Where the world comes to study the Bible

L’Alliance Avec Noé – Un Nouveau Commencement (Genèse 8:20 – 9:17)

Introduction

Aujourd’hui n’est pas un age qui désire les engagements à longs termes. Les mariages sont souvent évités, et les voeux qui sont prononcés, souvent manquent l’endurance et l’engagement des vieux jours. Les garanties sont données pour des périodes très courtes. Les contrats sont souvent vagues, ambigus ou minés par des échappatoires et des conditions camouflées.

Etrangement, les Chrétiens semblent penser que des agréments clairs et contractuels ne sont cependant pas spirituals, spécialement entre deux croyants. « Un homme devrait être aussi bon que sa parole », on nous dit. Et ça devrait être le cas.

Il est intéressant d’observer que le Dieu infini, tout-puissant, immuable de l’univers a choisi de se concerner avec les hommes sous la forme d’une alliance. L’Alliance avec Noé de Genèse chapitre 9 est la première alliance biblique de la Bible. Pendant que le mot « alliance » apparaît dans Genèse 6:18, il se réfère à l’alliance avec Noé du chapitre 9.

L’Alliance avec Noé est importante pour nous pour un certain nombre de raisons. Pendant que j’écris ce message, il pleut dehors, plutôt fort. Si l’Alliance avec Noé n’était plus valide, vous et moi serions très inquiets. Le calme que nous ressentons est le résultat direct de l’alliance que Dieu a initié, il y a des siècles, avec Noé.

L’Alliance avec Noé, en plus du fait qu’elle tient toujours aujourd’hui, nous fournit aussi un modèle pour toutes les autres alliances bibliques. En commençant à comprendre cette alliance, nous apprécierons plus complètement la signification de toutes les alliances, et spécialement l’Alliance Nouvelle instituée par notre Seigneur Jésus Christ.

Finalement, l’Alliance avec Noé applique la fondation pour l’existence du gouvernement humain. Elle adresse en particulier le sujet de la peine capitale. C’est ici que notre considération de ce sujet très débattu doit commencer.

L’Engagement Divin (8:20-22)

Vous saurez que ces derniers versets de Genèse, chapitre huit, ont étaient étudiés dans mon message préalable. Bien que ces trois versets ne fassent pas partis de l’Alliance avec Noé, ils sont certainement un prélude pour elle. Donc, nous devons commencer notre étude avec eux.

Techniquement, Genèse 8:20-22 n’est pas une promesse que Dieu a faite à Noé. Plutôt, c’est une confirmation d’un but dans le cœur de Dieu.

« Le parfum apaisant du sacrifice parvint jusqu'à l'Eternel qui se dit en lui-même:
   ---Jamais plus je ne maudirai la terre à cause de l'homme, car le coeur de l'homme est porté au mal dès son enfance, et je ne recommencerai plus à détruire tous les êtres vivants comme je viens de le faire. » (Genèse 8:21)

Ces derniers ne sont pas des mots dits à Noé, ils sont des buts reconfirmés dans l’esprit de Dieu. Les théologiens d’alliances appuient beaucoup sur deux ou trois alliances théologiques : l’alliance de travaux, l’alliance de grâce et l’alliance de redemption.95 Toutes ces alliances, bien qu’elles puissent être bibliques dans l’essence, sont implicites, plutôt qu’explicites. Les théologiens d’alliances ont une tendance naturelle à accentuer ces alliances théologiques implicites contrairement aux alliances clairement bibliques, comme l’Alliance avec Noé. D’un autre coté, les théologiens de dispense appuient fortement et souvent sur les alliances bibliques et dénigrent les alliances théologiques.

Ces deux éléments sont trouvés dans Genèse chapitres 8 et 9. Le but éternel de Dieu de sauver les hommes a été formé longtemps avant le temps de Noé (Ephésiens 1:4 ; 3:11 ; 2 Thessaloniens 2:13 ; 2 Timothée 1:9, etc.). Ce que nous trouvons dans Genèse 8:20-22 n’est pas le but de la création de Dieu de sauver les hommes, mais la confirmation de ce but dans l’Histoire. Juste comme Dieu a réaffirmé Son but ici, un tel réengagement est souvent aussi bon pour les hommes (Philippiens 3:8-16).

L’alliance de Dieu avec Lui-même a été motivée par les sacrifices offerts par Noé (Genèse 8:20). La résolution de Dieu était de ne plus jamais détruire la terre par un déluge (9 :11). Je comprends les mots, « … Jamais plus je ne maudirai la terre à cause de l'homme…” (Verset 21), à être parallèles à l’expression suivante, “…et je ne recommencerai plus à détruire tous les êtres vivants comme je viens de le faire. » (8:21)96

La raison de la résolution de Dieu est basée sur la nature de l’homme : « car le coeur de l'homme est porté au mal dès son enfance » (Genèse 8:21).

Le vertueux Noé sera bientôt trouvé nu, complètement soul (9:21). Il n’y a pas d’importance combien de fois l’ardoise de la terre est effacée par un déluge, le problème restera, même si un seul homme existe. Le problème vient de l’intérieur de l’homme – c’est sa nature pécheresse. Sa prédisposition au péché n’est pas apprise, elle est innée – il est « diabolique depuis son enfance. » Le résultat est, la restauration totale doit commencer avec un nouvel homme. Ceci est le but que Dieu avait à l’esprit depuis le début.

Le but est exprimé partiellement dans le verset 22 :

« Aussi longtemps que la terre subsistera,
      semailles et moissons,
      froid et chaleur,
      été, hiver,
      et jour et nuit
      ne cesseront jamais. »

Un Nouveau Commencement (9:1-7)

Ray Stedman donne un titre à ces versets (et aux versets 8-17), « Règles du Jeu »97 et je crois qu’il a vraiment attrapé le sens de cette section. Un nouveau commencement, avec de nouvelles règles, est évident par la similarité des ces versets à Genèse chapitre 1.

Ici (Genèse 9:1) et la (Genèse 1:28), Dieu bénit Ses créatures et leur dit d’être féconds et de se multiplier. Ici (Genèse 9:3) et la (Genèse 1:29-30), Dieu prescrit la nourriture que l’homme doit manger.

Cependant, il y a des différences, qui indiquent que le nouveau commencement va être différent du vieux. Dieu a prononce la création originale « bonne » (1:21, 31). Le monde du temps de Noé n’a reçu aucune éloges, car les hommes qui le possédaient étaient coupables. (8:21)

Adam a été chargé de soumettre la terre et de régner sur le monde animal (1:28). Un tel commandement n’a pas été donne à Noé. A la place, Dieu a mit la peur de l’homme en les animaux, par laquelle l’homme pourrait les contrôler. (La raison mon chien m’obéit – quand il obéit – est parce qu’il a peur de moi.)

Pendant qu’Adam et ses gens semblaient avoir été végétariens (Genèse 1:29-30 ; 9:3), Noé et ses descendants pouvaient manger de la viande (9:3-4). Il y avait néanmoins une condition. Ils ne pouvaient pas manger le sang des animaux, car la vie de l’animal était dans son sang. C’était pour apprendre à l’homme non seulement que Dieu respectait la vie, mais aussi qu’elle Lui appartenait. Dieu permet à l’homme de prendre la vie des animaux pour survivre, mais ils ne doivent pas manger le sang.

Quelqu’un pourrait faire remarquer que la viande pouvait être manger après le déluge, mais pas avant (il semblerait). Il se pourrait que les conditions de la terre aient tellement changé que des protéines étaient maintenant nécessaires pour vivre. Plus probablement, l’homme doit être amené à la réalisation que, à cause de son péché, il ne peut vivre que seulement par la mort d’un autre. L’homme vit par la mort des animaux.

Le plus important de tout, l’homme est apprit à vénérer la vie. Les hommes avant la chute étaient visiblement des hommes violents (Genèse 6:11) qui, comme Caïn (Genèse 4:8), et Lemek (Genèse 4:23-24), n’avait aucune considération pour la vie humaine. C’est affirme plus énergiquement dans les versets 5 et 6 du chapitre 9 :

« Quant à votre sang à vous --- celui qui est votre vie --- j'en demanderai compte à quiconque le répandra, que ce soit un animal ou un homme. Je demanderai compte à chaque homme de la vie de son semblable.

    Dieu a fait l'homme
      pour être son image:
      c'est pourquoi si quelqu'un répand le sang d'un homme,
      son sang à lui doit être répandu par l'homme. »

La vie de l’homme était précieuse et appartenait à Dieu. C’était à Dieu de nous la donner et à Lui seul de la prendre. Les animaux qui versaient le sang de l’homme devaient être mis à mort (verset 5, Exode 21:28,29). Les hommes qui volontairement prennent la vie d’un autre doivent être mis à mort « par l’homme. » (Verset 6 ; Nombres 35:33)98

En plus de meurtre, le suicide est interdit par le commandement de Dieu dans ces versets. La vie appartient à Dieu – pas seulement la vie des animaux et des autres, mais aussi la notre. Nous devons réaliser que le suicide, c’est de prendre notre vie dans nos propres mains quand Dieu dit qu’elle Lui appartient. Dans les mots de Job,

« … L'Eternel a donné, l'Eternel a repris… » (Job 1:21)

Ce passage semble aussi jeter la lumière sur le sujet controversial de l’avortement. L’homme ne doit pas verser le sang de l’homme. La vie de l’homme est le sang (Genèse 9:4 ; Lévitique 17:11). A part beaucoup d’autres conditions, devons-nous conclure que des que le fœtus a du sang, il est vivant ? Devons-nous aussi reconnaître que verser ce sang, détruire ce fœtus, est violer le commandement de Dieu et être sujet à la peine capitale ?99

L’homme est crée à l’image de Dieu (Genèse 1:27 ; 9:6). A la lumière de ce fait, le meurtre est beaucoup plus qu’un acte d’hostilité contre l’homme – c’est un affront à Dieu. Attaquer un homme, c’est attaquer Dieu après Qui il a été crée.

Nous avons dit que le meurtre est un péché parce que la vie appartient à Dieu. Nous avons aussi montré que le meurtre doit être sévèrement punit car la victime est une personne créée à l’image divine. Une autre raison pour la peine de mort repose dans ce passage : l’homme doit verser le sang du meurtrier parce qu’il fait aussi partie de l’image divine.

« Dieu a fait l'homme
      pour être son image:
      c'est pourquoi si quelqu'un répand le sang d'un homme,
      son sang à lui doit être répandu par l'homme » (verset 6).

Dieu n’a pas prit la vie de Caïn quand il a tué son frère, Abel. Je crois que Dieu a permit à Caïn de vivre pour que nous puissions voir les conséquences de permettre à un meurtrier d’être libre. Lemek a tué un jeune homme pour ce qui a pu être une simple insulte et s’en vanta (Genèse 4:23-24). Les hommes qui sont morts dans le déluge étaient des hommes violents (6 :11). Dieu a punit le péché, mais Il a retardé l’exécution jusqu'aux jours du déluge pour que nous apprenions combien cela nous coutera de laisser un meurtrier libre : un prix cher.

Maintenant que toute l’humanité a périt à cause du péché, Dieu put exiger que la société prenne la vie du meurtrier. Dans cet acte de peine capitale, l’homme pourrait agir représentant Dieu – il représenterait l’image morale de Dieu, à savoir, Son indignation et la sentence pour le meurtrier.

L’homme (et par ça, je comprends Moïse faisant illusion à la société et son agence gouvernementale) doit exécuter le meurtrier pour refléter la pureté morale de son Créateur. Le gouvernement agit pour Dieu en punissant le « faiseur de mal » et en récompensant ceux qui font du bien :

« Que tout homme se soumette aux autorités supérieures, car il n'y a pas d'autorité qui ne vienne de Dieu, et celles qui existent ont été mises en place par Dieu.

   C'est pourquoi celui qui s'oppose à l'autorité lutte contre une disposition établie par Dieu, et ceux qui sont engagés dans une telle lutte recevront le châtiment qu'ils se seront attiré.

   Car ce sont les malfaiteurs, et non ceux qui pratiquent le bien, qui ont à redouter les magistrats. Tu ne veux pas avoir peur de l'autorité? Fais le bien, et l'autorité t'approuvera.

   Car l'autorité est au service de Dieu pour ton bien. Mais si tu fais le mal, redoute-la. Car ce n'est pas pour rien qu'elle peut punir de mort. Elle est, en effet, au service de Dieu pour manifester sa colère et punir celui qui fait le mal. » (Romains 13:1-4)

L’autorité dont Paul mentionne dans le verset 4 est l’autorité utilisée par le bourreau pour mettre à exécution la peine capitale. Notre seigneur Lui-même se porte témoin du fait que le gouvernement a été autorisé à exécuter les hors-la-loi:

« Alors Pilate lui dit:
   ---Comment! C'est à moi que tu refuses de parler? Tu ne sais donc pas que j'ai le pouvoir de te relâcher et celui de te crucifier?

    Jésus lui répondit:
   ---Tu n'aurais aucun pouvoir sur moi, s'il ne t'avait été donné d'en haut. Voilà pourquoi celui qui me livre entre tes mains est plus coupable que toi » (Jean 19:10-11).

Le commandement concernant la peine capitale est, je crois, la pierre qui soutient n’importe quelle société d’hommes pécheurs. Le royaume des animaux doit être contrôlé, dans une large mesure, par les moyens de leur peur de l’homme (9:2). Les tendances pécheresse de l’homme sont, aussi, balancées par sa peur des conséquences. N’importe quelle société qui perd sa révérence pour la vie ne peut durer longtemps. Pour cette raison, Dieu a institué la peine capitale comme un moyen gracieux de restreintes pour la tendance pécheresse de l’homme vers la violence. A cause de cela, l’humanité peut vivre dans une paix relative et sécurité jusqu’à ce que le Messie de Dieu ait porté le coup de mort au péché.

Et voilà, un nouvel âge est naît. Pas un age d’optimisme naïf, mais un a être vécu par des commandements clairs. Et, comme nous allons voir dans les versets suivants, un qui a de l’espoir pour le futur.

L’Alliance Avec Noe (9:8-17)

L’alliance de Dieu avec Noé et sa descendance révèlent beaucoup de caractéristiques d’alliances à venir que Dieu a fait avec l’homme. Pour cette raison, nous soulignerons quelques traits bien visibles de l’alliance.

(1) L’Alliance a été initiée et ordonnée par Dieu :

Nous voyons clairement la souveraineté de Dieu dans cette alliance. Pendant que quelques anciennes alliances étaient le résultat de négociations, celle-ci ne l’était pas. Dieu a initié l’alliance comme une expression extérieure de Son but révélé dans Genèse 3:20-22. Dieu a dicté les termes de l’alliance à Noé, et il n’y a pas eu de discussion.

Un de mes amis avait une voiture qui était « sur sa dernière roue. » Avec mes encouragements, il est allé dans un garage pour trouver quelque chose plus sûr. Il a trouvé une voiture qui promettait bien, mais il décida d’y penser un peu plus avant de prendre sa décision. Quand il monta dans sa vieille voiture pour partir, elle n’a pas démarrée. Comme vous pouvez l’imaginer, mon ami n’était pas dans une position de faire du marchandage. Il acheta l’autre voiture sans aucune négociation sur le prix. Cela était précisément la position de Noé. Et je dois ajouter, oserions-nous questionner les termes de Dieu aujourd’hui ? Je ne pense pas !

(2) L’Alliance a été faite avec Noé et toutes les générations à venir :

« Et Dieu ajouta:
   ---Voici le signe de l'alliance que je conclus pour tous les âges à venir entre moi et vous et tout être vivant qui est avec vous: » (Genèse 9:12)

Cette alliance restera valide jusqu'à ce que notre Seigneur revienne sur terre pour la nettoyer par le feu. (2 Pierre 3 :10)

(3) C’est une alliance universelle

Pendant que certaines alliances impliquent un petit nombre, cette alliance particulière inclut « toutes créatures. »

Ca veut dire tout ce qui vit, homme et animals :

« ---Pour ma part, je vais établir mon alliance avec vous et avec vos descendants après vous,

    ainsi qu'avec tous les êtres vivants qui sont avec vous: oiseaux, bétail et bêtes sauvages, tous ceux qui sont sortis du bateau avec vous et ils peupleront la terre. » (Genèse 9:9,10)

(4) L’Alliance avec Noé est une alliance inconditionnelle

Certaines alliances dépendaient que les deux parties respectent certaines conditions. Tel était l’alliance avec Moïse. Si Israël respectait la Loi de Dieu, ils éprouveraient les bénédictions et la prospérité de Dieu. S’ils ne la respectaient pas, ils seraient chasses du pays (Deutéronome 28). Les bienfaits de l’Alliance avec Noé n’étaient pas conditionnels. Dieu donnerait des saisons régulières et ne détruirait pas la terre par un déluge simplement parce qu’Il l’a promit. Bien que certains commandements soient donnes à l’humanité dans les versets 1-7, ceux-ci ne sont pas vus comme des conditions pour l’alliance. Ils ne sont techniquement pas inclus comme une partie de l’alliance.

(5) Cette Alliance était la promesse de Dieu de ne jamais plus détruire la terre par un déluge :

« alors je me souviendrai de mon alliance avec vous et avec tout être vivant, quel qu'il soit, et les eaux ne formeront plus de déluge pour détruire l'ensemble des créatures.» (Genese 9:15)

Dieu détruira la terre par le feu (2 Pierre 3:10), mais seulement après que le salût ait été payé par le Messie et que les élus soient enlevés, même comme Noé a été protégé de la colère de Dieu.

(6) Le signe de l’Alliance avec Noé est l’arc-en-ciel :

« j'ai placé mon arc dans la nuée; il servira de signe d'alliance entre moi et la terre.

    Quand j'accumulerai des nuages au-dessus de la terre et que l'arc apparaîtra dans la nuée,

    alors je me souviendrai de mon alliance avec vous et avec tout être vivant, quel qu'il soit, et les eaux ne formeront plus de déluge pour détruire l'ensemble des créatures. » (Genèse 9:13-15)

Chaque alliance a un signe qui l’accompagne. Le signe de l’Alliance avec Abraham était la circoncision (Genèse 17:15-27); celui de l’Alliance avec Moïse est l’observation du Sabbath (Exode 20:8-11 ; 31:12-17).

Le « signe » de l’arc-en-ciel est approprie. Il consiste du reflet des rayons de soleil dans les particules de l’humidité dans les nuages. L’eau qui a détruit la terre cause l’arc-en-ciel. Et aussi, l’arc-en-ciel apparaît à la fin d’un orage. Ce signe assure l’homme que l’orage de la colère de Dieu (dans le déluge) est fini.

Plus intéressant est le fait que l’arc-en-ciel ne soit pas destiné pour le bénéfice de l’homme (du moins dans ce texte), mais pour celui de Dieu. Il a dit que l’arc-en-ciel Lui rappellerait Son alliance avec l’homme. Quel confort de savoir que la fidélité de Dieu est notre garantie !

Conclusions et Application

Pour les Israélites qui, en premier, ont reçu cette révélation de Dieu, l’Alliance avec Noé a donné des raisons pour le nombre de règles énumérées dans la Loi de Moïse. Les lois regardant la peine capitale, par exemple, trouvent leur origine et explication dans Genèse chapitre 9. Le sujet méticuleux concernant le sang prend un nouveau sens à la lumière de ce chapitre.

Les prophete de l’ancien temps se referent aussi a l’Alliance avec Noe. Ésaïe rappela a la nation, Israel, la fidelite de Dieu en respectant l’Alliance avec Noe :

« Car il en est pour moi comme au temps de Noé.
      J'avais juré alors
      que les eaux du déluge ne submergeraient plus la terre.
      De même, je fais le serment
      de ne plus m'irriter à ton encontre,
      et de ne plus t'adresser de reproches.

   
    Même si les montagnes se mettaient à bouger,
      même si les collines venaient à chanceler,
      mon amour envers toi ne bougera jamais;
      mon alliance de paix ne chancellera pas,»
      déclare l'Eternel, rempli de tendresse pour toi. » (Genèse 54:9-10)

Au temps des Ecritures d’Ésaïe, il semble y avoir peu de raison d’espoir pour la nation. Ésaïe rappelle la nation que leur espoir était aussi sûr que la Parole de Dieu. La promesse de Dieu de la venue du salût devrait être regardée à la lumière de Sa fidélité en respectant Son alliance avec Noé et ses descendants.

Le langage de Genèse chapitre 9 a été utilisé par Osée pour assurer le people de Dieu de leur restauration:

«Je conclurai, en ce temps-là, une alliance pour eux
      avec les animaux sauvages
      et les oiseaux du ciel,
      et les animaux qui se meuvent au ras du sol.
      Je briserai l'arc et l'épée, et je mettrai fin à la guerre: ils disparaîtront du pays.
      Et je les ferai reposer dans la sécurité. » (Osée 2:20)

Jérémie aussi a parlé des futures bénédictions de Dieu en rappelant les hommes de la fidélité de Dieu en respectant l’Alliance de Noé :

« Voici ce que déclare l'Eternel
      qui place le soleil pour éclairer le jour
      et qui a établi les lois qui règlent la course de la lune et des étoiles pour éclairer la nuit,
      qui agite la mer et fait mugir ses flots,
      et qui a pour nom l'Eternel, le Seigneur des *armées célestes:

        Il faudrait que ces lois soient supprimées par devant moi,
      déclare l'Eternel,
      pour que la descendance d'Israël
      cesse aussi pour toujours d'être une nation devant moi.

        Voici ce que déclare l'Eternel:
      Si l'on peut mesurer le ciel là-haut
      ou si l'on peut sonder les fondements de la terre ici-bas,
      moi, je rejetterai toute la descendance d'Israël
      pour tout ce qu'ils ont fait,
      l'Eternel le déclare. » (Jérémie 31:35-37 ; aussi, 33:20-26 ; Psaumes 89:30-37)

Les Israélites pouvaient anticiper le salût que Dieu amènerait. Nous pouvons regarder en arrière à ce que Dieu a accomplit par Son Messie, le Seigneur Jésus Christ. Pendant qu’Israël attend l’accomplissement complet de l’alliance de Dieu dans le Millénaire, ils peuvent le faire avec confidence en Dieu Qui respecte Ses engagements. Nous aussi, comme Chrétiens pouvons être totalement assuré de la fidélité de Dieu.

L’Alliance avec Noé, dans beaucoup de sens, annonçait l’Alliance Nouvelle. En conséquence, l’Alliance Nouvelle a réalisé beaucoup de ce que l’Alliance avec Noé avait anticipé. L’effusion de sang a voulu dire tout autre chose dans l’Alliance avec Noé. L’effusion du sang du Christ au Calvaire soudainement a amené le neuvième chapitre de Genèse au centre de l’image.

Puisque toutes les alliances bibliques culminent dans l’Alliance Nouvelle qui les éclipse fortement, prenons quelques instants pour comparer les caractéristiques de l’Alliance Nouvelle avec l’Alliance de Noé.

L’Alliance Nouvelle est promise in Jérémie 31:30-34:

« Mais chacun périra pour son propre péché. C'est celui qui mangera des raisins verts qui en aura les dents abîmées.

    «Mais des jours vont venir,
      déclare l'Eternel,
      où moi, je conclurai avec le peuple d'Israël
      et celui de Juda[k].
      une alliance nouvelle[l]

    Elle ne sera pas comme celle que j'ai conclue avec leurs pères
      quand je les ai pris par la main
      pour les faire sortir d'Egypte,
      car cette alliance-là, ils l'ont rompue,
      alors que moi j'étais leur suzerain,
      l'Eternel le déclare.

    Mais voici quelle alliance
      je vais conclure avec le peuple d'Israël:
      Après ces jours,
      déclare l'Eternel,
      je placerai ma Loi au plus profond d'eux-mêmes,
      je la graverai dans leur cœur;
      moi, je serai leur Dieu,
      eux, ils seront mon peuple.

    Ils n'auront plus besoin de s'enseigner l'un l'autre,
      en répétant chacun à son compagnon ou son frère:
      Il faut que tu connaisses l'Eternel!
      Car tous me connaîtront,
      des plus petits jusqu'aux plus grands,
      l'Eternel le déclare,
      car je pardonnerai leurs fautes,
      je ne tiendrai plus compte de leur péché. » (Jérémie 31:30-34)

Notre Seigneur a institué cette alliance par Sa mort sur la croix au Calvaire. Le signe de cette alliance est la table du Seigneur :

« Au cours du repas, Jésus prit du pain, puis, après avoir prononcé la prière de reconnaissance, il le partagea en morceaux, puis il les donna à ses *disciples, en disant:
   ---Prenez, mangez, ceci est mon corps.

  Ensuite il prit une coupe et, après avoir remercié Dieu, il la leur donna en disant:
   ---Buvez-en tous;

 ceci est mon sang, par lequel est scellée l'alliance. Il va être versé pour beaucoup d'hommes, afin que leurs péchés soient pardonnés.

 Je vous le déclare: Désormais, je ne boirai plus du fruit de la vigne jusqu'au jour où je boirai le vin nouveau avec vous dans le royaume de mon Père. » (Matthieu 26:26-29)

L’auteur d’Hébreux pointe que l’Alliance Nouvelle a supplanté la vieille Alliance (avec Moïse) et lui est grandement supérieure.

L’Alliance Nouvelle, comme celle avec Noé, a été initiée par Dieu, et elle a été accomplit par Lui. Pendant que toutes les créatures ont bénéficié de la grâce commune de Dieu promise dans l’Alliance avec Noé, seulement ceux qui sont « en Christ » bénéficient des bienfaits de l’Alliance Nouvelle. C’est l’Alliance Nouvelle « dans le sang », qui est éprouvé par ceux qui ont confiance en sang versé par Christ, l’Agneau de Dieu, pour le pardon des péchés et le cadeau de la vie éternelle. Notre Seigneur a dit à Ses disciples :

« Alors Jésus leur dit:
   ---Oui, vraiment, je vous l'assure: si vous ne mangez pas la chair du *Fils de l'homme et si vous ne buvez pas son sang, vous n'aurez point la vie en vous.

   Celui qui se nourrit de ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle, et moi je le ressusciterai au dernier jour.

   Car ma chair est vraiment une nourriture et mon sang est vraiment un breuvage. » (Jean 6:53-55)

Par cela, Il a voulu dire qu’il ne suffit pas de reconnaître la divinité du Christ ainsi que Sa mort pour les pécheurs, mais il doit aussi en faire une part vitale de sa vie en faisant seulement confiance au Christ pour son salût.

La seule condition pour entrer dans les bénédictions de l’Alliance Nouvelle est l’expression de foi personnelle en Christ en Le recevant :

« Certains pourtant l'ont accueilli; ils ont cru en lui. A tous ceux-là, il a accordé le privilège de devenir enfants de Dieu. » (Jean 1:12)

« Et qu'affirme ce témoignage? Il dit que Dieu nous a donné la vie éternelle et que cette vie est en son Fils.

  Celui qui a le Fils a la vie. Celui qui n'a pas le Fils de Dieu n'a pas la vie. » (1 Jean 5:11-12)

Comme l’Alliance avec Noé, ceux qui sont sous l’Alliance Nouvelle n’ont aucune peur de la future colère divine. Pendant que l’Alliance avec Noé a garantit à toutes les créatures que Dieu ne détruirait jamais plus toute la vie par un déluge, l’Alliance Nouvelle assure à l’homme qu’il ne fera pas face à l’épanchement du courroux divin par d’autres moyens, comme le feu (2 Pierre 3:10).

« … de Jésus, le médiateur d'une alliance nouvelle, et de son sang répandu qui parle mieux encore que celui d'Abel. » (Hebreux 12 :24)

Quels conforts que sont les alliances ! Elles permettent à l’homme de savoir exactement où il est avec Dieu. N’essayez pas de négocier votre contrat personnel avec Lui, mes amis. Vous pourriez faire face à Son courroux éternel en ayant trop confiance en vous-même ou vous pourriez éprouver un pardon divin et la vie éternelle par la foi en Christ. Les termes que Dieu a étalés devant nous pour la paix sont très clairs. Vous êtes-vous rendus à Lui ? Que Dieu vous permette de le faire !


95 “The theology of the Reformed churches, in the place which it gives to the covenants, has its prototype in patristic theology as systematized by Augustine of Hippo. It represents the whole of Scripture as being covered by two covenants: (1) the covenant of works, and (2) the covenant of grace. The parties to the former covenant were God and Adam. The promise of the covenant was Life. The proviso was perfect obedience by Adam. And the penalty of failure was death. To save man from the penalty of his disobedience, a second covenant, made from all eternity, came into operation, namely, the covenant of grace. Throughout the OT period there were successive proclamations of this covenant.” “Covenant Theology,” Baker’s Dictionary of Theology (Grand Rapids: Baker Book House, 1960), p. 144.

96 One would initially expect the reference to the cursing of the ground to refer to Genesis 3:17 and 5:29. Both theologically (cf. Romans 8:19-23) and practically we know the curse of 3:17 has not been removed. Any gardener knows this from experience.

The word for ‘curse’ in Genesis is Qalal, while in 3:17 and 5:29 the word is Arur. Interestingly, both words are employed in Genesis 12:3. The curse of the ground in Genesis 8:21 is the flood which destroyed every living thing, not the curse of Genesis 3:17.

97 Ray Stedman, The Beginnings (Waco: Word Books, 1978), pp. 116-130.

98 Other Scripture makes it clear that only deliberate and premeditated murder is in mind. God made provision for those who accidentally killed another in the cities of refuge (cf. Deuteronomy l9:1ff).

99 The death of a fetus, as in other instances, may have mitigating circumstances and thus not all abortions could be called murder, just as all deaths cannot be so defined. In general, however, the deliberate destruction of the life of a fetus is murder, I believe.