MENU

Where the world comes to study the Bible

Report Inappropriate Ad

La Revue Internet Des Pasteurs, Fre Ed 31, Edition du printemps 2019

Edition Printemps 2018

Un ministère de…

Author: Dr. Roger Pascoe, President,
The Institute for Biblical Preaching
Cambridge, Ontario, Canada
Email: [email protected]
Phone: 519-620-2375

Partie I: Renforçant La Predication En Expose

“Renforçant les Illustrations”

A. Pourquoi Illustrer?

1. Parce Que La Bible Est Pleine d’Illustrations

Puisque Dieu a choisi de nous communiquer une grande partie de sa Parole à travers des récits, ceci devrait sûrement guider les prédicateurs dans leur communication de la Parole. Dieu a sans doute utilisé des récits pour communiquer sa vérité, car ils constituent un moyen puissant auquel les êtres humains répondent et qu'ils comprennent. Ne pas utiliser les récits dans la prédication, c'est rater une importante méthodologie de communication que Dieu a utilisée et approuvée et ne pas communiquer la vérité de manière pertinente et éclairante.

2. Parce Que Les Illustrations Vont De Pair Avec «Explication» Et «Application»

Les illustrations nous aident à expliquer et à appliquer la vérité de manière pertinente, claire et compréhensible. Ainsi, lorsque vous prêchez la vérité dans son application à des situations de la vie réelle, vous devriez pouvoir l'illustrer!

Certains prédicateurs pensent que vous laissez l'application de la Parole au Saint-Esprit seul pour la rendre claire et pertinente pour la vie. S'il est vrai que le Saint-Esprit seul peut rendre la Parole si claire et convaincante et que la vie d'une personne est changée, n'oublions pas néanmoins que le Saint-Esprit utilise le moyen de la prédication pour rendre la Parole pertinente et applicable à la vie et il nous a donné le précédent biblique des illustrations pour rendre vivantes ces applications.

Nous devons non seulement dire à nos gens quoi faire, mais donner des exemples sur comment faire ou la manière dont la vie de quelqu'un a été influencée par la Parole.

3. Parce Que Les Illustrations Aident A Surmonter La Bosse «Et Alors?

Les illustrations amènent le prédicateur à franchir le seuil de l’attention du public et dans son esprit, son cœur, sa volonté et sa conscience. Les illustrations peuvent souvent montrer à un auditeur pourquoi il a besoin de ce sermon; pourquoi cela s'applique à eux.

Les illustrations peuvent être un outil très utile pour éviter les objections des gens telles ‘en quoi cela m’est utile ?’’, car ils ne sont pas menaçants, ne sont pas contradictoires. Ils ne suscitent pas les objections des gens. Ils sont indépendants, des exemples de tiers.

B. Quelques Objectifs Et Types Des Illustrations

1. Quelques Objectifs Des Illustrations

a) Clarifier la vérité

b) Simplifier la vérité

c) Imaginer la vérité

d) Concrétiser la vérité (c'est-à-dire rendre la vérité tangible, visible, réelle)

e) Mettre l’accent sur la vérité

f) Fournir une autorité supplémentaire pour le message

g) Exprimer la vérité d'une manière différente

2. Quelques Types Et Sources D'illustrations

a) Les récits bibliques, les déclarations et les proverbes forment souvent les meilleures illustrations.

Mais un mot d'avertissement: soyez prudent lorsque vous utilisez des histoires bibliques comme illustrations. Des récits bibliques ont été donnés pour souligner un point, non pour fournir une source d’illustrations aux d’autres prédicateurs. Bien qu'il soit correct d'utiliser des récits bibliques pour illustrer un point, il est généralement préférable de citer la Bible pour son autorité et son enseignement plutôt que pour illustrer un point (bien que je ne sois pas dogmatique à ce sujet).

b) Histoire de l'Église, biographie, témoignage.

c) Histoire seculaire, littérature, information.

d) Allégorie, parabole, fable, histoire.

e) Anecdote, citation, statistiques.

f) Expérience personnelle, témoignage contemporain. Les meilleures illustrations sont souvent une "tranche de vie" - une expérience, que ce soit la vôtre ou celle de quelqu'un d'autre. Ces expériences font de bonnes illustrations car…

  • • tout le monde peut s'identifier à elles
  • • elles sont réelles"
  • • elles sont pertinentes et contemporaines
  • • elles n’ont pas besoin d’interprétation pour s’appliquer à la vie des gens

Les illustrations «tranches de vie» exigent que vous soyez attentif à…

  • • aux blessures des gens, leurs désirs, besoins, relations, occupations, leurs difficultés
  • • articles d’actualité contemporains qui parlent au cœur et à la conscience des gens
  • • ce que les gens disent, pensent et font
  • • comment les gens parlent, pensent, agissent et réagissent
  • • comment vous réagissez, pensez, parlez et agissez (afin de vous identifier avec les autres au-dedans de vous vous). Sans toujours parler de vous, généralement, ce qui vous arrive et votre comportement, cela est représentatif de presque tout le monde.

g) Des dispositifs littéraires tels que des figures de style (comparaisons, métaphores, contrastes et comparaisons), des images de mots, des jeux de mots.

h) Des leçons d'objets comme des aides visuelles et des présentations.

i) Nouvelles contemporaines, slogans, déclarations, événements. Vous pouvez trouver ces sources d'illustrations en lisant des journaux et des magazines, ou en écoutant la radio ou la télévision. Les médias audiovisuels séculaires savent mieux que quiconque ce que les gens veulent, où ils ont mal, comment ils vivent.

j) Observations de la vie en général, expériences.

k) Exemples tirés de la nature - p. ex. un insecte qui se transforme en papillon pourrait être une bonne illustration de la transformation du chrétien.

C. L’emplacement Des Illustrations

1. Où Les Placer Dans Le Flot Du Sermon

Décidez où, dans votre sermon, vous tirerez pourrai mieux profiter d'une illustration et / ou de l'endroit où vous en avez le plus besoin. Vous n’avez pas besoin d’illustrations pour chaque point de votre sermon.

L’emplacement stratégique des illustrations a beaucoup plus d’impact que le nombre que vous avez.

Cependant, il y a des endroits évidents où vous avez besoin d'une illustration:

a) L'introduction. Une illustration bien choisie attire l'attention, suscite l'intérêt, introduit le sujet et identifie le besoin.

b) Points Principaux. Je ne me sens pas obligé d’avoir une illustration pour chaque point principal. En fait, cela peut ne pas être possible, souhaitable ou nécessaire. Mais quelque part dans le sermon, vous devez illustrer votre propos, ne serait-ce que pour donner une pause par rapport à l’enseignement du sermon, c’est-à-dire pour soulager mentalement le public.

c) La conclusion. Si vous pouvez trouver une illustration appropriée pour la conclusion, cela la rendra plus puissante et plus mémorable. Encore une fois, cela peut ne pas être toujours possible, souhaitable ou nécessaire.

Voici quelques questions pour vous aider à réfléchir à l'emplacement, au nombre et au type d'illustrations [Ces questions proviennent de Ramesh Richard, Préparer des sermons d'expositions (Baker), 126]:

a) Une illustration est-elle nécessaire pour clarifier ou expliquer un point ou une section du sermon?

b) Une illustration répondrait-elle aux questions implicites de l’audience: "comment, pourquoi, quand"?

c) Une illustration rendrait-elle le point plus crédible, plus croyable, plus acceptable?

d) Quel type d'illustration présenterait à l’audience les implications et les applications possibles du point?

2. Comment Les Placer Dans Le Flot Du Sermon

L'illustration a plus de connectivité et d'impact lorsque vous avancez dans l'ordre suivant:

a) Faire le point.

b) La transition à l'illustration. Il est très utile d’assouplir votre illustration au moyen d’une déclaration transitoire, telle que: «J’ai récemment découvert la réalité de cela quand…» ou une telle déclaration.

c) Illustrer le point.

d) Éventuellement, faites une transition vers l’audience en l'appliquant ou en l'exhortant à réagir à l'illustration, bien que cela ne soit pas nécessaire.

e) Reformulez le point ou continuez avec le développement du point ou passez au point suivant.

D. Vingt Elements Permis Et Interdits Des Illustrations

1. N'utilisez pas le même type d'illustration tout le temps

Par exemple les sports qui attirent généralement surtout des hommes et seulement quelques hommes.

2. N'utilisez pas votre propre famille comme illustration

En règle générale, laissez votre famille hors de vos sermons. Ils ont assez d'exposition comme il en est ainsi. Bien qu’on vous autorise généralement à utiliser une illustration personnelle, ils ne pensent souvent pas aux conséquences ni aux implications, donc laissez-les de côté.

3. N'utilisez personne dans votre congrégation, à moins que ce ne soit pour l’encourager et ce seulement avec leur permission.

4. N'utilisez jamais quelque chose de confidentiel, même s'il est exprimé dans un langage non personnel. La personne se verra dans l'histoire et tu perdras ta crédibilité auprès de cette personne.

5. Toujours donner un bref crédit pour vos sources

Vous perdez tout impact si en citant citer la source, cela détourne l'attention de l'illustration ou devient ennuyeux. En règle générale, j’enregistre dans mon sermon les détails de la source, mais dans la prédication, je ne donne que le nom de l’auteur ou le nom de la source (par exemple, un journal).

Si vous ne connaissez pas la source (ou, si vous ne voulez pas l'énoncer), dites simplement: “Quelqu'un a dit” ou “J'ai lu quelque part”, afin que vous donniez crédit à l'endroit où il faut et n'essayez pas de le faire comme votre propre citation.

Les illustrations du domaine public ne nécessitent généralement pas de mention de leur source.

6. N’utiliser pas la même illustration deux fois avec la même audience

Vous risquez d’ennuyer votre public si vous répétez les illustrations.

7. N’utilisez une illustration qui domine le point qu’elle illustre

Assurez-vous que chaque illustration sert à la vérité et ne la domine pas. L'explication et l'application de la vérité sont au centre de notre prédication - c'est ce que le Saint-Esprit peut prendre et utiliser pour changer des vies. Nous sommes avant tout des prédicateurs, pas des conteurs.

Vous voulez que les gens se souviennent de la vérité à travers l'illustration. Ils se souviendront certainement des illustrations; assurez-vous simplement qu'ils se souviennent de ce qu'on illustre.

8. Ne tordez pas une illustration pour l’adapter simplement parce que c’est une bonne illustration.

Les bonnes illustrations sont puissantes et les prédicateurs ont tendance à vouloir les utiliser. Cela conduit à la tendance à les utiliser de manière incorrecte et inappropriée. C'est une chose que d'adapter une illustration de nature générale (comme «l'histoire du petit garçon qui…») à celle-ci, mais aucune illustration ne doit être tordue pour correspondre à votre sermon.

9. Apprenez à bien communiquer les illustrations

C'est un art appris. Regardez la réaction de votre public pour déterminer son effet.

10. Placez vos illustrations de manière stratégique pour un impact maximum

Les placements les plus stratégiques sont au début et à la fin - au début pour attirer l'attention; à la fin de mener le point à la maison et les amener à se rappeler ce que vous avez dit.

11. Gardez vos illustrations courtes

Les longues illustrations ont tendance à perdre de vue ce qui est illustré. Les longues illustrations doivent être justes du premier coup (pas de deuxième chance - lorsque vous y êtes, vous y êtes) et vous avez l’impact voulu, autrement vous perdez votre audience, vous vous sentez mal et vous perdez un temps précieux.

D’une autre manière, si une courte illustration n’a pas l’impact que vous souhaitez, vous pouvez passer à autre chose sans gêne ni perte de temps. En outre, les illustrations courtes sont plus faciles à mémoriser et à livrer sans notes. Les illustrations données sans notes ont le plus grand impact.

12. Assurez-vous que vos illustrations sont précises dans les détails et selon l’auteur.

Si vous n'êtes pas précis, vous perdez votre crédibilité. Les données historiques doivent être précises. Les citations littéraires (par exemple, les poèmes) doivent être précises. Les données statistiques doivent être précises.

13. Assurez-vous que vos illustrations conviennent à votre audience

Tenez compte des questions culturelles telles que les chiffres, les pratiques sociales, la pertinence historique, l’humour, etc. Cela devient très important lorsque vous vous adressez à une audience de culture différente de la vôtre (par exemple à l’étranger).

Les illustrations universelles sont liées aux expériences de la vie, la nature, l’histoire, et des choses semblables.

14. N’utilisez trop d’illustrations

Si vous chargez votre sermon avec des illustrations, votre auditoire en aura assez et conclura que vous ne vous êtes pas bien préparé. Tout au plus, une illustration pour chaque point majeur est généralement suffisante.

15. N’utilisez d’illustrations qui ne sont pas crédibles

Testez chaque illustration: «Est-ce possible… crédible… logique… réaliste?» Sinon, ne l'utilisez pas (même si c'est vrai) ou vous détruirez votre crédibilité.

16. Soyez très prudent avec l'utilisation de l'humour

L’humour ne doit être utilisé que s’il est naturel - c’est-à-dire sans blagues! Si une illustration ou une expérience est amusante et qu'elle convient à votre thème biblique, utilisez-la. C’est différent d’une blague, qui est un scénario inventé. N'oubliez pas que des incidents amusants que le public ne trouve pas amusants ne font que nuire à l'efficacité de votre message. Soyez donc prudents. N’utilisez pas d’humour qui pourrait être interprété comme étant de mauvaise couleur ou inapproprié (comme tout ce qui pourrait être interprété comme une insulte raciale).

17. Ne vous référez pas à vous-même de façon repétitif

Les gens aiment généralement leur pasteur, mais trop c'est trop. Ils veulent entendre plus que ce qui s'est passé dans votre vie (quand vous étiez jeune, comme vous avez grandi, des incidents dans votre église précédente, etc.). Je vous recommande de rester à l'écart des références à votre ancienne église. Si vous en parlez, votre auditoire peut légitimement conclure que vous parlerez d’eux également à d'autres. Ce n’est ni professionnel, ni nécessaire, ni approprié.

18. Ne soyez pas trop graphique

Nous sommes là pour attirer l'attention sur Dieu et sa vérité et non sur des illustrations graphiques. Généralement, le langage graphique ou les illustrations dissuadent les gens.

19. Ne pas utiliser d’illustrations usées

Les histoires que chaque prédicateur raconte sont un non-non. Soyez original. Cela prend du travail et de la recherche, mais cela en vaut la peine.

20. Assurez-vous que vos illustrations illustrent bien le sujet.

Quelque fois, vous pouvez écouter l'illustration d'un prédicateur et dire: «Qu'est-ce que cela a à voir avec le thème?». Comme pour l'humour, une illustration doit être intuitivement évidente quant à sa signification, à la manière dont elle illustre et correspond au but recherché. Vous ne devriez pas avoir à l'expliquer ou, encore une fois, comme l'humour, ça tombe à plat.

Partie II. Le Leadership Transformationel

“Le Profile D’un Leader Christian”

A quoi ressemble un leader chrétien? Qui est-il dans sa personne, son caractère, ses capacités, ses attitudes, son style de vie, sa spiritualité, etc.? Clairement, le point de départ est constitué par les qualifications spirituelles d’un dirigeant d’église énoncées dans 1 Tim. 3: 1-7 et Tit. 1: 5-9. Mais cela n’est que le point de départ, me semble-t-il. Il ne s’agit nullement d’une liste exhaustive que, si un homme en possède, est nécessairement qualifiée pour diriger l’église. Je ne pense pas que Paul ait voulu que ce soit une sorte de liste de contrôle que nous utilisons sans autre norme ou exigence. Cette liste ne dit rien sur les traits de caractère comme l’humilité, le courage ou la sagesse, mais c’est sûrement aussi des aspects importants du profil d’un dirigeant d’église. Cela ne dit rien non plus sur le don du leadership (Romains 12: 8), mais il est certain qu'un ancien doit être doué en tant que dirigeant.

Alors, quels autres aspects du caractère et de la personnalité ou de la capacité pensez-vous qu'un dirigeant d'église doit avoir? Je pense que, hormis les critères de Paul dans 1 Tim. 3, il existe dans les Écritures certains traits de caractère et de personnalité inaliénables nécessaires aux dirigeants d'église. Je pense que ceux-ci sont mieux compris en les regroupant en trois catégories:

A. Ces traits de caractère intangibles qui leur permettent de prendre systématiquement de bonnes décisions.

B. Ces traits de personnalité qui ont un impact sur ceux qu’ils dirigent en les incitant à suivre et à obéir.

C. Ces caractéristiques de «succès» qui poussent le dirigeant à atteindre des résultats tels que l’autodiscipline, la persévérance et l’endurance.

A. Traits De Caractere

Ces caractéristiques permettent aux dirigeants de prendre systématiquement de bonnes décisions. Les cinq premiers sur ma liste sont: la sagesse, l’intégrité, l’humilité, le courage et la vision.

1. La Sagesse

La sagesse est au sommet de ma liste. C'est le trait d'union sous lequel tous les autres sont englobés. La question est: "Qu'est-ce que la sagesse?" Voici ma formule: Sagesse = connaissance + expérience + maturité.

a) La Connaissance. La connaissance est notre connaissance des faits, des vérités, des principes, etc. La connaissance est liée à l'apprentissage. Des connaissances particulières proviennent de nos domaines d’expertise et d’apprentissage, qu’ils soient académiques ou professionnels.

b) Expérience. Vous ne pouvez pas être sage sans expérience. Après tout, la sagesse est acquise et apprise à travers l'expérience de la vie. L’école de la vie faite d’adversité expérientielle vous apprend la sagesse.

Tandis que l'expérience évoque «l'âge», certaines personnes acquièrent de l'expérience plus rapidement que d'autres en raison de leur exposition aux expériences de la vie et de leur volonté d'apprendre de ces expériences, que ce soit à la maison, à l'école, au travail ou dans la société.

Vous pourriez probablement dire que c'est dans cette expérience que nous mettons les connaissances à profit, comme dans un apprentissage. Après tout, l’entièreté de la vie n’est-elle pas, dans une certaine mesure, un apprentissage?

c) La Maturité. L'apôtre Paul a écrit: “Nous parlons avec sagesse parmi ceux qui sont mûrs” (1 Cor. 2: 6). Qu'est-ce que la maturité? La maturité est quelque chose qui est difficile à définir mais vous le savez quand vous le voyez. Ou, pour le dire autrement, vous connaissez l'immaturité quand vous la voyez.

La maturité agit comme un adulte et non un enfant - par exemple pas de crise de colère quand vous ne vous retrouvez pas ou quand les choses tournent mal. Contrôlez vos émotions.

La maturité physique est facile à reconnaître. Cela se produit sans que nous fassions quoi que ce soit. Nous arrivons simplement à un stade où nous arrêtons de grandir, l’effet des dents et nous ressemblons à un adulte.

La maturité émotionnelle et psychologique se produit à différents moments pour différentes personnes. Certaines personnes âgées n'atteignent jamais la maturité. À 60 ou 70 ans, ils peuvent encore être immatures dans leur comportement, leurs réactions, leurs attitudes et leur langage, alors que certains jeunes peuvent être assez matures dans ces domaines.

La maturité est liée au contrôle de soi, aux choix, à la manière dont nous exprimons les émotions. C’est une prise de conscience de qui nous sommes, de nos relations avec les autres.

La maturité a à voir avec l’endurance de douleur à court terme afin de réaliser un gain à long terme. Les personnes immatures ne voient pas les choses de cette façon. Ils veulent une satisfaction personnelle immédiate.

La maturité fait de votre parole votre lien. Cohérence. Fiabilité.

Malheureusement, la sagesse est le seul trait qui semble faire tellement défaut chez les dirigeants d'église aujourd'hui. Mais c’est ce dont nos églises ont désespérément besoin en matière de leadership. Notez les points suivants:

  • Salomon n'a pas demandé de richesses à Dieu, mais de sagesse (1 Rois 3: 9).
  • Jésus "a grandi et est devenu fort d'esprit, plein de sagesse" (Luc 2:40) ... et "il a grandi en sagesse et en stature" (2:52).
  • Les leaders dans Actes 6 étaient «sept hommes de bonne réputation, pleins du Saint-Esprit et de la sagesse» (Actes 6: 3).
  • L'apôtre Paul prie «…afin que vous soyez rempli de la connaissance de sa volonté en toute sagesse et intelligence spirituelle» (Col. 1: 9).
  • En parlant de Christ, Paul dit: «En qui sont cachés tous les trésors de la sagesse et de la connaissance» (Colossiens 2: 3).
  • Nous sommes exhortés à “marcher avec sagesse vers ceux qui sont dehors, rachetant le temps” (Col. 4: 5).

Les personnes sages consultent généralement les autres, évaluent leur performance et engagent une réflexion. Les sages accueillent favorablement un dialogue stimulant qui stimule leur pensée et leurs opinions. Les sages ne veulent pas de «oui-monsieurs» autour d'eux, mais de gens qui ont l'esprit d'initiative et la pensée indépendante.

2. L‘Integrite

Qu'est-ce que l'intégrité? L'intégrité est parfois définie comme l'adhésion à des principes moraux et éthiques. L'intégrité se manifeste dans…

a) Impartialité. Cela signifie ne jamais prendre de décisions pour plaire aux gens mais pour plaire à Dieu (Éph. 6: 6-7; Col. 3: 22-23). Faire ce qui est juste, peu importe le coût. Cela signifie ne jamais être pris dans un conflit d'intérêts. Cela signifie ne jamais favoriser une personne par rapport à une autre, peu importe qui est impliqué. Cela peut signifier refuser l’intention de quelqu'un pour ne pas être redevable à lui.

b) La Transparence. Ouverture. Aucun agenda caché quelles que soient les conséquences. Cela ne veut pas dire que vous dites tout ce que vous savez nécessairement (la sagesse et la confidentialité peuvent s’imposer autrement), mais cela veut dire que vous ne devez pas vous cacher derrière une apparence, mais que vous êtes fidèle à votre personnalité.

c) La Justice. La droiture dans ses opérations.

d) sincérité. Ne pas être faux. Pas d'arrière-pensées. Ne pas être hypocrite. Ne pas faire semblant.

e) honnêteté. Vérité, franchise. Sans tromperie ni de ruse.

f) Crédibilité. Agir de manière à ce que les gens vous fassent confiance et vous croient.

g) La Pureté morale. Cela fait partie de l'intégrité personnelle. «Faites très attention à vous» (1 Tim. 4:16). Pourquoi? Parce que vous ne pouvez pas amener les autres à la foi, ni enseigner la vérité aux gens, ni amener le peuple de Dieu dans un culte, ou intercéder pour le compte d'autrui, à moins que votre vie ne soit juste et moralement pure.

Un leader chrétien doit avoir l’intégrité. Toute votre vie doit se convenir - pas de lacunes, pas d'incohérences; juste un tout unifié.

3. L’humilite

Qu’est-ce que l’humilité? L’humilité c’est…

a) La Douceur. La douceur, c’est « de ne pas avoir une trop haute opinion de soi-même» (Rom. 12: 3) - c’est-à-dire non arrogant. La douceur, c'est «estimer les autres mieux que soi» (Phil. 2: 3). La douceur est l'attitude qui dit: «Il faut qu’Il croisse et que je diminue» (Jn. 3:30). La douceur est l'attitude qui dit: "Je suis le moindre des apôtres et je ne mérite pas d'être appelé apôtre" (1 Cor. 15: 9; cf. Eph. 3: 8; 1 Tim. 1:15).

b) La Faillibilité. La faillibilité est de savoir et d’admettre que vous ne savez pas tout. Vous pouvez et faites des erreurs. Vous n’avez pas toutes les réponses.

c) La Douceur. Ne pas brimer les autres pour votre propre bien.

d) La Servitude. Pas une célébrité qui attend l'adulation des autres, mais une personne qui sert les autres.

e) La conscience de soi. La volonté de reconnaître vos faiblesses ainsi que vos forces.

L'humilité est le contraire de l'orgueil. Il est facile de devenir fier dans le ministère, surtout s’il y a des signes extérieurs de succès en termes matériels (p. Ex. Augmentation de la fréquentation de l’église ou construction d’une nouvelle église). La prédication, en particulier, peut générer de l’orgueil. L’appréciation de votre prédication par les gens peut aller à votre esprit.

Dès que nous pensons que cela a quelque chose à voir avec nous (notre crédit; notre mérite), nous avons des problèmes. Rappelez-vous: «Dieu résiste aux orgueilleux mais Il fait grâce aux humbles» (Jaq. 4: 6; 1 Pierre 5: 5). “Humiliez-vous donc sous la main toute puissante de Dieu, afin qu'il vous élève au moment convenable” (1 Pierre 5: 6). Quand le moment sera venu, il vous exaltera - pas vous-même.

4. Courage

Qu'est-ce que le courage? Le courage n'est pas de l'audace, ni de la grossièreté, ni du franc-parler. Le courage consiste à faire ce qui est juste quelles que soient les opinions des autres, malgré les oppositions, les conséquences, les critiques, les échecs ou le découragement. Le courage consiste à avoir une conviction quant à la marche à suivre et à la mener à bien. Le courage est debout pour la vérité. Le courage est la certitude qu’avec l’aide de Dieu, «nous pouvons le faire».

Rappelez-vous: «Dieu ne nous a pas donné l'esprit de peur…» (2 Tim. 1: 7). Martin Luther, lors de son voyage à Worms pour faire face à un interrogatoire sur ses enseignements, a déclaré: «Vous pouvez tout attendre de moi, sauf la peur ou la rétractation. Je ne vais pas fuir, encore moins me rétracter.» C'est du courage.

Le leadership chrétien n’est pas facile. Ça demande le courage.

Il faut du courage pour prendre des décisions difficiles - faire ce qui est juste quelles que soient les conséquences.

Une prise de décision claire, fondée sur Dieu, est la marque d'un bon leader spirituel, comme…

  • Abraham pendant la crise de Sodome et le sauvetage de Lot (Genèse 14: 14.)
  • Moïse quand il a décidé d’abandonner les plaisirs et le pouvoir de l’Égypte (Hébreux 11: 23-28)
  • Paul dans la tempête (Actes 27)

Chaque fois que vous serez confronté à un tournant décisionnel, vous serez un exemple de courage ou de lâcheté. David et Daniel étaient des hommes de courage. Jonas et Gédéon étaient des hommes de lâcheté.

Il faut du courage pour faire face à des situations difficiles - faire face aux obstacles, attaques, critiques personnelles et oppositions (de la part des gens; de Satan, etc.). Il faut du courage pour prêcher quand vous avez été vivement critiqué pendant la semaine (cf. Jér. 1: 17-19). La critique est l’un des pires ennemis à vous épuiser. Il amplifie vos insécurités, détourne votre regard de la tâche à accomplir et porte sur vous-même, épuise votre énergie et votre enthousiasme, vous rend défensif et vous isole.

C’est pourquoi je pense que la critique négative et destructrice (l’esprit du jugement) est un outil de Satan. Je crois aux concepts bibliques de réprimande, d'exhortation et de confrontation (2 Tim. 4: 2), mais la critique destructive n'a pas sa place parmi le peuple de Dieu. Les critiques sont généralement négatives, destructives - il s’agit de ce que les gens ne veulent pas ou n’aiment pas, pas de ce qui honore Dieu ou bénéfique pour son peuple. Les critiques peuvent déformer votre vision du ministère et des personnes à qui vous exercez le ministère.

Il faut du courage pour persévérer dans les moments de découragement spirituel: maintenir le cap lorsque le découragement s’installe, lorsque vous pensez que vous êtes un échec, lorsque vous travaillez dur, mais il semble que personne n’écoute ni ne réagit.

Rappelez-vous: trois fois, Dieu dit à Josué d'être fort et de bon courage. Pourquoi? Parce qu'il savait que les tentations et les épreuves auxquelles Josué serait confronté risquaient de le décourager et de l'inciter à choisir la solution de facilité.

5. La Vision

Qu’est-ce que la vision? La vision n’est pas un monde de rêve «tête dans les nuages»; ce ne sont pas vos propres aspirations. La vision est…

a) Voir ce qui est possible.

b) «Voir l'invisible» comme Moïse l'a fait (Hébreux 11:27) et les patriarches, qui ont vu les promesses de loin, même s'ils ne les ont pas reçues eux-mêmes (Hébreux 11:13).

c) Fixer des objectifs et des orientations réalistes et réalisables.

d) Un sentiment d'optimisme: «Je puis tout par Christ qui me fortifie» (Phil. 4:13) - c'est-à-dire les choses que je suis capable de faire et que je vais faire, je le fais avec la force que Christ pourvoit.

B. Des Traits De Personalite

Par traits de personnalité, je désigne les caractéristiques personnelles qui influencent les personnes que vous dirigez. C'est la capacité d'inspirer les autres à suivre et à obéir. C'est ce que l'on appelle parfois le «pouvoir de la personne». Vous ne pouvez pas apprendre cela. Vous l’avez ou vous ne l’avez pas. C'est un charisme - pas artificiel ou superficiel, mais authentique et interne.

C. Des Traits De Succes

Les traits de succès sont les caractéristiques qui poussent un leader à atteindre des résultats. Ceux-ci incluent des traits comme l'autodiscipline, la persévérance, l'endurance. Poursuivre malgré le découragement car on voit le but. Encourager les membres de votre équipe à continuer. Cela vient de la volonté interne de faire une différence dans votre vie. C'est une question de motivation.

Conclusions

Ces cinq traits de caractère déterminent si un leader prendra systématiquement les bonnes décisions, influencera de manière décisive ceux qu’il dirige et le pousse à atteindre ses objectifs.

Partie III. Plan De Sermon

Pour écouter la version audio de ces sermons en anglais, cliquez sur ces liens: Link 1 - Jn. 20:19-21; Link 2 - Jn. 20:21-23; Link 3 - Jn. 20:24-31

Titre: Je viens de voir Jésus

Thème: The choc et la réalité de la résurrection

Point #3: La résurrection de Jésus transforme la peur en courage (19-23)

(Voir la version Winter 2019 de ce journal pour les points #1 et #2)

1. Le Jésus ressuscité apaise nos peurs (19-20)

a) Il atténue nos peurs par ce qu'il dit (19)

b) Il atténue nos peurs par ce qu'il fait (20)

2. Le Jésus ressuscité active notre courage (21-23)

a) Il active notre courage pour continuer son œuvre (21)

b) Il active notre courage de parler avec autorité (22-23)

Point #4: La résurrection de Jésus transforme l'incrédulité en foi (24-29)

1. L'incrédulité n'est pas convaincue par un témoignage de seconde main (24-25a)

2. L'incrédulité nécessite des preuves concrètes (25b-28)

a) La preuve concrète est ce que dit Jésus (26)

b) La preuve concrète est ce que Jésus a fait (27a)

3. La preuve concrète exige un verdict (27b-29)

a) La conviction est prouvée par une grande confession de foi (28)

b) La foi est honorée par une grande bénédiction de Jésus (29)

i) C’est bien de voir et de croire (29a)

ii) C’est encore mieux de croire avant de voir (29b)

Conclusions (30-31)

Related Topics: Pastors

Report Inappropriate Ad