. Cela vous donne l'occasion de clarifier une fois de plus le problème.

B. L’exhortation

Ici vous voulez "personnaliser" la vérité en vous adressant à eux comme "vous". Même si vous avez appliqué la vérité tout au long de votre sermon, la conclusion vous donne l'opportunité de mettre un accent spécial et personnel sur ce que vous leur avez appris à faire ou à être par les Ecritures. Ici, vous les suppliez, vous les encouragez, vous les exhortez.

C. L’invitation

Par invitation je veux dire, amener vos auditeurs de répondre à la vérité qu'ils ont entendue - pour "réaliser" la vérité. Un appel pour un verdict sur ce que vous avez présenté. Un appel à faire quelque chose - à changer leur pensée, leur comportement, leurs attitudes, leurs relations, leurs affections; obéir à la vérité; à confesser leurs péchés, etc. La récapitulation est votre dernier appel, votre dernier défi. C'est le dernier terme de motivation de votre sermon.

Ici, vous demandez aux gens de prendre une décision. Par exemple, dans Actes 2, Pierre a prêché et le peuple a dit: "Qu’allons-nous faire?" (Actes 2:37). Pierre répondit: "Repentez-vous et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ pour la rémission des péchés; et vous recevrez le don du Saint-Esprit "(2:38). Quelle a été leur réaction à l'invitation de Pierre? "Alors ceux qui acceptèrent sa parole avec joie furent baptisés; et en ce jour-là, le nombre des disciples s’augmenta d’environ trois mille âmes. Ils persévéraient dans l’enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain et dans les prières »(2: 41-42).

Donner l'opportunité aux gens de répondre sur le champ. Cela peut être public ou privé. Mais déclarez que vous voulez qu'ils répondent maintenant et donnez l'occasion pour cela.

Partie III: Se Preparer Pour La Predication

“Préparer l’Introduction”

L'introduction d'un sermon joue un rôle très important. Généralement, les prédicateurs préparent leur introduction en dernière position, même si c'est la première partie du sermon. Une bonne introduction doit être concise, claire, intéressante et pertinente. Vous n'avez que quelques minutes pour convaincre les gens que ce que vous allez dire est intéressant, précieux et s’applique à leur vie.

L'introduction est utilisée pour plusieurs objectifs importants:

A. Pour Attirer L’attention Des Auditeurs

Essayez d'attirer l'attention de l’audience à travers quelque chose à laquelle ils peuvent s'identifier - comme une expérience de vie. Si vous présentez votre thème en le reliant à une expérience de vie, vous établirez une pertinence pour l'auditoire.

Essayez d'être créatif dans vos phrases d'ouverture, mais de sorte que ça ne soit pas bidon (ou faux). Évitez l'humour, sauf si cela fait partie de l'expérience de «tranche de vie». Rendez-le spécifique et pertinent.

B. Pour Les Convaincre Qu’ils Ont Besoin D’entendre Ce Sermon

Ici, vous répondez à la question: "Qu'est-ce que cela a à voir avec moi?" Ce que cela a à voir avec eux, c'est qu'ils ont un besoin auquel ce sermon s’adresse - par exemple, leurs espoirs et leurs craintes; leurs péchés, leurs luttes et leurs échecs; leurs problèmes de la vie.

Établissez le fardeau du sermon, le but derrière le message biblique ...

  • • Pourquoi ce message a-t-il été donné en premier lieu et pourquoi le prêcher maintenant?
  • • Pourquoi ce message est-il essentiel?
  • • Pourquoi quelqu'un devrait-il écouter ce que vous dites?

C. Pour Se Connecter A La Parole

Comment vous vous connectez à la Parole? Vous vous connectez à la Parole en reliant le besoin de l'auditoire au texte biblique.

Pourquoi se connecter à la Parole? Vous devez vous connecter à la Parole parce qu'elle donne la solution biblique et la direction du «besoin» de l’auditoire. Votre introduction devrait passer naturellement de la vie de l'auditeur à la solution ou la direction trouvée dans la Parole. Cela montre comment le sermon que vous êtes sur le point de prêcher a trait à leur expérience. Ici, vous pouvez fournir à l'audience le fardeau de votre message - ce que vous voulez qu'ils fassent, soient, ou changent à la suite de ce sermon. Ici, vous établissez un contact solide avec le fondement du message, à savoir, la Parole.

D. Pour Definir Le Theme Du Sermon

L’auditoire a besoin de connaitre ce que vous allez parler. Ne les laissez pas deviner.

E. Pour Enoncer Votre Sermon-En-Une-Phrase

C’est là ou vous énoncez l’intérêt général du message en une phrase. C’est une partie très importante de l’introduction. Elle définit la direction pour le reste du sermon. Donc, énoncez clairement le thème général et central de votre sermon.

F. Pour Fournir Toute L’historique Contextuelle Appropriee

Toutes les informations contextuelles générales dont le public a besoin pour comprendre le message doivent être fournies ici dans l'introduction - historique, culturel, économique, social, politique, auteur, date, auditoire, etc.

G. Pour Servir De Transition A La Presentation

Ceci est parfois appelé "le pont". Le pont forme une transition de l'introduction à la présentation. Il guide l’auditoire dans le but et la structure du message. Il montre comment vous obtenez de là (l'expérience de vie + le texte biblique + le contact personnel) à ici (premier point de la présentation).

Il y a plusieurs façons de faire ce pont / transition. Vous pouvez "brosser" les principaux points à venir - c'est-à-dire la liste des principaux points que vous allez couvrir dans le sermon. Vous pouvez indiquer quel aspect de votre thème vous allez traiter - par exemple, trois avantages de ...; ou deux raisons pour ...; ou trois points qui montrent ... etc.

Partie IV: La Presentation De La Devotion

“La Responsabilité (compte à rendre) de l’homme de Dieu, Pt. 2: Des conceptions erronées sur le Ministère Chrétien” (1 Cor. 3:18; 4:5)

By: Dr. Stephen F. Olford

Introduction

Dans les versets qui précèdent immédiatement, l'apôtre a traité solennellement sur la question de la responsabilité de l’homme de Dieu envers Dieu. En tant que planteur ou abreuvoir dans le champ agricole de Dieu, l’ouvrier chrétien doit toujours reconnaître qu'il est responsable devant Dieu. Il en est de même dans la construction de Dieu. L'ouvrier chrétien est responsable envers Dieu de la manière dont il établit la structure de l'église. Mais maintenant, Paul traite d'une vérité complémentaire qui est La Responsabilité de Serviteur envers Dieu. Bien que ces versets aient un message pour tous les croyants, il est néanmoins clair que l'intérêt principal de l'enseignement est dirigé vers les leaders chrétiens au sein de l'église locale. Le fardeau principal de Paul est de confronter ceux qui prêchent, enseignent et servent, à leur responsabilité envers Dieu à l'égard de deux questions de grande envergure. Les premières préoccupations:

I. La Question De L’orgueil

Que personne ne se glorifie dans les hommes ..." (1 Corinthiens 3:21). Il n'y a pas de plus grand danger dans les assemblées du peuple de Dieu que cette question d’orgueil. En effet, c'est le péché pour lequel Lucifer a été chassé du ciel. C'est le péché qui a maudit Eden. C'est le péché qui divise l'église de Jésus-Christ. Alors Paul condamne fermement:

1) Se glorifier de la science humaine "Que personne ne se trompe. Si quelqu'un d'entre vous semble être sage dans ce siècle, qu'il devienne fou pour devenir sage "(1 Corinthiens 3:18). Revenant à un thème qui a été traité à fond dans les chapitres 1 et 2, Paul souligne à nouveau la folie de la sagesse humaine. Apparemment, il y’avait certains dans l'église de Corinthe qui essayaient d'unir la philosophie avec la théologie. L'apôtre les avertit qu'une telle expérience équivalait à souiller le temple parce qu'il corrompait la vérité divine avec la sagesse humaine.

Maintenant, soyons clair que la Bible ne ridiculise pas la recherche honnête de l'homme pour la connaissance. Quand un scientifique découvre que deux corps d'hydrogène et un corps d'oxygène donnent de l'eau, une telle sagesse humaine n'est pas une folie. Mais quand ce même scientifique essaye d'exclure Dieu de ses propres pensées, ou essaye de trouver un moyen de contourner la croix, ou d'ignorer la révélation de la Bible, alors cette sagesse est une folie absolue. A celui-là, Paul dit: "Si quelqu'un d'entre vous semble être sage dans ce siècle, qu'il devienne un fou pour devenir sage" (1 Corinthiens 3:18).

C'est un principe spirituel qui est énoncé de diverses manières dans le Nouveau Testament. On nous dit qu'être grand, c'est devenir comme un petit enfant (Matthieu 18: 4); Pour être élevé, nous devons être rabaissés (Matthieu 23:12); et pour être sages, nous devons devenir des fous (1 Corinthiens 3:18). Il n'y a pas d'autre moyen.

Quand tout est dit et fait, nous ne pouvons pas ajouter quelque chose sur les termes de Blaise Pascal quand il a déclaré: «L'accomplissement suprême de la raison est de nous amener à voir qu'il y a une limite à la raison.» Puis il y a les paroles de ce fameux proverbe : "Celui qui ne sait pas, et ne sait pas qu'il ne sait pas, est un insensé. Evite-le. Celui qui ne sait pas et sait qu'il ne sait pas est un homme sage. Enseigne-Le.» Il s'ensuit donc que la seule façon de devenir sage est de réaliser que nous sommes des fous. La seule façon de reconnaître notre désir à apprendre est de confesser notre ignorance devant Dieu. Ainsi, Paul déclare: "... la sagesse de ce monde est une folie devant Dieu ..." (1 Corinthiens 3:19). Pour soutenir sa thèse, l'Apôtre cite de Job 5:13 et Psaume 94:11 pour démontrer le rejet de Dieu de la science de l’homme.

Nous devons nous rappeler, comme le souligne William Barclay, «que le problème de l’orgueil intellectuel est qu'il est toujours argumentatif et exclusif. Il est argumentatif en ce sens qu'il ne peut pas garder le silence et admirer. Il doit parler et critiquer. Il ne peut pas supporter que ses opinions soient contredites; il doit prouver que lui et lui seul a raison. Il ne peut jamais admettre qu’il avait tort; il doit toujours se justifier. Il n'est jamais assez humble pour apprendre; il doit toujours être en train d'établir la loi. L’orgueil intellectuel est exclusif dans la mesure où toute sa tendance est de mépriser les autres plutôt que de s'asseoir à côté d'eux. Toute sa perspective est que tous ceux qui ne sont pas d'accord avec lui ont tort. L’orgueil intellectuel ne peut probablement pas penser qu'elle peut se tromper. Il tend à séparer les hommes les uns des autres, plutôt que de les unir. "Est-il étonnant que Paul condamne un tel orgueil dans la science humaine? Mais avec le danger de s’en orgueillir dans la science humaine, il y a aussi le danger de :

2) Se glorifier dans le leadership humain "Par conséquent, que personne ne se glorifie dans les hommes. Car toutes choses sont à vous "(1 Corinthiens 3:21). Comme nous l'avons observé encore et encore, c'était le problème crucial dans l'église corinthienne. Il existait dans l'assemblée quatre groupes qui se disputaient les uns les autres et se glorifiaient donc de leurs responsables respectifs. Pour exposer la folie absolue d'une telle vantardise, Paul montre à quel point c’était ridicule pour n'importe quelle section de l'église de prétendre que Paul, ou Apollos, ou Céphas, était leur propre responsable. «Toutes choses sont à vous», déclare l'apôtre, ce qui signifie que ces dirigeants appartenaient tous à l'église entière. Aucune partie n'avait le droit de se vanter d'un pasteur, d'un enseignant ou d'un évangéliste particulier.

Pour renforcer son argument, l'Apôtre conclut ce paragraphe avec une déclaration glorieuse concernant les possessions en Christ. Je veux particulièrement que vous remarquiez l'ordre dans lequel il énumère ces possessions (versets 22-23). Il commence avec lui-même. Ce faisant, il se met au fond de l'apogée. De lui-même il continue à Apollos et à Céphas. De tels enseignants appartiennent à toute l'église à tous les âges. Ensuite, Paul considère le monde. Cela appartenait à l'église aussi. Dans un autre endroit, Paul dit que les chrétiens doivent utiliser ce monde, mais ne pas en abuser (1 Corinthiens 7:31). Le Psalmiste nous rappelle que "la terre appartient au Seigneur et sa plénitude ..." (Psaume 24: 1). Paul nous enseigne que «... Dieu nous donne richement tout ce dont nous pouvons jouir» (1 Timothée 6:17). Le Sauveur a déclaré: "Heureux ceux les débonnaires, car ils hériteront de la terre" (Matthieu 5: 7). Alors Paul continue et dit que la vie appartient à l'église. Le mot utilisé signifie la vie dans son essence et l'abondance en Christ. De plus, la mort appartient à l'église. Parce que le Christ est mort et ressuscité, la mort n'a aucune terreur pour le peuple de Dieu. La mort n'est que le serviteur qui nous introduit à la vie plus grande dans l’au-delà. Les choses présentes appartiennent à l'église - oui, et les choses à venir. Et ce qu’il y a de mieux, nous appartenons tous à Christ, et Christ est le Messie de Dieu. À la lumière de tout cela, comment les gens d'une église locale peuvent-ils être si bornés pour s’intéresser à leur intérêt? L'immensité du dessein rédempteur de Dieu pour nous devrait nous amener au-dessus de la gloire humaine en nous glorifiant en Dieu seul en Jésus-Christ notre Seigneur.

Nous voyons donc que les hommes de Dieu et les membres doivent rendre compte à Dieu en ce qui concerne l’orgueil; mais il y a un autre problème auquel ils doivent répondre, à la fois dans le temps et dans l'éternité. C'est:

II. La Question De Jugement

"Car je ne me sens coupable de rien, mais je ne suis pas justifié par cela; mais celui qui me juge est le Seigneur "(1 Corinthiens 4: 4). Maintenant, si l’orgueil est une pratique qui amène la division dans l'église locale, le jugement l'est aussi. Plus de divisions se sont produites dans l'œuvre de Dieu par un mauvais jugement que jamais ne sera pris en compte ce côté de l'éternité. Ainsi, Paul explique clairement que tous les membres de l'Église de Jésus-Christ doivent rendre des comptes à Dieu. Pour présenter son thème, Paul illustre la nature de la responsabilité d'un homme de Dieu dans le contexte de l'église. En premier lieu, il est un serviteur. "Que l'homme nous considère comme des serviteurs du Christ et des intendants des mystères de Dieu" (1 Corinthiens 4: 1). Parmi les mots grecs pour "ministre" ou "serviteur", voici un autre intéressant! Littéralement, cela signifie «un sous-rameur». Dans les navires de l'époque de Paul, l'énergie éolienne était augmentée par la main-d'œuvre. Il y avait de grandes rames de chaque côté du navire, dirigées par des sous-rameurs, qui étaient sous la surveillance d'un maître rameur. Telle est la position d'un responsable chrétien. Il est un homme sous autorité, et donc doit rendre compte devant son Seigneur et Maître. Alors Paul dit: "Que l'homme nous considère ainsi, comme les serviteurs du Christ ..."

En second lieu, le leader chrétien est un intendant des mystères de Dieu. Un intendant, dans les temps anciens, était en fait une femme de ménage. Il était responsable des magasins de ménage et de leur distribution selon les besoins. Pour cette raison même, il était "... requis que les intendants soient fidèles" (1 Corinthiens 4: 2). Une telle fidélité implique non seulement la responsabilité envers Dieu, mais aussi le compte rendu envers Dieu. En tant qu'intendant des mystères de Dieu, le serviteur chrétien est responsable envers Dieu et tenu de diriger et de nourrir le troupeau de Dieu. Comme le dit G. Campbell Morgan: "Quelle chose terrible si la description de Milton devient vraie pour ceux d'entre nous qui sont dans le ministère de l'Evangile -" ces brebis affamée regarde vers fixe les regards vers le haut et ne sont pas nourries ".

À la lumière de cette responsabilité solennelle, Paul enseigne que nous sommes tous soumis au jugement humain ainsi qu'au jugement divin. Pour appliquer ce principe, Paul souligne que:

1) Le Jugement Humain Doit Etre Considéré Avec Modération "Mais avec moi c'est une très petite chose que je devrais être jugé par vous ou par une cour d'homme. En fait, je ne me juge pas non plus moi-même"(1 Corinthiens 4: 3). Bien que le jugement humain compte pour très peu, il ne peut pas être complètement ignoré. Ce qui est remarquable, c'est qu'en dépit de l'erreur humaine, le jugement de nos semblables est instinctivement juste. En même temps, celui qui est fidèle au Seigneur ne sera pas troublé par l'opinion défavorable des autres. Il ne va pas non plus désirer tant ou ne sera exalté par leurs acclamations.

Dans ce jugement humain, Paul prend en compte non seulement la critique de ses semblables, mais le jugement de lui-même. Littéralement, il dit: «Je ne me juge pas non plus moi-même. Car je ne me sens coupable de rien, mais je ne suis pas justifié par cela ... "(1 Corinthiens 4: 3, 4). Dans un langage simple, Paul nous dit que, pendant qu’il n'est pas libre de se faire des reproches, il est assuré que son verdict sur lui-même est après tout seulement humain, et donc inadéquat pour condamner ou justifier. Par conséquent, dans le sens ultime, aucun chrétien responsable ne doit rendre compte à sa conscience ou à ses semblables, mais à Dieu. Bien que le jugement humain doit être considéré modérément.

2) Le Jugement Divin Doit Etre Sérieusement Considéré "... Celui qui me juge est le Seigneur" (1 Corinthiens 4: 4). Chaque serviteur de Dieu sera jugé maintenant et sera jugé dans un jour à venir quand le Seigneur "... mettra en lumière les choses cachées des ténèbres et révélera les desseins des cœurs; chacun recevra de Dieu sa louange qui lui est due "(1 Corinthiens 4: 5). Déjà Paul a traité du sujet du trône du jugement du Christ au chapitre 3, mais il revient à cette doctrine solennelle et amplifie sa pertinence dans nos vies avec une intrusion encore plus grande; car Paul nous dit ici qu'au jour de la révélation, les choses que nous avons cherchées à garder secrètes dans nos cœurs et cachées à nos semblables, Dieu les mettra à la lumière. Pour considérer la pleine signification d'une telle vérité, c'est être délivré pour toujours de pré-juger la vie des autres au sein de l'église locale. C'est pourquoi Paul dit: "Ne jugez de rien avant le temps" (1 Corinthiens 4: 5). En ce jour, tout sera vu à la lumière du jugement infaillible de Dieu, basé sur une connaissance absolue des faits, et une connaissance complète des «desseins du cœur». Seul Dieu connaît toutes les circonstances de la vie humaine, et Dieu seul connaît toutes les motivations du cœur humain.

Conclusion: Quel paragraphe intéressant! Personne ne peut le lire et l'étudier sans être fouillé jusqu'en sa profondeur. D'une part, nous avons tendance à nous vanter. Mais nous ne pouvons pas comprendre comment Paul condamne la folie de la science humaine et la futilité du leadership humain en dehors de Dieu, sans être rabaissé jusqu'à la poussière même.

D' autre part, il y a notre tendance à juger; mais qui peut anticiper le trône du jugement à venir sans nous taire quant à ce qui est de notre critique des autres? Donc, quel que soit notre point de vue, dirigeants et laïcs, nous devons rendre des comptes au ciel, et si nous souhaitons que Dieu nous loue en ce jour, nous devons être humbles plutôt que orgueilleux et fidèles plutôt que de critiquer dans tous les domaines de la vie de l'église.

Partie V: Plan De Sermon

Pour écouter la version audio de ces sermons en Anglais, cliquez sur ces liens:Jn. 15:1-3, Pt. 1; Jn. 15:4-9, Pt. 2, Jn. 15:10-11, Pt. 3

Titre: Cinq caractéristiques d’un vrai disciple

Point #1: La première caractéristique d’un vrai disciple est…le fait de porter des fruits (2-3)

Point #2: La deuxième carctéristique d’un vrai disciple est… démeurer (4-9)

Point #3: La troisième carctéristique d’un vrai disciple est… obéir (10-11)

Voir la prochaine édition pour les caractéristiques quatre et cinq

Related Topics: Pastors

Report Inappropriate Ad