Where the world comes to study the Bible

Introduction et Arrière-plan

Depuis des siècles, les descendants d’Abraham s’attendaient à posséder la terre que Dieu avait promise au Patriarche par l’alliance Abrahamique, promesse qu’il avait réitérée à Isaac et à Jacob. Le livre de Josué relate l’histoire passionnante de l’accomplissement de cette promesse. C’est l’histoire de la fidélité de Dieu, on y lit comment, par la foi dans les promesses de Dieu, le people de Dieu peut vaincre et expérimenter sa délivrance qui transforme une vie. Le message de Josué peut encourager et avoir une influence formidable sur la vie de quelqu’un. Pour qu’il en soit ainsi, toutefois, il nous faut être sérieux dans notre étude des Écritures. A ceux qui veulent que le message de Josué influence de manière positive leur vie pour Dieu, les quatre mots suivants sont offerts comme matière à réflexion :

(1) Soif : Le psalmiste a écrit : « Comme une biche soupire après des courants d’eau, Ainsi mon âme soupire après toi, ô Dieu ! Mon âme a soif de Dieu, du Dieu vivant : Quand irai-je et paraîtrai-je devant la face de Dieu ? » (Psaumes 42:2-3.) Malheureusement, les hommes cherchent trop souvent à combler le vide de leur âme avec des choses qui ne satisfont jamais pleinement. Nous avons tous été créés avec un vide que seul Dieu lui-même peut combler. Le psalmiste reconnaissait cela et après l’analogie à la biche qui a soif d’eau fraîche, a parlé de la soif de son âme que seul Dieu était capable d’étancher. Mais ensuite la question est posée : « Quand irai-je et paraîtrai-je devant la face de Dieu ? » Le temps et le lieu pour le faire est justement le temps d’étude de la Bible. L’étude biblique la plus efficace est possible quand nous étudions avec la soif de connaître Dieu. Qu’il en soit ainsi lors de notre étude du livre de Josué.

(2) Peine : Dans notre société de consommation et de restauration rapide, nous nous attendons à ce que tout soit rapide et facile, et trop souvent nous envisageons notre étude biblique de la même façon. Une étude biblique efficace demande du travail et requiert de l’assiduité, comme dans tout ce qui en vaut la peine si l’on veut accomplir beaucoup. « Efforce-toi de te présenter devant Dieu comme un homme éprouvé, un ouvrier qui n’a point à rougir, qui dispense droitement la parole de la vérité. » (2 Tim. 2:15.)

(3) Temps : Nous pouvons chauffer une tasse d’eau dans un micro-ondes en une minute, y verser une cuillère de notre café instantané préféré et obtenir quelque chose à boire, mais les plus importantes bénédictions viennent généralement de la méditation, la lecture et le temps passé le livre précieux de Dieu.

(4) Ouverture d’esprit : Encore une fois, dans un monde si plein des idées, des théologies, des idéologies et des philosophies de l’homme, nous en retirerons plus si nous nous approchons des écritures avec un esprit bien disposé, demandant à Dieu de nous enseigner Sa vérité, car c’est Sa vérité et seulement Sa vérité qui sanctifie et nous libère (Jean 17:17; 8:32.)

Tandis que vous lisez cette étude, nous espérons bible en main, puissent ces quatre mots être dans votre esprit et votre coeur.

Présentation Générale

Le livre de Josué décrit la conquête et la possession de la terre de Canaan. Il peut être divisé simplement en trois parties : (1) l’invasion ou l’entrée, (2) la conquête et (3) la prise de possession ou la division de la terre. Il s’agit de la terre que Dieu avait promise à travers Abraham, Isaac et Jacob. Ici, Dieu a acompli cette promesse, bien que ce soit de façon non-exhaustive puisqu’il y a toujours un reste pour le peuple de Dieu (Héb. 4.) Josué décrit le triomphe militaire du peuple de Dieu par la foi et l’obéissance. Toutefois, contrairement à la plupart des histoires militaires, dans le livre de Josué l’accent est mis sur le Commandant du commandant, sur le Chef de l’armée de l’Éternel (5:15.) à plusieurs reprises, comme le nom de Josué l’illustre (Yahweh sauve), le livre démontre que les victoires d’Israël étaient dues à la puissante interevention de Dieu.

Perspective Historique Clef

Dans la Genèse, Israël est né en tant que nation dans l’appel et la promesse de Dieu à Abraham. (Élection de la naiton.)

Dans Éxode, la nation a été délivrée de l’esclavage en Égypte, a traversé la Mer Rouge et a reçu la Loi Sainte de Dieu (Rédemption de la nation.)

Dans Lévitique, la nation a appris comment adorer au vu de la sainteté de Dieu (Sanctification de la nation.)

Dans Nombres, ils ont été testés et recensés en tant que nation (Direction et Errement de la nation.)

Dans Deutéronome, la loi a été révisée, réitérée et close avec l’assurance qu’Israël possèderait la terre (Instruction de la nation.)

Dans Josué, la nation a traversé le Jourdain et pris possession de la terre (Possession par la nation.) Si Moïse était le symbole de la délivrance, alors Josué est le symbole de la victoire. Josué nous enseigne que la foi est « la victoire qui triomphe du monde » (1 Jean 5:4.)

Verset Clef

Josué 1:3 « Tout lieu que foulera la plante de votre pied, je vous le donne, comme je l’ai dit à Moïse. »

Josué 1:3 est comparable à Éphésiens 1:3 dans le Nouveau Testament, « … bénis de toute bénédiction spirituelle dans les lieux célestes en Christ. » Littéralement « dans les célestes; » c’est-à-dire dans le royaume des possessions et expériences célestes auquel est amené le Chrétien à cause de son association avec le Christ ressuscité.1

Concept Clef

Le concept clef du livre de Josué est la possession grâce au combat par la puissance de Yahvé, le Chef de l’armée de l’Éternel. De ce point de vue, c’est aussi le cas avec Éphésiens, car bien que nous soyons bénis de toute bénédiction spirituelle en Christ, nous devons bel et bien faire face à nos ennemis (Éph. 6:12) et nous fortifier en revêtant toutes els armes de Dieu (Éph. 6:10-11, 13-18). Il est important de réaliser que la propriété de la terre à Israël était inconditionnelle selon l’alliance abrahamique, mais la possession de la terre était conditionnée à la foi et à l’obéissance. Ainsi, aujourd’hui, le combat et la conquête par la foi vont de paire avec le fait de saisir ce que nous avons du fait de notre position en Christ ; conflict and conquest by faith go with laying hold of that which we have positionally in Christ; la jouissance de nos bénédictions en Christ vient de la foi au milieu de l’adversité.

Les Thème et But du Livre

Comme il est mentionné ci-dessus, Josué raconte l’histoire de la conquête par Israël de la terre de Canaan comme accomplissement des promesses de Dieu au peuple d’Israël. Après 400 ans d’esclavage en Égypte et 40 ans dans le désert, les israëlites sont enfin à même d’entrer dans le Pays Promis. Abraham, qui fut un résident temporaire et un immigrant toute sa vie, n’a jamais vraiment possédé le pays vers lequel il était envoyé. Le seul morceau de terre qu’il possédait était une propriété funéraire qu’il avait achetée lui-même pour Sara et sa famille, la grotte et le champ de Makpéla (Gen. 23). Toutefois, Abraham a effectivement laissé à ses descendants physiques et aussi spirituels l’héritage des promesses de l’alliance de Dieu qui allaient faire d’eux les héritiers finals de tout Canaan et de toutes les béndictions spirituelles que nous aovns en Christ, y compris une cité céleste (voir Gen. 15:13,16,18; 17:8; Rom. 4:12-14; Héb. 11:11; 4:1-11). Dans le livre de Josué, cette promesse longtemps attendue est devenue une réalité.

But Premier

Le but premier du livre de Josué est de montrer la fidélité de Dieu à Ses promesses ; qu’il a fait pour Israël exactement ce qu’il avait promis (cf. Gen. 15:18 avec Jos. 1:2-6 et 21:43-45). Les événement rapportés dans Josué sont choisis pour montrer l’intervention spéciale de Dieu en faveur de son peuple malgré toutes sortes de circonstances contraires. L’accomplissement des promesses de Dieu, tel qu’il est démontré à travers la naissance d’Isaac à Abraham et Sara et dans la prise de possession de l aterre avec ses villes fortifiées, est l’oeuvre de Dieu et ce que l’homme ne peut pas faire en dépit de tous ses efforts. (voir Rom. 4.)

But Second

Le but secondaire est de montrer que tout comme Dieu les avait fait sortir d’Égypte par la foi dans la puissance de Dieu, alors Il les ferait entrer en possession de la terre par la foi dans la puissance de Dieu. Le livre insiste sur le fait que bien que justifié par la foi, comme l’était Abraham, ou délivré de l’esclavage, comme l’était Israël du pays d’Égypte, la victoire sur ces ennemis de la vie qui se tiennent en travers de notre marche avec Dieu doit elle aussi venir de la foi dans la puissance de Dieu (Jos. 1:5-7; 3:7, voir aussi Héb. 4:1-3). Ainsi, Josué contraste avec le livre des Nombres dans lequel on voit Israël en échec par manque de foi, errant dans le désert malgré le fait qu’il était le peuple racheté de Dieu.

Les Nom et Auteur du Livre

À la différence des cinq premiers livres de l’Ancien Testament, ce livre porte le nom du personnage humain principal du livre, Josué, fils de Nun, serviteur de Moïse. Même si Josué n’est pas explicitement identifié comme étant l’auteur, la substance générale du livre indique que l’auteur était un témoin oculaire de la plupart des événements, qui sont décrits avec une grande intensité, une grande précision dans les détails et occasionnellement à la première personne (‘nous’; ex., 5:1, 6.) D’autres facteurs permettent d’affirmer que Josué est l’auteur : (1) La tradition Juive comme le Thalmud (Baba Bathra 14b) désignent Josué comme étant l’auteur du livre ; (2) il semble que le livre a été écrit peu de temps après que les événements ont eu lieu (cf. 6:25) ; (3) l’unité de style suggère également qu’un seul auteur a écrit l’ensemble de l’ouvrage bien que certaines portions aient de façon évidente été écrites par d’autres comme le sacrificateur Éléazar ou Phineas, son fils (à noter la troisième personne ‘il’ se référant à Josué en 15:13-17, voir également 24:29-31) ; (4) enfin, il est clairement formulé en 8:32 et 24:26 que Josué a écrit. Ainsi, les éléments semblent indiquer Josué comme étant l’auteur du livre.

Mais pourquoi, alors que c’est le cas dans les cinq premiers livres de la Bible, est-ce que ce livre prend le nom de son auteur ? Premièrement, parce qu’en tant que successeur du grand meneur qui a donné la loi, Moïse, Josué aurait facilement pu être oublié et le Seigneur ne veut pas que nous oubliions cet homme et son ministère fidèle de meneur et serviteur de l’Éternel. De plus, Josué représente également un modèle particulier de Christ. Cela se voit dans son nom2 et par l’oeuvre qu’il a accomplie en guidant le peuple vers la terre, une image de notre ‘repos’ en Christ (Héb. 4). Il est l’homme qui a mis au défi le peuple à la fin du livre avec ces mots :

“Maintenant, craignez l’Éternel, et servez-le avec intégrité et fidélité. Faites disparaître les dieux qu’ont servis vos pères de l’autre côté du fleuve et en Égypte, et servez l’Éternel. Et si vous ne trouvez pas bon de servir l’Éternel, choisissez aujourd’hui qui vous voulez servir, ou les dieux que servaient vos pères au-delà du fleuve, ou les dieux des Amoréens dans le pays desquels vous habitez. Moi et ma maison, nous servirons l’ÉTERNEL.” (Joshua 24:14-15).

Une seconde raison d’intituler ce livre Josué se trouve dans la signification du nom de Josué. Le nom d’origine de Josué était Hosée (Nom. 13:8; Deut. 32:44) qui signifie littéralement “salut.” Mais pendant l’errance dans le désert, Moïse a changé son nom en Yehoshua, qui signifie “Yahvé est salut” ou “sauve, Yahvé” (Nom. 13:16). Josué est une forme contractée de Yehoshua. Cela équivalait à une expectative prophétique et à un rappel pour Josué, les espions et le peuple, que la victoire sur les ennemis et la prise de possession du paysse ferait par la puissance de Yahvé plutôt que par les compétences ou la sagesse ou la puissance humaines. On a donné à ce livre le nom de Josué parce que, malgré le fait que Josué ait été un des plus grands stratégistes militaires de l’histoire, sa sagesse et ses réussites militaires venait de Yahvé qui seul est notre salut. C’était Yahvé lui-même qui a apporté la victoire à Israël et a vaincu les ennemis d’Israël en leur donnant la possession du pays.

De façon significative, la forme grecque de ce nom est ‘Jésus,’ le nom qu’il avait été dit à Marie de donner à son fils car il était celui qui sauverait son peuple de ses péchés. (Matt. 1:21).

La place de Canaan dans le message de Josué

(1) Canaan était le lieu de repos d’Israël : Au lieu de leur esclavage en Égypte et de leur errance dans le désert, Israël devait pouvoir se reposer et trouver en Canaan une terre d’accueil où ils devaient fonctionneer en tant que peuple de Dieu et comme lumière envers les nations. Posséder et soumettre le pays rempli d’ennemis devait mener à ce repos et à cette communion avec le Seigneur (cf. Deut. 6:10-11 et Lév. 26:6-8).

(2) Canaan était le lieu de la générosité : Dans ce pays coulaient “le lait et le miel,” c’était un “bon et vaste pays” (Ex. 3:8, 17; 13:5; 33:3; Lév. 20:24; Nom. 13:27, etc.). Quelque 16 fois il est appelé “un pays de lait et de miel.” C’était un pays aux fruits extraordinaires (Nom. 13:26,27), un pays de maïs et de vin, où la rosée du ciel est distillée (Deut. 33:28; Lév. 26:5; Deut. 11:10-12).

(3) Canaan était un lieu de triomphe : En Canaan se trouvaient des ennemis et des forces bien plus puissantes qu’Israël, et pourtant ces ennemis étaient vaincus avant même qu’Israël ne les frappe. Pourquoi ? Parce qu’Israël ne puisait pas sa victoire dans ses propres capacités, mais dans la puissance et la force de Yahvé leur Dieu (Deut 7:2; 9:3; Jos. 1:2f). La bataille est toujours celle du Seigneur (1 Sam. 17:47).

Les Images et la Symbolique dans Josué

Comme vous avez pu le constater ci-dessus, Josué est un livre riche en images pour le croyant aujourd’hui. Il est riche d’analogies et cela correspond aux versets dans Hébreux 3:7-4:12 et 1 Corinthiens 10:6, 11.Le livre de Josué dépeint la vie qui repose sur la foi pour un croyant d’aujourd’hui qui connaît les bénédictions de son salut à travers une foi qui dépasse les diverses épreuves, tentations et difficultés de la vie auxquelles il ou elle a à faire face à cause de nos trois ennemis, le monde, la chair et le diable. Voici certaines de ces analogies :

(1) Bien que nous devions nous approprier notre salut et le mettre en pratique (nous discipliner à piété), en Christ nous n’oeuvrons pas à notre salut ou pour notre spiritualité, mais devons nous reposer par la foi en ce que Dieu a fait pour nous. Être en Christ est notre repos, forme la base de notre repos face à nos ennemis dans cette vie, et nous rappelle le repos millénial et éternel qui nous attend.

(2) En Christ nous sommes bénis de toute bénédiction spirituelle. C’est notre récompense (Éph. 1:3).

(3) Dans le monde nous faisons face à des ennemis et à des luttes, mais en Christ nous avons la promesse de la victoire par la foi et l’endurance.

(4) Josué, le chef du peuple d’Israël, est un modèle de Christ, le « Chef de notre salut » (cf. Héb. 2:10-11; Rom. 8:37; 2 Cor. 1:10; 2:14).

(5) La traversée du Jourdain est l’image d’un chrétien qui est sûr de sa mort et de sa résurrection avec Christ et se mettant en situation de croissance et de victoire.

(6) Les conquêtes de Canaan décrivent les conflits du chrétien avec les ennemis représentés par le monde, la chair et le diable. (a) La prise de Jéricho représente la victoire sur le système satanique de ce monde qui se tient en travers de notre progression spirituelle. (b) La défaite puis la victoire à Aï illustrent notre lutte puis notre délivrance de la nature pécheresse ou notre propension à pécher ou à chercher à vivre la vie chrétienne par nos propres forces. (c) La tromperie et l’expérience avec les Gabaonites illustre de façon certaine notre bataille avec Satan et ses tromperies démoniaques.

De façon répétée la Parole de Dieu nous met face à face avec notre besoin de délivrance, celle-ci ne venant que de Dieu. Elle nous montre l’absolue nécessité du salut en Christ. Christ est la vie et la seule vie qui sauve. Sans sa mort, qui nous a donné la justification devant Dieu, et sans Lui et sa vie, tout ce que nous avons est un homme qui essaie, à partir de sa faiblesse ou de son tempérament, d’être gentil, de se conformer à des standards culturels ou religieux. Tel n’est pas l’authentique christianisme. C’est une contrefaçon, une distortion et une tromperie. C’est une ruse de Satan destinée à éloigner les gens de la solution de Dieu en Christ, à la lumière de sa Parole, qui fait autorité, la Bible.

Satan veut nous aveugler afin que nous ne voyons pas briller « la splendeur de l’Évangile de la gloire de Christ, qui est l’image de Dieu. » (2 Cor. 4:4). Et qu’est l’évangile de la gloire de Christ ? C’est la vie salvatrice de Christ, le fait que l’homme est sauvé et délivré de lui-même par la vie et l’œuvre glorieuses de Jésus-Christ qui est l’image même de Dieu.

Nous ne devons jamais être la source de notre christianisme. Sa source en est Christ. Nous ne devons jamais contrôler notre christianisme, mais le christianisme et tout ce qui est nôtre par Christ doivent nous contrôler. Nous ne devons pas essayer de reproduire l’image de Dieu en nous. En revanche, le christianisme, c’est Dieu se reflétant lui-même en nous à travers son Fils, Jésus-Christ, par la puissance du Saint-Esprit.

Dans cette étude nous présenterons des vérités spirituelles de base ou des principes tirés du texte de Josué, mais nous chercherons également à illustrer un nombre de liens ou d’analogies avec la vie chrétienne. La justification d’une telle démarche se trouve dans des passages comme Luc 24:27, « Et, commençant par Moïse et par tous les prophètes, il leur expliqua dans toutes les écritures ce qui le concernait. » et 1 Corinthiens 10:4, 6, 11.

Verset 4, « ils ont tous bu le même breuvage spirituel, car ils buvaient à un rocher spirituel qui les suivait, et ce rocher était Christ. » Le rocher signifiait la présence et l’oeuvre de Christ.

Verset 6, « Or, ces choses sont arrivées pour nous servir d’exemples, afin que nous n’ayons pas de mauvais désirs, comme ils en ont eu. »

Verset 11, « Ces choses leur sont arrivées pour servir d’exemples, et elles ont été écrites pour notre instruction, à nous qui sommes parvenus à la fin des siècles. »

Ces versets nous enseignent que ces événements de l’ancien testament étaient des événements historiques qui révélaient l’œuvre de Dieu dans la vie de l’ancien Israël. Mais ils nous donnent également des principes, des images, des illustrations qui représentent des avertissements et nous enseignent des vérités pratiques pour la vie en Christ du croyant aujourd’hui. Ils constituent des liens et des analogies fascinants et instructifs pour la vie en Christ du croyant quand il doit faire face à un monde hostile et adverse.

(1) l’Égypte représente le monde avec toutes ses idées humaines, ses idolatries, son mysticisme et son opposition au salut, à la délivrance et aux buts de Dieu pour Son peuple.

(2) Être en Égypte représente une condition perdue, l’esclavage de Satan, du monde et de la chair.

(3) La sortie d’Égypte à travers l’agneau de Pâque et la traversée de la Mer Rouge représentent la délivrance par la mort de Jésus-Christ et la puissance de Dieu seul. Cela signifie la rédemption par la vie salvatrice de Christ.

(4) Un croyant descendant en Égypte comme l’a fait Abraham en Genèse 12:10f dépeint un croyant qui se tourne vers le monde et ses solutions de substitution plutôt que de se tourner vers le Seigneur pour obtenir la délivrance.

(5) Israël dans le désert est une représentation ou une image du croyant enfermé dans le charnel. Il ou elle est sauvé et béni de merveilleux privilèges et pourtant ne réussit pas à poursuivre sa vie avec Dieu et vit sans profiter au maximum des bénédictions du Seigneur, en dehors de sa volonté et en échec constant, errant par manque de foi en Dieu et en la délivrance qu’Il a promise.

(6) La traversée du Jourdain et l’installation dans le pays de Canaan représentent le croyant qui prend possession de ce qui lui est réservé, par la foi dans la puissance et la bonne disposition de Dieu. Elle dépeint le croyant en communion, face à l’adversité et aux ennemis, et pourtant capable d’être délivré en s’appuyant sur le Seigneur et en marchant par la foi selon les principes et les promesses de la Parole.

(7) Les Canaanéens présents dans le pays représentent les ennemis du croyant qui se tiennent là pour s’opposer à nous dans la marche chrétienne, mais qui sont en même temps un ennemi vaincu, même s’il nous faut nous approprier notre victoire en Dieu, la vie salvatrice de Christ. Certains croient que Jéricho peut illustrer le monde, Akan et Aï la chair ou la nature pécheresse, et les Gabaonites illustrent peut-être les ruses de Satan et du système mondain.

En préparation à cette étude, Je me permets de suggérer ce qui suit :

  • Notons attentivement où Israël a réussi et où il a réussi. Ayons un coeur humble et examinons notre propre vie à la lumière de nos découvertes dans ces passages.
  • Posons-nous des questions telles que : Suis-je en train de faire les mêmes erreurs qu’Israël ? Suis-je en train d’appliquer les mêmes principes que Josué ? Suis-je à l’écoute de l’appel de Dieu et des défis qu’Il lance pour ma vie ?
  • Réjouissons-nous et profitons des victoires d’Israël, car ses victoires peuvent aussi être les nôtres.
  • Prions que l’étude de Josué permettra d’expliquer certains de nos échecs personnels, de nous encourager dans notre propre combat spirituel, et nous poussera à substituer la vie puissante de Christ à une vie égocentrée, sous quelque forme qu’elle soit.

1 Charles Caldwell Ryrie, Ryrie Study Bible, Expanded Edition, Moody, p. 1877.

2 Josué est appelé Jésus dans Actes 7:45.

Related Topics: Introductions, Arguments, Outlines, Character Study