Where the world comes to study the Bible

Introduction à la vérité de l’assurance

Sans l’ombre d’un doute, chacun a besoin, désire, et recherche une assurance dans tous les domaines de la vie — dans les domaines tels que les relations humaines, les finances, la sécurité de l’emploi, la retraite, le gouvernement, et particulièrement nos convictions à propos de Dieu, de l’homme, du salut, et de la spiritualité telle qu’elle est décrite pour nous dans le Nouveau Testament. Dans son livre provoquant de pensées, Pas de condamnation, une Nouvelle Théologie de l’Assurance (NTD : Titre original No Condemnation, a New Theology of Assurance), Michael Eaton écrit au sujet de l’absence d’assurance d’Asahel Nettleton. Nettleton était un prédicateur évangélique puissant durant le 19ème siècle en Amérique qui disait de lui-même, « Le plus que je me suis risqué à dire me concernant est, que je pense qu’il est possible que je j’aille au ciel »5. Quelques pages plus loin, en décrivant sa quête pour une théologie encourageante, Eaton écrivit :

Une fois, l’erreur d’un bibliothécaire d’un musée britannique fit qu’à la place des paroles de Tobias Crisp, je me suis retrouvé à lire les expériences des Puritains du 17ème siècle sur leur lit de mort. J’étais bouleversé de découvrir que leur assurance du salut à un tel instant n’était pas ce que j’aurais espéré. Alors, je vins sur la remarque d’Asahel Nettleton, citée plus haut, qui soutint que l’essence même de toute chose que je sentais était fausse en la comparant à la grâce avec laquelle j’avais grandi… Certainement, pensais-je, il y a plus de joie et d’assurance dans le Nouveau Testament que cela…6

Mais qu’est-ce que l’assurance ? Fondamentalement, l’assurance est la liberté par rapport au doute ; un sentiment de certitude que quelque chose est vrai, va se produire, ou bien que tout va bien. Des synonymes du mot assurance consistent en des mots tels que chose certaine, certitude, conviction. Tous ces noms signifient en fin de compte liberté par rapport au doute.

L’assurance n’est pas un concept étranger du Nouveau Testament. Dans Actes 2.36, Pierre dit : « Que toute la maison d’Israël sache donc avec certitude (NDT La traduction du verset original tiré de la NIV dit ceci : que tout Israël aie l’assurance de ceci) que Dieu a fait Seigneur et Christ ce Jésus que vous avez crucifié. ». Le mot assurance ou certitude vient du grec ajsfalw' « sur, certain, assuré ». Il est utilisé dans le concept de protéger quelque chose ou quelqu’un d’une manière sûre (cf. Actes 16.23 ; Marc 14.44). Ce mot vient d’un verbe ( asfalivzw) qui signifie « garder ». À partir de cela s’est développé le sens de « ceci qui est sûr, certain », ou « assurance ».

La forme nominale de ce mot, ajsfavleia, signifie, suivant le contexte, « fermeté, verrouillé fermement » (Actes 5.23), « sûreté, sécurité » (1 Thessaloniciens 5.3), ou « certitude, vérité » (Luc 1.4).

Rapportant à Théophile dans le premier de ses deux volumes traitant de la personne et de l’œuvre de Jésus-Christ, Luc écrivit,

Luc 1.1-4 Puisque plusieurs ont entrepris de composer un récit des événements qui se sont accomplis parmi nous, 2 tels que nous les ont transmis ceux qui, dès le commencement en ont été les témoins oculaires et qui sont devenus serviteurs de la parole, 3 il m’a semblé bon à moi aussi, après avoir tout recherché exactement depuis les origines, de te l’exposer par écrit d’une manière suivie, excellent Théophile, 4 afin que tu reconnaisses la certitude (i.e., la vérité exacte, avoir l’assurance, [ ajsfavleia])des enseignements que tu as reçus.

À partir de la signification et de l’utilisation du mot grec ajsfavleia, nous pouvons voir clairement quelques uns des points qui correspondent au concept de l’assurance. Nous voulons et nous avons besoin d’un sentiment de certitude, basé sur le témoignage des Écritures, en ce qui concerne la vérité parce que un tel sentiment de certitude ou d’assurance donne aussi un sentiment de sécurité.

De plus, c’est quelque chose que Dieu veut que nous aillons, et que les responsables d’église, utilisant la vérité de Dieu en Christ telle que révélée dans la Bible, doivent veiller à dispenser au travers de l’étude de la Parole. Avec ceci en tête, notez ce que Paul écrivit à l’église de Colosses quand elle fit face à des faux enseignements (Colossiens 2.1-5). Ces faux enseignements étaient sur le point de miner l’assurance des croyants Colossiens quant à ce qu’ils avaient cru au sujet de la personne et de l’œuvre du Sauveur. Notez le développement de l’argument de Paul ici :

1. Le verset 1 exprime l’implication de Paul et l’effort qu’il a soutenu en leur faveur : « Je veux, en effet, que vous sachiez quel grand combat je soutiens pour vous, pour ceux de Laodicée et pour tous ceux qui n’ont pas vu mon visage, ».

2. Les versets 2-3 expriment son but premier et fondamental — donner la pleine assurance qui vient de la compréhension qui est la leur en Christ : « afin que leur coeur soit consolé, qu’ils soient unis dans l’amour et enrichis d’une pleine certitude (NDT Assurance dans la VO) de l’intelligence, pour connaître le mystère de Dieu, Christ, en qui sont cachés tous les trésors de la sagesse et de la connaissance. ».

3. Les versets 4-5 expriment son second but, qui est aussi la conséquence du premier. Il dit : « Je dis cela, afin que personne ne vous trompe par des discours séduisants. Car si je suis absent de corps je suis avec vous en esprit, voyant avec joie le bon ordre (qui règne) parmi vous et la solidité de votre foi en Christ. ».

Dans Galates 1.20, pour assurer ses lecteurs de la véracité de ce qu’il écrivait, Paul ajouta, « et quand je vous écris cela, j’atteste devant Dieu que je ne mens point. » (Bible de Jérusalem). Littéralement « Et voici » ou bien « Prenez note, devant Dieu… ». Ici l’apôtre était en train de mettre en avant l’évidence historique et appelait aussi Dieu à témoin. Le fait est que les gens on besoin et doivent avoir l’assurance, mais elle doit, bien sur, être basée sur l’évidence crédible que ce qu’ils ont demandé de croire ou ce qu’il ont cru est la vérité.

Deux Types d’Évidence

1. Scientifique, qui peut être reproduite dans un laboratoire ou sous contrôle scientifique.

2. L’historico légal, ce qui est basé sur la présentation de quelque chose est au-dessus de tout soupçon émanant d’un témoignage oral ou écrit et qui fait preuve, ou bien d’autres formes d’évidences telles qu’une arme à feu, une balle de révolver, des fouilles archéologiques, des manuscrits, etc.

Quelquefois, les gens essaient d’argumenter contre la Bible ou contre Christ avec cette déclaration, « Vous ne pouvez pas prouver cela de manière scientifique », avec comme insinuation que croire en la Bible et en Christ est donc douteux et incroyable. Une telle revendication est fausse.

Les événements et points historiques ne peuvent pas être prouvés de manière scientifique parce qu’ils ne peuvent pas être reproduits. C’est vrai. Mais il n’est pas vrai que cela rend les déclarations de la Bible et son témoignage sur Jésus-Christ faux. Pourquoi ? Parce que l’approche scientifique est totalement inadaptée pour prouver des choses au sujet d’une personne ou d’un événement dans l’histoire. Elle ne peut pas prouver si George Washington a vécu ou non, ou bien si John Kennedy a été assassiné, ou bien si Jésus Christ a vécu, est mort, et est ressuscité des morts. Néanmoins, il y a d’autres formes d’évidences qui peuvent être produites, et qui sont utilisées tous les jours dans les tribunaux partout dans ce pays afin de montrer l’évidence au-delà de tout soupçon que certaines choses se sont passées ou non, ou sont vraies même si elles ne peuvent pas être répétées.

Ainsi, le Sauveur a dit : « Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous rendra libres. ». Il a dit, « Vous connaîtrez », et pas seulement espérer ou sentir c’est vrai. Au travers de la résurrection et de bien d’autres preuves infaillibles, Dieu nous a donné une évidence digne de foi de l’authenticité des déclarations de la Bible en tant que Parole de Dieu et de la certitude des déclarations de Christ.

Actes 17.30-31 Dieu, sans tenir compte des temps d’ignorance, annonce maintenant à tous les hommes, en tous lieux, qu’ils aient à se repentir, 31 parce qu’il a fixé un jour où il va juger le monde selon la justice, par un homme qu’il a désigné, et il en a donné à tous (une preuve digne de) foi en le ressuscitant d’entre les morts. (surligné par mes soins)

Avec ceci en tête comparez Romains 4.13-21 et notez l’élément de la ferme assurance qu’Abraham avait. Dieu veut que nous ayons l’assurance et que nous connaissions la paix qui vient de l’assurance, mais nous devons être surs que notre assurance est basée sur la vérité des Écritures sinon notre assurance sera vaine.

Les tout nouveaux Chrétiens, ainsi que beaucoup d’autres croyants ont, pour cette raison, besoin de l’assurance au sujet du message central de l’Évangile auquel ils ont cru et de la vie nouvelle qu’ils ont en Christ en tant que croyants. Avec les différents vents de doctrine étrange soufflant sur le paysage, les gens sont souvent assaillis par toutes sortes de doutes et de craintes au sujet de leur décision de faire confiance à Christ.

Est-ce que ce en quoi j’ai cru est réellement l’Évangile ? Simplement que veut dire ma décision de croire en Jésus-Christ dans ma vie ? Quelles sont les ramifications et les conséquences ? Est-ce que le salut peut être perdu ? Si j’ai commis tel ou tel péché, cela veut-il dire que je ne serai jamais sauvé ? Quelques évangélistes ou prédicateurs donnent l’impression qu’une fois que vous acceptez Christ, tous vos problèmes seront terminés, alors qu’en réalité, une nouvelle série de problèmes commence avec des forces hostiles à l’attaque. Le Chrétien est passé du royaume de Satan au royaume de Christ, ce que Satan déteste. Ceci a aussi tendance à déstabiliser l’assurance d’une personne (voir 1 Thessaloniciens 3.1-8).

Nos Objectifs

1. Donner de l’assurance personnelle au sujet de ce qu’est le message de l’Évangile.

2. Donner de l’assurance personnelle au sujet des résultats qui suivent le fait de croire personnellement en Jésus-Christ.

3. Couvrir les promesses bibliques essentielles afin de prendre de l’assurance concernant ce que les croyants ont en Christ.

4. Fournir la capacité de donner sans avoir de doute concernant la disposition de Dieu dans tous les domaines de la vie.

Domaines d’Assurance

L’assurance donne la perception de ce que le Chrétien a en Christ et de ce qu’il ou elle est en Christ. Elle couvre un certain nombre d’aspects du salut que Dieu donne à ceux qui mettent leur confiance en Jésus-Christ. Dans nos objectifs, ces leçons sur l’assurance considéreront les points suivants :

1. Assurance en ce qui concerne l’Évangile — Ce que je crois est-il le vrai Évangile ?

2. Assurance du Salut — Sur quoi je base mon assurance ?

3. Assurance de la Sécurité Éternelle — Est-ce qu’il y a un quelconque péché qui me ferait perdre mon salut ?

4. Assurance de la Disposition Quotidienne de Dieu — Est-ce que Dieu prendra vraiment soin de moi ?

5. Assurance de la Disposition de Dieu par rapport au Péché — Comment dois-je faire avec mon problème de péché ?

6. Assurance des Conseils de Dieu — Puis-je compter sur les conseils de Dieu dans les différentes décisions auxquelles je fais face quotidiennement ?

7. Assurance de Récompenses Éternelles — Depuis que mon salut est assuré, n’y a-t-il aucune ramification si j’échoue de marcher avec le Seigneur ?


5 Michael Eaton, No Condemnation, A New Theology of Assurance, InterVaristy Press, Downers Grove, 1995, p. 3.

6 Eaton, p. 8.

Related Topics: Basics for Christians