MENU

Where the world comes to study the Bible

La Revue Internet Des Pasteurs, Fre Ed 10, Edition de l’hiver 2014

Edition de l’hiver 2014

Sous la direction du

Dr Roger Pascoe, Président de

l’Institut pour la Prédication Biblique

Cambridge, Ontario, Canada

www.tibp.ca

C:\Users\Roger\Documents\My Documents\Institute for Biblical Preaching\Forms, Binder Cover Page, Logo\IBP Logos\IBP Logo.jpg

Renforcer les capacités de l’Eglise

dans la prédication biblique et le leadership

1ère Partie: La Préparation De La Prédication

“Le choix du texte et du thème”

Par: Dr. Roger Pascoe,

Président de l'Institut pour la prédication biblique,

Cambridge, Ontario, Canada

Une des questions que les prédicateurs posent le plus souvent c’est : «Comment choisissez-vous le texte sur lequel prêcher?» Ou encore cette question: «A quel moment choisissez-vous le texte sur lequel prêcher - longtemps à l'avance, quelques jours avant votre prédication, ou lorsque vous vous levez pour prendre la parole? »

La sélection du texte est une partie très importante de la préparation de la prédication. Tout d'abord, permettez-moi de souligner deux dangers à éviter:

1. Un texte trop court - un seul verset ou une seule phrase. Si le texte est plus court que l’unité de pensée de l'auteur (ce que nous appelons habituellement un paragraphe), vous devez garder à l’esprit son contexte immédiat afin de bien comprendre et prêcher sa signification. C'est le risque que comporte le fait de prêcher sur un seul verset ou une seule phrase - celui de mal l’interpréter et de mal faire son application en passant à coté de la substance du texte.

2. Un texte trop long. Si le texte est trop long, vous courez le risque de faire un simple survol en disant des généralités sur le texte sans prêter suffisamment d’attention à la progression dans la pensée de l’auteur.

Le choix du texte vous oblige à bien réfléchir sur ce que ce qu’est la prédication :

  1. Ce qu'elle est censé faire - comment elle répond aux besoins de votre assemblée.
  2. Ce qu’est le rôle du Saint-Esprit dans la programmation des textes et des sujets sur lesquels prêcher.
  3. Comment Dieu utilise souverainement votre prédication pour résoudre à des situations qui vous sont inconnues et dont vous n’imaginiez pas que votre prédication pouvait solutionner.

En fin de compte, notre responsabilité c’est de prêcher ce que le Saint Esprit nous conduit à prêcher. Mais comment cela fonctionne t-il dans la pratique? Comment décidez-vous sur quoi prêcher? Quel est le texte approprié? Qu’est-ce qui vient en premier : le texte ou le sujet? Comment vous adressez-vous à une situation de crise (par exemple dans les événements qui surviennent dans le monde ou dans votre église) qui ne cadrent pas avec la série de prédications que vous êtes en train de développer? Quand décidez-vous sur quoi prêcher? Est-ce que vous décidez chaque semaine sur quoi prêcher le dimanche suivant, ou est-ce que vous établissez un programme de prédication? Si vous suivez un programme de prédication, combien de temps à l'avance l’établissez-vous?

Les Programmes De Prédication

Le Débat Sur Les Programmes De Prédication

La programmation à l'avance des sujets et des textes sur lesquels prêcher est une pratique dont l’importance et la pertinence ont été longtemps débattue. La question c’est: «Comment programmer une série de prédications tout en étant soumis à la direction de l'Esprit Saint quant à ce que vous devez prêcher? Y a t-il une contradiction entre le fait de programmer une série de prédications bien à l’avance et le fait se laisser guider par le Saint-Esprit sur ce qu'il faut prêcher? »

Certains prédicateurs disent: «Oui, il ya contradiction.» Ils disent que l’on ne devrait pas planifier à l'avance une série de sujets de prédication et de textes, et que le prédicateur doit chaque jour et chaque semaine chercher la direction du Saint-Esprit quant au texte sur lequel prêcher. Si cette affirmation est juste, cela signifie que vous ne pourrez jamais planifier de prêcher une série à travers un livre de la Bible ou sur un thème particulier.

Moi je dirais: «Non, il n'y a pas de contradiction. » Ceux qui s'opposent à une planification bien à l’avance de vos séries de prédications supposent que le Saint-Esprit ne vous conduit qu’une semaine après l’autre et non mois après mois, ou année après année. Cependant il n'y a aucune raison de penser que le Saint-Esprit ne puisse vous conduire que sur un certain laps de temps – en occurrence que l'Esprit Saint ne vous conduira que de semaine en semaine dans le choix des textes et pas pour une période plus longue. Je crois que le Saint-Esprit peut conduire un prédicateur vers un texte particulier pour un besoin particulier de cette semaine, et qu’aussi il peut le diriger vers un livre de la Bible ou un thème de la Bible pour une série de prédications sur une période de temps plus longue.

Une série de prédications planifiées à l’avance ne signifie pas que vous n'êtes pas sensible à la direction de l'Esprit Saint, et cela ne signifie pas non plus que vous n’allez pas sortir de votre série pour répondre à une crise particulière ou un besoin particulier dans votre église ou dans le monde. C’est pourquoi si vous décidez de prêcher en série, je vous recommande de ne pas publier les passages et les titres de vos prédications à l'avance, de sorte que vous soyez libre de changer vos programmes de prédication selon la direction du Saint-Esprit.

Je suis d'accord avec Martin Lloyd-Jones, qui a dit: «Etant entendu que nous sommes soumis à l'Esprit, et que nous devons nous assurer d’être vraiment soumis à Lui, je soutiens qu'Il peut parfois nous conduire à prêcher sur des textes hétéroclites et à un autre moment à prêcher en série» (Prédication et Prédicateurs, 188-189).

Le plus important au sujet du choix du texte c’est que:

  1. vous soyez toujours sensible à la direction de l'Esprit
  2. l'Esprit soit toujours libre de vous conduire vers un texte différent de celui que vous avez présélectionné
  3. vous choisissez toujours vos textes et sujets de prédication dans un esprit de prière et de sensibilité à la direction du Saint-Esprit.

D'un point de vue pratique, je dirais que la prédication exige autant de planification que d’effort dans l'étude si nous voulons être aussi efficaces que possible entre les mains de Dieu. De même que nous n’imaginons même pas aborder des tâches organisationnelles sans une certaine planification, nous ne pouvons pas non plus manquer de planifier notre prédication. Pourquoi devrions-nous aborder une tâche aussi grave que la prédication sans aucune planification?

Un prédicateur qui prêche sans aucune planification est coupable de:

  1. ne pas prendre sa tâche de prédication au sérieux
  2. ne pas bien servir son assemblée
  3. faire son travail avec grand amateurisme
  4. semer la confusion dans son assemblée qui ne sait pas sur quoi il va prêcher d'une semaine à l'autre
  5. ne pas enseigner les fidèles de façon systématique.

Les Avantages Des Programmes De Prédication

Voici quatre avantages et de bonnes raisons pour établir des programmes de prédication:

1. Planifier aidera à garder votre prédication équilibrée et intentionnelle. Elle sera équilibrée parce qu'elle tient compte des priorités bibliques pour la prédication et ne s'attardera pas sur vos thèmes de prédilection ou sur des sujets populaires. Elle sera intentionnelle parce que vos prédications couvriront l'ensemble de l'Écriture, exposant vos fidèles à l’ensemble de la vérité biblique ; ce qui consolidera leur connaissance des Écritures, leur relation avec Dieu, et leur maturité spirituelle.

2. Planifier augmentera votre efficacité dans la préparation des prédications. Cela augmentera votre efficacité, car:

  1. vous saurez à l'avance où vous allez et vous n’aurez pas à perdre du temps pour déterminer sur quoi prêcher chaque semaine
  2. vous n'aurez qu'à préparer les informations sur l’arrière plan du texte une seule fois pour toute la série
  3. vous aurez plus de perspicacité et d’arguments pour la prédication parce que vous vous concentrez sur une série particulière.

3. Planifier vous aidera à répondre aux besoins du ministère. Lorsque vous planifiez votre série de prédication à l'avance, vous pouvez prendre en compte le ministère et les besoins spirituels à long et court terme de l'église.

4. Planifier vous aidera à évaluer les progrès dans votre ministère. Que vous soyez dans un ministère d'église, un ministère para-ecclésiastique ou une mission, vous aurez un point de référence pour vous évaluer vous-même, et vous serez en mesure de dire si vous avez proclamé de façon systématique et équilibré l’ensemble de la vérité biblique – en occurrence que vous avez donné à vos gens de la nourriture spirituelle équilibrée et bien nutritive; que votre prédication est centrée sur le Christ, et que vous n'avez pas fait preuve de négligence.

2eme Partie: Le Leadership - Etre Un Modele Selon Le Cœur De Dieu

«Votre pratique de la méditation personnelle»

Par: Dr Roger Pascoe

L'Institut pour la prédication biblique

Cambridge, Ontario, Canada

Comme nous l'avons vu dans les précédents numéros de la Revue Internet des Pasteurs, être un modèle selon le cœur de Dieu couvre tous les aspects de notre vie. Nous avons parlé de «votre sainteté personnelle » et de la manière dont elle affecte votre capacité et votre efficacité en tant que leader spirituel. La sainteté ne peut être correctement entretenue ou recherchée sans une pratique soutenue des disciplines spirituelles dans votre vie. Les disciplines spirituelles sont essentielles pour vous amener davantage à la ressemblance de Christ - pour votre propre relation avec Dieu, pour votre croissance spirituelle personnelle ; pour votre pureté personnelle et pour votre force et votre vitalité spirituelle.

Un caractère pieux provient du fait de passer du temps avec Dieu. Les disciples passent du temps avec leur maitre (cf. Mc. 3:13-14). Notre caractère doit être une expression du caractère de Christ (Galates 4:19) et notre conduite une expression de celle du Christ. Notre manière de vivre, ce que nous faisons, et qui nous sommes doivent refléter comment le Christ a vécu et qui Il est. Nous ne pouvons refléter le caractère et la conduite du Christ que si nous le connaissons intimement. Et nous ne pouvons le connaître intimement que si nous passons du temps avec lui.

Nous parlons de «faire» notre méditation. Dans un sens, nous ne devrions pas «faire» notre méditation – mais plutôt vivre dans un état constant de méditation, de sorte que «méditer » ne soit pas simplement un acte mécanique ou un devoir, mais un plaisir.

1 Timothée 4:7 nous demande de nous « exercer à la piété ». Les disciplines spirituelles sont les moyens par lesquels la croissance spirituelle se produit en nous par (1) la lecture, la mémorisation, et la méditation de la Parole; (2) la prière; (3) la louange (4) l'évangélisation; (5) et le service.

Il est extrêmement important de réserver un temps et un lieu précis pour une rencontre quotidienne avec Dieu - une routine quotidienne de lecture, de méditation, de prière. Pour la plupart d'entre nous, cette pratique est difficile parce que beaucoup d'autres choses en apparence plus importantes nous disputent constamment notre temps et notre attention. Je constate que lorsque la première chose que je fais dans la journée n’est pas d’avoir ma méditation avec le Seigneur, alors les chances de pouvoir le faire par la suite s’amenuisent à mesure que la journée s’épuise. Cela est probablement vrai pour vous également.

Si vous êtes comme la plupart des chrétiens, vous trouverez probablement que la prière est particulièrement difficile à pratiquer de façon quotidienne et constante. Satan ne veut pas nous voir engagés dans la méditation quotidienne, particulièrement la prière. Alors, permettez-moi de décrire ce que je pense être les composantes de base d'une méditation quotidienne avec le Seigneur. Vous pouvez modifier cela en fonction de vos propres habitudes, mais je vous donne ci-après les principaux éléments.

La Meditation Personnelle

1. Attendre Dieu tranquillement - dans la solitude. C'est là que nous avons véritablement l’occasion de connaitre Dieu. Il est écrit dans le psaume 46:10: «Arrêtez, et sachez que je suis Dieu ». Ce sont des moments où Dieu nous oblige à attendre (en particulier pendant les temps obscurs et difficiles de notre vie). Je crois qu’à ce moment nous en apprenons davantage sur Dieu et sur nous-mêmes que pendant les moments agréables. Nous avons besoin de calme, de sérénité, d’un temps en dehors de la routine et du stress de la vie pour rencontrer Dieu. Vous avez besoin d'un endroit où vous pouvez vous enfermer, et vous avez besoin de planifier un temps à cet effet.

2. Ecouter Dieu attentivement - dans le silence. Parlez très peu et écoutez Dieu vous parler à travers sa Parole. Soyez sensible à l'Esprit Saint pendant qu’il touche votre esprit, votre cœur, votre conscience.

3. Lire de façon méditative - dans les Écritures. Prenez du temps chaque jour pour lire, méditer, et prier à travers les Ecritures. La méditation orientale nécessite que l’on vide son esprit, mais la méditation chrétienne demande plutôt que nous remplissions notre esprit des pensées de Dieu - telles qu’il nous les a révélées dans sa Parole.

Il ne s’agit pas d’étudier les Écritures. Il ne s’agit pas de préparer une prédication ou une leçon d'école du dimanche – ces choses consistent à se concentrer sur comment vous allez l'expliquer et de l'appliquer à d'autres personnes. Mais il s’agit ici d’une autre forme de lecture de la bible qui met l'accent sur votre propre vie spirituelle et l’application de la parole à votre cas personnel. C'est le moment où vous permettez à l'Écriture de vous parler, où vous laissez Dieu nourrir votre cœur et votre âme dans la Parole, où vous devenez saturé de sa Parole au point d’être incité à le louer, à mieux le comprendre, à l'aimer davantage.

La lecture quotidienne des Écritures est l'un des ingrédients qui ont donné à George Mueller une telle puissante dans sa vie. Il savait la vérité selon laquelle «l'homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu» (Matthieu 4:4).

Soyez systématique, intentionnel, et séquentielle dans votre lecture. Etablissez un plan de lecture. Essayez de lire dans différentes parties de la Bible: dans les Proverbes ou les Psaumes; dans un livre de l’ancien testament, et dans un livre du nouveau testament.

Réfléchissez à ce que vous lisez. Pendant que vous lisez, posez-vous quelques questions pour stimuler votre réponse à la parole:

  • y a t-il un commandement auquel vous devez obéir?
  • y a-t-il des liens avec d'autres passages des écritures que vous n'aviez pas remarqués auparavant?
  • y a t-il une leçon à apprendre?
  • y a t-il un nouvel enseignement que vous avez besoin de croire ou d’adopter?
  • y a t-il une bénédiction dont vous devez jouir?
  • y a t-il une pratique, une attitude, ou une relation que vous avez besoin de changer?
  • y a t-il une bénédiction que vous devez saisir?
  • y a t-il un domaine dans lequel prendre courage?
  • y a t-il une erreur à éviter? Il est très réconfortant de savoir que lorsqu’inconsciemment je prends une mauvaise direction ou lorsque je prends une décision insensée, la parole de Dieu peut me le révéler. Il est facile de voir les erreurs des autres, mais il est beaucoup plus difficile de voir nos propres erreurs. C'est là que la Parole de Dieu devient comme un miroir pour nous (Jacques 1:23-25).
  • y a t-il un exemple à suivre? Est-ce qu’il ya quelque chose dans la page que vous lisez qui vous invite à dire: «Je veux être davantage comme cela!»
  • y a t-il une tache ou une responsabilité que vous devez accomplir? Est-ce que la parole de Dieu vous pousse à agir? Êtes-vous en train de négliger quelque chose dans votre foyer ou votre lieu de travail ou dans votre vie personnelle? Si oui, vous devez en prendre conscience et le corriger.
  • y a t-il une promesse que vous pouvez réclamer? En étudiant la Bible, vous entendrez le Seigneur lui-même s'engager à certaines choses ou à agir d’une certaine façon. Lorsque vous abordez ces promesses, vous devez reconnaitre: «Oui, Dieu! Tu es ainsi et tu as promis d'être ainsi tout au long de ma vie, et je te fais confiance ». Votre foi sera renforcée à mesure que vous assimilez et examinez les promesses de Dieu.
  • y a t-il un péché que vous devez confesser? Vous ne pouvez pas lire la bible assez longtemps sans tomber sur des passages qui exposent des erreurs dans votre vie. La promesse qui m'aide est la suivante : «Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous pardonner nos péchés et nous purifier de toute iniquité.» (1 Jean 1:9).

Laissez les mots «demeurer en vous» (Jean 15:7). À partir de votre lecture, servez-vous des pensées que cela vous inspire pour répondre à Dieu dans l’adoration, la confession, l'action de grâce, l'intercession, et la supplication. Mémorisez l'Écriture pendant que la lisez. «Je serre ta parole dans mon cœur afin de ne pas pécher contre toi» (Ps. 119:11).

Laissez les mots produire des fruits en vous. Partagez ce que vous avez appris avec d’autres personnes à un moment opportun.

Obéissez à la parole que vous avez lue. Tout au long de la journée, mettez en pratique ce que vous avez lu ce matin-là.

4. Rafraichissez-vous abondamment – dans les livres de méditation. Je trouve les livres de méditation très utiles pour nourrir et stimuler mon cœur vers Dieu. Ce genre de livres vous incitent à une relation plus profonde avec Dieu. Ils génèrent en vous une connaissance plus profonde de sa personne.

La Priere Personnelle

1. Repentez-vous avec contrition - dans la confession ... à Dieu, à votre femme, à la personne à qui vous rendez compte de votre vie, ou peut-être un collègue, un pasteur, etc.

2. Conversez intimement - dans la prière. Votre vie de prière est fondamentale pour garder votre vitalité spirituelle. Elle est indispensable pour une vie chrétienne consistante, pertinente, et puissante. Et pourtant, elle est l'une des pratiques les plus difficiles à maintenir, et l'une des choses qui font le plus défaut dans la vie des leaders chrétiens.

La plupart d'entre nous avons du mal à être disciplinés dans la prière. Il ya tellement d'autres choses que nous préférerons faire et qui nous absorbent tant. Martin Luther avait l’habitude de prier plus lorsqu’il avait des responsabilités supplémentaires plus lourdes. Il a dit: «Du travail, du travail tôt le matin et tard le soir. En fait, j'ai tellement à faire que je dois passer les trois premières heures de la journée dans la prière. » Quand Jésus était très occupé et préoccupé, il passait des nuits entières à prier. (Luc 06:12).

La prière est le canal par lequel nous conversons avec Dieu. Nous ne pouvons pas le connaître sans converser avec lui ; nous ne pouvons pas dire du bien de lui publiquement aux autres si nous ne le louons pas nous-mêmes en privé. Disciplinez-vous à prier. Faites en une habitude. Essayer toujours de combiner la lecture des Écritures à la prière.

Priez intentionnellement - par exemple à un moment précis chaque jour. Il est préférable que ce soit la première chose que vous faites le matin avant que vous ne soyez absorbé par d'autres choses. Vous ne pouvez pas être puissant dans la prière en publique tant que vous n'êtes pas engagé dans la prière de façon régulière et intentionnelle en privé.

Priez sans cesse - c'est à dire tout au long de la journée (1 Thess 5:17). Priez chaque fois que quelque chose ou quelqu'un vous vient à l'esprit - dans votre voiture ou pendant que vous marchez. Priez à haute voix ou en silence.

Priez méthodiquement en utilisant un canevas de prière ou une liste de sujets de prière. Mon canevas de prière se présente ainsi qu’il suit:

  1. Des versets sur la prière – des versets qui magnifient Dieu; des passages sur la prière. Priez à l’aide de versets particuliers qui sont importants pour vous. Inspirez-vous de l’Écriture pour vous adresser à Dieu dans la prière.
  2. Les sujets de prière permanents pour chaque jour - pour la famille, les missions, des gens particuliers, etc.
  3. Les sujets de prière temporaires - des questions, des situations qui vont et viennent.
  4. Les prières quotidiennes. J’affecte à chaque jour un sujet de prière différent:
  • Dimanche – le culte du dimanche et les pasteurs que je connais; le salut pour différentes personnes et pour des gens de la famille.
  • Lundi - les missions et les missionnaires.
  • Mardi - action de grâce, les réponses à la prière, les sujets d’encouragements, notre gouvernement et nos autorités, notre groupe d'étude de la Bible.
  • Mercredi – les ministères et les serviteurs dans ces ministères.
  • Jeudi - mon propre ministère, ceux qui me soutiennent, les engagements à venir du ministère.
  • Vendredi – les familles, les relations dans les foyers, les gens ayant des problèmes de santé.
  • Samedi - les jeunes adultes, les jeunes couples mariés et les jeunes familles qui ont occupé une place importante dans notre vie.

Priez mutuellement - c'est à dire avec un partenaire. Priez avec votre femme ou avec un collègue ou un ami.

Priez de façon responsable. Priez comme si vous en êtes seul responsable (comme si tout dépendait de vous), mais en sachant que Dieu seul peut le réaliser. Luttez dans la prière (Col. 4:12; Ep. 1, 16). Intercédez en faveur d'autres personnes (par exemple, priez en suivant l’annuaire de votre église). Suppliez Dieu pour leurs besoins. Adorez Dieu pour qui Il est. Priez dans l'énergie et la puissance du Saint-Esprit (Eph. 6:18).

Priez de façon attentive. Écoutez Dieu. Laissez-le vous parler par le Saint Esprit (Romains 8:26-27).

3ème Partie: Meditation

«Le ministère des vases de terre (2ème partie): La motivation pour le ministère » (2 Cor.5 :10-13)

Par: Dr Roger Pascoe

Institut pour la prédication biblique

Cambridge, Ontario, Canada

Dans 2 Corinthiens 4 et 5, l'apôtre Paul souligne trois motivations pour le ministère:

  1. la motivation de la transformation future (4:16-5:9)
  2. la motivation du jugement de Dieu (5:10-13)
  3. la motivation de l'amour du Christ (5:14-17).

Nous avons discuté de la motivation de la transformation future dans le numéro de l'automne 2013 de cette Revue. Maintenant, nous allons examiner la deuxième motivation pour le ministère: LA MOTIVATION DU JUGEMENT DE DIEU (5:10-13). Ici, Paul a deux sources de motivation ...

1. Les Chrétiens Rendront Compte Devant Le Tribunal De Christ (5:10)

La motivation de notre future transformation nous rappelle notre responsabilité présente d’être conformes à la nature et au caractère de Christ, dès à présent sur la terre, «car» (10) ce qui nous motive à lui être agréable, c'est que nous devons « tous comparaître devant le tribunal de Christ, afin que chacun reçoive selon le bien ou le mal qu’il aura fait, étant dans son corps.»(5:10). Nous sommes responsables de la façon dont nous vivons. Notre espoir actuel d'être avec le Seigneur doit renforcer notre désir de lui être agréable maintenant, et aussi nous rendre conscient du tribunal à venir de Christ.

Les chrétiens rendront compte un jour. En ce jour-là, tout ce que nous avons fait ici-bas sera exposé. «Tout est à nu et à découvert aux yeux de celui à qui nous devons rendre compte » (Hébreux 04:13). La perspective de ce compte rendu à venir devrait nous inciter à une vie sainte, de sorte à ce que nos actions extérieures soient conformes à ce que nous pensons et croyons au fond de nous. Nous ne sommes pas exemptés des exigences de la loi morale de Dieu. Nous avons été justifiés (Actes 13:39; Rom 8:1) et purifiés, et maintenant la responsabilité nous incombe de glorifier Dieu dans notre corps (1 Cor 6:20). C’est pourquoi Dieu nous évaluera sur de tout ce que nous avons fait ici bas, que ce soit en bien ou en mal.

Comme un commentateur l’a souligné, il s'agit non pas d’une «sentence de condamnation» mais d'une «évaluation de la valeur» afin que Christ puisse attribuer ou refuser des récompenses. Cela n'a rien à voir avec la condamnation, mais tout à voir avec les félicitations. Chaque chrétien est tenu responsable non pas de l’obtention de son salut (car nous en sommes incapables par nous mêmes) mais de la manière de construire sur cette fondation qui a été posée, à savoir Jésus-Christ (voir 1 Cor. 3:10-15). Notre fondation est complètement sécurisée: si nous sommes de vrais croyants, nous ne pouvons pas perdre notre salut. Mais nous serons tenus responsables devant Dieu pour ce que nous aurons construit sur ce fondement - si c’est « avec de l’or, de l’argent, des pierres précieuses » ou plutôt avec « du bois, du foin ou du chaume ». Chaque croyant se tiendra devant le tribunal de Christ, pas pour savoir s’il sera sauvé ou pas, mais pour recevoir soit des récompenses pour les actes qu’il a accomplis pour le Christ, ou rien pour avoir mis le feu par ces choses qu’il n’a pas faites pour le Christ - c'est à dire les mauvaises choses. Car «la foi sans les œuvres est morte» (Jacques 2:26) et nos œuvres seront exposés pour ce qu'ils sont vraiment. C’est seulement maintenant, dans cette vie que nous avons l'occasion de glorifier Dieu en paroles et en actes, dans notre corps qui est le sien. (1 Cor. 6:20).

Cela devrait certainement être une grande motivation pour notre ministère - Les chrétiens rendront compte devant le tribunal de Christ. Ensuite, d'autre part, il y a le fait que ...

2. Les Incroyants Rendront Compte Devant Le Grand Trône Blanc (5:11-12)

« Donc » (à la lumière du tribunal de Christ devant lequel tous les croyants se tiendront), « connaissant la crainte du Seigneur, nous cherchons à convaincre les hommes » (11a). Cette motivation de la responsabilité future devant Dieu motive Paul à faire son ministère qui consiste à convaincre les hommes (incroyants) de la vérité de l'Évangile. C’est une perspective suffisamment grave de savoir que les chrétiens se tiendront devant le tribunal de Christ où les actes accomplis dans le corps seront évalués pour déterminer s’ils étaient bons ou mauvais. Mais c’est une perspective bien pire de savoir que les incroyants devront se tenir devant le Grand Trône Blanc de Dieu. Ce sera une terreur abjecte. Pas étonnant que Paul dise, connaissant la crainte du Seigneur, nous cherchons à convaincre les hommes. Cela est une motivation sérieuse pour notre ministère de prédication de l'Évangile.

Néanmoins, Paul ne cherche pas à se justifier lui-même et ses activités du ministère car il dit : « Dieu nous connaît, et j’espère que dans vos consciences vous nous connaissez aussi » (11b). Dieu connaît la véritable motivation de Paul pour le ministère, de sorte qu'il n'a pas besoin de justifier ce qu'il fait et pourquoi il le fait. Et, il espère que sa motivation pour le ministère est également bien connue dans les consciences des Corinthiens. Il espère que son œuvre parmi eux les convaincra dans leur conscience de la validité et de la pureté de son appel, car ils considèrent la vie et le ministère de Paul à la lumière de toutes les accusations portées contre lui par les faux enseignants.

«Nous ne nous recommandons pas de nouveau nous-mêmes auprès de vous (voir 3:1); mais nous vous donnons occasion de vous glorifier à notre sujet, afin que vous puissiez répondre à ceux qui tirent gloire de ce qui est dans les apparences et non dans le cœur. » (12). Paul ne cherche pas à les convaincre de sa crédibilité, mais plutôt de leur donner l'occasion de le défendre et de se féliciter à son sujet. Il ne veut pas seulement les convaincre dans leur conscience quant à son authenticité en tant que ministre de l'Évangile, mais il veut aussi qu'ils parlent de sa part contre ceux qui sont son exact opposé – c'est-à-dire «ceux qui tirent gloire de ce qui est dans les apparences et non dans le cœur». C'est la définition par excellence des faux enseignants - des hypocrites qui semblent bons à l'extérieur mais qui sont corrompus dans leur être profond; ils se soucient plus de spectacles, d'argent et de pouvoir que de «convaincre les hommes » ou de nourrir le peuple de Dieu.

C'est exactement le contraire de Paul qui a compté toutes ces choses comme de la boue (l’argent, le pouvoir, l’héritage, la position religieuse, etc.) pour l'excellence de la connaissance du Christ (voir Phil. 3:1-11). « Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi. » (2 Cor. 12:9). Paul se glorifiait dans la croix (Galates 6:14). Il n'a pas essayé d'impressionner les autres avec des discours intellectuels ronflants, mais il est venu à eux dans la crainte et la faiblesse (2 Cor. 5:1-5). Ainsi, le véritable serviteur de Dieu glorifie Christ dans son cœur et non dans les apparences. Ses valeurs sont spirituelles et internes - pas matérielles et externes.

Conclusion: «En effet (parce que), si je suis hors de sens, c’est pour Dieu ; si je suis de bon sens, c’est pour vous.» (13). Paul dit: «Si je suis ne suis pas sain d’esprit comme mes accusateurs le disent (Actes 26:24; 2 Cor 11:1,16; 12:11) - c'est à dire un extrémiste religieux qui prend des risques et des épreuves qu'une personne saine d'esprit n’accepterait pas – c’est pour servir Dieu. Mais si je suis sain d'esprit, je l'utilise pour votre bénéfice dans la prédication de l'Evangile». Puissions-nous aussi utiliser toutes les capacités et les opportunités que Dieu nous donne pour son service. Que la perspective de rendre des comptes à Dieu nous motive à servir Dieu avec le pur motif de faire du bien aux autres.

4ème Partie: Plans De Predication

Jean 8:1-11 / Le Dialogue De Jésus Avec Les Pharisiens

Pour la version audio anglaise de ces messages, cliquez sur ces liens : Link 1 - Jean. 8:1-5; Link 2 - Jean 8:6-7; Link 3 - Jean 8:8-11

Titre: L'hypocrisie confrontée

Point n°1: Les accusateurs défient Jésus (8:3-6a)

1. La femme est amenée (3)

2. Jésus est interpellé (4-5)

Point n°2: Jésus discrédite les accusateurs (8:6b-9a)

1. Jésus ignore leur demande (6b, 8)

2. Jésus révèle sa sagesse divine (7)

3. Jésus touche leur conscience (9a)

Point n°3: Jésus s’occupe de la femme accusée (8:9b-11)

1. Jésus s’occupe d’elle de façon personnelle (9b-10a)

2. Jésus s’occupe d’elle de façon protective (10b-11a)

3. Jésus s’occupe d’elle de façon pastorale (11b)

Related Topics: Pastors