MENU

Where the world comes to study the Bible

Le Caractère Adéquat des Écritures

Related Media

Quelques Pensées pour une Méditation Approfondie de 2 Timothée3:16-17

Paul n’a aucune attitude de « malheur à moi » lorsqu’il s’agit de servir le Seigneur, mais il est néanmoins vivement conscient (cf. Romains 12 :3 et « de saines pensées »), comme il l’indique dans 1 Corinthiens 15 :10, que l’œuvre de Dieu n’est pas perpétuée par des gens qui sont en eux-mêmes adéquats pour une telle vocation. Ce n’était pas lui mais « la grâce de Dieu en moi » qui le poussait à œuvrer avec diligence et sagesse (cf. aussi 1 Corinthiens 3 :10). Il dit également dans 2 Corinthiens 1 :9, qu’il ressentait, comme il le disait, que la sentence de mort (peut-être s’agissait-il d’avoir combattu avec les bêtes [voir 1 Corinthiens 15 :32] ; ou peut-être encore pensait-il aux quarante coups moins un, qu’il avait reçu cinq fois [2 Corinthiens 11 :24], ou à tout autre chose), afin qu’il ne se fie pas à lui-même, mais à Dieu qui ressuscite les morts. Ainsi, Paul savait qu’en lui-même il n’avait pas les ressources afin d’être un apôtre compétent et un ambassadeur pour Dieu (voir aussi 2 Corinthiens 1 :21 ; Philippiens 3 :3ff.).

Maintenant, 2 Timothée est une épître écrite par Paul à son cher ami afin de prévenir, motiver, et conseiller Timothée dans son ministère à Éphèse (voir 1 Timothée 1 :3 ; 3 :14-15). Ce n’était pas un ministère facile car Timothée était sans doute jeune et timide (cf. 2 Timothée 1 :7), néanmoins il devait faire face à un certain nombre d’oppositions venant d’autres hommes (cf. 2 Timothée 2 :25 ; 3 :8) – « séducteurs » comme Paul les appelle – qui désiraient attirer des gens à eux-mêmes (2 Timothée 4 :3-4) et pervertir l’évangile de Christ quand à ses aspects doctrinaux et éthiques, (voir 1 Timothée 1 :3-11, 19-20 ; 4 :1-5 ; 6 :3-5 ; 2 Timothée 2 :16-19 ; 3 :1-9, 13). D’où venait la compétence de Timothée pour le ministère et comment reconnaissait-il et évitait-il les dangers de ce ministère ? Et bien, il y a plusieurs choses au sujet desquelles l’apôtre lui dit d’être vigilant. Premièrement, il devait lui rappeler le don de Dieu qui lui avait été confié (2 Timothée 1 :7), et le but pour lequel Dieu l’avait sauvé (2 Timothée 1 :9 ; 2 :10). Ensuite, il devait être conscient de tout ce que le ministère pastoral impliquait (2 Timothée 2 :1-6), de se souvenir de, et de méditer sur l’évangile (2 Timothée 2 :8). De plus, il avait l’exemple de l’apôtre Paul lui-même, (ainsi que celui de sa mère et de sa grand mère ; 2 Timothée 1 :5), en qui il pouvait puiser de l’aide et de l’encouragement, (2 Timothée 3 :10-11). Pour résumer, Timothée avait l’Esprit de Dieu, le peuple de Dieu, et il avait également la Parole de Dieu. Et sur cette sur cette parole de Dieu que Paul met l’accent dans 2 Timothée 3 :16-17, (en observant l’utilisation que fait Paul de l'Ancien Testament dans ses propres écrits, il est clair que les Écritures avaient été une source d’encouragement significative pour lui), et c’est vers cet aspect des choses que nous tournons notre attention maintenant.

Nous tous, à un moment ou à un autre, (quelques uns continuellement), sommes appelés à servir dans des situations difficiles, dans lesquelles nous nous sentons très dépendants du Seigneur. Parfois ces situations ne durent pas, mais parfois elle durent des années ou même toute une vie. Ce pourrait être au travail ou bien en tant que missionnaire, dans un pays lointain, ou bien même chez nous. Comme Timothée, nous pouvons aussi tirer de l’Esprit de Dieu et du peuple de Dieu, du courage et de la force. Nous pouvons aussi nous tourner vers la Parole de Dieu. Parce que Paul savait que l’Esprit de Dieu utilisait ses mots pour encourager et guider les croyants, il encourage Timothée en lui parlant de la nature et du but de la révélation scripturaire.

En considérant 2 Timothée 3 :16-17, il est difficile de penser que Paul n’ait jamais parler de l’importance des Écritures auparavant, et certainement l’avait-il fait à maintes occasions. Pourquoi, alors, insiste t-il à nouveau sur ce point ? Peut-être la raison est-elle que, bien souvent, lorsque nous nous retrouvons au milieu de la bataille, comme Timothée l’était alors, nous avons tendance a oublier ce qui est central et, aussi, nous éloignons-nous des choses les plus importantes. Paul avait déjà rappelé à Timothée de ranimer le don de Dieu, (qui est probablement son don de conducteur et d’administrateur), aussi s’emploie t-il a lui rappeler une vérité qui est centrale dans la foi chrétienne et bien entendu au ministère de Timothée. Ces versets nous viennent aussi pour nous remémorer, mais que cela ne nous empêche pas d’entrer encore d’avantage dans la solennité de la vérité sur laquelle ils insistent. Voyez-vous l’importance de la Parole de Dieu pour votre vie et ministère ? Comment exprimez-vous cette conviction ?

Nous commençons donc notre méditation, en remarquant que le premier mot est « toute » : Toute Écriture est inspirée… Peut-être y avait-il de faux docteurs, (possiblement liés à une forme naissante de gnosticisme), là où se trouvait Timothée, qui reniaient certains aspects des Écritures comme n’étant pas de Dieu, ni faisant autorité. Vraisemblablement, ils considéraient certaines parties de la Parole de Dieu comme n’étant pas importantes ou nécessaires pour la maturité et la croissance spirituelles. Ils préféraient substituer à la Parole, leurs propres enseignements. Paul déclare qu’une telle attitude est manifestement fausse. Il dit que toute les Écritures sont de Dieu … même les généalogies ! Il en a même certains, parmi nous les chrétiens, tout en clamant aimer le Seigneur, qui ne sont pas vraiment consacrés à la vérité telle que Paul l’affirme ici. Nous démontrons notre défection lorsque nous lisons les portions qui nous sont chères, et négligeons les autres livres et épîtres. Par exemple, j’ai souvent entendu des gens dire qu’ils ne peuvent tout simplement pas aborder le livre du Lévitique ; il ne leur apporte rien. Ou alors, nous avons ceux qui refusent d’entendre certains versets parce que ceux-ci ne s’accordent pas avec leurs penchants théologiques. C’est là un terrain bien dangereux, qui pourrai un jour s’ouvrir et avaler entièrement ses sympathisants. En somme, nous devons évaluer très prudemment ce à quoi nous nous confions lorsque nous déclarons sans hésiter que toute Écriture est inspirée de Dieu.

Paul parle de la Bible comme étant les « saintes lettres » (iera grammata) dans 2 Timothée 3 :15, mais comme étant l’ « écriture » (grafh) dans 2 Timothée 3 :16. Quelques uns ont dit qu’il existait une différence ici, que les « saintes lettres » se référaient uniquement aux écrits de l'Ancien Testament, alors que « l’écriture » se référait et à l'Ancien Testament et aux instructions apostoliques que nous appelons maintenant le Nouveau Testament. Cette distinction est probablement incorrecte, car alors qu’il y a bien une idée de collecter les écrits pendant le premier siècle, (cf. 1 Timothée 5 :18 ; Deutéronome 25 :4 et Luc 10 :7), il est très probablement anachronique d’en voir tant dans 2 Timothée 3 :16 qui supposerait une telle théorie. Il est certainement meilleur de voir les deux expressions se référant à l'Ancien Testament, et l’utilisation de « saintes » doit alors être comprise comme étant une déclaration de fait contre ceux qui se trouvent là où est Timothée et qui annonceraient le contraire. Aussi, les différents mots grecs utilisés pour « lettres » et « écriture », doivent être considérés comme des synonymes. Bien que par analogie, pour nous qui aujourd’hui possédons le Nouveau Testament, nous pouvons employer ce passage en description de toutes les Écritures ; y compris le Nouveau Testament.

Paul dit que « toute écriture », tout l'Ancien Testament, (et, par implication, le Nouveau Testament), est inspiré de Dieu . L’expression « inspirée de Dieu » est un seul mot grec, l’adjectif theopneustos (qeovpvneuos). Ce que Paul dit à Timothée c’est de ne pas avoir honte des Écritures ou de ne pas les sous-estimées, (comme le faisaient les faux docteurs), car elles étaient du souffle de Dieu alors qu’Il guidait les instruments humains pour qu’ils accomplissent l’écriture de Son Livre. Dans 2 Pierre 1 :20-21, Pierre dit que les hommes étaient poussés par l’Esprit Saint, comme le fait le vent dans les voiles d’un navire et le fait avancer. La personnalité des écrivains peut être perçue dans leurs écrits, mais finalement c’est un livre suprêmement correct dans tout ce qu’il affirme et qui est sans erreur car Dieu en est l’Auteur superintendant. Les Écritures sont la révélation de Dieu Lui-même.

Le fait que toute écriture soit utile, découle naturellement de ce qu’elles sont divinement inspirées. Selon Paul, les Écritures sont utiles pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, et pour instruire dans la justice. Les Écritures nous enseignent qui est Dieu et qui nous sommes. Elles nous enseignent quand au problème de l’homme ainsi que quand à la solution divine. Elles nous enseignent comment vivre une vie agréable à Dieu, et ce que nous devons croire. Elles enseignaient à Timothée comme vivre en justice et comment éviter les erreurs de ses adversaires ; et elles feront la même chose pour nous. Mais, en tant que pécheurs, nous échouons souvent quand à vivre selon la volonté de Dieu telle qu’elle est révélée dans la Bible. Et c’est là que les Écritures peuvent nous convaincre et nous montrer où nous nous sommes écartés du chemin. Une fois que nous avons réalisé que nous nous sommes égarés, les Écritures peuvent nous corriger et nous montrer la voie de la repentance et comment revenir sur le droit chemin. Finalement, tout cet enseignement, la conviction et la correction, peut être résumé comme étant « un exercice à la piété ». Ainsi, les Écritures sont capables de nous exercer à la piété, l’ultime but étant d’être « parfaitement accompli pour toute bonne œuvre ». Dieu nous forme, nous entraîne par Sa Parole, afin que nous soyons des instruments dignes de Son œuvre. C’est cela même que Paul venait juste de dire à Timothée dans 2 Timothée 2 :20-21.

Alors que nous méditons sur ces versets, réfléchissons sérieusement quand à notre consécration à la Parole de Dieu. Comprenons-nous la nature des Écritures divines ? Aussi, sommes-nous consacrés à Dieu et à Sa Parole ? Agissons-nous selon ce qu’elle dit ? Paul disait à Timothée de retenir fermement les Écritures, et nous ne devrions pas en faire moins ; car les Écritures sont toujours inspirées et utiles, et les temps dans lesquels nous vivons ne sont pas si différents de ceux du jeune Timothée à Éphèse.

Related Topics: Bibliology (The Written Word)