MENU

Where the world comes to study the Bible

Report Inappropriate Ad

La Revue Internet Des Pasteurs, Fre Ed 19, Edition du printemps 2016

Edition du printemps 2016
Auteur: Dr. Roger Pascoe, President de l’Institut pour la Prédication Biblique Cambridge, Ontario, Canada
(http://tibp.ca/)

C:\Users\Roger\Documents\My Documents\Institute for Biblical Preaching\Forms, Binder Cover Page, Logo\IBP Logos\IBP Logo.jpg

“Renforcer les capacités de l’Eglise dans la Prédication Biblique et le Leadership”

PREMIERE PARTIE: LA PUISSANCE DANS LA PREDICATION, Pt. 3 Suite

“La Puissance du Saint Esprit”

Poursuivons notre discussion que nous avions entamée dans l’édition dernière de ce Journal (Hivers 2016) sur le thème « La Puissance dans la Prédication », précisément « La Puissance du Saint Esprit ». Pour arriver à prècher avec la puissance, vous devez obligatoirement être « remplis du Saint Esprit ». Dans l’édition Printemps 2014 de ce Journal, nous avons traité du lien étroit entre la plénitude du Saint Esprit et l’effort d’être un modèle de piété. Maintenant, je veux aborder le sujet de l’importance de la plénitude du Saint Esprit dans la dynamique de la prédication puissante.

Etre « rempli du Saint Esprit » c’est être sous le contrôle du Saint Esprit, c’est être soumis à la puissance du Saint Esprit, être sous la direction de l’Esprit, vivre dans l’Esprit, vivre selon la réalité de la nouvelle naissance, s’abandonner à l’Esprit à chaque instant. Etre rempli de l’Esprit c’est permettre à l’Esprit de faire son oeuvre en vous – en vous brisant, en vous conduisant, en vous enseignant, en étant maître et juge de vos actions. Cela signifie que vous devez vous occuper pleinement des affaires de Dieu à tel point que vous n’ayez point de temps pour autre chose dans votre vie.

Afin de pouvoir prêcher avec la puissance de l’Esprit, nous devons être remplis de l’Esprit et oints (investis) par Lui pour la prédication. Pour ce faire, il nous faut confesser nos péchés, soumettre notre volonté et notre pensée à l’Esprit, être centrés sur Dieu et non sur nous-mêmes (Eph. 5:1-7), être la lumière et non les ténèbres (Eph. 5:8-14), vivre en étant conscients de la présence de Dieu en personne, nous remplir de la parole, continuer de marcher selon l’Esprit (Gal. 5:25), et manifester le fruit de l’Esprit (Gal. 5:22).

Alors, qu’est-ce que cette prédication inspirée, accompagnée par l’onction de l’Esprit? L’ « Onction », puisque c’est le terme que nous employons ici, la mise à part et la consécration spéciale d’une personne pour un service divin. L’Onction c’est la consécration d’individu par l’Esprit dans son ministère qui, de ce fait se manifeste par l’effectivité et l’efficacité de l’œuvre de la Parole dans la vie des auditeurs à tel point qu’il est clair que la puissance manifestée est celle de Dieu, accomplissant des choses à la gloire de Dieu. La consécration de l’Esprit (parfois appelée onction) c’est « le dépôt d’une portion de la puissance de Dieu sur le prédicateur pendant son exercice, lui permettant de prêcher avec puissance, autorité et en toute liberté. Ceci conduit à la conviction des consciences et à la repentance des auditeurs. » (Johnson T. K. Lim, Power in Preaching, 121.)

La puissance de l’Esprit qui accompagne le prédicateur, il me semble, n’a rien à voir avec la manifestation de phénomènes dramatiques ou d’expériences mystiques. Ce pas une sorte de sensation charismatique ou un sens de pouvoir ésotérique (cf. 1 Cor. 2:1-5). Il ne s’agit pas d’une expérience temporaire de discours ou de visions extatiques. L’onction de l’Esprit n’est pas un sentiment ou une expérience personnelle ou subjective, mais plutôt l’action de l’Esprit en nous et au milieu des auditeurs dans le but précis de glorifier Dieu.

Bibliquement, prêcher dans la puissance de l’Esprit, c’est tout à fait être humble, soumis dépendant de la prière, rempli de l’Esprit, fondé sur la Parole, centré sur l’Evangile, fixé sur Christ; c’est être des prédicateurs saints, don’t la vie est agréable et acceptable aux yeux de Dieu, eux qu’il a appelés (1 Cor. 1:17; Gal. 1:15-16; Rom. 10:14-15) et à qui le Saint Esprit a accordé le don et la puissance de prêcher (Eph. 3:18; 2 Tim. 1:6; 1 Cor. 12:1-14; 1 Tim. 4:14). Selon l’apôtre Pierre, c’est la « capacité accordée par Dieu. » (1 Pie. 4:11).

La prédication dans la puissance de l’Esprit consiste en l’œuvre souveraine de l’Esprit dans la vie des gens à travers la mise en application de la Parole (qui est vivante et puissante) dans leurs esprits, dans leurs cœurs, dans leurs âmes et consciences ; ce qui aura comme résultat en eux une transformation spirituelle se manifestant par exemple par la repentance, des relations restaurées, des attitudes transformées, des croyances justes, un amour plus profond à l’égard de Dieu et sa Parole. Sans l’onction du Saint Esprit, nos efforts seront sans effet. Par contre, avec l’onction de l’Esprit Saint, notre faiblesse et fragilité humaines sont supplantées par la puissance surnaturelle de Dieu. (2 Cor. 4:7).

Prêcher dans la puissance de l’Esprit, c’est être rendu capable par l’Esprit de mener des vies pieuses. C’est lui l’auteur de la vraie sanctification (Rom. 8:1-17; Gal. 5:16-23), celui qui ne cesse de transformer notre caractère moral et spirituel. La vie dans l’Esprit est en total discordance avec la vie dans la chair. L’action de l’Esprit dans le processus de la sanctification n’est pas seulement l’action négative consistant à mortifier la chair, mais aussi l’action positive consistant à produire en nous l’image de Christ (cf. Rom. 8:29). Et ce n’est que lorsque nous parvenons à une dimension où nous menons des vies pieuses que nous serons à mesure de prêcher avec puissance.

Prêcher dans la puissance de l’Esprit, c’est être investi par l’Esprit pour manifester ce don, car Lui seul en a le pouvoir. Le ministère de la prédication est un don relevant de la souveraineté de Dieu, devant être utilisé au profit du corps de Christ.

Alors, pourquoi certains prédicateurs semblent avoir cette puissance de l’Esprit tandis que d’autres ne l’ont pas? So, why do some preachers seem to have this power of the Spirit while others do not? Pourquoi certains prédicateurs parviennent à des résultats puissants tandis que d’autres, visiblement n’y réussissent pas? Cela signifie-t-il que si notre prédication ne produit pas de résultats palpables, nous n’avons point de puissance spirituelle ? A titre d’exemple, est-ce à dire que Jérémie était l’échec total ? Sa prédication manquait-elle de puissance de l’Esprit en raison du fait que son ministère ne produisait que peu, voire pas de résultats visibles ? Non! Le message de Jérémie était la véritable et fidèle parole du Seigneur, qui avait été rejétée et combattue – ex: il a été mis en prison sous le règne du roi Sédécias, et (37:11f.) dénoncé par Hanania (28:10f.).

Dans sa souveraineté, l’Esprit applique la parole de Dieu dans les cœurs, esprits, âmes et consciences des gens dans le but de leur transformation. Cette transformation peut avoir lieu, tout comme elle peut ne pas avoir lieu, parce qu’étant l’œuvre souveraine de l’Esprit et non un indicateur de l’onction spirituel du prédicateur. Prenons par exemple le ministère de Jésus lui-même. Il a reçu deux sortes de réactions à son ministère – celle de l’ émerveillement et celle de la colère (Luc. 4:22; 28-29). Certains ont réagi positivement à son message (émerveillement) et d’autres ont réagi négativement (colère). Toutes ces deux réactions sont le produit de l’œuvre de l’Esprit le cœur des auditeurs. Ainsi, il serait plus juste de dire que n’obtenir aucune réaction du tout, pourrait être le meilleur indicateur de l’absence de l’onction. La vérité biblique, c’est que « le vent souffle où il veut » (Jean 3:8). Nous n’avons aucun pouvoir de control sur l’action souveraine de l’Esprit de Dieu, mais nous pouvons l’empêcher d’agir librement. Donc, les résultats visibles (surtout sous la forme de manifestions physiques subjectives) n’indiquent aucunement que vous prêchez avec la puissance de l’Esprit. Toutefois, je ne nie pas le fait que les genres de réactions subjectives à l’action de l’Esprit pourraient et peuvent même être vraies.

Nous ne savons pas à quel moment, ou comment Dieu va se servir de notre prédication pour accomplir ses desseins. Cela peut ne même pas se réaliser pendant notre existence. C’est pourquoi, nous ne devrions pas nous baser sur les effets visibles pour nous confirmer que nous prêchons avec la puissance de l’Esprit. Certes, les résultats immédiats et concrets sont encourageants, mais les résultats de la fin relèvent du mystère de Dieu et seront manifestés dans l’éternité.

Deuxieme Partie: Preparer La Predication

« Identifier la Structure du Texte », Pt. 2

Dans l’étude sur comment préparer la prédication, les quelques éditions précédentes de ce journal nous ont appris l’importance de la lecture du texte, de le reécrire dans nos propres mots, de préparer un diagramme grammatical du texte, et enfin de trouver la structure du texte en identifiant les sujets et les compléments. De cette manière, vous seriez à présent à mesure de comprendre la structure grammaticale du texte, et à partir de la structure grammaticale, vous devriez être à mesure d’identifier la structure litéraire du texte (c.-à-d. la manière dont le passage est construit en unités de pensée ou de “scènes”). La structure du texte est une pierre de gué (un élément clé) dans la préparation du plan du sermon.

C’est important de ne jamais imposer une structure au texte biblique. Il faut toujours laisser le texte lui-même vous révéler sa propre structure. Cela est très capital pour faire une prédication claire et détaillée, permettant à la Parole de Dieu de s’exprimer et en restant fidèle au texte.

La structure du texte révèle les idées de l’auteur dans le passage et exprime ces idées à travers les termes employés dans le texte – c.-à d. qu’elle emploie le passé (puisque l’action dont il est question dans le texte s’est produite à un moment précis dans le passé); utilise des noms et des lieux dans le texte (étant donné que cela concerne des personnes spécifiques à des lieux/endroits précis – ex : Paul dit… ; Moise s’adressa au peuple… ; les Ephésiens étaient…) ; et reflète le raisonnement, la réprimande, l’exhortation ou l’enseignement donné dans le texte.

Trouver la structure du texte vous donne l’assurance que vous avez bonne connaissance du sujet du passage et le flux de pensées contenu dans le passage (les compléments) – c-à-d. les points que l’auteur de l’écrit biblique a exprimés à l’endroit de ses lecteurs; comment l’auteur a habilement choisi son sujet ; comment une phrase ou un groupe de phrases est relié au précédent et au prochain (c-à-d la structure syntaxique du passage.

Permettez-moi de vous montrer la structure textuelle de quelques passages de l’Ecriture afin que vous puissiez voir des exemples pratiques de ce que nous sommes en train d’apprendre:

Psumes 1:1-3

Sujet: L’homme béni par Dieu

Question: Comment reconnait-on une personne pieuse?

Réponses (compléments):

1. Il ne se ligue pas avec les impies (1)

2. Il trouve son plaisir dans la loi de l’Eternel (2)

3. Il est comme un arbre planté près des eaux (3)

Genèse 21:8-21

Sujet: L’intervention de Dieu quand plus rien ne va

Question: Que se passe-t-il quand plus rien ne va?

Réponses (compléments):

1. La mauvaise attitude de Sarah a entraîné le ressentiment (9-10)

2. La mauvaise décision d’Abraham a provoqué une situation difficile (11-14a)

3. Les mauvaises circonstances dans lesquelles Agar se trouvait ont été à l’origine de son bannissement (14b-16)

4. La bonté de l’Eternel l’a amené à intervenir (17-21)

Romains 12:1-2

Sujet: L’exhortation de Paul au sujet de la dévotion des Chrétiens

Question: Qu’enseigne Paul au sujet de la devotion des Chrétiens à Dieu?

Réponses (compléments):

1. Paul exhorte les Chrétiens qui sont à Rome de se donner en sacrifice à Dieu (1)

(1a) Un sacrifice vivant, saint et agréable à Dieu

(1b) Un sacrifice qui est pour eux un culte raisonnable

2. Paul enseigne aux Chrétiens de Rome la manière dont ils devraient s’offir en sacrifice à Dieu (2)

(2a) En ne se conformant pas au monde

(2b) En étant transformés dans leur esprit

                                          ... Par le renouvellement de leur intelligence

                                          ... Dans le but de connaître la volonté de Dieu

1 Corinthiens 2:1-5

Sujet: La prédication de Paul

Question: Comment et que prêchait Paul?

Réponses (compléments):

1. La persuasion de la prédication de Paul (1-2)

(1a) Ce n’est pas par un art oratoire ou une sagesse humaine (1)

(1b) Mais seulement Christ et sa crucifixion. (2)

2. La puissance de la prédication de Paul (3-4)

(2a) elle n’est pas l’effet de sa présence personnelle ou de ses paroles (3)

(2b) Mais de la puissance de l’Esprit (4)

3. Le but de la prédication de Paul (5)

(3a) ce n’est pas pour parvenir à la foi aux êtres humains (5a)

(3b) Mais pour aboutir à la foi en la puissance de Dieu 5b)

Galates 5:16-25

Sujet: Vivre par l’Esprit

Question: Que signifie vivre par l’Esprit?

Réponses (compléments):

1.La vie par l’Esprit est une vie de conflits (16-18)

2. La vie par l’Esprit est une vie de contraste (19-23)

– les oeuvres de la chair contre le fruit de l’Esprit

3. La vie par l’Esprit est une vie de crucifixion (24)

4. La vie par l’Esprit est une vie de conformité (25)

Philippiens 3:1-14

Sujet: La conversion de Paul

Question: Qu’est-ce qui a changé quand Paul fut sauvé ?

Réponses (compléments):

1. Paul a revu ses prioritées – sa confiance en la chair (4-6)

(1a) Sa confiance en son héritage familiale (5)

(1b) Sa confiance en son activité religieuse (6)

2. Paul a changé sa vision des choses (7-8c)

(2a) Ce qui autrefois occupait une place prioritaire (v. 4-6) n’avait désormais plus aucune valeur « pour lui » (7)

(2b) Ce qui autrefois n’était d’aucune valeur, était maintenant le plus important (8a-c)

3. Paul a changé son but (8d-12)

(2a) Le but de sa vie entière était désormais de ressembler à Christ (8d-10)

(2b) Le but de sa vie était désormais d’être avec Christ (11-12)

4. Paul a changé ce qu’il poursuivait (13-14)

(3a) Il a laissé le passé derrière lui – les échecs et les succès (12-13a)

(3b) Il a cherché à obtenir ce qui était devant – l’appel du Dieu très Haut (13b-14)

1 Thessaloniciens 1:1-10

Sujet: L’exemple de l’église de Thessalonique

Question: Quel était l’exemple de l’église de Thessalonique?

Réponses (compléments):

1. Comment leur témoignage est-il gravé en mémoire? (2-3)

(1a) A travers leurs œuvres témoignant de leur foi

(1b) A travers leurs efforts de pratiquer la charité

(1c) A travers leur endurance/ leur patience dans l’espérance

2. Comment ils ont été transformés par l’évangile)

(2a) Ils sont devenus disciples des apôtres et de Christ (4-6)

(2b) Ils sont devenus des modèles pour d’autres (7-10)

1 Timothée 3:14-16

Sujet: La maison de Dieu

Question: A quoi doit ressembler la maison de Dieu?

Réponses (compléments):

1. La description de la maison de Dieu (15)

              (1a) C’est l’église du Dieu vivant (15a)

              (1b) C’est le pillier et le fondement de la vérité (15b)

2. La doctrine de la maison de Dieu (16)

              (2a) La revelation de Dieu par Christ

              (2b) La justification de Christ par l’Esprit

              (2c) L’observation de Christ par les anges

              (2d) La proclamation de Christ parmi les nations

              (2e) La réaction envers Christ dans le monde

              (2f) L’accueil de Christ dans la gloire

Troisieme Partie III. Leadership Devotional

Nous poursuivons notre étude de 1 Thessaloniciens 2: 7-12 de l’édition dernière, où nous avons vu qu’un grand leader Chrétien est d’abord une personne amiable, qui accorde de l’attention aux autres. A présent, notez également qu’UN GRAND LEADER CHRETIEN EST UN MODELE AUTHENTIQUE (10-11). Ici, un père spirituel est considéré comme étant un modèle dans sa marche et dans ses paroles D’abord…

1. Les grands leaders spirituels sont des modèles dans leur marche (10)

La vie spirituelle de Paul avait été exemplaire et ses enfants spirituels pouvaient le confirmer. La marche d’un père spiritual doit être le bon exemple que ses enfants devraient suivre. « Vous êtes témoins, et Dieu l’est aussi, que nous avons eu envers vous qui croyez » (10).

Non seulement les Thessaloniciens ont été témoins de la vie exemplaire de Paul, mais Dieu lui-même l’a été aussi. Paul ne craignait pas le jugement de Dieu. Sa vie parmi eux était une vie de sainteté (pleine de ferveur, pieuse, consacrée à Dieu) ; juste dans ses relations avec les autres (marquée par l’intégrité), et sa réputation était irréprochable – ses ennemis ont peut-être pu l’accuser, mais aucune de ces accusations portées contre n’était légitime.

Pour être un exemple pour les autres, ce que nous faisons doit confirmer et metre en valeur ce que nous disons. En tant que leaders Chrétiens, nous ne pourrons être un témoignage auprès de nos enfants spirituels que lorsque notre comportement est en adéquation avec notre prédication.

Au plan de la famille, le leadership spiritual est de la responsabilité du père, mais, malheureusement, il est le plus souvent assumé par la mère. Cela fait un bout de temps que les hommes ne prennent plus cette responsabilité. Les pères devraient fixer les normes régissant la spiritualité en se faisant le modèle type de la piété devant leurs épouses et leurs enfants. Plus nos enfants grandissent, plus le monde les attire et leurs décisions deviennent de plus en plus importantes. Les filles ont besoin de voir en leurs pères le modèle d’homme qu’elles voudraient épouser – fort mais tendre, résolu mais compréhensif les fils ont besoin de voir en leurs pères le type d’homme qu’ils voudraient être - .viril mais au cœur doux, leader, mais aussi serviteur.

Considérez l’exemple de St. Augustin dont le père n’était pas chrétien. Dans son écrit « Les Confessions », Augustin parle à Dieu au sujet de son père :

« Nul n’avait autre chose à l’égard de mon père que de l’estime, lui qui, malgré la maigreur de ses ressources était prêt à donner à son fils tout ce dont il avait besoin pour pouvoir voyager aussi loin dans le but de ses études. Bon nombre des gens de la ville où nous vivions, qui étaient de loin plus riches que mon père ne se sont pas donné autant de peine pour leurs enfants. Pourtant, ce même père qui est le mien, ne s’est point donné de peine de voir comment je grandissais devant toi ou si j’étais chaste ou pas. Tout ce qui le préoccupait, c’était de s’assurer que j’ai la langue facile, en laissant mon cœur ainsi, ne portant aucun de Tes fruits, mon Dieu, pourtant tu en es le seul Maître, le vrai et le bon.»

Ce n’est pas ce que nous voulons que nos enfants dissent de nous, que nous ne nous sommes intéressés qu’à les voir croître dans l’utilisation éloquente de la parole. Non! Nous avons besoin de nous intéresser et d’être actifs dans tous les aspects de leurs vies, en établissant devant eu un modèle de vie Chrétienne. Et c’est aussi notre responsabilité en tant que leaders Chrétiens vis-à-vis de nos enfants spirituels.

Bien, les grands leaders chrétiens sont des modèles dans leur conduit. Et…

2. Les grands leaders Chrétiens sont des modèles en paroles (11-12)

« Vous savez aussi que nous avons exhorté, consolé et responsabilisés chacun de vous de la même manière qu’un père agit envers ses propres enfants » (11). Un père spiritual est un modèle dans ses petits conseils. « Exhorter » signifie avertir, mettre à l’épreuve, encourager. C’est ce que fait un père pour ses enfants. Il les met à l’épreuve au sujet des décisions qu’ils prennent et la conduite qu’ils affichent. Il les averti à propos des conséquences des actes qu’ils posent. Il les met en garde vis-à-vis du danger imminent. Il les encourage lorsqu’ils sont dans le découragement.

Un père spiritual est aussi un modèle dans ses paroles de reconfort. «Réconforter » signifie remonter le moral, consoler. C’est un niveau plus élevé de « l’exhortation ». Un père fait en sorte que ses enfants se sentent mieux lorsqu’ils tristes ou blessés (cf. 2 Cor. 1 :4), en leur témoignant de la tendresse, de la compréhension, de l’attention et de l’affection.

A noter également qu’un père spiritual est un modèle dans ses paroles de contrainte. Conjurer signifie implorer, responsabiliser, faire appel, conseiller vivement. Cela se fait dans le cadre du partage d’expérience. En s’appuyant sur son expérience, un père conseille vivement ses enfants de suivre son conseil. La responsabilité ultime de chaque Chrétien, de chaque père spirituel envers ses enfants, c’est « de marcher d’une manière digne de Dieu, qui vous appelle à son royaume et à sa gloire ». (12).

C’est le but de chaque grand leader Chrétien – c’est que ses enfants « marchent d’une manière digne de Dieu » (1 Thess. 2:12); c’est que ses enfants « marchent dans la vérité » (2 Jean. 1:4); c’est que ses enfants marchent « d’une manière digne du Seigneur, lui étant entièrement agréable » (Col. 1:10); que ses enfants marchent d’une manière digne de l’appel que vous avez reçu » (Eph. 4:1). Tout père spirituel grand a la volonté manifeste d’amener ses enfants à suivre le Seigneur, de leur apprendre à marcher à l’image de Jésus (1 Jn. 2:6), de les voir entrer dans le royaume de Dieu et partager sa gloire, de les entendre volontairement répondre à l’appel de Dieu dans leurs vies, de les voir mener une vie digne, de sainteté et d’obéissance.

Un grand leader spiritual, donc, est fidèle et vrai. Il est tendre, affectueux et un modèle authentique. Un leader spirituel est quelqu’un qui, pour ses enfants spirituels est le plus grand leader en matière de réconfort, quelqu’un qui exhorte, encourage et conjure, quelqu’un qui modèle la vie Chrétienne de manière à ce que ses enfants spirituels veuillent le ressembler. Quelqu’un a dit que « Chaque jour, nous déposons quelque chose dans la banque de mémoire de nos enfants.»

Un père Chrétien ne devrait pas avoir de clichés en ce qui concerne le genre dans le foyer, où c’est la femme qui se charge de nourrir et prendre soin et le père est chargé de pourvoir et veiller à la discipline. L’Ecriture encourage plutôt que décourage le partage des responsabilités. Et c’est justement le message que Paul transmet en usant des deux metaphors ici – la mère affectueuse (7-8), le père dévoué (9-12). A l’instar de Paul, les grands leaders spirituels doivent aimer leurs enfants spirituels comme une mère et les exhorter comme un père.

La masculinité selon la Bible, c’est l’équilibre entre la douceur et la force, l’affection et la discipline, l’instruction et l’exhortation, le réconfort et la correction. Lorsque nous regardons notre Père céleste, nous ne voyons pas un père passif et désintéressé, mais plutôt un père qui est activement présent dans nos vies. Nous ne voyons pas un père qui se tient loin de nous, mais un père qui, au contraire vient vers nous. Nous ne voyons pas un père qui abandonne sa famille, mais nous voyons plutôt un père qui reste fidèle même quand nous sommes infidèles. Nous ne voyons pas quelqu’un qui se réjouit de voir sa famille dans la discorde et le chaos, mais nous voyons quelqu’un qui nous unit et nous appelle au lien de la paix. Nous ne voyons pas en lui quelqu’un d’égoïste, qui ne cherche que le plaisir personnel, mais plutôt quelqu’un qui se sacrifie pour le bien-être de la famille humaine, en allant même jusqu’à sacrifier son unique fils bien aimé. Nous ne voyons pas en lui quelqu’un dont le cœur est partagé, avec une attitude peu enthousiaste envers sa famille, mais au contraire nous voyons quelqu’un qui est zélé, sérieux, passionné dans tout ce qui le préoccupe. Nous ne voyons pas quelqu’un dont le fils ne le prend pas pour modèle, mais quelqu’un dont le fils est exactement la « copie conforme » à tel enseigne que Jésus a dit « Celui qui m’a vu, a vu le Père ».

Ainsi donc, à tous les leaders spirituels, je vous encourage à toujours garder devant vous le modèle qu’a laissé notre Père céleste. Toutes mes félicitations et mon honneur à ceux d’entre vous qui exercent un leadership pieux chez eux et à l’église avec diligence et engagement, amour et attention. A l’endroit de ceux pour qui les responsabilités qui incombent au leader spirituel demeurent un défi, je les invite et les encourage à imiter notre Père céleste comme l’a fait Paul, afin de faire en sorte que cela soit un sujet de prière et dépendance totale à Dieu. Ce n’est pas une tâche facile, mais avec l’aide de Dieu et dans la soumission au Saint Esprit, nous pourrons accomplir l’ordonnance qu’il nous a faite, celle d’être des « hommes pieux ».

Quatrieme Partie: Plans Du Message

Pour écouter la version audio de ces sermons, cliquez sur les liens suivants : Link 1 - Jean. 8:12, Pt. 1; Link 2 - Jean. 8:12, Pt. 2

Titre: Jésus est la Lumière du Monde (Jean. 8:12)

Point #1: Jésus est la source de la lumière spirituelle (12a)

1.Il est la source exclusive de la lumière spirituelle - (« Je suis la lumière… »)

2. Il est la source universelle de la lumière spirituelle (« … du monde »)

Point #2: Jésus est le chemin vers la lumière spirituelle (12b)

1. Ceux qui suivent Christ ne marcheront point dans les ténèbres

2. Suivre Christ, c’est avoir la lumière de la vie

Related Topics: Pastors

Report Inappropriate Ad