Where the world comes to study the Bible

Les Années d’Or d’Israël

Le Livre de Josué124

Introduction

Il y a une photo dans la collection de photos de famille de mes parents qui sera toujours plus importante dans mon esprit. Elle fut prise durant une vacance de famille qui inclut quelques jours au Glacier National Park. Nous avions emprunté une tente et autre équipements de plein air d’un membre de notre famille et étions prêts à faire l’expérience de notre première aventure de camping. Nous avons trouvé un endroit creux ou le sol était lisse et sans pierres. En un mot, il était là pour que nous puissions planter notre tente. A cette période, nous ne connaissions rien des orages de montagne ou qu’il fallait planter une tente à des endroits élevés. Nous n’avions aucune idée de quelle direction les vents et les pluies pourraient venir, mais nous allions apprendre tout ce que nous aurions dû savoir avant que la nuit ne soit finie !

Notre photo de famille fut prise tard dans l’après midi, posant joyeusement devant notre tente. Le ciel était bleu et pratiquement sans un nuage. Cela ressemblait à des vacances de famille parfaites. Ce ne fut qu’après que nous soyons tous à l’intérieur de la tente pour la nuit, enrubannés dans nos sacs de couchage que l’inattendu arriva. Un orage estival nous engloutit soudainement. Il y avait des pluies torrentielles, accompagnées de tonnerre et éclairs. Les eaux s’amassèrent dans le creux, où nous avions planté notre tente. Bientôt, il y avait au moins cinq centimètres d’eau de pluie à l’intérieur de la tente. Nos sacs de couchage étaient trempés, et mon jeune frère chantait « Jésus m’aime » aussi fort qu’il pouvait. Nous avons remballés notre tente, nos sacs de couchage et tout, à toute vitesse et les empilèrent dans le coffre de notre voiture, et avons été cherché un motel où nous pourrions nous sécher.

Certaines choses qui commencent très bien peuvent finir d’une manière très différente. Cette partie de nos vacances de famille me rappelle de la relation du Livre de Josué au Livre suivant, le Livre de Juges. Josué est la « marque haute » du succès de l’histoire d’Israël. Les choses pouvaient difficilement allées mieux. Comment quelqu’un pouvait-il être autre qu’optimiste en ce qui concerne l’avenir ? Mais quand nous arrivons au Livre suivant, le Livre de Juges, les choses étaient au plus bas. Là, elles pouvaient difficilement être pires.

Comment cela a-t-il pu arriver ? Comment Israël a-t-il pu chuter de ses succès des jours de Josué à ses échecs des jours des Juges ? Certaines de ces choses vont devoir attendre notre prochaine leçon, mais nous devrions approcher le Livre de Josué avec nos yeux grands ouverts, sachant ce que l’avenir tenait. Savourons les « bons temps » de Josué, mais soyons aussi préparés pour les mauvais temps qui vont bientôt arrivés.

La Structure du Livre de Josué

La structure du Livre de Josué est assez transparente:

Chapitres 1-12 Occupant le Pays et Venant à Bout des Cananéens 

Chapitres 13-21 Divisant le Pays

Chapitres22-24 Derniers Evènements et Mots d’Exhortation et d’Avertissement de Josué

Dans cette étude, nous devrons fixer notre attention sur la première et la dernière section du Livre. La première section est remplie d’évènements excitants décrivant la traversée du Jourdain et la conquête du pays. La section finale est très similaire aux derniers mots de Moïse dans le Livre de Deutéronome. Josué conseille vivement au peuple d’embrasser l’alliance de Dieu comme la leur, puis les avertit qu’ils ne seront jamais capables de tenir leur promesse.

Aperçu de la Conquête du Pays de Canaan (Josué 1:1 – 12:24)

Chapitre 1

Le premier chapitre de Josué est rempli de mots d’instruction et d’encouragement. Dieu ordonne à Josué d’emmener les Israélites de l’autre coté du Jourdain et de conquérir le pays. Quand il le fait, Dieu lui fait ces promesses:

« 3 Comme je l'ai promis à Moïse, je vous donne tout endroit où vous poserez vos pieds.

   4 Votre territoire s'étendra du désert jusqu'aux montagnes du Liban et du grand fleuve, l'Euphrate, à travers tout le pays des Hittites jusqu'à la mer Méditerranée, à l'ouest.

   5 Tant que tu vivras, personne ne pourra te résister, car je serai avec toi comme j'ai été avec Moïse, je ne te délaisserai pas et je ne t'abandonnerai pas.

   6 Prends courage et tiens bon, car c'est toi qui feras entrer ce peuple en possession du pays que j'ai promis par serment à leurs ancêtres de leur donner.

   7 Simplement, prends courage et tiens bon pour veiller à obéir à toute la Loi que mon serviteur Moïse t'a prescrite, sans t'en écarter ni d'un côté ni de l'autre. Alors tu réussiras dans tout ce que tu entreprendras.

   8 Aie soin de répéter sans cesse les paroles de ce livre de la Loi, médite-les jour et nuit afin d'y obéir et d'appliquer tout ce qui y est écrit, car alors tu auras du succès dans tes entreprises, alors tu réussiras.

   9 Je t'ai donné cet ordre: Prends courage et tiens bon, ne crains rien et ne te laisse pas effrayer, car moi, l'Eternel ton Dieu, je serai avec toi pour tout ce que tu entreprendras. » (Josué 1:3-9, mon accentuation en gras)125

Avec les assurances de Dieu, il y avait des exhortations et des commandements. Josué devait être fort et brave (1:6,7) ; il ne devait pas avoir peur (1:9). Il devait faire traverser le Jourdain par le peuple et posséder le pays que Dieu avait promit à leurs ancêtres (1:6). Il devait tenir compte de la Loi que Dieu avait donnée par Moïse. Il devait la mémoriser et en tenir compte soigneusement, ne violant aucun de ses commandements (1:7-8).

Josué donna alors des instructions aux tribus de Ruben, Gad, et à Manassé – ces tribus qui avaient choisies de rester du coté est du Jourdain – leur rappelant qu’ils devaient aider leurs frères à posséder le pays à l’ouest de la rivière avant de pouvoir joindre leurs familles dans leur propre pays, à l’est du Jourdain. La réponse de ces Israélites aux mots de Josué est incroyable:

« 16 Ils répondirent à Josué:
   ---Nous ferons tout ce que tu nous as ordonné et nous irons partout où tu nous enverras.

   17 Nous voulons t'obéir en toute chose, comme nous avons obéi à Moïse. Que l'Eternel ton Dieu soit avec toi, comme il a été avec Moïse.

   18 Celui qui s'opposera à ton autorité et désobéira à tes ordres sera mis à mort, quelle que soit la chose que tu auras ordonnée. Prends donc courage et tiens bon! » (Josué 1:16-18)

Moïse avait ordonné à leurs pères d’occuper le pays de Canaan, et ils avaient refusé, menaçant de le tuer et de nommer un nouveau chef qui les ramènerait en Egypte (Nombres 14:1-4,10). En contraste, cette génération promit de suivre Josué, et même l’encouragèrent à être fort et brave ! Ils menacèrent de tuer n’importe qui qui oserait opposer Josué.

Chapitre 2

Cette fois-ci, Josué envoya seulement deux espions (2:1), ce qui est surement lié à l’échec de la première génération à Qadech quand seuls 2 des 12 espions eurent un « bon rapport ». Les actions de Josué rendirent claires quel genre de rapports il attendait de ces deux espions. Dieu intervint de telle façon qu’ils étaient certains d’être des « bons rapports ». Les deux espions allèrent à Jéricho, sur le coté ouest du Jourdain. Le seul endroit où loger dans la ville était la maison de Rahab, la prostituée. (Qui suspecterait des étrangers de rester chez elle ?)

Les espions trouvèrent une femme de foi en Rahab. Le roi de Jéricho apprit l’arrivée de deux espions, et il savait qu’ils étaient chez Rahab. Le roi demanda qu’elle lui livre les deux hommes. Elle choisit de les protéger, plutôt que de les lui livrer. Elle savait que les Israélites allaient s’imposer sur Jéricho et les Cananéens:

« 9 Elle leur dit:
   ---Je sais que l'Eternel vous a donné ce pays: la terreur s'est emparée de nous et tous les habitants de la région sont pris de panique à cause de vous.

   10 Car nous avons entendu que l'Eternel a mis à sec les eaux de la mer des Roseaux devant vous lorsque vous êtes sortis d'Egypte. Nous avons appris comment vous avez traité les deux rois des Amoréens, Sihôn et Og, qui régnaient de l'autre côté du Jourdain, pour les vouer à l'Eternel, en les exterminant.

   11 Depuis que nous avons entendu ces nouvelles, le cœur nous manque, et personne n'a plus le courage de vous tenir tête. En effet, c'est l'Eternel votre Dieu qui est Dieu, en haut dans le ciel et ici-bas sur la terre. » (Josué 2:9-11)

Rahab marchanda avec les espions d’être épargner avec sa famille, si elle les protégeait. Ils furent d’accord, et les espions s’échappèrent de la ville, descendus le long du mur par une corde de la fenêtre de Rahab (2:15). Les espions s’enfuirent dans les collines puis retournèrent au camp des Israélites. Ils amenèrent de bonnes nouvelles à Josué:

« ---Certainement l'Eternel nous livre tout le pays, lui dirent-ils, car déjà toute la population de la région est prise de panique à cause de nous. » (Josué 2:24)126

Le rapport de Rahab n’était pas seulement le moyen de sa propre libération ; il joua aussi un rôle important en donnant aux Israélites le courage d’attaquer Jéricho.

Chapitre 3

Cela a dû être un grand jour dans l’histoire d’Israël, un jour où Dieu honora Josué, démontrant aux Israélites que Sa main était avec leur nouveau leader, tout comme elle était avec Moïse:

« L'Eternel dit à Josué:
   ---Aujourd'hui même, je commencerai à t'honorer aux yeux de tout Israël pour qu'ils sachent que je serai avec toi tout comme je l'ai été avec Moïse. » (Josué 3:7, mon accentuation en gras)

Comme ils se préparaient à traverser le Jourdain, Josué déclara au peuple:

« 9 Alors Josué s'adressa à tous les Israélites et leur dit:
   ---Approchez-vous et écoutez les paroles de l'Eternel, votre Dieu.

   10 Voici comment vous saurez que le Dieu vivant est au milieu de vous et qu'il ne manquera pas de déposséder en votre faveur les Cananéens, les Hittites, les Héviens, les Phéréziens, les Guirgasiens, les Amoréens et les Yebousiens:

   11 Le coffre de l'alliance du Seigneur de toute la terre va traverser le Jourdain devant vous.

   13 Dès que les prêtres qui porteront le coffre de l'Eternel, le Seigneur de toute la terre, poseront la plante des pieds dans le Jourdain, le fleuve sera coupé en deux: les eaux venant de l'amont s'arrêteront net en formant comme un mur. » (Josué 3:9-11,13)

Quand les prêtres entrèrent dans les eaux du Jourdain, l’eau s’arrêta de couler de l’amont. Cela avait surement pour intention de ramener à l’esprit des Israélites le miracle d’avant quand ils avaient traversé la Mer Rouge à pied sec. Les prêtres portant le coffre de l’alliance s’arrêtèrent au milieu du Jourdain pendant que le peuple traversa.

Chapitre 4

Dieu ordonna à Josué de construire un monument, un rappel pour cette et les générations futures de la grande chose que Dieu avait fait pour Son peuple. Douze hommes (un de chaque tribu) durent aller dans le lit de la rivière et enlevèrent une pierre. Ces pierres devaient être amenées au camp sur le coté ouest du Jourdain, et la ces pierres seraient entassées comme monument. Il semblerait qu’un second monument fut construit au milieu du Jourdain. Douze pierres de la terre furent portées à l’ endroit où le coffre de l’alliance était encore, au milieu de la rivière (4:9). L’auteur informe ses lecteurs que cette pile de pierres était encore sous l’eau au moment où qu’il écrivit le récit (4:9).

Ce jour, un puissant miracle fut performé, un qui avait pour intention de démontrer aux Israélites que Dieu allait au devant d’eux pour leur permettre de battre les Cananéens et de posséder le pays (voir 3:9-13). Ce fut aussi le moyen pour Dieu d’honorer Josué, pour que le peuple puisse le respecter et le suivre, comme ils avaient suivi Moïse:

« Ce jour-là, l'Eternel honora Josué aux yeux de tous les Israélites, et ils respectèrent son autorité comme ils l'avaient fait pour Moïse durant toute sa vie. » (Josué 4:14)

Ce fut aussi le moyen pour Dieu d’encourager les Israélites à L’obéir et à terroriser les Cananéens qui opposeraient Son peuple:

« 24 Il a agi ainsi pour que tous les peuples de la terre sachent combien grande est sa puissance et pour que vous-mêmes vous révériez l'Eternel votre Dieu pour toujours.

  5:1 Tous les rois des Amoréens établis sur la rive occidentale du Jourdain et tous les rois des Cananéens établis sur le littoral de la mer Méditerranée apprirent que l'Eternel avait asséché le Jourdain devant les Israélites jusqu'à ce qu'ils l'aient traversé. Alors le courage leur manqua et ils perdirent tous leurs moyens en face des Israélites. » (Josué 4:24-5:1)

Chapitre 5

Une fois qu’ils furent de l’autre coté du Jourdain, Dieu ordonna aux Israélites d’être circoncis. Alors que la première génération qui quitta l’Egypte avait été circoncise, ils n’avaient pas circoncis leurs enfants (5:5-7). Ce fut la façon que cette nouvelle génération embrasserait publiquement l’alliance que Dieu avait conclue avec leurs ancêtres et concluait maintenant avec eux. Ce verset est très informatif et ne devrait pas être négligé:

« Après que tout le peuple eut été circoncis, ils restèrent sur place dans le camp jusqu'à leur guérison. » (Josué 5:8)

Cela nous rappelle d’un incident préalable, enregistré dans le Livre de Genèse:

« 24 Alors tous ceux qui se trouvaient à la porte de la ville se laissèrent convaincre par Hamor et son fils Sichem, et tous les hommes et les garçons qui se trouvaient dans la ville furent circoncis.

   25 Le troisième jour, alors qu'ils étaient souffrants, deux des fils de Jacob, Siméon et Lévi, les frères de Dina, prirent chacun son épée, et tombèrent sur la ville qui se croyait en sécurité. Ils tuèrent tous les hommes et les garçons.

   26 Ils tuèrent aussi Hamor et son fils Sichem, reprirent Dina de la maison de Sichem et partirent.

   27 Les autres fils de Jacob vinrent achever les blessés et pillèrent la ville, parce qu'on avait déshonoré leur sœur.

   28 Ils prirent le gros et le petit bétail ainsi que les ânes et tout ce qui était dans la ville et dans les champs.

   29 Ils s'emparèrent de tous leurs biens, de leurs enfants et de leurs femmes et raflèrent tout ce qui était dans les maisons. » (Genèse 34:24-29, mon accentuation en gras)

Quand Sichem viola Dina, la sœur de Siméon et Lévi, ces frères en colère firent trompeusement un traité avec les hommes de Sichem, à la condition que tous les hommes Sichemites subissent le rite de la circoncision. Pendant la période de trois jours de guérison, quand les Sichemites souffraient énormément et étaient faibles, les fils de Jacob massacrèrent les hommes et prirent leurs femmes, enfants et leurs troupeaux comme butin de guerre.

Cela nous informe que, quand les Israélites se soumirent à la circoncision immédiatement après la traversée du Jourdain, ce ne fut pas seulement un acte d’obéissance mais aussi un acte de foi. Traverser le Jourdain serait interprété par les habitants de Canaan comme un acte d’agression, un acte de guerre. Le peuple de Jéricho (sans mentionner d’autres) aurait toutes les raisons d’attaquer en premier les Israélites, avant qu’ils ne viennent plus près. La possibilité d’une attaque ennemie après la traversée du Jourdain était très réelle, et donc se soumettre à la circoncision voulait dire devenir vulnérable à une attaque pendant plusieurs jours. Si les Cananéens avaient attaqué Israël à ce moment, ils auraient été à leur point le plus faible en tant que nation. En dépit des risques et de la douleur sous entendue, les Israélites obéirent l’ordre de Dieu.127

Après leur circoncision, les Israélites observèrent la Pâque sur les plaines de Jéricho (5:10). Plus que ça, ils mangèrent pour la première fois du pain sans levain (5:11). Le menu changea à partir de ce jour là. Plus jamais cette génération ne mangerait de la manne (5:12). Quel délice ce premier repas a dû être.

Une chose très étrange est arrivée. Comme Josué approchait Jéricho, un homme apparut devant lui, avec son épée tirée. Josué s’approcha et lui demanda s’il était pour ou contre Israël. C’était une bonne question, mais Josué n’avait pas peur de lui demander. Après tout, cet homme n’était qu’un seul homme, et derrière Josué était une armée très impressionnante. Néanmoins, Josué n’était pas préparé pour la réponse que cet homme lui donna:

« 14 ---Non, répondit l'homme. Je suis le chef de l'armée de l'Eternel et je viens maintenant.
   Alors Josué se prosterna, le visage contre terre, et lui dit:
   ---Seigneur, je suis ton serviteur, quels sont tes ordres?

   15 Le chef de l'armée de l'Eternel lui répondit:
   ---Ote tes sandales de tes pieds, car l'endroit où tu te tiens est un lieu saint.
   Et Josué obéit. » (Josué 5:14-15, mon accentuation en gras)

Beaucoup de gens pensent que c’est une manifestation de Christ pré-incarné, et je suis très enclin à être d’accord. Pas étonnant que Josué enleva rapidement ses sandales et se prosterna devant ce « Chef des Armées ». Une fois encore, on nous rappelle d’un incident préalable dans le Pentateuque:

« 3 Il se dit alors:
   ---Je vais faire un détour pour aller regarder ce phénomène extraordinaire et voir pourquoi le buisson ne se consume pas.

   4 L'Eternel vit que Moïse faisait un détour pour aller voir et il l'appela du milieu du buisson:
   ---Moïse, Moïse!
   ---Je suis là, répondit Moïse.

   5 Dieu lui dit:
   ---N'approche pas d'ici, enlève tes sandales, car le lieu où tu te tiens est un lieu sacré.

   6 Puis il ajouta: Je suis le Dieu de tes ancêtres, le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob.
   Alors Moïse se couvrit le visage car il avait peur de regarder Dieu. » (Exode 3:3-6, mon accentuation en gras)

Alors, Josué a sa propre version du « buisson embrasé » ; il a une rencontre directe avec Dieu. Il reçoit ses instructions de bataille de personne d’autre que du « Chef des Armées » des forces armées d’Israël. Le plan qu’Il révèle en est un qu’aucun chef militaire n’aurait pu imaginer, comme nous allons le voir bientôt.

Chapitre 6

J’adore cette histoire. Le chapitre commence avec une description d’un vrai problème militaire:

« La ville de Jéricho avait soigneusement fermé toutes ses portes et s'était barricadée derrière, par peur des Israélites. Plus personne n'entrait ni ne sortait par ses portes. » (Josué 6:1)

Comment les Israélites traiteraient le fait que Jéricho était une ville fortifiée, avec de grands murs et des portes impénétrables ? Alarmé par la présence de l’armée Israélite, ces portes étaient solidement fermées ; personne ne pouvait entrer ni sortir de la ville. Si les Israélites cherchaient à escalader les murs, beaucoup de vies seraient perdues. S’ils essayaient d’enfoncer les portes de la ville, la même chose arriverait. Comment pourraient-ils surmonter ces murs massifs ?

Dieu avait la solution parfaite, une que personne n’aurait considérée, parce que c’était un miracle. Le messager divin ne dit pas vraiment à Josué comment les Israélites allaient entrer dans la ville ou comment le peuple de Jéricho serait battu. C’était parce que les Israélites durent agir en acte de foi:

«Par la foi, les murailles de Jéricho se sont écroulées quand le peuple en eut fait le tour pendant sept jours. » (Hébreux 11:30)

Le Commandant en chef dit à Josué que les Israélites devaient marcher autour de la vile une fois par jour pendant six jours. Des hommes armés devront marcher en premier, sonnant les trompettes. Les prêtres devront les suivre, portant le coffre de l’alliance et sonnant les trompettes. Puis le reste de la troupe suivront derrière, sonnant les trompettes. Cependant, le peuple devra rester silencieux. Quelle vue incroyable cela a dû être ! Vous pouvez imaginer que le peuple de Jéricho aligné sur les remparts de la ville, regardant avec un mélange de peur et de stupéfaction les Israélites marchant autour de leur ville. Les trompettes sonnaient, mais le peuple restait silencieux. Finalement, le septième jour128, les Israélites marchèrent autour de la ville sept fois, et quand les trompettes furent sonnées, le peuple poussa un grand cri de guerre, ne sachant pas (à mon avis) ce qui allait se passer.

A la stupéfaction de tous (ceux marchant en dehors de la ville, et ceux sur les remparts les regardant) les murs de la ville s’effondrèrent. C’est mon avis que beaucoup (sinon la plupart) des soldats de Jéricho se tenaient sur les remparts, ou près d’eux, prêts à repousser les Israélites s’ils attaquaient la ville. Quand les murs s’effondrèrent, cela a dû en tuer beaucoup. Et ceux qui survécurent ont dû être complètement déboussolés. Leur système de défense fut complètement détruit. Ce en quoi ils avaient mis toute leur confiance et sécurité fut l’instrument de leur propre destruction. La barrière impénétrable d’Israël (les murs et les portes de la ville) s’ effondra devant eux. Tout ce que les Israélites eurent à faire était de « finir le boulot » et ce fut ce qu’ils firent. Ils annihilèrent complètement le peuple et la ville, ne laissant aucun survivant.

Il y eut encore un autre miracle, du moins lisant le récit. Dieu détruisit la ville en causant les remparts de d’effondrer, et pourtant, il épargna Rahab et sa famille dont la maison était sur une partie du rempart. Cette partie ne s’est certainement pas écroulée, comme le reste. Puis les deux espions furent envoyés à la maison de Rahab pour l’amener et sa famille à l’abri, sous la protection d’Israël. Parce que Rahab avait protégé les deux espions, Dieu protégea Rahab et sa famille en Israël. Mieux que ça, le nom de Rahab fut enregistré dans le livre de la vie, et elle est trouvée dans la liste des gens de foi (Hébreux 11:31 ; Jacques 2:25).

Chapitre 7

Il y avait un problème avec la victoire d’Israël sur le peuple de Jéricho, et l’auteur le révèle dans le verset 1:

« 1 Les Israélites commirent un acte d'infidélité à l'égard des objets voués à l'Eternel: Akân, fils de Karmi et descendant de Zabdi et de Zérah, de la tribu de Juda, prit pour lui certains de ces objets, et l'Eternel se mit en colère contre les Israélites. » (Josué 7:1)

Akân avait désobéi les instructions que Moïse avait préalablement données:

« 22 C'est seulement petit à petit que l'Eternel ton Dieu chassera ces nations devant toi, tu ne pourras pas les éliminer d'un seul coup, sinon les bêtes sauvages se multiplieraient dangereusement chez toi[h].

   23 L'Eternel ton Dieu livrera ces peuples en ton pouvoir et les mettra en déroute, jusqu'à leur destruction totale.

   24 Il te livrera leurs rois, et tu feras disparaître leur nom de dessous le ciel; personne ne pourra te résister: tu les extermineras tous.

   25 Vous brûlerez les statues de leurs dieux. Ne cède pas à la tentation de récupérer l'argent ou l'or qui les recouvre! Ne le prends pas! Cela pourrait constituer un piège pour toi, car c'est une abomination pour l'Eternel ton Dieu.

   26 Tu n'introduiras donc pas dans ta maison une abomination, car tu te mettrais avec elle sous le coup de la malédiction. Tu la tiendras pour une chose réprouvée, tu l'auras en abomination, car elle est sous la malédiction. » (Deutéronome 7:22-26, mon accentuation en gras)

Plus que ça, Akân désobéit les instructions spécifiques de Josué, données juste avant que les Israélites capturent Jéricho:

« 17 La ville avec tout ce qu'elle contient sera vouée à l'Eternel; seule Rahab, la prostituée, sera laissée en vie avec tous ceux qui se trouveront dans sa maison, car elle a caché les hommes que nous avions envoyés.

   18 Mais attention! Prenez bien garde à ce qui doit être voué à l'Eternel. Ne prenez rien de cela, sinon vous placeriez le camp d'Israël sous une sentence de destruction et vous lui attireriez le malheur.

   19 Tout l'argent et l'or, tous les objets de bronze et de fer seront consacrés à l'Eternel et on les mettra dans son trésor. » (Josué 6:17-19)

Le péché d’Akân amena une grande calamité, non seulement sur lui-même et sa famille, mais aussi sur toute la nation Israël. Cela deviendra apparent bientôt. La ville suivante avec laquelle les Israélites devront traiter est la ville d’Aï. Quand les espions furent envoyés pour évaluer la force militaire de la ville, ils semblèrent être presque trop surs d’eux-mêmes:

« 3 A leur retour, ils dirent à Josué:
   ---Il est inutile d'envoyer toute l'armée: deux ou trois mille hommes suffiront pour battre Aï. Ne donne pas de fatigue à tout le peuple, car l'adversaire est peu nombreux. » (Josué 7:3)

Cela aurait pu être que deux ou trois milles hommes auraient pu prendre la ville, particulièrement avec l’aide de Dieu. Mais ce ne fut pas le cas, pas cette fois. Quand les Israélites engagèrent le peuple d’Aï en bataille, leurs adversaires gagnèrent l’avantage et déroutèrent les forces Israélites. Trente six hommes furent perdus dans la bataille. Josué et tout Israël étaient horrifiés et perplexes à cause de leur défaite. Qu’est-ce qui a bien pu aller de travers ? Dieu dit à Josué:

« 10 L'Eternel répondit à Josué:
   ---Lève-toi! Pourquoi restes-tu prostré la face contre terre?

   11 Israël a commis un péché. On a transgressé l'alliance que j'avais établie pour eux. On a pris des objets qui m'étaient voués, on en a dérobé, caché et mis dans ses propres affaires.

   12 C'est pourquoi les Israélites ne pourront plus résister à leurs ennemis, ils fuiront devant eux car ils sont sous le coup d'une sentence de destruction. Je ne continuerai pas à être avec vous si vous ne détruisez pas ce qui est au milieu de vous. » (Josué 7:10-12)

Josué passa alors les Israélites à un processus d’élimination, jusqu’à ce qu’il fut révélé qu’Akân était le coupable. Josué conseilla vivement à Akân d’avouer son péché, et il le fit:

« 20 Akân lui répondit:
   ---C'est vrai, j'ai commis une faute envers l'Eternel, le Dieu d'Israël. Voici ce que j'ai fait:

   21 J'ai vu dans le butin un magnifique manteau de Babylone, deux cents pièces d'argent et un lingot d'or d'une livre. J'en ai eu fortement envie, alors je m'en suis emparé. Ces objets sont enterrés au milieu de ma tente, et l'argent est en-dessous. » (Josué 7:20-21)

Vous devez créditer Akân pour admettre ouvertement son péché, sans faire d’excuses. Mais son péché était sérieux ; il avait couté à Israël une défaite des mains de ses ennemis, et il avait couté à 36 hommes leurs vies. Puis, à la direction de Dieu, Akân et sa famille furent lapidés et leurs corps brûlés. La colère de Dieu fut apaisée.

Chapitre 8

Dieu encouragea Josué à ne pas avoir peur et à être brave. Il l’instruisit de prendre l’armée toute entière et d’attaquer la ville d’Aï. Le plan de bataille prendrait avantage de la défaite préalable d’Israël aux mains des guerriers d’Aï. Trente milles hommes de Josué se tiendraient en embuscade derrière la ville d’Aï. Josué et ses troupes attaqueraient alors par le devant de la ville. Josué et son armée prétendraient être battus et commenceraient à battre en retraite. Beaucoup des troupes d’Aï pourchasseraient alors Josué et son armée. Quand ceux qui restèrent en garde à l’intérieur d’Aï virent ce qui se passait, ils voulaient faire partie de la tuerie, et ils quittèrent la ville à la poursuite effrénée de Josué et ses hommes. Ceux qui attendaient en embuscade se faufilèrent alors dans la ville et la brûlèrent. Quand le peuple d’Aï vit leur ville en flammes, ils surent qu’ils ne pouvaient aller nulle part. Maintenant ils étaient piégés entre ceux qui s’étaient cachés en embuscade derrière eux et ceux qui avaient simulés leur défaite devant eux.

Le Seigneur instruisit alors Josué de brandir son épée vers Aï, parce qu’Il lui donnait la ville (8:18). Il brandit son épée jusqu'à ce que la victoire fut complète (8:26). Une fois encore, nous sommes rappelés d’un incident préalable dans le Pentateuque impliquant Moïse et Josué:

« 8 Les Amalécites vinrent attaquer Israël à Rephidim.

  9 Alors Moïse dit à Josué:
   ---Choisis-nous des guerriers et demain tu iras combattre les Amalécites. Moi, je me tiendrai au sommet de la colline, avec le bâton de Dieu à la main.

  10 Josué se conforma aux instructions de Moïse. Il alla combattre les Amalécites, tandis que Moïse, Aaron et Hourmontèrent au sommet de la colline.

  11 Or, lorsque Moïse élevait la main pour prier, Israël avait l'avantage dans la bataille, et lorsqu'il la laissait retomber, Amalec l'emportait.

  12 Comme les bras de Moïse se fatiguaient, Aaron et Hour prirent une pierre qu'ils placèrent sous lui pour le faire asseoir dessus, et ils lui soutinrent les bras, chacun d'un côté; ainsi ses bras tinrent fermes jusqu'au coucher du soleil,

  13 et Josué remporta la victoire sur les Amalécites à la pointe de l'épée.

  14 L'Eternel dit à Moïse:
   ---Consigne cela par écrit pour qu'on en garde le souvenir et déclare à Josué que j'effacerai complètement le souvenir d'Amalec de sous le ciel.

  15 Moïse érigea un autel qu'il appela Adonaï-Nissi (Le Seigneur est ma bannière),

  16 puis il ajouta:
   ---Puisqu'on s'est attaqué au trône de l'Eternel, l'Eternel fera la guerre à Amalec de génération en génération. » (Exode 17:8-16, mon accentuation en gras)

Tout comme Moïse avait instruit (deutéronome 27), Josué construisit un autel pour le seigneur sur le mont Ebal. Là, ils offrirent des sacrifices et inscrirent la Loi sur de la Pierre. La moitié des Israélites se tinrent devant le mont Garizim et l’autre moitié devant le mont Ebal. Josué lut à haute voix toutes les bénédictions et les malédictions de la Loi pendant que le peuple écoutait.

Chapitre 9

Dans le chapitre 9, nous lisons un des échecs de Josué et des chefs d’Israël. Il n’était pas intentionnel, mais fut le résultat de conclure imprudemment un traité avec le people de Gabaon. Les récits des victoires d’Israël sur Jéricho et Aï avaient atteint les oreilles des Rois qui habitaient à l’ouest du Jourdain, qui formèrent une alliance pour lutter contre les Israélites. Les résidents de Gabaon prirent une approche différente. Ils, comme Rahab, étaient convaincus que les Israélites gagneraient, et ils magouillèrent un plan de tromperie.129

Les Gabaonites ont d[u dévaliser tous les magasins de l’Armée du Salut dans le pays, trouvant beaucoup de vieux vêtements tout us2s et des sandales. Ils acquirent aussi du vieux pain desséché. Ces choses furent utilisées pour convaincre les Israélites qu’ils venaient de loin, d’un pays très éloigné. Il semblerait que ces gens avaient quelques connaissances de la loi, ou du moins du traitement d’Israël avec différentes pays. Les principes directifs pour la politique étrangère des Israélites sont trouvés dans Deutéronome:

« 10 ---Quand vous marcherez sur une ville pour l'attaquer, vous proposerez d'abord à ses habitants de se rendre sans combat.

   11 S'ils acceptent vos propositions et vous ouvrent la porte de la ville, toute la population sera soumise à des corvées et vous servira comme esclave.

   12 S'ils refusent votre proposition et engagent le combat contre vous, vous assiégerez la ville.

   13 L'Eternel votre Dieu la livrera entre vos mains, et vous y ferez périr tous les hommes par l'épée.

   14 Mais vous pourrez vous réserver les femmes, les enfants, le bétail et tout le butin que vous trouverez dans la ville. Vous disposerez du butin pris sur vos ennemis que l'Eternel votre Dieu vous aura livrés.

   15 Vous agirez ainsi à l'égard de toutes les villes situées loin de chez vous et qui ne font pas partie du pays où vous allez vous installer.

   16 Quant aux villes de ces peuples que l'Eternel votre Dieu vous donne en possession, vous n'y laisserez pas subsister âme qui vive.

   17 Vous exterminerez totalement pour les vouer à l'Eternel les Hittites, les Amoréens, les Cananéens, les Phéréziens, les Héviens et les Yebousiens, comme l'Eternel votre Dieu vous l'a ordonné,

   18 afin qu'ils ne vous apprennent pas à imiter les pratiques abominables auxquelles ils se livrent en l'honneur de leurs dieux, et par lesquelles vous pécheriez contre l'Eternel votre Dieu. » (Deutéronome 20:10-18, mon accentuation en gras)

Comptant sur le fait que les Israélites vivraient par les lois de Dieu, les Gabaonites se feraient passer pour des gens venant d’un pays très loin d’Israël, plutôt que pour des gens vivant dans le pays que Dieu avait donné à Israël. Sans se renseigner soigneusement sur cette question (certainement sans demander la volonté de Dieu), les chef d’Israël crurent la parole des Gabaonites et conclurent un traité avec eux, comme s’ils étaient d’une nation lointaine. C’est seulement après que le traité fut conclu que les Israélites apprirent qu’ils avaient été trompés. Parce qu’ils avaient donné leur parole d’honneur, ils ne pouvaient pas briser leur serment. Cependant, les Gabaonites furent soumis à des durs travaux.

Chapitre 10

La saga des Gabaonites n’est pas finie. L’alliance des rois amoréens d’abord mentionnés dans Josué 9:1-2 est maintenant traitée en plus grands détails dans le chapitre 10. Ces rois furent bouleversés d’apprendre que les Gabaonites avaient conclu un traité avec les Israélites parce que Gabaon était une grande ville, et qu’ils étaient de grands guerriers (10:2). Au lieu d’avoir Gabaon comme allié, ces gens étaient maintenant leurs ennemis. L’alliance des rois pensait qu’ils devaient attaquer Gabaon et les neutraliser. Quand les Gabaonites réalisèrent qu’ils étaient attaqués, ils envoyèrent un message à leur allié, les Israélites, qui furent alors obligés de les aider.

Josué assembla son armée et se mit en route pour Gabaon. Dieu encouragea Josué et les Israélites à ne pas avoir peur, les assurant qu’Il allait leur donner la victoire sur leurs ennemis (10:8). Une marche de nuit (une montée de près de 40 kilomètres, et du niveau de la mer jusqu'à près de 1200 mètres d’altitude) les amena à Gabaon tôt le lendemain matin, prenant les rois par surprise. Le Seigneur donna à Israël une grande victoire à Gabaon. Quand les soldats amoréens s’enfuirent, Dieu fit tomber sur eux de grosses tempêtes de grêle, faisant plus de victimes que ceux qui avaient été tués par l’épée (10:11). La bataille marchait bien, mais la continuation de la victoire fut menacée par la tombée de la nuit. Alors Josué fut une requête des plus inhabituelles, et sa prière fut exaucée:

« 12 Ce jour-là où l'Eternel donna aux Israélites la victoire sur les Amoréens, Josué s'écria devant tout Israël:
   ---Soleil, arrête-toi sur Gabaon! Et toi, lune, fais halte sur la vallée d'Ayalôn.

   13 Et le soleil s'arrêta, la lune suspendit son cours jusqu'à ce que la nation d'Israël eût réglé ses comptes avec ses ennemis. C'est bien ce qui est écrit dans le livre du Juste. Le soleil s'immobilisa au milieu du ciel et différa son coucher pendant environ un jour entier. » (Josué 10:12-13)

« 14 Jamais auparavant et jamais depuis lors, il n'y eut de jour comparable à celui-là, où l'Eternel a écouté la voix d'un homme. C'est qu'il combattait lui-même pour Israël. » (Josué 10:14)

Dieu a-t-il utilisé les forces de la nature pour séparer la Mer Rouge quand Moïse guida les Israélites ? Dieu n’est pas moins engagé pour prendre soin de Son peuple sous la direction de Josué. Dieu est puissant pour sauver. Il utilise toute la nature pour protéger Son peuple.

La grande victoire d’Israël sur les rois amoréens brisa les reins de l’opposition en Palestine centrale. Encouragés par leur succès et l’assurance de la présence puissante de Dieu parmi eux, les Israélites menèrent une campagne contre la partie sud de la Palestine (10:28-39). Leur victoire dans le sud fut stupéfiante:

« 40 Josué conquit tout le pays, il battit tous les rois de la région montagneuse, ceux du Néguev, de la plaine côtière et des contreforts des montagnes. Il extermina tous les êtres vivants sans épargner personne, pour les vouer à l'Eternel, comme l'Eternel, le Dieu d'Israël, l'avait ordonné.

   41 Il soumit toute la région de Qadech-Barnéa jusqu'à Gaza, et le district de Gochên jusqu'à Gabaon.

   42 En une seule campagne, il vainquit tous les rois et s'empara de leurs territoires, car l'Eternel, le Dieu d'Israël, combattait pour son peuple.

   43 Ensuite, Josué et tout Israël avec lui regagnèrent le camp de Guilgal. » (Josué 10:40-43)

Chapitre 11

Tout ce qui restait à faire pour Josué et l’armée des Israélites était de battre les rois du nord. Après cela, battre les Cananéens serait la tâche de chaque tribu. (C’est une tâche qu’ils échoueraient à accomplir, comme nous voyons dans le Livre des Juges.) Une alliance des rois du nord fut établie, mais ne les empêcha pas d’être battus par Josué et les Israélites. La victoire de Josué est résumée d’une telle façon qu’elle lie l’obéissance aux commandements de Dieu à sa victoire sur les ennemis d’Israël:

« 15 Josué se conforma entièrement aux ordres que l'Eternel avait donnés à son serviteur Moïse et que celui-ci lui avait transmis. Il n'enfreignit aucun de ces ordres.

   16 C'est ainsi que Josué conquit tout le pays: la région montagneuse, tout le Néguev, la région de Gochên, la plaine côtière, la vallée du Jourdain, ainsi que la région montagneuse et les plaines du nord.

   17 Il captura et tua tous les rois des régions situées entre le mont Halaq qui se dresse près de Séir au sud, jusqu'à Baal-Gad dans la dépression du Liban au pied du mont Hermon au nord.

   18 La guerre qu'il livra contre tous ces rois dura de longues années.

   19 Aucune ville --- sauf Gabaon habitée par les Héviens --- ne fit la paix avec les Israélites; il s'en empara par les armes.

   20 Cela venait de l'Eternel; en effet, il avait rendu ces gens obstinés pour qu'ils affrontent Israël, afin qu'ils soient détruits sans pitié jusqu'à leur totale extermination pour lui être voués, comme il l'avait ordonné à Moïse.

   21 A la même époque, Josué alla éliminer les Anaqim qui vivaient dans les montagnes d'Hébron, de Debir, d'Anab, dans les monts de Juda et dans la montagne d'Israël. Il les extermina et détruisit totalement leurs villes pour les vouer à l'Eternel.

   22 Il ne resta plus d'Anaqim dans le pays des Israélites, sauf dans les villes de Gaza, Gath et Asdod.

   23 Josué conquit donc tout le pays, comme l'Eternel l'avait dit à Moïse, et il le répartit entre les tribus d'Israël pour qu'elles possèdent chacune sa part. Et la guerre cessa dans le pays. » (Josué 11:15-23)

Derniers Evènements de Josué (Josué 22-24)

Les chapitres 13-21 de Josué concernent la distribution du pays. Les grands pouvoirs de la Terre Promise avaient été battus, mais beaucoup restaient à être conquis (13:1-6). Cela serait la tâche des tribus individuelles et non pas le devoir des forces combinées d'Israël. Au commandement de Dieu, Josué divisa le pays, avec chaque tribu étant responsable pour conquérir leur héritage.

Dans le chapitre 13, nous trouvons une anecdote brève, mais importante :

Les Israélites tuèrent Balaam, fils de Beor, le divin, avec tous les autres (Josué 13:22).

Le jour de paye de Balaam était finalement arrivé. Cette brève remarque souligne, d’une façon ou d’une autre, le commentaire que nous trouvons dans Josué 22:17, auquel nous allons bientôt faire référence.

Josué est maintenant très âgé (13:1 ; 23:1). Sa mort est proche. Maintenant que les pouvoirs majeurs de Canaan ont été battus, il est temps d’envoyer les tribus israélites vers leur héritage. Dans le chapitre 22, Josué renvoie les tribus de Ruben, Gad, et Manassé à leurs épouses et leurs enfants sur le coté est du Jourdain avec ces mots d’exhortation et d’avertissement130:

« 1 Alors Josué réunit les hommes de Ruben, de Gad et de la demi-tribu de Manassé

   2 et leur dit:
   ---Vous avez fait tout ce que Moïse, serviteur de l'Eternel, vous a ordonné et vous avez obéi à tout ce que je vous ai commandé.

   3 Durant toutes ces années jusqu'à ce jour, vous n'avez pas abandonné vos compatriotes et vous avez obéi fidèlement à l'ordre que l'Eternel vous avait donné.

   4 Maintenant, l'Eternel votre Dieu a accordé à vos compatriotes une existence paisible dans le pays, comme il le leur avait promis. Vous pouvez donc maintenant partir et rentrer dans le pays qui vous appartient et que Moïse, serviteur de l'Eternel, vous a donné en propriété de l'autre côté du Jourdain.

   5 Seulement, veillez bien à appliquer le commandement et la Loi que Moïse, serviteur de l'Eternel, vous a transmis: aimez l'Eternel, votre Dieu! Suivez tous les chemins qu'il a prescrits pour vous, obéissez à ses commandements, attachez-vous à lui et servez-le de tout votre cœur et de tout votre être! » (Josué 22:1-5)

Quand ils retournèrent, ces tribus construisirent un autel près du Jourdain (22:10). Cette nouvelle atteint les oreilles de leurs frères à l’ouest du Jourdain. Il y avait de l’inquiétude que ceux de l’autre coté de la rivière avaient commencé à perdre leur foi, et ceux du coté ouest du Jourdain étaient déterminés à traiter ce problème:

« 12 Dès que les Israélites l'apprirent, ils se rassemblèrent tous à Silo, pour aller attaquer les hommes des tribus transjordaniennes.

   13 Ils envoyèrent aux hommes des tribus de Ruben, de Gad et de la demi-tribu de Manassé en Galaad, Phinéas, fils du prêtre Eléazar,

   14 dix responsables, chefs de groupe familial parmi les familles d'Israël, un par tribu.

   15 Ils se rendirent auprès des hommes de Ruben, de Gad et de la demi-tribu de Manassé en Galaad et leur parlèrent en ces termes:

   16 ---Voici ce que vous fait dire toute la communauté de l'Eternel: «Pourquoi vous révoltez-vous contre le Dieu d'Israël? Pourquoi vous détournez-vous maintenant de l'Eternel? Car, en construisant un autel pour vous-mêmes, vous vous révoltez contre lui.

   17 Nous avons déjà commis une faute grave à Peor, et nous n'en sommes pas encore purifiés à ce jour, malgré le fléau qui nous a tous frappés. Cela ne suffit-il pas?

   18 Faut-il donc maintenant que vous vous détourniez de l'Eternel? Si, aujourd'hui, vous vous révoltez contre lui, demain, il s'irritera contre toute l'assemblée d'Israël.

   19 Si le pays qui vous a été donné en propriété vous paraît impur, venez donc dans le territoire qui appartient à l'Eternel, et où il a établi sa demeure, et installez-vous au milieu de nous; mais ne vous révoltez pas contre l'Eternel et ne vous opposez pas à nous en vous construisant un autel rival de celui de l'Eternel notre Dieu!

   20 Lorsque Akân, fils de Zérah, a commis une faute grave en dérobant un objet *voué à l'Eternel, tout le peuple d'Israël a subi le contrecoup de la colère divine. Il n'a pas été le seul à périr à cause de sa faute.» » (Josué 22:12-20, mon accentuation en gras)

Nous apprenons bientôt que les inquiétudes des tribus de l’ouest n’avaient pas de raisons d’être, et que cet autel était simplement un monument pour garder leurs cœurs et leurs esprits tournés vers leur Dieu. La chose encourageante à propos de cet incident est que le peuple de Dieu était complètement dévoué à obéir Dieu, et ainsi ils étaient disposés à combattre leurs compatriotes israélites, si besoin était, pour ne pas pécher contre Dieu. Leurs paroles ci-dessus démontrent que les Israélites avaient apprit non seulement des commandements de Dieu, mais aussi de l’histoire. Ils reconnaissaient les signes de désobéissance aux commandements de Dieu. Ils se souvenaient de la façon dont Balaam les avait corrompus (verse 17), et ils se souvenaient des conséquences du péché d’Akân (verset 20). Ils étaient déterminés à obéir Dieu et à traiter avec ceux qui se rebellaient contre Lui selon la Loi. Quel incident encourageant c’est.

Les mots de Josué dans les deux derniers chapitres du Livre de Josué sont similaires aux mots de Moïse dans les derniers chapitres de Deutéronome. Comme Moïse, Josué était très âgé (23:1), et sa mort approchait (23:14). Josué assembla les Israélites pour leur livrer un dernier message. Il rappela aux Israélites tout ce que Dieu avait fait – choses qu’ils avaient vues de leurs propres yeux (23:3). Comme Moïse, Josué conseilla vivement aux Israélites d’obéir attentivement la loi de Dieu et de ne jamais s’en écarter (23:6). Ils devaient faire attention de ne pas s’associer avec les Cananéens, ni d’embrasser aucune de leur idolâtrie (23:7-8,11-13). Josué rappela au peuple qu’aucune des promesses de Dieu n’avaient été accomplies (23:14-15a). Ils devaient aussi se rappeler que chacun des jugements promis par Dieu leur tomberaient dessus s’ils négligeaient d’obéir à Ses commandements (23:15b-16).

Dans le chapitre 24, Josué rappela aux Israélites leurs racines, racines qui les prédisposaient à l’idolâtrie. Il leur rappela que les racines d’Abraham étaient idolâtriques:

« … vos ancêtres, en particulier Térah, le père d'Abraham et de Nahor, ont habité de l'autre côté de l'Euphrate et ils rendaient un culte à d'autres dieux. » (Josué 24:2)

Dieu jugea les Egyptiens et leurs dieux à l’Exode, et pourtant il est apparent qu’au moins quelques-uns des Israélites embrassèrent la vénération des dieux d’Egypte:

« ---Maintenant donc, dit Josué, respectez l'Eternel et servez-le de façon irréprochable et avec fidélité. Rejetez les dieux auxquels vos ancêtres rendaient un culte de l'autre côté de l'Euphrate et en Egypte, et rendez un culte à l'Eternel seulement. » (Josué 24:14, mon accentuation en gras)

Josué défia la nouvelle génération des Israélites d’embrasser l’alliance de Dieu comme la leur. Ils devaient choisir de Le suivre:

« S'il vous déplaît de servir l'Eternel, alors choisissez aujourd'hui à quels dieux vous voulez rendre un culte: ceux que vos ancêtres adoraient de l'autre côté de l'Euphrate ou ceux des Amoréens dont vous habitez le pays; quant à moi et à ma famille, nous adorerons l'Eternel. » (Josué 24:15)

Le peuple répondit en assurant Josué qu’ils avaient l’intention de complètement suivre Dieu:

« 16 Le peuple répondit:
   ---Loin de nous la pensée d'abandonner l'Eternel pour adorer d'autres dieux!

   17 Car c'est l'Eternel notre Dieu qui nous a fait sortir, nous et nos ancêtres, d'Egypte, le pays où nous étions esclaves, il a accompli sous nos yeux des signes extraordinaires, il nous a protégés tout au long du chemin que nous avons parcouru et parmi tous les peuples dont nous avons traversé le territoire.

   18 C'est l'Eternel qui a chassé devant nous tous ces peuples, et en particulier les Amoréens qui habitaient la contrée. Oui, nous aussi, nous voulons adorer l'Eternel, car il est notre Dieu. » (Josué 14:16-18)

Certains penseraient que Josué aurait été ravi de leur réponse, et qu’il les aurait loués et encouragés. Au lieu de ça, il les avertit qu’ils leur seraient impossible tenir leur promesse:

« 19 Alors Josué dit au peuple:
   ---Vous ne serez pas capables de servir l'Eternel, car c'est un Dieu saint, un Dieu qui ne tolère aucun rival. Il ne tolérera ni vos révoltes ni vos péchés.

   20 Si vous l'abandonnez pour adorer des dieux étrangers, il se retournera contre vous pour vous faire du mal. Après vous avoir fait tant de bien, il vous consumera. » (Josué 24:19-20, mon accentuation en gras)

Les Israélites n’étaient pas prêts à accepter les mots de Josué. Bien que Josué les avertit, ils insistèrent qu’ils resteraient fidèles à Dieu:

« 21 ---Non, répondit le peuple. C'est bien l'Eternel que nous voulons adorer!

   22 Josué reprit:
   ---Vous êtes vous-mêmes témoins contre vous que vous avez vous-mêmes choisi l'Eternel pour l'adorer.
   Ils répondirent:
   ---Nous en sommes témoins.

   23 ---Dans ce cas, dit Josué, débarrassez-vous des dieux étrangers qui se trouvent encore au milieu de vous et tournez-vous de tout votre cœur vers l'Eternel, le Dieu d'Israël.

  24 Le peuple répondit:
   ---Nous adorerons l'Eternel notre Dieu, et nous lui obéirons. » (Josué 24:21-24)

Josué fit un contrat entre le peuple et leur Dieu, mais ses mots d’avertissement étaient clairs. Leur contrat servirait comme témoin contre eux (24:27). Tout comme Moïse avait averti de la désobéissance d’Israël dans l’avenir, Josué le fit aussi. Peu après cela, Josué mourut et fut enterré dans le pays montagneux d’Ephraïm. Les os de Joseph, amenés d’Egypte par les Israélites, furent enterrés à Sichem sur la terre de sa famille. Le fils d’Aaron, Eléazar, mourut aussi et fut enterré. Je crois que l’auteur dit clairement que cette génération d’Israélites fidèles s’épuisait.

La mort de la génération de Josué a beaucoup d’importance, parce que les choses ne seraient plus jamais pareilles:

« Les Israélites servirent l'Eternel pendant toute la vie de Josué et, après sa mort, tant que vécurent les responsables qui avaient vu toute l'œuvre de l'Eternel en faveur d'Israël. » (Josué 24:31)

Conclusion

Le Livre de Josué est une grande histoire de succès. Un contraste frappant de la première génération d’Israélites, qui refusèrent de livrer bataille aux Cananéens, qui menacèrent de tuer Moïse et de retourner en Egypte, cette génération audacieusement attaqua l’ennemi. Ils entrèrent en guerre « par la foi » (Hébreux 11:30). La seule défaite que cette génération souffrit sur le champ de bataille fut cette petite défaite (36 morts) à Aï, due au péché d’Akân.

Ce fut une génération marquée par leur obéissance. Ils suivirent fidèlement les ordres de Josué, et ils obéirent les commandements de Dieu (voir 4:10 ; 8:27,30-31 ; 11:15 ; 22:2). Ils ne se sont pas rebellés contre Dieu ou contre Josué. Ils encouragèrent même Josué à être fort et courageux (1:16-18). Ils ne se plaignirent qu’une fois, et dans ce cas, leur plainte était valide (9:18). Ils prirent une situation qui semblait être le commencement d’idolâtrie très sérieusement (22:10-34).

Dieu causa même les échecs des Israélites de « concourir au bien » (Romains 8:28). Quand Akân pécha, les hommes d’Aï gagnèrent une victoire initiale sur les Israélites. Mais ce fut cet échec qui provoqua la rencontre suivante d’Israël avec eux, d’une façon qui finit en grande victoire pour Israël. Dans la seconde confrontation entre Israël et Aï, les soldats qui étaient avec Josué prétendirent de battre en retraite, juste comme il l’avait fait la première fois. A cause de leur première « victoire », le peuple d’Aï déserta la ville pour poursuivre les Israélites, permettant ainsi aux Israélites cachés d’entrer dans la ville et de la brûler. Ainsi, la première défaite d’Israël provoqua la deuxième rencontre à Aï, qui se termina en victoire.

La décision stupide de conclure un traité avec les Gabaonites fut aussi utilisée par Dieu pour le bien. À cause de ce traité, les cinq rois amoréens formèrent une alliance et attaquèrent Gabaon. Cela exigea Israël à venir à leur aide, selon le traité qu’ils avaient conclu avec les Gabaonites. La bataille qui en résulta fut une grande victoire pour Israël et brisa l’esprit d’opposition des Cananéens en Palestine centrale.

La question que nous devrions nous poser est celle-ci: « Comment expliquons-nous le succès d’Israël ? » Etait-ce à cause de la direction de Josué ? Surement Josué était un grand homme et un grand chef, mais était-il meilleur que Moïse ? Je ne pense pas. Etait-ce parce que cette génération était meilleure que la première ? Je ne le pense pas non plus.

« Il n'y a pas de juste,
      pas même un seul,
 » (Romains 3:10)

Je crois qu’il n’y a qu’une explication: Il fut nécessaire pour cette génération de faire confiance et d’obéir Dieu, pour que Ses promesses puissent être satisfaites.

« 3 Comme je l'ai promis à Moïse, je vous donne tout endroit où vous poserez vos pieds.

   4 Votre territoire s'étendra du désert jusqu'aux montagnes du Liban et du grand fleuve, l'Euphrate, à travers tout le pays des Hittites jusqu'à la mer Méditerranée, à l'ouest.

   5 Tant que tu vivras, personne ne pourra te résister, car je serai avec toi comme j'ai été avec Moïse, je ne te délaisserai pas et je ne t'abandonnerai pas. » (Josué 1:3-5, mon accentuation en gras)

« 43 L'Eternel donna aux Israélites tout le pays qu'il avait promis par serment à leurs ancêtres. Ils en prirent possession et s'y établirent.

   44 L'Eternel leur accorda de vivre sans être inquiétés par aucun ennemi autour d'eux, comme il l'avait promis par serment à leurs ancêtres; il leur donna la victoire sur tous leurs ennemis, aucun d'eux ne put leur résister.

   45 Ainsi toutes les promesses de bienfaits que l'Eternel avait données au peuple d'Israël s'accomplirent: aucune d'elles ne resta sans effet. » (Josué 21:43-45)

« Voilà que je m'en vais par le chemin que prend tout être humain. Reconnaissez de tout votre cœur et de tout votre être qu'aucune des promesses de bienfait que l'Eternel votre Dieu vous a faites n'est restée sans effet: elles se sont toutes accomplies pour vous, sans exception aucune. » (Josué 23:14, mon accentuation en gras)

Je me rappelle des mots de Moïse, enregistrés pour nous dans le Livre de Deutéronome:

« Pourtant, jusqu'à ce jour, l'Eternel ne vous a pas donné un cœur capable de comprendre, ni des yeux pour voir ou des oreilles pour entendre. » (Deutéronome 29:3)

Donc, je crois que Dieu donna à cette génération d’Israélites des cœurs pour croire et la volonté d’obéir, pour qu’Il puisse les bénir avec le pays, comme Il promit, et selon Son alliance. La clef du succès d’Israël n’est pas trouvée avec les hommes, mais dans la fidélité de Dieu. L’hymne « Great is Thy Faithfulness » capture certainement la merveilleuse vérité de la grande fidélité de Dieu pour cette génération d’Israélites.

Si cette génération fut si prospère, alors pourquoi est-ce que Josué apparaît-il d’une manière si négative dans le dernier chapitre de Josué ? Je crois que la réponse est en accord avec ce que nous venons juste d’observer. Ce n’est pas la fidélité de l’homme à Dieu qui amène les bénédictions de Dieu, mais c’est la fidélité de Dieu aux hommes qui est la cause de toutes nos bénédictions. Josué conseilla vivement à une nouvelle génération de suivre Dieu, et avec bonnes raisons. Mais leur confiance était en eux-mêmes, en leur propre fidélité. Et c’était à cause de leur confiance en eux-mêmes que Josué leur donna un mot fort d’avertissement. Ils ne pourraient jamais tenir leur promesse, et Josué le savait, comme Moïse le savait. Les Israélites allaient oublier tout ce que Dieu avait fait pour eux, choses que leurs propres yeux avaient vues. Ils allaient abandonner Dieu et se tourner vers des idoles. Et à cause de leur rébellion, Dieu passerait jugement sur la nation.

Leçons Pour les Chrétiens d’Aujourd’hui

Il y a beaucoup de leçons pour nous à apprendre de ce texte. Premièrement, apprenons à ne jamais prendre crédit pour nos succès apparent dans la vie. Si nos « succès » sont vraiment des succès, alors, ceux-ci viennent vraiment de la main de Dieu. Il n’y a rien pour lequel nous oserions prendre le crédit:

« 36 En effet, tout vient de lui, tout subsiste par lui et pour lui. A lui soit la gloire à jamais! Amen. » (Romains 11:36)

« 7 Car qui te confère une distinction? Qu'as-tu qui ne t'ait été donné? Et puisqu'on t'a tout donné, pourquoi t'en vanter comme si tu ne l'avais pas reçu? » (1 Corinthiens 4:7)

Nous devons faire très attention que nous ne présumions pas que nous resterons fidèles. Les écritures sont claires dans leurs avertissements à propos d’être trop sur de soi.

« 12 C'est pourquoi, si quelqu'un se croit debout, qu'il prenne garde de ne pas tomber.

   13 Les tentations qui vous ont assaillis sont communes à tous les hommes. D'ailleurs, Dieu est fidèle et il ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces. Au moment de la tentation, il préparera le moyen d'en sortir pour que vous puissiez y résister.

   14 Pour toutes ces raisons, mes amis, je vous en conjure: fuyez le culte des idoles. » (1 Corinthiens 10:12-14, mon accentuation en gras)

Nous devrions nous efforcer à être fidèles. Mais nous ne pouvons pas prévoir que nous serons fidèles. C’est Dieu seul qui est complètement fidèle, et nous devons mettre toute notre confiance en Sa fidélité, pas la nôtre.

Dieu n’est pas seulement fidèle, Il est aussi excessivement puissant. Le Livre de Josué est rempli d’exemples du pouvoir de Dieu. Celui qui est fidèle est aussi Celui qui est tout-puissant. Dans le Livre de Josué, nous Le voyons arrêter la coulée de l’eau du Jourdain, pour que Son peuple puisse traverser vers la Terre Promise. Nous voyons Dieu fournir providentiellement la délivrance des espions à travers une prostituée – Rahab. Nous lisons que Dieu détruisit Ses ennemis avec une tempête de grêle, puis causa le soleil de s’arrêter dans le ciel. Quel Dieu merveilleux nous servons ! Il y a-t-il quelque chose dont nous devrions avoir peur autre que Lui ?

Nous sommes rappelés dans le Livre de Josué que l’échec national est toujours la prochaine génération (et quelques fois plus tôt !). Chaque génération doit choisir s’ils serviront ou non Dieu (voir Deutéronome 29:9-15 ; 30:15-20 ; Josué 24:15). Les Israélites furent dit énergiquement qu’ils devaient faire attention d’apprendre à leurs enfants de respecter le Seigneur (Deutéronome 4:5-6,10,40 ; 31:12-13 ; Josué 4:6,21-22 ;14:9). Nous aussi, nous devons faire attention d’apprendre à nos enfants de respecter le Seigneur (Ephésiens 6:4). Chaque génération doit être encouragée à suivre Dieu. Chaque génération doit choisir de le faire ou non.

Une autre question pour pensées et discussions est celle de la tromperie, ou pour parler franchement, mentir. Dans le Livre de Josué (et dans le Nouveau Testament), nous trouvons que Rahab, la prostituée, est nommée dans la liste des gens de foi (Hébreux 11:31 ; voir Jacques 2:25) et même dans la généalogie de notre Seigneur (Matthieu 1:5). Comment explique-t-on le fait qu’elle mentit à son propre peuple à propos des espions ? Et puis il y a la tromperie des Gabaonites. Il n’est pas surprenant de lire à propos d’un Cananéen mentant, mais la base pour les mensonges de chacun est la vérité que Dieu donnera la victoire à Israël. Ici est quelque chose qui vous fait réfléchir. Et par peur que vous ne pensiez que Dieu est tolérant sur le mensonge, souvenez-vous d’Ananias et de Saphira (Actes 5:1-11).

Le Livre de Josué nous rappelle des conséquences terribles du « péché dans le camp ». Le péché d’Akân pourrait sembler insignifiant pour certains, mais pas pour Dieu. En premier lieu, c’était la désobéissance à des instructions très claires et catégoriques (voir Deutéronome 7:25-26 ; Josué 6:17-19). Le péché non seulement corrompt le pécheur, il corrompt aussi l’église de Dieu. Il y a une conséquence sociale du péché, et c’est pourquoi le péché ne peut pas être prit légèrement dans l’église.

« 1 On entend dire partout qu'il y a de l'immoralité parmi vous, et une immoralité telle qu'il ne s'en rencontre même pas chez les païens: l'un de vous vit avec la deuxième femme de son père!

  2 Et vous vous en vantez encore! Vous devriez au contraire en être vivement affligés et faire en sorte que l'auteur d'un tel acte soit exclu du milieu de vous.

  3-4
   Pour moi, qui suis absent de corps, mais présent en pensée parmi vous, j'ai déjà, comme si j'étais présent, prononcé la sentence au nom du Seigneur Jésus contre celui qui a commis cette faute. Lorsque vous serez réunis, et que je serai présent parmi vous en pensée, appliquez cette sentence dans la puissance de notre Seigneur Jésus:

  5 qu'un tel homme soit livré à Satan en vue de la destruction du mal qui est en lui afin qu'il soit sauvé au jour du Seigneur.

  6 Ah! vous n'avez vraiment pas de quoi vous vanter! Ne savez-vous pas qu'«il suffit d'un peu de levain pour faire lever toute la pâte»?

  7 Faites donc disparaître tout «vieux levain» du milieu de vous afin que vous soyez comme «une pâte toute nouvelle», puisque, en fait, vous êtes «sans levain». Car nous avons un agneau pascal qui a été sacrifié pour nous, le Christ lui-même.

  8 C'est pourquoi célébrons la fête de la Pâque, non plus avec le «vieux levain», le levain du mal et de la méchanceté, mais uniquement avec les *pains sans levain de la pureté et de la vérité.

  9 Dans ma dernière lettre, je vous ai écrit de ne pas avoir de relations avec des personnes vivant dans la débauche.

  10 Mais je ne voulais évidemment pas dire par là qu'il faut éviter toute relation avec ceux qui, dans ce monde, mènent une vie de débauche, ou avec les avares, les voleurs ou les adorateurs d'idoles; car alors il vous faudrait sortir du monde.

  11 Non, je voulais simplement vous dire de ne pas entretenir de relations avec celui qui, tout en se disant votre «frère», vivrait dans la débauche, ou serait avare, idolâtre, calomniateur, adonné à la boisson ou voleur. Avec des gens de cette sorte, il ne vous faut même pas prendre de repas.

  12 Est-ce à moi de juger ceux qui vivent en dehors de la famille de Dieu? Certes non! Mais c'est bien à vous de juger ceux qui font partie de votre communauté.

  13 Ceux du dehors, Dieu les jugera. Mais vous, chassez le méchant du milieu de vous. » (1 Corinthiens 5:1-13)

Josué est surement un prototype de notre Seigneur Jésus Christ. C’était lui qui conduisit le peuple de Dieu à la Terre Promise. Ce fut lui qui ne fut jamais battu. Ce fut à lui que Dieu promit que pas un seul mot qu’il dirait échouerait (Josué 23:14). N’est-il pas étonnant que le nom donné à notre Seigneur – Jésus – était « Josué »:

Le nom Josué, une forme contractée de jehoshua (yehoshua), qui apparaît aussi sous la forme Jeshua (yeshua, Néh. 8:17), signifie « Yahwé est la délivrance » ou « salut,… »131

Dans Josué 24:31, on nous dit,

«Les Israélites servirent l'Eternel pendant toute la vie de Josué et, après sa mort, tant que vécurent les responsables qui avaient vu toute l'œuvre de l'Eternel en faveur d'Israël. »

Le peuple de Dieu était en sécurité tant que Josué était vivant. Ne sommes nous pas éternellement en sécurité puisque notre « Josué » vit pour toujours ?

« 15 Cela devient plus évident encore quand on considère ce fait: c'est sur le modèle de Melchisédek qu'un autre prêtre a été établi;

   16 et il n'est pas devenu prêtre en vertu d'une règle liée à la filiation naturelle, mais par la puissance d'une vie indestructible.

   17 Car il est déclaré à son sujet:
      Tu es prêtre pour toujours
      dans la ligne de Melchisédek.

   18 D'une part donc, la règle antérieure se trouve abrogée parce qu'elle était impuissante et inutile.

   19 La Loi, en effet, n'a rien amené à la perfection. D'autre part, une meilleure espérance a été introduite, par laquelle nous nous approchons de Dieu.

   20 En outre, tout cela ne s'est pas fait sans serment de Dieu. Les autres prêtres ont reçu la prêtrise sans un tel serment,

   21 mais Jésus est devenu prêtre en vertu d'un serment que Dieu a prononcé quand il lui a dit:
      Le Seigneur l'a juré, il ne reviendra pas sur son engagement:
      tu es prêtre pour toujours.

   22 Ainsi, Jésus est devenu le garant d'une *alliance meilleure.

   23 De plus, de nombreux prêtres se succèdent parce que la mort les empêche d'exercer leurs fonctions à perpétuité.

   24 Mais Jésus, lui, parce qu'il demeure éternellement, possède le sacerdoce perpétuel.

   25 Voilà pourquoi il est en mesure de sauver parfaitement ceux qui s'approchent de Dieu par lui, puisqu'il est toujours vivant pour intercéder en leur faveur auprès de Dieu. » (Hébreux 7:15-25, mon accentuation en gras)

« 8 Jésus-Christ est le même hier, aujourd'hui, et pour toujours. » (Hébreux 13:8)

Finalement, je remarque que la plus belle heure d’Israël arriva au moment de leurs plus grands défis, en face d’oppositions et de dangers incroyables. Si souvent nous sommes tentés de penser que la présence de Dieu doit être trouvée dans des périodes de paix et de prospérité. La réalité est que nous nous accrochons plus à Dieu quand la vie est dure. Il en était de même pour cette génération. Réfléchissez, Israël avait juste perdu le plus grand chef de tous les temps (Moïse), et ils souffraient la conséquence d’une génération entière mourant dans le désert. Des forces plus nombreuses et plus puissantes les menaçaient. Ce fut durant les temps les plus durs qu’Israël fit l’expérience des meilleures périodes.

Je ne peux m’empêcher de penser à cela en relation à notre propre église. Dans plusieurs années passées, nous avons perdu plusieurs leaders par la mort. Il ne sera pas long avant que la première génération de chefs disparaitra. Qu’arrivera-t-il alors de notre église ? Nous n’avons pas besoin d’avoir peur, car Dieu fournira ce dont nous avons besoin, tout comme Il le fit pour Israël. Dieu avait un Josué attendant dans les coulisses. Le travail de Dieu continua sans incident ; en fait, il continua mieux que sous le commandement de Moïse. Des jours de défi nous attendent, mes amis, mais Dieu est aussi fidèle aujourd’hui qu’Il l’était dans la période de Josué. Et ainsi, je conclus en vous rappelant des mots de notre texte,

« Prends courage et tiens bon, ne crains rien et ne te laisse pas effrayer, car moi, l'Eternel ton Dieu, je serai avec toi pour tout ce que tu entreprendras. » (Josué 1:9)


124 This is the edited manuscript of a message delivered by Robert L. Deffinbaugh, teacher and elder at Community Bible Chapel, on February 18, 2001

125 Unless otherwise indicated, all Scripture quotations are from the NET Bible. The NEW ENGLISH TRANSLATION, also known as THE NET BIBLE, is a completely new translation of the Bible, not a revision or an update of a previous English version. It was completed by more than twenty biblical scholars who worked directly from the best currently available Hebrew, Aramaic, and Greek texts. The translation project originally started as an attempt to provide an electronic version of a modern translation for electronic distribution over the Internet and on CD (compact disk). Anyone anywhere in the world with an Internet connection will be able to use and print out the NET Bible without cost for personal study. In addition, anyone who wants to share the Bible with others can print unlimited copies and give them away free to others. It is available on the Internet at: www.netbible.org.

126 I am reminded of God’s encouragement of Gideon in a similar fashion (see Judges 7:9-14).

127 We should also be reminded of the passage in Exodus 4:24-26, when God nearly killed Moses because he had not circumcised his son. To fail to obey God was therefore more dangerous than to obey.

128 One can hardly believe that the number seven had no significance here.

129 It is interesting to ponder the basis for the Gibeonites’ actions. First, they had to believe that the Israelites would possess the land, so that they were willing to become slaves to them in order to live. Second, they must have believed that the Israelites were people of integrity. Otherwise, how could they have trusted the Israelites to keep their covenant once they learned they had been deceived?

130 It is interesting to note that Joshua begins with Joshua’s words spoken to the eastern tribes, Reuben, Gad, and Manasseh, just as the historical events of the book end with words to these tribes.

131 “Joshua,” The International Standard Bible Encyclopedia, electronic edition.

Related Topics: Faith