MENU

Where the world comes to study the Bible

Report Inappropriate Ad

La Revue Internet Des Pasteurs, Fre Ed 30, Edition de l’hiver 2019

Edition Hivers 2019

Un ministère de…

Author: Dr. Roger Pascoe, President,
The Institute for Biblical Preaching
Cambridge, Ontario, Canada
Email: [email protected]
Phone: 519-620-2375

Partie I: Renforcement De La Predication Par Exposition

“Renforcer la Conclusion”

La conclusion est généralement préparée à la fin de la préparation de votre sermon, juste avant l’introduction (ou simultanément avec l’introduction). L'introduction et la conclusion vont de pair - le dernier finalise le premier. De la même manière qu'une introduction faible risque de ne pas impliquer votre public avec le contenu de votre message, de même une conclusion faible court le risque de ne pas engager votre auditoire avec les exigences du message.

Le but primordial de la conclusion est de bien clôturer votre message - et le message n'est pas correctement clos s'il ne motive pas la transformation de la vie. C’est ce pourquoi nous prêchons: ce n’est pas transmettre d’informations intéressantes; ce n’est pas remplir nos têtes avec la connaissance; ce n’est ne pas se faire du bien, mais être un catalyseur du changement de vie. Nous «persuadons les hommes et les femmes» (2 Cor. 5:19).

Vous pouvez détruire l'efficacité de votre sermon avec une faible conclusion. Beaucoup de prédicateurs ne savent pas comment conclure un sermon. Ceci est vrai dans les discours publics et dans la prédication. Un conclusion faible est comme l’homme qui a commencé à construire une tour mais n’a pas pu la terminer.

Notez deux dangers importants en ce qui concerne la conclusion:

1. Conclure avant que le sermon soit terminé.

2. Conclure après que le sermon soit terminé.

Une Conclusion faible est principalement due à deux choses:

1. Une pensée, préparation et prière insuffisantes pour la conclusion et pour ce que vous (et le Saint-Esprit) voulez accomplir par ce biais.

2. Le manque d'attribuer à la conclusion l'importance qui lui est due.

A. Les Elements De Base Elements D’une Bonne Conclusion

1. Le Résumé: «Crystallisez» La Vérité

La répétition est l’un des meilleurs moyens d’enseigner. La structure de base en trois volets est la suivante:

(1) Dites-leur ce que vous allez dire (l'introduction)

(2) Dites-le (le corps)

(3) Dites-leur ce que vous venez de dire (la conclusion)

Assurez-vous simplement de ne pas trop répéter, résumez seulement. Et ne le dites pas avant-propos (en préface) avec une phrase prévisible telle que: «Ce que nous avons appris ce matin, c’est…» Faites-en un élément naturel de votre conclusion en ne le formulant pas sous forme de résumé, mais en couvrant cette partie et le flux de pensée du sermon dans votre conclusion.

C’est bien de répéter votre proposition à la fin et à divers endroits tout au long de votre sermon s’il existe un lieu naturel pour ça. En faisant cela, vous accomplissez plusieurs étapes importantes:

(1) Vous rappelez à votre auditoire votre point de départ en établissant un rapport entre l’introduction et la conclusion.

(2) Vous « cristallisez » (solidifiez) le point théologique général du sermon et du texte.

(3) Vous aidez l’auditoire à se rappeler le but du sermon.

(4) Vous montrez que vous avez prêché ce que vous aviez dit que vous feriez - c’est-à-dire que vous avez prouvé ce que vous avez dit, ou expliqué la vérité, ou les avez exhorté à adopter une idée ou avez répondu à la question que vous avez posée au début.

(5) Vous mettez à nouveau le sermon entier dans une phrase et cette fois-ci, la lumière devrait pénétrer dans l’esprit de votre auditoire si elle n’est pas encore pénétrée. Ils devraient dire: «Oui! C’est la vérité du passage ! »

Une façon de résumer votre sermon est de répéter les points principaux. De cette façon, ils peuvent rapidement reprendre le sermon sous forme de schéma, et voir d'où vous venez et certainement savoir où ils doivent aller maintenant.

Si vous avez énoncé dans votre introduction le but de votre sermon, vous pouvez le répéter à la fin en clarifiant le défi du message afin qu'il soit parfaitement clair et que votre auditoire soit recentré sur votre motivation.

Cette récapitulation a pour but de clarifier - de clarifier de manière claire le défi que représente le message : cristalliser la question centrale; et pour donner votre dernière pensée clarifiante.

Essayez de vous référer à votre point de contact initial (si possible). Vous avez peut-être raconté une histoire illustrant le problème, récité un poème ou donné un exemple. En y renvoyant, le public le verra maintenant à la lumière de ce que vous venez de prêcher. Ou peut-être avez-vous laissé quelque chose en suspens et vous pouvez maintenant compléter l'histoire ou répondre au problème. En se référant à l'introduction, cela fait en quelque sorte un encadrement au sermon (ou la fin d'un livre) - cela apporte la conclusion.

2. Une Illustration: “Visualiser” La Verite

Une bonne illustration est un moyen très efficace de rassembler le sermon dans la conclusion. Si vous choisissez la bonne illustration, elle représentera une image du thème que vous avez prêché et l’afficher dans l’esprit des auditeurs. Grâce à des illustrations, les gens peuvent voir la vérité que vous avez présentée et leur propre vie comparée à celle-ci.

Les illustrations rendent la vérité abstraite visuelle et concrète. Assurez-vous d’utiliser uniquement une illustration qui correspond au thème de votre sermon et qui ne dure pas longtemps. Vous pouvez conclure avec de la poésie (ou un hymne) ou une citation pertinente et puissante comme dernière "illustration". La valeur particulière de la poésie est qu’elle exprime des vérités abstraites avec des images de mots colorés et uniques sous une forme condensée.

3. Une Exhortation: “Concretisez” And “Personalisez” La Verite

L'exhortation, comme la répétition, recentre l'attention sur le but du sermon, principalement motiver les auditeurs à faire quelque chose; prendre des «mesures morales et spirituelles»; obtenir un message à retenir personnellement.

Dans cette partie de la fin, dites-leur ce que vous voulez qu'ils fassent – c’est-à-dire. changer leurs comportements, leurs pensées, leurs attitudes, leurs relations, obéir à la vérité, etc. Si le sermon fait voir la culpabilité, les gens devraient déjà se poser la question : "Que devons-nous faire?" Ou "Pourquoi devrions-nous le faire?" Ou "Comment pouvons-nous le faire?" Notre tâche est de répondre à ces questions non exprimées en leur disant "quoi", "pourquoi" ou "comment "En leur demandant de se repentir et d'obéir à la vérité."

Parfois, le texte lui-même vous donne l'application finale. Plusieurs fois dans les écrits de Paul, un paragraphe se termine par une application finale.

Personnalisez votre exhortation (appel)– adressez-vous à eux en disant «vous». Maintenant que vous avez dépassé le stade de "nous". C'est le rôle du prophète de parler pour Dieu et d'exiger que le peuple réponde.

Ceci est la dernière "application". Même si vous avez appliqué la vérité tout au long du sermon, la conclusion vous donne une dernière chance pour des éclaircissements particuliers et personnels. Alors, rendez-le concret et vivant. Donnez des exemples spécifiques d'actions que vous attendez à la suite de ce sermon. C'est ce que Jésus a fait à la fin de son sermon sur la montagne, où il a combiné à la fois une illustration vivante et une application puissante (Matt. 7: 24-26). C'est votre dernière chance de rendre le sermon pertinent - de combler le fossé entre le monde biblique et le monde contemporain et de fournir des réponses aux ‘’ questions pourquoi, quoi, comment’’. Assurez-vous que votre demande est enracinée dans le texte et non dans votre propre expérience ou convictions.

Ici, vous «implorez» comme les apôtres l'ont fait- en les encourageant, en les plaidant (par exemple, d'être réconciliés avec Dieu), en les exhortant (par exemple, d'être conformes à Christ).

4. L’ Invitation: “Actualisez” La Verite

Cela donne aux gens l’occasion de réagir - d’actualiser la vérité dans leur vie. Cette partie de votre conclusion prendra différentes formes en fonction du type de sermon et d’audience à laquelle vous prêchez. Mais, en général, c'est là que vous présentez un verdict. C'est l'heure de prise de décision. Tous les bons sermons exigent une décision quelconque. Ainsi, à la fin, nous adressons un appel direct et personnel à leur réponse.

Ceci est courant dans les sermons bibliques. Par exemple, Josué a lancé un défi au peuple dans Josué 24:15: «Choisissez-vous aujourd'hui pour qui vous allez servir. Mais quant à moi et à ma maison, nous servirons le l’Eternel ». Voici comment Pierre conclut dans Actes 2: 36-40:« Que toute la maison d'Israël sache donc avec certitude que Dieu a fait Seigneur et Christ ce Jésus que vous avez crucifié». C’est l’appel direct de Pierre à leurs consciences, auquel ils ont immédiatement réagi:« Que ferons-nous? »et il a actualisé la vérité en les invitant à « se repentir et se faire baptiser ». C'est ainsi que Paul a conclu son sermon dans Actes 17: 30-32: «Dieu sans tenir compte des temps d’ignorance annonce maintenant à tous les hommes en tout lieu, qu’ils aient à se repentir, par ce qu’Il a fixé un jour où il jugera le monde selon la justice par cet Homme qu'il a désigné, ce dont Il a donné à tous une preuve certaine en le ressuscitant des morts. Et quand ils ont entendu parler de la résurrection d'entre les morts, certains se sont moqués…. ‘’

Le but du prédicateur n’est pas de renvoyer les auditeurs tels qu’ils sont venus et le but des auditeurs n’est pas non plus de repartir tels qu’ils sont venus. Nous prêchons et les gens écoutent pour être transformés par la Parole et le Saint-Esprit par le biais de la prédication.

Assurez-vous de laisser du temps au Saint-Esprit pour concrétiser le message dans la vie des gens. Ne vous précipitez pas là-dessus comme c’est parfois la tendance. Ne soyez pas gêné de le faire. Peut-être devez-vous dire au préalable que vous demanderez à prendre une décision afin que cela ne soit pas une surprise et qu’ils se préparent à recevoir leur réponse tout au long du message.

La fin est votre dernière motivation - la motivation finale pour qu'ils grandissent en tant que chrétiens ou qu'ils deviennent chrétiens. Les temps de réponse doivent être adressés aux croyants et aux incroyants. Les croyants ont besoin de se réconcilier avec Dieu et les uns avec les autres - confessez et repentez-vous du péché, des habitudes, des attitudes, des relations, des croyances, des paroles, etc. Les incroyants doivent s’arranger avec Dieu - être réconciliés avec Dieu, avoir confiance en Christ, recevoir le pardon, etc.

Les temps de réponse peuvent être privés ou publics. Tout cela ne doit pas nécessairement avoir lieu dans le service de la congrégation. Une réponse privée peut avoir lieu juste là où ils sont assis - par exemple pour la confession, la repentance ; ou bien il peut s’agir d’une réunion après-rencontre pour ceux qui en recherchent (c'est-à-dire ceux qui veulent en savoir plus). Une réponse publique peut signifier se présenter à ceux qui veulent professer la foi ou lever la main pour que vous reconnaissiez et priez pour eux.

B. Lignes Directrices Utiles Pour La Conclusion

1. Soyez Conclusif

Quand vous commencez à conclure, tout le monde le saura - alors faites-en une conclusion. Montrez un sens d’achement et de conclusion au message. Ne continuez pas à dire plus de choses que vous avez oubliées auparavant. N’introduisez pas de nouveau matériel – cela est manière e de détruire une conclusion. C'est l'une des faiblesses les plus courantes des conclusions. Le nouveau matériel ne fait que brouiller les cartes et nuire à la tâche à accomplir.

2. Soyez Clair Et Defini

Votre exhortation ne devrait laisser aucun doute à l'esprit de vos auditeurs sur ce que vous attendez d'eux (par exemple, répondre à l'invitation) et pourquoi. Votre demande doit répondre aux questions «quoi», «pourquoi» et «comment». Demandez-vous si tout le monde peut clairement comprendre ce que vous leur avez lancé le défi? Essayez de vous mettre à leur place, n'ayant pas étudié le texte comme vous l'avez fait et y ayant passé le temps dont vous disposez.

3. Soyez Precis

Assurez-vous que votre conclusion est précise et adaptée au défi textuel.

4. Soyez Véritable En Approche Et En Atmosphère

N’essayez pas tout à coup de devenir un prédicateur célèbre comme Billy Graham, car vous vous attendez à ce que des masses viennent au premier plan pendant que vous chantez «Tout comme je suis». Utilisez votre propre approche naturelle pour conclure ce sermon.

5. Soyez Personnel

Ne terminez pas votre sermon sur une note confuse et obscure, ni sur une note impersonnelle. C’est déjà assez difficile pour les gens de saisir la vérité abstraite à partir seulement d’un prédicateur impersonnel.

Vos auditeurs doivent être convaincus que ce que vous avez dit était juste pour eux - que vous connaissez les secrets les plus profonds de leurs cœurs et de leur vie. Souvent, les auditeurs diront que vous avez frappé au cœur de leur vie. Comment avez-vous su? Bien, ce n’est vous, mais c’est le Saint-Esprit qui le sait.

Les auditeurs doivent quitter le service avec un défi personnel, des réponses à leurs questions, des solutions à leurs problèmes, avec joie d'être venus entendre la Parole de Dieu prêchée. À cet égard, essayez de toujours leur laisser un mot d’espoir. La Parole de Dieu est vraiment une bonne nouvelle. Assurez-vous de la prêcher en tant que telle. Il y a tant de choses à provoquer le désespoir dans le monde. Ne pas dupliquer ou exagérer cela dans l’église. Les gens viennent à l'église avec un désespoir absolu à la recherche de bonnes nouvelles, d'espoir, de réponse à leurs problèmes. Assurez-vous de leur donner une raison et des moyens d'espérer.

Posez-vous la question suivante: “Chaque personne sera-t-elle touchée personnellement par ce message?” Parcourez mentalement vos bancs, visualisez votre assemblée et appliquez cette question à chaque personne.

6. Soyez Pratique

S'il y a une foule nombreuse et que vous leur demandez de venir devant, vous devez leur laisser le temps de venir et il doit y avoir un espace pour eux. Si la réaction à l’appel est grande, vous avez besoin de conseillers pour vous aider ou d'une rencontre après-culte pour les prendre soin d’eux. Si les non-croyants répondent, il vous faut du matériel. Si les nouveaux répondent, vous avez besoin de matériel sur l’église et les ministères pour leur donner.

7. Être Instructeur Concernant La Reaction A L’appel

Faites de votre invitation un message significatif et avec un objectif, non pas simplement quelque chose que vous êtes censé faire à la fin d’un culte (cela devient un simple rituel). Donnez-leur des instructions sur ce qu'il faut faire, comment réagir - c'est-à-dire à quoi devrait ressembler leur réaction, soit immédiatement pendant le culte, soit plus tard dans leur vie, à mesure que les principes du sermon sont mis en pratique.

8. Soyez Appropries

Assurez-vous que votre conclusion est appropriée pour l'occasion, le message et l'auditoire. Assurez-vous que votre application est enracinée dans le texte. Assurez-vous que votre illustration (si vous en utilisez une) est étroitement liée au message et au texte (de sorte qu’elle n’a pas besoin d’être expliquée), ainsi qu’aux auditeurs. Posez-vous la question: "Cela est-il proche de mon public, de mon message, de cette occasion?"

C. Des Dangers A Eviter

1. La Conclusion Trop-Tiree (Ou Conclusion “Rajoutée”)

C'est comme une voiture qui continue à rouler un peu après qu’elle soit éteinte. Peu à peu, le prédicateur accumule un peu plus de choses, puis un peu plus, jusqu'à ce que le but du sermon soit non seulement perdu, mais que l'attention et la réactivité de l’audience soient également perdues.

Savoir arrêter est aussi important que savoir commencer. Vous avez probablement tous entendu (douloureusement) quelqu'un donner un témoignage à l'église et ne pas savoir comment arrêter. Il est très frustrant pour les auditeurs de continuer sans cesse lorsqu’ils savent que vous essayez de terminer.

2. La Conclusion Tourner En Rond

Cela se produit lorsque le prédicateur semble conclure et recommence ensuite pour s'aligner avec une autre conclusion. Il ne peut tout simplement pas décider quand et comment s’arrêter. Parfois, le prédicateur peut terminer et ensuite dire: «Ce que je veux dire par là est…» et recommencer la conclusion. Assurez-vous de savoir quelle est votre fin et n'en avez qu'une.

3. La Conclusion De “Deja Vue”

C'est une conclusion qui, au lieu de résumer le sermon, le répète en réalité, de sorte que vous l'entendiez de nouveau. C’est comme un de ces moments déjà-vus où vous êtes absolument certain d’être déjà venu ici, avez vu cela auparavant. Cela peut arriver s’il réalise qu’il a omis quelque chose ou n’a pas dit exactement ce qu’il voulait dire la première fois. Dites ce que vous avez à dire et terminez.

4. La Conclusion Dite ‘’Miettes’’

Parfois, tout ce que le prédicateur n’a pu dire dans le sermon, il met dans sa conclusion. Soyez discipliné pour éliminer tout ce qui n’est pas pertinent pour votre message. N'essayez pas d'inclure tout ce que vous avez trouvé dans vos recherches. Soyez impitoyable sur la suppression de matériels. Mettez tout cela à l'épreuve: "Est-ce pertinent pour le thème du sermon?"

Un sermon n'est pas un commentaire sur le passage dans lequel vous exposez tous les points de vue et tout ce que tout le monde a écrit sur le sujet. Un sermon est comme un coup de fusil (focalisé, un coup) et non un coup de fusil (plusieurs coups, distribution large).

5. La Conclusion ‘’Meme Jeu’’

C’est là où chaque conclusion suit le même format afin que tout le monde connaisse l’approche que vous allez adopter car vous le faites toutes les semaines. Comme la diversité des introductions est importante, il en est de même pour la diversité des conclusions. Ne la faites pas de la même façon chaque semaine.

6. La Conclusion “Manipulative”

C'est un danger à éviter à tout prix. La manipulation ou l'intimidation sont des tentatives pour forcer les décisions par des ruses ou des pressions. L'exhortation, de son côté, est simplement un appel à la congrégation pour qu'elle réponde à la vérité du sermon lorsque le Saint-Esprit applique le message dans son cœur et sa volonté.

D. Dernieres Remarques Au Sujet De La Conclusion

1. Reflechissez Et Écrivez Totalement Votre Conclusion

Vous ne voulez pas laisser cela sur place. C’est trop important et souvent trop difficile à faire de manière extemporanée.

2. Connaître La Conclusion

Cela a déjà été établi dans votre introduction - dans l’ "objectif " du sermon et la "proposition" du sermon. La conclusion est donc liée à l'introduction.

3. Laisser Le Temps A La Conclusion

Ne vous précipitez pas. Laissez-la s'enfoncer dans ce que vous attendez d'eux. Donnez-leur une chance de répondre.

4. Ajustez La Conclusion Du Message Préché

Si vous avez apporté des changements au fur et à mesure que vous avez prêché le message, vous devrez incorporer ces changements dans votre conclusion.

5. Faites Confiance À Dieu Pour Le Résultat

En fin de compte, seul le Saint-Esprit peut changer la vie des gens. Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour faciliter ce changement (après tout, nous sommes les agents que Dieu a choisis pour faire ce travail). Mais lorsque nous avons fait notre part, les résultats restent la tâche de Dieu. Lui faire confiance pour le résultat est un grand soulagement pour le prédicateur, en particulier lorsque vous ne voyez pas les résultats que vous souhaitez ou que vous attendez.

Partie II. Exposition Biblique

“Les Procès dans l’église” (1 Cor. 6:1-11) 1

Dr. Stephen F. Olford

Introduction Dans ce passage, Paul traite du deuxième désordre dans l'église qui avait été porté à son attention. Cela avait à voir avec des litiges ou des cas de poursuites dans l'assemblée. C'était un problème qui touchait principalement l'élément grec de l'église. Les Juifs n’ont généralement pas recours aux tribunaux. En effet, leur formation leur interdit expressément de le faire. Avec les Grecs, cependant, il en était autrement. Ils ont pris plaisir dans la pratique de se poursuivre mutuellement! Toute leur vie semblait être liée à une procédure légale.

L'apôtre, en revanche, nous montre dans ces versets que, lorsque des chrétiens se disputent entre eux, on devrait les faire juger par leurs frères chrétiens et non par des juges non régénérés. Bien entendu, cela ne signifie pas que nous ne devons jamais avoir recours aux tribunaux de notre pays. Il y a des conditions et des circonstances qui exigent cela. En fait, il est bon de rappeler que l'auteur même de cette épître, l'apôtre Paul, a fait appel à une cour terrestre à une occasion (Actes 25:11); mais cela n'a jamais été en relation avec des conflits au sein de l'église de Dieu, ou des conflits entre frères chrétiens. Ainsi, l’enseignement clair de cette partie importante de la Parole de Dieu est le suivant:

I. Les Litiges Entre Chrétiens Sont Contraires A La Destinée De L'église

«Quelqu'un de vous lorsqu’il a un différend avec un autre, ose-il plaider devant les injustes et non devant les saints? Ne savez-vous pas que les saints jugeront le monde? Et si c’est par vous que le monde sera jugé, êtes-vous indigne de rendre les moindres jugements? Ne savez-vous pas que nous jugerons les anges? Et nous ne jugerions pas, à plus forte raison, les choses de cette vie? Quand donc vous avez des différents pour cette vie, ce sont les gens que l’église ne fait aucun cas que vous prenez pour juges !(1 Corinthiens 6: 1-4). Paul introduit son sujet avec des mots d'étonnement et de défi. Il dit: «Quelqu'un de vous… ose-il plaider devant les injustes?» (V. 1). Ensuite, il en déduit deux raisons pour lesquelles une telle pratique est contraire au destin de l'église. En premier lieu, les saints sont destinés à juger le monde (v. 2). Tant dans les évangiles que dans les épîtres, on nous apprend cette vérité étonnante.

Jésus a dit: “… je vous dis que, dans la régénération, lorsque le Fils de l'homme sera assis sur le trône de sa gloire, vous qui m'avez suivi, vous serez aussi assis sur douze trônes, à en juger les douze tribus d'Israël” (Matthieu 19 : 28).

Jude a déclaré : «… le Seigneur vient avec dix mille saints pour exécuter son jugement sur tous, pour convaincre tous les méchants de tous leurs actes impies qu'ils ont commis d'une manière impie et de toutes les choses dures que des pécheurs impies ont parlé contre lui » (Jude 14-15).

Paul nous rappelle que “si nous souffrons, nous régnerons aussi avec lui…” (2 Timothée 2:12). Quelle destinée est-ce! Et combien le croyant est-il uni et élevé avec Christ, tant en position qu'en puissance! Et pourtant, les Corinthiens ignoraient tout cela délibérément ou par négligence. Au lieu d'exercer l'autorité spirituelle qui était la leur en vertu de l'unité avec leur Maître ressuscité, ils étaient désespérément incapables de gérer les petites disputes dans l'église locale.

La deuxième raison de Paul est un développement de la première. Il demande: «Ne savez-vous pas que nous jugerons les anges?» (V.3). Il étend ce qu'il a déjà dit pour inclure l'autorité ultime que les saints partageront avec leur Seigneur sur tous les êtres créés dans le royaume éternel. La perspective est à couper le souffle! Et pourtant, c'est vrai parce que Dieu le déclare.

Comment insensés étaient-ils donc les croyants de Corinthe et comment insensés sont-ils les croyants d’aujourd’hui de ne pas être en mesure de juger sur des questions relatives à cette vie (v. 3). En réalité, l'apôtre suggère avec ironie que même les «moins estimés de l'église» (v. 4) devraient être mieux qualifiés que les meilleurs juges sur terre pour régler les différends dans l'église. Nous voyons ainsi que les litiges entre chrétiens sont contraires à la destinée de l'église.

II. Le Litige Entre Chrétiens Est Contraire A La Politique De L'église

«Je dis cela à votre honte. Est-il vrai qu'il n'y a pas parmi vous un homme sage, pas même un homme, qui sera capable de juger entre ses frères? Mais un frère va poursuit un frère, et cela devant les incroyants ! » (1 Corinthiens 6: 5-6). Le sens général de ces deux versets montre clairement que la politique divine en matière de règlement des conflits au sein de l'église est double:

Premièrement, ces querelles et problèmes n’ont absolument rien à voir avec les incroyants. Rien ne pourrait être plus contraire au but de Dieu pour l’église locale que de s’attendre à ce que des juges non régénérés et injustes gèrent les affaires du peuple de Dieu. Une église locale sombre très bas lorsqu'elle est obligée de recourir aux conseils de personnes du monde sur des questions relatives à la vie, à la foi et à la pratique chrétiennes. En effet, descendre à ce niveau, c'est admettre faussement devant les païens que le mode de vie chrétien est inadéquat.

Deuxièmement, l'arbitrage ou « règlement fraternel » comme le mot « juge » signifie dans ce verset, se confier à des « sages » dans l'église. L'église n'est pas essentiellement une démocratie, mais plutôt une théocratie - ou plutôt une «Christocratie». La chaîne de commandement du Seigneur Jésus établit une chaîne de commandement en matière de direction et d'arbitrage. L'Église doit s'incliner à cela, car l'Écriture dit: «Obéissez à ceux qui ont la l’autorité sur vous…» (Hébreux 13: 7). Là où il y a un leadership dirigé et enseigné par l'Esprit, il ne devrait y avoir aucun problème qui ne puisse être résolu. Paul rend cela très clair par la manière dont il aborde la situation incongrue et incohérente dans l'église corinthienne. Il s'exclame: «Je dis cela à votre honte…» (6: 5), puis demande en termes humiliants s'il est possible ou non de «trouver» un «homme sage» dans l'assemblée capable d'arbitrer entre un croyant et un autre!

Nous pourrions ajouter que cette politique divine n'a jamais été annulée. Dieu attend toujours que son église soit gouvernée et jugée selon Sa parole.

III. Le Litige Entre Chretiens Est Contraire A La Charite De L'église

«Maintenant, par conséquent, c’est déjà certes un défaut chez vous que d’avoir des procès les uns avec les autres. Pourquoi n'acceptez-vous pas plutôt le mal? Pourquoi ne vous laissez-vous pas plutôt dépouiller? Non, vous faites l’injustice et vous dépouillez, et c’est envers frères que vous agissez de la sorte! » (1 Corinthiens 6: 7-8). Au chapitre 13 de cette épître, Paul énonce la motivation suprême pour chaque acte et réaction dans la vie de l'église. Cette motivation est l'amour. En effet, il dit que tout avoir et manquer de "charité" ou "d'amour" c'est ne rien avoir. L'apôtre ne faisait que répéter les paroles du Maître: «A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous vous vous aimez les uns les autres» (Jean 13:35). Il est clair que l'apôtre a en tête cette «motivation suprême» dans le traitement de ce sujet délicat de litige.

Vous remarquerez que le mot «frères» est répété constamment dans ces versets (5, 6, 8). Ensuite, il ajoute qu'il vaudrait mieux de souffrir de la part d'un frère chrétien que de ne pas avoir assez d’amour pour porter le différend devant un tribunal païen. Ainsi, au verset 7, dans la Version Standard Révisée, on lit comme suit : « Entamer des procès, c'est une DEFAITE pour vous ». En d'autres termes, Paul dit qu'il est possible de remporter une victoire juridique tout en subissant une défaite morale. Ou encore, il est possible non seulement de refuser d'endosser le tort, mais aussi d'infliger un tort plus grave aux autres. Une telle attitude et un tel esprit sont l'antithèse même de l'amour du Christ et du Calvaire. En ce qui concerne notre Sauveur, nous lisons ceci : «… quand il a été insulté, il n'a pas insulté de nouveau; quand il a souffert, il n'a pas menacé; mais s'est engagé envers Celui qui juge avec justice»(1 Pierre 2:23). Voyez-vous, l’aspect de la chair, avec toutes ses nombreuses formes d’amour de soi, de ressentiment et de vengeance, s’annule lorsque la croix est appliquée par la puissance du Saint-Esprit.

IV. Un Litige Entre Chretiens Est Contraire A La Purete De L'église

«Ne savez-vous pas que les injustes n'hériteront pas du royaume de Dieu? Ne vous y trompez. Ni les fornicateurs, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les homosexuels efféminés, ni les sodomites, ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs n'hériteront du royaume de Dieu. Et tels étaient certains d'entre vous. Mais vous été lavés, mais vous été sanctifiés, mais vous avez été justifiés au nom du Seigneur Jésus et par l'Esprit de notre Dieu » (1 Corinthiens 6: 9-11). Pour souligner son traitement de ce sujet, Paul montre la totale incompatibilité du monde avec l'église. Il oppose de manière dramatique les «injustes» du verset 9 à ceux qui sont «lavés… sanctifiés… et justifiés» au verset 11. Sans crainte ni faveur, il a reconnu qu'en dehors de la grâce de Dieu, l'homme non régénéré est capable de:

a) Fornication - un mot qui signifie littéralement prostitution masculine.

b) Idolâtrie - un mot qui signifie la substitution de quelque chose ou de quelqu'un à Dieu.

c) Adultère - mot qui décrit les rapports sexuels avec le conjoint d’une autre personne.

d) Effémination - un mot qui suggère la perte de la virilité ou de la féminité pour vivre pour le plaisir et le luxe.

e) Sodomie - un mot qui énonce les péchés de l'homosexualité et de la sodomie

f) Vol qualifié - un mot qui couvre tout le domaine de l’appropriation illicite de temps, d’énergie ou d’argent appartenant à Dieu ou à quelqu'un d’autre.

g) Convoitise - un mot qui signifie faire des autres et de leurs biens un objet d’envie.

h) Ivresse - un mot qui dénote une consommation excessive d'alcool

i) Fêtards – un mot associé à une langue incontrôlée et non sanctifiée.

j) Extorsion - un mot qui désigne un esprit qui cherche toujours ce dont il n’a pas droit.

Quelle liste horrible ! Et juste pour penser qu'en nous-mêmes, nous sommes tous aussi corrompus que Paul nous décrit! Mais un miracle s’est produit. Dieu nous a rencontrés en Christ et nous a transformés; nous a rendus purs, saints et bons. Par son nom et par son Esprit, nous avons été purifiés, mis à part et amenés à apparaître devant Dieu sous une lumière favorable. Les mots «lavés», «sanctifiés» et «justifiés» décrivent le «plein salut» dans lequel nous avons été amenés par la grâce seule par la foi seule en Christ seul.

Conclusion : Si cela est la pureté de notre statut et de notre état en Christ, comment pouvons-nous, en tant qu’« appelés à être des saints» (2: 1), nous sentir à l'aise devant des tribunaux «injustes» ou parmi des juges impies? La question se répond elle-même.

So Paul disposes of lawsuits within the local church. And if we would be obedient to the Word of God, we must do the same. In fact, we must go further; we must see to it that the life of the church never sinks so low as to necessitate such carnal procedures. The understanding of our destiny, policy, charity, and purity in Christ must determine all our thinking and acting within and without the church.

Donc, Paul dispose des procès au sein de l'église locale. Et si nous voulons obéir à la Parole de Dieu, nous devons faire de même. En fait, il faut aller plus loin; nous devons veiller à ce que la vie de l'église ne se rabaisse jamais au point de nécessiter de telles procédures charnelles. La compréhension de notre destinée, de notre politique, de notre charité et de notre pureté en Christ doit déterminer toutes nos pensées et nos actions à l’intérieur et à l’extérieur de l’église.

Partie III. Le Plansermon

Pour écouter la version audio de ces sermons en anglais, cliquez sur ces liens : Link 1 - Jn. 20:1-2; Link 2 - Jn. 20:3-10; Link 3 - Jn. 20:11-18

Titre: Je viens de voir Jésus

Thème: Le choc et la réalité de la résurrection

Point #1: La tombe vide transforme les observateurs en adeptes (1-2) (1-10)

1. La tombe vide transforme les observateurs en adeptes (1-2)

(1) À la croix, il y avait des observateurs (Luc 23: 55-56)

(2) Au tombeau vide, certains étaient des adeptes (1-2)

2. Le tombeau vide transforme les fidèles en croyants (3-10)

(1) Pour certains, le tombeau vide les laisse encore sceptiques (6-7)

(2) Pour d'autres, le tombeau vide les incite à croire (5, 8-9)

Point n° 2 : Le Christ ressuscité change le chagrin en joie (11-18)

1. L'ignorance de la résurrection engendre le chagrin (11-13)

(1) Elle produit du chagrin malgré les preuves (11)

(2) Elle produit une douleur malgré le témoignage (12-13)

2. La connaissance de la résurrection produit de la joie (14-18)

(1) Cela produit de la joie à travers sa reconnaissance (14-16)

(2) Elle produit de la joie à travers son obéissance (17-18)


1 Autres articles dans cette serie sur 1 Corinthiens peut être lus dans les éditions de ce journal comme suite: Summer 2016, Fall 2016, Winter 2017, Spring 2017, Summer 2017, Fall 2017, Winter 2018, Spring 2018, Summer 2018.

Related Topics: Pastors

Report Inappropriate Ad