MENU

Where the world comes to study the Bible

Report Inappropriate Ad

20. Le Règne de Salomon

Le Livre de 1 Rois 1 – 11148

Introduction

Ces dernières élections présidentielles nous ont certainement gardées sur le feu pendant plusieurs semaines. Je regardais les résultats avec des amis quand il semblait qu’Al Gore allait gagner. Quelques heures plus tard il semblait que George Bush était le gagnant, et Al Gore concédait la défaite. Puis le compte des votes fut si prêt que Mr Gore changea son avis à propos de sa défaite et l’élection sembla être un match nul. Après avoir compté et recompté les votes (avec une décision par la Cour Suprême des Etats-Unis), George Bush fut déclaré le gagnant. Ce furent des moments incertains pour beaucoup de gens.

La situation était quelque chose comme ça il y a près de 3 000 ans quand David était le roi d’Israël.149 Sa santé et sa vitalité diminuaient quotidiennement, et ce fut seulement qu’une question de temps pour qu’il ne meure. Il était assumé qu’un des fils de David deviendrait le prochain roi, mais on ne savait pour sur quel fils lui succèderait. En privé, David avait dit à Bath-Chéba que Salomon régnerait à sa place, mais il n’avait pas proclamé publiquement son remplaçant. L’échec de David de se désister et d’agir fermement en installant Salomon sur le trône créa un vide à la tête du pays qu’Adoniya, un des autres fils de David, essaya de remplir. Adoniya réussit à convaincre quelques-uns des chefs clefs d’Israël de lui donner leur support, et la célébration de sa « victoire » était déjà en cours.

Ces moments furent intenses pour le pays d’Israël, et encore plus pour Bath-Chéba, la mère de Salomon, et pour ceux qui restaient loyaux à David. Si Adoniya avait du succès dans ses efforts pour saisir le trône, il aurait presque certainement tué tous les descendants de David qui aurait pu être des rivaux pour le trône. Les deux premiers chapitres de 1 Rois sont ainsi remplis de suspense et d’intrigue, alors que Salomon remporta et garantit finalement sa position comme roi d’Israël.

L’histoire de Salomon est, de beaucoup de façons, une incroyable histoire de succès. Il est l’homme le plus sage qui n’avait jamais existé. Sa richesse et son pouvoir furent connu de tous ceux qui vivaient en Israël et de la plupart de ceux qui vécurent au-delà de ses frontières. Salomon était un écrivain prolifique, composant 1 005 cantiques et 3 000 Proverbes. En dépit de tout ça, sa vie se termina en désastre. Beaucoup de ses femmes étrangères réussirent à détourner son cœur du Seigneur, ce qui couta à son fils une bonne partie de son royaume et divisa Israël pour des siècles à venir. Les leçons que nous apprenons de Salomon sont largement des leçons négatives – comment ne pas faire les mêmes erreurs qu’il fit.

Les parallèles entre les jours pendant lesquels Salomon vécut et les nôtres sont nombreux, et ils sont frappants. Ecoutons attentivement les mots des 11 premiers chapitres du Livre de 1 Rois, et apprenons des erreurs de Salomon, plutôt que de les répéter nous-mêmes.

Une Transition Tumultueuse: De David à Salomon (1 Rois 1 & 2)

Je fus tenté de titrer cette section, « Du Feu Dans la Cheminée, Mais pas de Chaleur Dans la Maison ». En lisant les quatre premiers versets du chapitre 1, je vois un David très différent du vaillant guerrier qui fit face à Goliath dans 1 Samuel 17. Ici était un vieil homme, qui arrivait à la fin de sa vie. Il était au lit tremblant, pratiquement pas conscient des affaires quotidiennes de son royaume. Il a une belle jeune femme qui s’occupe de lui, qui le sert, mais qui à mon avis était bien plus qu’une infirmière. Elle était une concubine, ce que les évènements démontrent clairement. Le fait que David ne la « connaissait » pas est dit au lecteur comme une indication de l’âge et de l’état physique de David. Il était un homme qui ne pouvait plus fonctionner dans de grandes parties de sa vie.

Il n’y a pas d’accusation ici, aucuns mots de condamnation, comme si David était responsable pour sa capacité diminuée. La faute reste avec l’échec de David de se désister, et plus particulièrement dans son échec de désigner qui lui succèderait comme roi d’Israël. Cet homme, dont le droit de régner avait été défié auparavant (par Absalom, et probablement d’autres), n’était pas impatient d’abandonner le pouvoir, et pourtant il ne possédait plus vraiment.

Plusieurs facteurs semblent avoir contribué à la tentative d’Adoniya de devenir le prochain roi d’Israël. (1) Il était apparemment le fils ainé survivant. (2) Il était un gars séduisant et avenant (1 Rois 1:6). (3) Adoniya était capable de rassembler un groupe d’hommes prestigieux qui servaient comme ses gardes du corps. (4) Il était un fils que David ne disciplina pas ou ne le « garda pas dans le droit chemin ». Je comprends ça comme on ne lui avait jamais dit « Non », donc, il avait l’habitude d’avoir tout ce qu’il voulait (1:6). Un enfant qui n’avait aucun respect, ni peur de son père serait plus enclin à essayer de le remplacer. Si David avait vraiment fonctionné comme le roi d’Israël, Adoniya n’aurait jamais eu de chance. (5) Adoniya avait gagné le support de Joab, le commandant de l’armée, et d’Abiatar, le prêtre. (6) David n’avait pas conscience de ce qui se passait et ne fonctionnait pratiquement pas comme un roi. Il y avait un vide de direction dans Israël, et Adoniya semblait avoir la résolution et les ressources pour le remplir.

Nathan savait ce qu’Adoniya voulait faire et que lui et ceux loyaux à David étaient exclus par Adoniya. Nathan avertit Bath-Chéba que si elle n’utilisait pas son influence avec David, elle et son fils serait bientôt en grand danger. À l’insistance de Nathan, Bath-Chéba alla voir David et lui dit ce qui se passait. Elle lui rappela aussi sa promesse que son fils, Salomon, serait le prochain roi d’Israël. Elle poussa David à faire quelque chose ou elle et son fils deviendraient des ennemis de l’état si Adoniya était permit de continuer sa révolte.

« Par coïncidence », Nathan arriva à la cour du roi. Il semblerait que Bath-Chéba quittait le roi quand Nathan apparut, alors ils purent parler en prive. Nathan dit à David la même histoire, qu’Adoniya cherchait à s’emparer du trône. Il informa David que la célébration de sa victoire avait déjà commencé. Nathan lui demanda s’il avait approuvé ces choses. David répondit en faisant rappeler Bath-Chéba. Alors il fit venir Tsadoq le prêtre, Nathan le prophète, et Benayahou le fils de Yehoyada (1:32). Il donna des instructions de couronner immédiatement Salomon roi d’Israël à la requête de David.150

Alors qu’Adoniya et ses supporters célèbrent sa « victoire », Tsadoq, le prêtre, oint Salomon roi d’Israël. Les trompettes sonnent et le peuple s’écrit « Vive le roi Salomon! ». Le peuple a dû avoir peur d’avoir Adoniya comme leur roi: la nouvelle du couronnement de Salomon est accueillie avec une célébration exubérante. Le bruit de cette célébration atteint les oreilles de ceux qui étaient avec Adoniya, mais ils ne savaient pas ce que cela voulait dire. Jonathan, fils d’Abiatar (le bientôt prêtre « viré »), les informa que les bruits de célébration n’étaient pas de bonnes nouvelles pour Adoniya et ses supporters. Il les informa que David avait désigné Salomon comme son successeur et qu’il était déjà monté sur le trône. Les invités d’Adoniya furent pris de panique quand ils réalisèrent qu’ils étaient maintenant les ennemis de Salomon.

Ils partirent rapidement, et Adoniya se précipita pour aller attraper les cornes de l’autel. Salomon accorda à son frère sa demande de pitié et le renvenvoya chez lui.

La transition d’un chef d’état à un autre ne se fait pas toujours dans la douceur. Dans notre dernière élection présidentielle, Bill Clinton passa les dernières heures de son temps à la Maison Blanche accordant des pardons et signant des ordres exécutifs. Une grande partie de ce qui fut fait pendant ces dernières heures fut de la politique partisane au mieux. Président George W. Bush et son administration passeront de longues heures à revoir ces mesures de dernières minutes, et beaucoup d’entres elles devront être inversées ou révisées. C’est un genre très différent de transition que celle décrite dans 1 Rois 2. David appela Salomon et lui donna quelques très bonnes instructions qui lui serviront à commencer sa nouvelle administration sur le bon pied. La chose intéressante à propos des instructions de David était qu’il encouragea Salomon à corriger ces choses qu’il n’avait lui-même pas réussi à faire durant son règne.

Premièrement, David conseilla vivement Salomon de se dévouer à suivre fidèlement la loi de Dieu:

« 2 ---Voici que je vais bientôt prendre le chemin que suit tout homme. Montre-toi courageux et conduis-toi en homme!

   3 Suis fidèlement les ordres de l'Eternel ton Dieu, en marchant dans les chemins qu'il a prescrits et en obéissant à ses lois, ses commandements, ses articles de droit et ses ordonnances, tels qu'ils sont consignés dans la Loi de Moïse. Alors tu auras du succès dans tout ce que tu entreprendras et partout où tu iras.

   4 Et ainsi l'Eternel accomplira la promesse qu'il m'a faite en me disant: «Si tes descendants veillent sur leur conduite pour vivre fidèlement selon ma volonté de tout leur cœur et de tout leur être, il y aura toujours l'un d'entre eux sur le trône d'Israël.» » (1 Rois 2:2-4)151

Deuxièmement, David insista que Salomon s’occupe de Joab:

« 5 Par ailleurs, tu sais tout ce que m'a fait Joab, fils de Tserouya, et ce qu'il a fait à deux chefs des armées d'Israël, à Abner, fils de Ner, et à Amasa, fils de Yéter. Il les a assassinés en pleine paix comme s'il s'agissait d'un fait de guerre, il a pris sur lui la pleine responsabilité de ce meurtre.

   6 Tu agiras envers lui avec sagesse et tu ne le laisseras pas mourir tranquillement de vieillesse. » (1 Rois 2:5-6)

C’est difficile pour moi de comprendre pourquoi David pousserait Salomon à s’occuper de Joab, quand il, lui-même, n’avait rien fait. David opposa les meurtres commis par Joab, mais il ne reagit pas comme il le fit avec le jeune Amalécite (2 Samuel 1:13-16) et avec les serviteurs d’Ich-Bocheth (2 Samuel 4:5-12). On peut se demander si David avait peur de Joab, comme beaucoup de présidents ont peur de la tête de leurs forces militaires. Après tout, David remplaça Joab une fois, seulement pour lui redonner sa position quelques jours plus tard (voir 2 Samuel 19:11-15; 20:4-23).

Troisièmement, David encourage Salomon à récompenser Barzillaï, un homme qui lui resta loyal dans sa période difficile:

« 7 Mais n'oublie pas de traiter avec bonté les fils de Barzillaï, le Galaadite. Compte-les parmi ceux qui mangent à la table royale, car ils m'ont secouru avec bonté lorsque je fuyais devant ton frère Absalom. » (1 Rois 2:7)

Tout comme la justice avait besoin de tomber sur ceux qui avaient péché, ceux qui avaient été loyaux à David devaient être récompensés par son fils, qui lui succéda.

Finalement, David recommanda à Salomon de s’occuper de Chimeï, un homme qui fut un problème continu pour lui:

« 8 Tu as aussi dans ton entourage Chimeï, fils de Guéra, un Benjaminite du village de Bahourim. Il a prononcé contre moi de terribles malédictions le jour où j'ai dû me réfugier à Mahanaïm. Mais lorsqu'il est venu à ma rencontre vers le Jourdain à mon retour, je lui ai juré au nom de l'Eternel que je ne le ferais pas mourir par l'épée.

   9 Maintenant, ne le considère pas comme innocent; tu es un homme avisé et tu sauras comment tu dois le traiter: tu veilleras à ce qu'il soit mis à mort malgré son grand âge. » (1 Rois 2:8-9)

Est-ce purement par rancune, ou est-ce que David fut convaincu que Chimeï serait toujours un adversaire d’un membre de sa dynastie parce qu’il n’était pas un descendant de Saül (voir 2 Samuel 16:5-8) ? C’est quelque peu ironique que l’homme qui accusa David d’être un « assassin, un vaurien » (2 Samuel 16:7-8) aurait maintenant une « mort sanglante » (1 Rois 2:9).

Le reste de 1 Rois 2 décrit comment Salomon s’acquitta des instructions de David et consolida ainsi son royaume. Adoniya rendit cela relativement facile pour Salomon. Adoniya persuada Bath-Chéba de demander qu’il soit donné Abichag pour épouse. Abichag était considérée une des concubines de David et, comme cela, la donner à Adoniya serait comme reconnaître son droit de régner comme roi d’Israël. Posséder la concubine du roi était prendre sa place.152 David réalisa la magouille d’Adoniya. Il l’avait pardonné une fois, mais cette fois-ci, ce fut aller trop loin et il envoya Benayahou pour l’exécuter. Adoniya ne sera plus un problème pour le royaume.

Ensuite Salomon s’occupa d’Abiatar, le prêtre qui l’avait trahi en supportant Adoniya dans son essai de devenir roi. David n’exécuta pas le prêtre, mais il l’exila dans sa maison. Salomon nomma Tsadoq comme prêtre à sa place (1 Rois 2:35). Nous sommes rappelés que cela accomplit les mots du Seigneur contre la maison d’Eli (1 Rois 2:27; voir 1 Samuel 2:27-36).

Quand la nouvelle atteint Joab que Salomon allait s’occuper de ses ennemis, il courut vers l’autel et en saisit ses cornes, espérant de la pitié de Salomon comme Adoniya avait reçu auparavant. Il y avait des raisons d’espérer de la pitié, excepté pour ceux coupables de meurtres intentionnels (voir Exode 21:12-14). Cette fois, Joab ne devait pas échapper au châtiment qu’il méritait. Salomon envoya Benayahou, qui exécuta Joab devant l’autel. La justice fut finalement rendue pour les meurtres de Joab (1 Rois 2:31-33).

Salomon accomplit finalement les instructions de David concernant Chimeï, le Benjaminite qui avait mal parlé à David. Chimeï fut responsable de sa propre mort. Salomon ordonna Chimeï de se construire une maison à Jérusalem, où il pourrait le garder à l’œil. Il lui promit que s’il quittait Jérusalem, il serait tué. Deux ans plus tard, deux des serviteurs de Chimeï s’enfuirent, et Chimeï les poursuivit. Quand Salomon apprit que Chimeï avait quitté Jérusalem, il lui ordonna de venir et le réprimanda pour enfreindre les termes que le roi avait établis. Puis Salomon ordonna à Benayahou de l’exécuter. De cette façon, le royaume de Salomon fut fermement établi, parce que ceux qui l’opposaient avaient été éliminés.

Un Souhait Accordé à Salomon (1 Rois 3-8)

Cela arrive normalement dans les comtes de fée ou les plaisanteries, mais nous avons tous entendu dire qu’un souhait a été accordé à quelqu’un. Qui aurait pu penser que Dieu accorderait un souhait, quoi qu’il soit, à un homme, mais Il le fit là. L’accord du souhait de Salomon est trouvé immédiatement après ces paroles:

« 1 Salomon s'allia par mariage avec le pharaon, roi d'Egypte, en épousant sa fille. En attendant d'avoir fini de bâtir son palais, le Temple de l'Eternel et le rempart autour de Jérusalem, il l'installa dans la cité de David.

  2 Seulement, en ce temps-là, le peuple continuait à offrir des sacrifices sur les hauts-lieux car on n'avait pas encore construit le Temple pour l'Eternel.

  3 Salomon aimait l'Eternel et se conformait aux instructions de son père David. Seulement, lui aussi offrait des sacrifices et des parfums sur les hauts-lieux. » (1 Rois 3:1-3)

Connaissant l’avertissement de Deutéronome 17:16-17 et comment le récit de la vie de Salomon finira, le lecteur doit un peu s’inquiéter à propos du mariage de Salomon avec une princesse Egyptienne.153 Cependant, nous devons nous rappeler qu’il n’y avait pas d’interdiction spécifique contre marier une Egyptienne. Ce n’était que les femmes cananéennes que les Israélites ne pouvaient pas marier. Abraham prit Agar comme concubine dans Genèse 16 ; Joseph prit aussi une femme égyptienne dans Genèse 41:45. Moïse prit une femme kouchite comme épouse, bien que ses frères et sœurs n’aient pas apprécié (Nombres 12:1-2).

Nous pourrions dire que quand Salomon épousa une princesse égyptienne, il commença à aller dans la mauvaise direction. Alors que l’auteur loua Salomon pour suivre généralement les pratiques de don père David, il accusa Salomon d’« offrir des sacrifices et de brûler de l’encens dans les hauts-lieux » (3:3). Si je comprends bien ces mots, ce n’était pas que Salomon offrait des sacrifices au mauvais dieu(x), mais plutôt qu’il offrait des sacrifices à Dieu aux mauvais endroits.

« 3 A tout homme d'Israël qui abattra un bœuf, un agneau ou une chèvre dans le camp ou à l'extérieur du camp

   4 sans l'avoir amené à l'entrée de la *tente de la Rencontre pour le présenter en offrande à l'Eternel devant son *tabernacle, il sera demandé compte du sang: puisqu'il a versé le sang, il sera retranché de son peuple.

   5 Ainsi, au lieu de faire leurs sacrifices en pleine campagne, les Israélites amèneront les victimes de leurs sacrifices au prêtre, à l'entrée de la tente de la Rencontre, pour l'Eternel, et ils les offriront en sacrifice de communion à l'Eternel. » (Lévitique 17:3-5)

« 5 L'Eternel votre Dieu choisira un lieu au milieu des territoires de toutes vos tribus pour y établir sa présence et pour en faire sa demeure; c'est là seulement que vous irez l'invoquer.

   6 Là, vous apporterez vos holocaustes et vos sacrifices, vos dîmes et vos offrandes prélevées sur le fruit de votre travail, celles que vous ferez pour accomplir un vœu, vos dons spontanés et les premiers-nés de votre gros et de votre petit bétail.

   7 Là aussi, vous prendrez vos repas cultuels en présence de l'Eternel votre Dieu, et vous vous réjouirez, vous et vos familles, de tous les produits de votre travail par lesquels l'Eternel votre Dieu vous aura bénis. » (Deutéronome 12:5-7, voir aussi versets 13-14)

C’est après une déclaration à propos du péché de Salomon (d’offrir des sacrifices aux hauts-lieux) que Dieu lui parla. Salomon était à Gabaon, le « lieu haut », où il avait l’intention d’offrir des sacrifices et des offrandes à Dieu – la chose qui était dite être mal dans le verset 3. Et pourtant, Dieu apparut à Salomon dans un rêve:

« 4 Un jour, le roi se rendit à Gabaon[c], où se trouvait alors le haut-lieu le plus important, pour offrir un sacrifice. Il fit immoler mille *holocaustes sur cet autel.

  5 Pendant la nuit, l'Eternel lui apparut là en songe et lui dit:
   ---Demande ce que tu désires que je t'accorde. » (1 Rois 3:4-5)

Ces mots sont difficilement des mots que je m’attendais à entendre de Dieu. Je me serais attendu à entendre Dieu réprimander Salomon pour son péché et lui demander de se repentir et de Le vénérer de la bonne manière. Au lieu de ça, Dieu offrit à Salomon toute chose qu’il desire. Incroyable !

Mon attention est attirée vers le Psaume 72, un Psaume soit écrit par David à (ou pour) Salomon, ou écrit par Salomon lui-même:

« 1 De Salomon.
      O Dieu, accorde au roi de juger comme toi,
      et donne au fils du roi ton esprit de justice!

  2 Qu'il rende la justice à l'égard de ton peuple selon ce qui est juste,
      à l'égard de tes pauvres selon ce qui est droit;

  3 la paix descende des montagnes
      et la justice des collines pour tout le peuple!

  4 Qu'il fasse droit aux opprimés et aux malheureux de son peuple!
      Qu'il sauve les enfants des pauvres
      et qu'il écrase l'oppresseur! » (Psaume 72:1-4)

Je suis profondément reconnaissant pour les questions soulevées par deux ou trois amis dans notre église après avoir enseigner cette leçon. Les inscriptions lisent, “Pour Salomon” (la Bible NET, KJV), ou “de Salomon” (NKJV, NASB, NIV, NRSV). La lettre d’hébreux avant le nom de Salomon pourrait dire les deux ; c’est le choix du traducteur. Initialement, j’étais enclin à supposer que le Psaume était écrit par Salomon, mais j’ai changé d’avis. S’il avait été écrit par Salomon, il y avait trop de Salomon dedans. Je crois que ce fut David qui écrivit cela de son fils, dans l’espoir que par Salomon (ou au moins par ses descendants), l’alliance avec David (2 Samuel 7) serait réalisée par le Messie. Cela voulait dire qu’il y aurait beaucoup de prophéties impliquées. Cela serait-il surprenant ? Connaissant ce Psaume, pas étonnant que Salomon demanda de recevoir de la sagesse de Dieu – c’était le souhait de son père !

De toute façon, pendant que Salomon professait qu’il manquait de sagesse, il montra beaucoup de sagesse en ce qu’il demandait:

« 6 Salomon répondit:
   ---Tu as témoigné une grande bienveillance à ton serviteur David mon père, parce qu'il vivait fidèlement selon ta volonté, de façon juste et avec un cœur droit. Tu lui as conservé cette grande bienveillance et tu lui as accordé un fils qui siège aujourd'hui sur son trône.

   7 Maintenant, Eternel mon Dieu, c'est toi qui m'as fait régner, moi ton serviteur, à la place de mon père David, alors que je ne suis encore qu'un tout jeune homme et que je ne sais pas gouverner.

   8 Voilà ton serviteur au milieu de ton peuple que tu as toi-même choisi, un peuple nombreux qui ne peut être dénombré ni compté, tant il est nombreux.

   9 Veuille donc donner à ton serviteur l'intelligence nécessaire pour administrer la justice pour ton peuple, afin qu'il sache discerner entre le bien et le mal! Sans cela, qui pourrait administrer la justice pour ton peuple qui est si nombreux? » (1 Rois 3:6-9)

Je suis curieux qu’il n’y ait pas de mention de l’Esprit de Dieu dans le récit biblique de la vie de Salomon, et pourtant il fut l’homme le plus sage qui ait jamais vécut. L’Esprit était venu visiblement sur Saül, peu de temps après qu’il ait été oint roi (1 Samuel 10:10-11). L’Esprit était aussi venu sur David quand il fut oint roi d’Israël (1 Samuel 16:13). Pourtant, il n’y a aucune mention de l’Esprit venant sur Salomon au moment qu’il fut oint ; en fait, il n’y a aucune mention du tout de l’Esprit venant sur lui. Comment l’expliquer ? Honnêtement, je ne sais pas. Je suis enclin à penser que l’Esprit vint sur Salomon en réponse à sa demande de sagesse, bien qu’il n’y ait pas de démonstration spectaculaire. Peut-être devons nous apprendre que pas tout le monde n’a d’expérience spectaculaire en recevant l’Esprit.

Dans le cas de Salomon, il est lui-même la preuve. Immédiatement après avoir été dit que Dieu accorda à Salomon son souhait de sagesse (avec des richesses et de la gloire – 3:13) ; nous voyons beaucoup d’exemples de sagesse dans sa vie. Permettez-moi d’en énumérer quelques-uns:

Premièrement, il y a l’exemple de sagesse personnelle que nous voyons des actions de Salomon dans les versets qui suivent immédiatement son rêve:

« 15 Salomon s'éveilla, avec ce rêve présent à l'esprit, et il revint à Jérusalem. Là, il alla se présenter devant le coffre de l'alliance de l'Eternel. Il offrit des holocaustes, présenta des sacrifices de communion et donna un festin auquel il invita tous ses hauts fonctionnaires. » (1 Rois 3:15)

Quelle agréable surprise ces versets sont pour nous après avoir lu les trois premiers versets de ce même chapitre! Salomon reçut son souhait quand il était à Gabaon où il était allé offrir des sacrifices (3:4), bien qu’il ait tort (3:3). Quand Dieu accorda à Salomon son souhait de sagesse, la première chose que le roi fit fut d’aller visiter et d’offrir des offrandes entièrement brûlées et des offrandes de communion

« … devant le coffre de l'alliance de l'Eternel. » (3:15)

Je crois que nous serions tous d’accord qu’offrir des sacrifices sur les hauts-lieux était stupide ; offrir ses sacrifices devant le coffre de l’alliance était une bonne chose. La première démonstration de sagesse de Salomon fut dans sa propre vie, en obéissant au commandement de Dieu concernant la vénération.

Deuxièmement, il y a l’exemple de la sagesse judiciaire de Salomon, visible dans la façon dont il s’occupa de la dispute entre deux femmes, qui revendiquaient toutes les deux le même enfant comme le leur (3:16-28). Deux prostituées vinrent devant Salomon pour qu’il résolve leur dispute. Chacune revendiquait l’enfant vivant comme le sien. Les deux femmes avaient un bébé, mais une d’elle étouffa son bébé pendant la nuit. Chacune revendiqua le bébé vivant comme le sien. Il semblait n’y avoir aucun moyen de connaître la vérité, mais Salomon agit sagement. Il demanda qu’on lui apporte une épée et menaça de couper l’enfant en deux, donnant une moitié à chaque femme. La mère du bébé décédé était disposée à accepter ce jugement – si elle ne pouvait pas avoir le bébé de l’autre femme, elle ne voulait pas non plus que la mère l’ait. Que Salomon tue le petit garçon. La mère du bébé vivant aimait tant son fils qu’elle était disposée à l’abandonner, pour lui sauver sa vie. Salomon sut que ce petit garçon était son fils et ordonna que l’enfant soit donné à sa vraie mère. Tout le monde s’émerveilla de la sagesse de Salomon, la sagesse qu’il avait souhaitée.

Troisièmement, il y a l’exemple de sagesse administrative de Salomon, visible dans les hommes qu’il choisit pour son “gouvernement” (4:1-19).

Quatrièmement, nous sommes aussi donnés un exemple de la richesse et de la gloire que Dieu promit de donner à Salomon (4:20-5:8). Nous voyons de ces versets que tout Israël semblait être prospère et en paix sous la direction de Salomon. Les frontières d’Israël étaient bien plus larges. En même temps, nous sommes dits combien Salomon vivait bien. La consommation des biens par Salomon et sa cour royale était immense, tout comme Samuel avait averti auparavant dans 1 Samuel 8:11-18. Bien que dit sans accusation, la prospérité de Salomon avait dépassée les frontières que Dieu avait désignées pour les Rois d’Israël dans Deutéronome 17. Le problème était devant, bien qu’il ne fût pas immédiatement apparent.

Cinquièmement, nous voyons la sagesse de Salomon dans ses compositions musicales, sa recherche, et ses écritures:

« 9 Dieu donna à Salomon une sagesse exceptionnelle, une très grande intelligence et une large ouverture d'esprit qui le fit s'intéresser à des questions aussi nombreuses que les grains de sable au bord de la mer.

  10 Sa sagesse dépassait celle de tous les sages de l'Orient et de l'Egypte.

  11 Il surpassait tous les autres, même Etân l'Ezrahite, Hémân, Kalkol et Darda, les fils de Mahol. Aussi, sa renommée se répandit parmi tous les peuples voisins.

  12 Il fut l'auteur de trois mille proverbes et composa mille cinq chants.

  13 Il a décrit les plantes, du cèdre du Liban jusqu'à la branche d'hysope qui pousse sur les murailles, il a aussi parlé des animaux, des oiseaux, des reptiles et des poissons.

  14 Tous les rois de la terre qui avaient entendu vanter sa sagesse, envoyaient des délégations de tous les pays du monde pour l'entendre. » (1 Rois 5:9-14)

La sagesse de Salomon surpassait celle de n’importe qui vivant à cette période, et même la nôtre. Elle était un peu une mixture du meilleur de Leonard de Vinci, Benjamin Franklin, George Washington Carver, Einstein, Beethoven, Leonard Bernstein, et George Gershwin. Cet homme était un poète, un musicien, un scientifique, et un écrivain. Toute la nation sembla profiter de ses dons. Sans aucun doute, beaucoup profitèrent de son travail en biologie et en botanique. Les gens venaient du monde entier pour lui poser des questions et l’écouter parler.

Sixièmement, Salomon manifesta une grande sagesse en tant que constructeur. Beaucoup de projets de construction furent commencés et complétés durant la vie de Salomon, le plus important de ceux-ci étant la construction du temple. Hiram, le roi de Tyr, reconnut rapidement la sagesse de Salomon:

« 21 Lorsque Hiram reçut le message de Salomon, il s'en réjouit fort et déclara:
   ---Béni soit aujourd'hui l'Eternel, qui a donné à David un fils plein de sagesse pour gouverner ce grand peuple! » (1 Rois 5:21)

Nous devrions reconnaître que bien que Salomon commença la tâche de construire le temple et de le dédier, ce fut David qui fit toutes les préparations pour sa construction. David fit les plans, David et le peuple fournirent l’or, et David orchestra le service des Lévites. Nous voyons cela dans 1 Chroniques 23-29. Cela n’enleva rien à la compétence de constructeur de Salomon, mais nous rappelle seulement toutes les préparations que David fit pour le temple avant sa mort.

Les dimensions du temple étaient deux fois celles du tabernacle, sur les plans, et il était certainement plus haut – 15 mètres de haut. Il requit beaucoup de travail d’experts et contenait beaucoup d’or. Il fallut le travail de milliers d’hommes – 180 000 hommes – sans mentionner 3 300 superviseurs (5:27-30). Le projet dura sept ans pour être fini (6:37-38).

Je suis un peu perturbé par une paire de choses liées à la construction du temple. Je me demande pourquoi tant d’étrangers furent impliqués dans ce projet.

« 13 Le roi Salomon envoya chercher à Tyr un ouvrier nommé Hiram.

  14 C'était le fils d'une veuve de la tribu de Nephtali et d'un père tyrien. Il travaillait le bronze. Il était très habile, intelligent et compétent pour fabriquer toutes sortes d'ouvrages de bronze. Il vint auprès du roi Salomon et effectua tous ses ouvrages. » (1 Rois 7:13-14)

« 15 Le roi Salomon avait organisé des corvées pour la construction du Temple de l'Eternel, du palais royal, pour l'aménagement des terres pour des cultures en terrasse, ainsi que pour la construction du rempart qui entoure Jérusalem et les villes de Hatsor, Meguiddo et Guézer.

  16 Le pharaon, roi d'Egypte, s'était mis en campagne pour s'emparer de Guézer, il l'avait incendiée après avoir tué les Cananéens qui l'habitaient. Plus tard, il l'avait donnée en cadeau de noces à sa fille lorsqu'elle était devenue la femme de Salomon.

  17 Salomon reconstruisit Guézer ainsi que Beth-Horôn la Basse,

  18 Baalath et Tadmor dans la contrée désertique du pays,

  19 et toutes les villes qui lui servaient d'entrepôts et celles où il tenait en réserve ses chars de guerre et ses équipages de char. Il construisit tout ce qu'il avait envie de construire à Jérusalem, au Liban et dans tout le pays soumis à son autorité.

  20 Il y avait une population qui n'était pas israélite: des Amoréens, des Hittites, des Phéréziens, des Héviens et des Yebousiens

  21 dont les descendants étaient restés dans le pays et que les Israélites n'avaient pu vouer à l'extermination. Salomon les employa comme esclaves de corvée, et ils le sont restés jusqu'à ce jour.

  22 Mais Salomon n'astreignit à l'esclavage aucun des Israélites; il les enrôla dans l'armée comme soldats, fonctionnaires, officiers, écuyers, chefs de ses chars et de ses soldats sur char. » (1 Roi 9:15-22)

Quand le tabernacle fut construit, il était fait de matériels et avec l’argent contribués par les Israélites durant la vie de David (1 Chroniques 29:1-20). Je ne vois pas de participation joyeuse de la part du peuple, comme on le voit dans la construction du tabernacle et dans les préparations que David fit pour le temple. Quand le tabernacle fut construit, Dieu donna à certains Israélites comme Betsaleel et Oholiab (Exode 31:1-11). Pourquoi le temple fut-il construit par des ouvriers spécialisés étrangers154, dont les qualités ne sont pas dites avoir été données par l’Esprit de Dieu ? Et pourquoi le palais que Salomon se construisit prit deux fois plus de temps à construire (7:1) ? Se pourrait-il qu’il y ait une possibilité que ces indices pour le temps de construction de la « maison spirituelle » de Dieu aient quelque chose à voir avec l’utilisation d’ouvriers païens autant que des ouvriers Juifs (voir Ephésiens 2:11-22) ? Honnêtement, je ne suis pas sûr d’avoir la réponse.

Une chose que nous devons remarquer est que quand le temple est finalement complété, Dieu s’en empare dramatiquement:

« 6 Les prêtres installèrent le coffre de l'alliance de l'Eternel à la place qui lui était destinée dans la salle du fond du Temple, c'est-à-dire dans le lieu très-saint, sous les ailes des chérubins.

   7 Car les chérubins avaient leurs ailes déployées au-dessus de l'emplacement du coffre, de sorte qu'ils formaient un dais protecteur au-dessus du coffre et de ses barres.

   8 On avait donné à ces barres une longueur telle que leurs extrémités se voyaient depuis le lieu saint qui précédait le sanctuaire intérieur, mais elles ne se voyaient pas de l'extérieur. Elles sont restées là jusqu'à ce jour.

   9 Dans le coffre, il y avait seulement les deux tablettes de pierre que Moïse y avait déposées à Horeb, lorsque l'Eternel conclut une alliance avec les Israélites à leur sortie d'Egypte.

   10 Au moment où les prêtres sortirent du lieu saint, la nuée lumineuse remplit le Temple de l'Eternel.

   11 Les prêtres ne purent pas y rester pour accomplir le service, à cause de la nuée, car la gloire de l'Eternel remplissait son Temple. » (1 Kings 8:6-11)

« 1 Lorsque Salomon eut terminé sa prière, le feu tomba du ciel et consuma l'holocauste ainsi que les sacrifices, et la gloire de l'Eternel remplit le Temple. » (2 Chronicles 7:1)

Il y a peu de doute que la construction du temple est vue comme l’une des plus grandes contributions de Salomon. Plus de place est dévouée à la construction du temple qu’à aucun autre aspect de sa vie. La prière de dédicace de Salomon est certainement un des points hauts de sa vie spirituelle. Sa prière démontre la compréhension de la loi de Salomon et le rôle du temple. Qu’il ait reçu cela principalement de son père, ou que cela soit venu de sa propre méditation sur la loi, est contestable. J’ai tendance à penser que Salomon apprit la plupart de son discernement spirituel de son père. Permettez-moi de faire plusieurs observations concernant la prière de dédicace de Salomon.

Premièrement, cette dédicace du temple est principalement une prière de Salomon qui est adressée à Dieu, qui S’est installé dans le temple (8:10-11). Ce n’est pas un discours que Salomon fait à la foule qui est rassemblée, mais une requête au Dieu à Qui le temple appartient.

Deuxièmement, il y a un lien très proche entre cette prière de dédicace et l’Alliance Mosaïque. Salomon anticipe certains évènements dans l’avenir, qui devraient inciter le peuple de Dieu à se tourner vers le temple et prier. Ceux-ci incluent:

La défaite par un ennemi (8:33-34 ; voir Deutéronome 28:25)

La sécheresse et la famine (8:35-40 ; voir Deutéronome 28:23-24)

La captivité dans un pays étranger (8:46-51 ; voir Deutéronome 28:36-37, 63-68)

Toutes ces choses sont anticipées dans Deutéronome. La prière de Salomon est, ainsi, formée et guidée par l’Alliance Mosaïque.

Troisièmement, cette dédicace n’est pas seulement une prière, c’est à proprios de prier. Le mot « prier » ou « prière » est trouvé 3 fois dans 1 Rois 8. Le temple était désigné pour encourager et faciliter les prières du peuple de Dieu. Ceux qui pouvaient prier incluaient à la fois les Juifs et les non-Juifs:

« 41 Et même si un étranger qui ne fait pas partie de ton peuple Israël entend parler de toi et vient d'un pays lointain

   42 --- car les étrangers apprendront que tu es un grand Dieu qui agit en déployant sa puissance --- quand un étranger viendra prier dans ce Temple,

   43 veuille l'écouter depuis le ciel, la demeure où tu habites, et lui accorder tout ce qu'il t'aura demandé. De cette manière, tous les peuples du monde te connaîtront, ils te révéreront comme le fait ton peuple Israël et ils reconnaîtront que le Temple que j'ai construit t'appartient. » (1 Rois 8:41-43)

Cela nous aide certainement à comprendre pourquoi notre Seigneur fut si en colère quand quelques Juifs occupèrent la cour du temple et la tournèrent en place de marché, plutôt qu’un endroit de prière:

« 17 Puis, s'adressant à tous, il les enseigna en disant:
   ---N'est-il pas écrit: On appellera ma maison une maison de prière pour tous les peuples? Mais vous, vous en avez fait un repaire de brigands. » (Marc 11:17)

Quatrièmement, il y a une forte accentuation sur la réalisation des promesses de l’alliance de Dieu dans cette prière. Parmi d’autres choses, Salomon loue Dieu pour son temple comme la réalisation de Ses promesses. D’un coté, il y a remerciements et louanges pour la réalisation des promesses de Dieu à Abram et à Moïse:

« 56 ---Loué soit l'Eternel qui a accordé la paix à son peuple Israël, conformément à ses promesses. En effet, aucune promesse de bienfait qu'il nous a faite par l'intermédiaire de son serviteur Moïse n'a manqué de se réaliser. » (1 Kings 8:56, mon accentuation en gras)

« 20 L'Eternel a tenu sa promesse: j'ai succédé à mon père David et j'occupe le trône d'Israël comme l'Eternel l'avait annoncé, et j'ai construit ce Temple en l'honneur de l'Eternel, le Dieu d'Israël.

   21 J'y ai réservé un emplacement pour le coffre qui contient le code de l'alliance de l'Eternel, cette alliance qu'il a conclue avec nos ancêtres quand il les a fait sortir d'Egypte. » (1 Kings 8:20-21, mon accentuation en gras)

Nous voyons la réalisation de l’Alliance avec Abraham dans le nombres d’Israélites, dans les frontières géographiques d’Israël sous le règne de Salomon, et dans les bénédictions qui sont venues pour les non-Juifs:

« 1 L'Eternel dit à Abram:
   ---Va, quitte ton pays, ta famille et la maison de ton père pour te rendre dans le pays que je t'indiquerai.

  2 Je ferai de toi l'ancêtre d'une grande nation; je te bénirai, je ferai de toi un homme important et tu deviendras une source de bénédiction pour d'autres.

  3 Je bénirai ceux qui te béniront et je maudirai ceux qui t'outrageront. Tous les peuples de la terre seront bénis à travers toi. » (Genèse 12:1-3, mon accentuation en gras; comparez1 Rois 8:41-43, cite ci-dessus)

« 18 Ce jour-là, l'Eternel fit alliance avec Abram et lui dit:
   ---Je promets de donner à ta descendance tout ce pays, depuis le fleuve d'Egypte[e] jusqu'au grand fleuve, l'Euphrate,

   19 le pays des Qéniens, des Qeniziens, des Qadmonéens,

   20 des Hittites, des Phéréziens, des Rephaïm,

   21 des Amoréens, des Cananéens, des Guirgasiens et des Yebousiens. » (Genèse 15:18-21; voir aussi Deutéronome 11:24; Josué 1:4).

« 1 Salomon dominait sur tous les petits royaumes qui s'étendaient de l'Euphrate jusqu'au pays des Philistins, et jusqu'à la frontière de l'Egypte[a]. Pendant toute sa vie, ces peuples lui apportèrent leur tribut et lui restèrent assujettis. » (1 Rois 5:1)

Plus que tout, Salomon voyait l’achèvement du temple en termes de l’alliance que Dieu avait fait avec son père David:

« 15 Il dit:
   ---Loué soit l'Eternel, le Dieu d'Israël qui a, de sa propre bouche, parlé à mon père David et qui a agi pour accomplir la promesse qu'il lui avait faite. Il lui avait dit:

   16 «Depuis le jour où j'ai fait sortir mon peuple Israël d'Egypte, je n'ai jamais choisi une ville particulière parmi toutes les tribus d'Israël pour qu'on y bâtisse un temple où je sois présent, mais j'ai choisi David pour gouverner mon peuple Israël.»

   17 Mon père David avait à cœur de bâtir un temple en l'honneur de l'Eternel, le Dieu d'Israël.

   18 Mais l'Eternel lui a déclaré: «Ton projet de bâtir un temple en mon honneur est une excellente chose: tu as bien fait de prendre cela à cœur.

   19 Toutefois, ce n'est pas toi qui bâtiras ce Temple, c'est ton propre fils qui le bâtira pour moi.»

   20 L'Eternel a tenu sa promesse: j'ai succédé à mon père David et j'occupe le trône d'Israël comme l'Eternel l'avait annoncé, et j'ai construit ce Temple en l'honneur de l'Eternel, le Dieu d'Israël.

   21 J'y ai réservé un emplacement pour le coffre qui contient le code de l'alliance de l'Eternel, cette alliance qu'il a conclue avec nos ancêtres quand il les a fait sortir d'Egypte.» (1 Rois 8:15-21)

Cinquièmement, il y a sens fort d’anticipation dans cette prière de dédicace que Dieu réalisera Son alliance avec David:

« 24 Ainsi tu as tenu la promesse que tu avais faite à ton serviteur David, mon père, oui, tu as agi pour que soit accompli aujourd'hui ce que tu lui avais déclaré de ta propre bouche.

   25 A présent, Eternel, Dieu d'Israël, veuille aussi tenir l'autre promesse que tu lui as faite lorsque tu lui as dit: «Il y aura toujours l'un de tes descendants qui siégera sous mon regard sur le trône d'Israël, à condition qu'ils veillent sur leur conduite pour vivre selon ma volonté comme tu as toi-même vécu.»

   26 Oui, maintenant, Dieu d'Israël, daigne réaliser cette promesse que tu as faite à ton serviteur, mon père David. » (1 Rois 8:24-26, mon accentuation en gras)

Quand ces mots de Salomon sont comparés à Psaume 72, on a un sentiment distinct que Salomon espère que son règne sera la réalisation de l’Alliance davidique. Quand vous y pensez, Salomon et d’autres avaient quelques bases pour penser ça. Après tout, le royaume de Salomon pourrait sembler être la réalisation des Alliances Abrahamique et Mosaïque. Les descendants d’Abraham sont aussi nombreux que les grains de sable de la mer (1 Rois 4:20). Israël vécut dans la Terre Promise, ils dominaient les nations environnantes, et ils vécurent en grande prospérité. Si toutes ces promesses étaient réalisées, alors pourquoi pas la promesse que Dieu fit à David, et pourquoi pas à travers son fils, Salomon ?

Sixièmement, les mots de Salomon révèlent qu’il comprenait correctement que la présence de Dieu ne pouvait pas et ne serait pas limitée à un temple:

« 12 Alors Salomon dit:
   ---L'Eternel a déclaré qu'il demeurerait dans un lieu obscur.

   13 J'ai enfin bâti pour toi une résidence, un lieu où tu habiteras éternellement!

27 Mais est-ce qu'en vérité Dieu habiterait sur la terre, alors que le ciel dans toute son immensité ne saurait le contenir? Combien moins ce Temple que je viens de te construire! » (1 Rois 8:12-13,27)

C’est un point qu’Etienne soulèvera bien plus tard quand il est accuse de parler contre le temple (Actes 7:45-50).

Des Problèmes de devant (1 Rois 9-10)

Les signes d’avertissement étaient déjà là, si quelqu’un avait des yeux pour les voir. Dans le Livre de Deutéronome, Dieu avait prévenu le pays d'Israël concernant les dangers auxquels ils feraient face une fois qu’ils entreraient dans le pays de Canaan. Il les avertit des dangers de laisser les Cananéens dans le pays et de se marier avec eux. Ils ne devaient pas vénérer les dieux des Cananéens (7:1-6). Leur victoire sur les Cananéens n’était pas due à leur supériorité comme pays, mais due à la fidélité de Dieu aux promesses de Son alliance (7:7-11). Puis, dans le chapitre 8, nous trouvons ces mots d’avertissement:

« 11 Garde-toi d'oublier l'Eternel, ton Dieu, et de négliger d'obéir à ses commandements, à ses ordonnances et à ses lois que je te donne aujourd'hui.

   12 Si tu manges à satiété, si tu te construis de belles maisons et que tu y habites,

   13 si ton gros et ton petit bétail se multiplient, si ton argent et ton or s'accumulent, si tous tes biens s'accroissent,

   14 prends garde de ne pas céder à l'orgueil et d'oublier l'Eternel ton Dieu, qui t'a fait sortir d'Egypte, du pays où tu étais esclave,

   15 qui t'a conduit à travers ce vaste et terrible désert peuplé de serpents venimeux et de scorpions, dans des lieux arides et sans eau où il a fait jaillir pour toi de l'eau du rocher le plus dur.

   16 Dans ce désert, il t'a encore nourri en te donnant une manne que tes ancêtres ne connaissaient pas. Il a fait tout cela afin de te faire connaître la pauvreté et de te mettre à l'épreuve, pour ensuite te faire du bien.

   17 Prends donc garde de ne pas te dire: «C'est par mes propres forces et ma puissance que j'ai acquis toutes ces richesses.»

   18 Souviens-toi au contraire que c'est l'Eternel ton Dieu qui te donne la force de parvenir à la prospérité et qu'il le fait aujourd'hui pour tenir envers toi les engagements qu'il a pris par serment en concluant alliance avec tes ancêtres.

   19 Mais si vous en venez à oublier l'Eternel votre Dieu, et à rendre un culte à d'autres dieux, à les servir et à vous prosterner devant eux, je vous avertis aujourd'hui que vous périrez totalement.

   20 Vous périrez comme les nations que l'Eternel votre Dieu va faire périr devant vous, parce que vous ne lui aurez pas obéi. » (Deutéronome 8:11-20)

Israël n’avait jamais fait l’expérience de la prospérité et du succès au niveau de ce que Dieu les avait bénis durant le règne de Salomon. Maintenant, le danger était que Salomon (et d’autres) pourrait supposer qu’il était la raison de leur prospérité. Salomon pourrait commencer à penser trop hautement de lui-même, et les Israélites pourrait « adorer» leur roi, plutôt que de vénérer leur vrai Roi, Dieu Lui-même. C’est pour cette raison que Dieu apparut à Salomon une deuxième fois avec ces mots de reproche:

« 1 Lorsque Salomon eut achevé de bâtir le Temple de l'Eternel, le palais royal et tout ce qu'il avait désiré construire,

  2 l'Eternel lui apparut une seconde fois, de la même manière qu'il lui était apparu à Gabaon.

  3 Il lui dit:
   ---J'ai exaucé ta prière et la supplication que tu m'as adressée: je fais de cet édifice que tu as construit un lieu saint pour y établir à jamais ma présence. Je veillerai toujours sur lui et j'y aurai mon cœur.

  4 Quant à toi, si tu te conduis devant moi comme ton père David, avec un cœur intègre et droit, en faisant tout ce que je t'ai ordonné, si tu obéis aux ordonnances et aux lois que je t'ai données,

  5 je rendrai stable pour toujours ton trône royal sur Israël, comme je l'ai promis à ton père David, lorsque je lui ai dit: «Il y aura toujours l'un de tes descendants sur le trône d'Israël.»

  6 Mais si vous vous détournez délibérément de moi, vous et vos descendants, si vous n'obéissez pas à mes lois et à mes ordonnances que j'ai établies pour vous, et si vous allez rendre un culte à d'autres dieux et vous prosterner devant eux,

  7 je ferai disparaître le peuple d'Israël du pays que je lui ai donné, je rejetterai loin de ma vue ce Temple que j'ai consacré pour y être présent, et tous les peuples se moqueront d'Israël et ricaneront à son sujet.

  8 Quant à ce Temple si glorieux, tous ceux qui passeront à proximité seront consternés et épouvantés. On s'exclamera: «Pourquoi l'Eternel a-t-il traité ainsi ce pays et ce Temple?»

  9 Et l'on répondra: «C'est parce qu'ils ont abandonné l'Eternel leur Dieu, qui a fait sortir leurs ancêtres d'Egypte, parce qu'ils se sont attachés à d'autres dieux, qu'ils se sont prosternés devant eux et les ont adorés. Voilà pourquoi l'Eternel leur a infligé tout ce malheur.» » (1 Rois 9:1-9)

Ces mots sont une répétition de ce que Dieu avait dit aux Israélites à travers le prophète Samuel quand le peuple avait demandé à avoir un roi comme les autres pays:

« 12 Lorsque vous avez vu Nahach le roi des Ammonites venir vous attaquer, vous êtes venus me dire: «Nous ne voulons pas continuer ainsi; il faut qu'un roi règne sur nous.» Comme si l'Eternel n'était pas votre roi!

  13 Eh bien, maintenant, voici votre roi selon ce que vous avez choisi et demandé. C'est l'Eternel qui l'a établi sur vous.

  14 Si désormais vous révérez l'Eternel, si vous lui rendez votre culte, si vous lui obéissez sans vous révolter contre ses paroles et si vous et votre roi qui règne sur vous, vous suivez l'Eternel votre Dieu, tout ira bien.

  15 Mais si vous n'écoutez pas l'Eternel et si vous êtes rebelles à ses commandements, l'Eternel vous frappera sévèrement, ainsi que votre roi, comme il a frappé sévèrement vos ancêtres. » (1 Samuel 12:12-15)

À la fois Israël et son roi devaient respecter les commandements que Dieu avait établis dans Sa loi. S’ils obéissaient les commandements de Dieu, Il continuerait à les bénir. Si non, Dieu jugerait Son peuple, alors que le reste du monde les observerait et apprendrait. Le roi d’Israël ne mettrait pas la loi de coté – la loi devait être respectée, à la fois par le roi et par le peuple. Nous allons voir que Salomon ne respecta pas la loi. Avant de lire la chute de Salomon, nous somme rappelé des standards que Dieu établit pour le roi et le peuple.

Les premières claires indications de problèmes apparaissent dans 1 Kings 9:10-10:29. Dans 9:10-14, nous lisons que le Roi Hiram de Tyr fut mécontent avec les villes que Salomon lui avait données. Hiram les appelait kaboul (ce qui veut dire « Sans Valeur »). Salomon commençait-il à abuser son pouvoir ? Son ami Hiram n’est pas du tout content avec la façon dont Salomon le traita.

Dans 9:15-23, l’auteur décrit les ouvriers que Salomon employa pour s’occuper de ses projets de construction. Dans les versets 17-19, on nous raconte à propos de quelques-unes des villes que Salomon avait construites:

« 17 Salomon reconstruisit Guézer ainsi que Beth-Horôn la Basse,

  18 Baalath et Tadmor dans la contrée désertique du pays,

  19 et toutes les villes qui lui servaient d'entrepôts et celles où il tenait en réserve ses chars de guerre et ses équipages de char. Il construisit tout ce qu'il avait envie de construire à Jérusalem, au Liban et dans tout le pays soumis à son autorité. » (1 Kings 9:17-19, mon accentuation en gras)

Trois fois dans le récit de la vie de Salomon, on nous dit qu’il acquit un grand nombre de chevaux et de chars (1 Rois 4:26; 9:19; 10:26, 28-29). Cela était une violation des instructions de Dieu regardant les Rois dans Deutéronome 17:

« 16 Ce roi ne devra pas avoir une importante cavalerie, et il ne renverra pas le peuple en Egypte pour s'y procurer des chevaux en grand nombre. Car l'Eternel vous a dit: «Vous ne retournerez plus par ce chemin-là.»

   17 Qu'il ne prenne pas un grand nombre de femmes, pour qu'il ne se corrompe pas. Qu'il n'amasse pas non plus de grandes quantités d'argent et d'or.

   18 Quand il accédera au trône, il écrira sur un livre pour son usage personnel, une copie de cette Loi que lui communiqueront les prêtres-lévites.

   19 Cette copie ne le quittera pas, il y lira tous les jours de sa vie afin qu'il apprenne à révérer l'Eternel son Dieu, en obéissant à toute cette Loi et en appliquant toutes ces ordonnances. » (Deutéronome 17:16-19, mon accentuation en gras)

Dans les versets 20-23, nous apprenons où Salomon obtint les ouvriers pour s’occuper de ses projets de construction:

« 20 Il y avait une population qui n'était pas israélite: des Amoréens, des Hittites, des Phéréziens, des Héviens et des Yebousiens

  21 dont les descendants étaient restés dans le pays et que les Israélites n'avaient pu vouer à l'extermination. Salomon les employa comme esclaves de corvée, et ils le sont restés jusqu'à ce jour.

  22 Mais Salomon n'astreignit à l'esclavage aucun des Israélites; il les enrôla dans l'armée comme soldats, fonctionnaires, officiers, écuyers, chefs de ses chars et de ses soldats sur char.

  23 550 fonctionnaires principaux dirigeaient les ouvriers qui exécutaient les travaux forcés effectués pour Salomon. » (1 Rois 9:20-23, mon accentuation en gras)

Le problème avec les esclaves que Salomon employa était qu’ils étaient Cananéens, que Dieu avait instruit
Son peuple d’annihiler:

« 1 ---Lorsque l'Eternel ton Dieu t'aura fait entrer dans le pays où tu te rends pour en prendre possession, et qu'il aura chassé devant toi de nombreuses nations: les Hittites, les Guirgasiens, les Amoréens, les Cananéens, les Phéréziens, les Héviens et les Yebousiens, ces sept nations plus nombreuses et plus puissantes que toi[a],

   2 lorsqu'il te les aura livrées et que tu les auras vaincues, tu les extermineras totalement pour les vouer à l'Eternel; tu ne concluras pas d'alliance avec elles et tu n'auras pour elles aucune pitié.

  3 Tu ne t'uniras pas avec elles par des mariages, tu ne donneras pas tes filles à leurs fils et tu ne prendras pas leurs filles pour tes fils;

  4 car ils détourneraient de moi tes enfants, qui iraient rendre un culte à d'autres dieux: ma colère s'enflammerait alors contre vous et je ne tarderais pas à vous exterminer. » (Deutéronome 7:1-4, mon accentuation en gras)

Nous savons de Juges 1 qu’un nombre de ces Cananéens ne furent pas détruits et que les Israélites furent contents de vivre parmi eux. Quand les Israélites furent forts, ils utilisèrent ces gens comme esclaves:

« 34 Les Amoréens refoulèrent les Danites dans la région montagneuse et les empêchèrent de descendre dans la vallée.

   35 Les Amoréens continuèrent donc à se maintenir à Har-Hérès, à Ayalôn et à Chaalbim, mais les descendants de Joseph furent de plus en plus puissants et leur imposèrent des corvées.

   36 Le territoire des Amoréens s'étendait de la montée des Scorpions, depuis Séla, en remontant. » (Juges 1:34-36, mon accentuation en gras)

Salomon a dû se sentir moins coupable par la situation générale historique à propos du traitement des Cananéens. Il ne les traitait que comme ses prédécesseurs – les utilisant comme esclaves. Cependant, on pourrait difficilement dire que Salomon permettait aux Cananéens de vivre car il ne fut pas capable de les vaincre. Ses raisons semblaient être beaucoup plus pragmatiques – il voulait les garder en vie pour faire les travaux que son propre peuple n’était pas disposé à faire. En effet, Salomon voulait garder les Cananéens en vie pour qu’il puisse les utiliser d’une manière qui était similaire à celle du traitement des Israélites, qui étaient en Egypte, par les Egyptiens – en faisant d’eux leurs esclaves.

Nous allons bientôt apprendre que le plus grand échec de Salomon arriva résultant de ses « femmes étrangères » (11:1). J’aimerais suggérer que l’apogée a pu arriver avec une « femme étrangère », qui ne fut pas devenue son épouse – la Reine de Chéba:

« 1 La reine de Saba entendit parler de la réputation que Salomon avait acquise grâce à l'Eternel. Elle vint donc pour éprouver sa sagesse en lui posant des questions difficiles.

  2 Elle arriva à Jérusalem avec une suite importante et des chameaux chargés d'épices, de parfums, d'or en très grande quantité et de pierres précieuses. Elle se présenta devant Salomon et lui parla de tout ce qu'elle avait sur le cœur.

  3 Salomon lui expliqua tout ce qu'elle demandait; rien n'était trop difficile pour lui, il n'y avait aucun sujet sur lequel il ne pouvait lui donner de réponse.

  4 La reine de Saba constata combien Salomon était rempli de sagesse, elle vit le palais qu'il avait construit,

  5 les mets de sa table, le logement de ses serviteurs, l'organisation de leur service, leur tenue, ceux qui servaient à manger et à boire, et les holocaustes qu'il offrait dans le Temple de l'Eternel. Elle en perdit le souffle

  6 et elle dit au roi:
   ---C'était donc bien vrai ce que j'avais entendu dire dans mon pays au sujet de tes propos et de ta sagesse!

  7 Je ne croyais pas ce qu'on en disait avant d'être venue ici et de l'avoir vu de mes propres yeux. Et voici qu'on ne m'avait pas raconté la moitié de ce qui est. Ta sagesse et ta prospérité surpassent tout ce que j'avais entendu dire.

  8 Qu'ils ont de la chance, tous ceux qui t'entourent et qui sont toujours en ta présence, de pouvoir profiter sans cesse de ta sagesse!

  9 Loué soit l'Eternel, ton Dieu, qui t'a témoigné sa faveur en te plaçant sur le trône d'Israël! C'est à cause de son amour éternel pour Israël que l'Eternel t'a établi roi pour que tu gouvernes avec justice et équité. » (1 Rois 10:1-9).)

Je me rappelle du proverbe que Salomon aurait écrit lui-même:

« 18 L'orgueil précède la ruine;
      un esprit fier annonce la chute. » (Proverbes 16:18)

C’est mon avis que la visite de la Reine de Saba attisa le feu de la fierté de Salomon en flammes d’arrogance. Elle avait entendu les histoires à propos de sa sagesse et pensa qu’elles étaient exagérées. Alors elle vint lui rendre visite pour voir d’elle-même. Quand il répondit à toutes ses plus difficiles questions, elle fut impressionnée. Le pire de ça est qu’elle le lui dit. Il a dû être très difficile pour Salomon de ne pas croire ce que cette femme lui disait. Après tout, la plupart était vraie. Mais dans le processus d’entendre ces mots, j’ai bien peur que Salomon commença à prendre le crédit pour sa sagesse et son prestige. Le texte ne nous dit pas cela directement, mais il est intéressant que ce qui suit est plus de détails concernant son grand succès.

Salomon avait accumulé beaucoup de richesse (10:14-22), mais Dieu avait interdit au roi d’Israël de le faire (Deutéronome 17:17). Ceux qui vinrent rendre visite à Salomon et s’émerveiller à sa sagesse vinrent apportant des cadeaux, qui augmentèrent sa richesse (10: 23-25). Tous ces succès et gloire semblèrent paver le chemin du dernier chapitre de la vie de Salomon, un chapitre qui n’alla pas bien pour ce grand roi.

La Chute de Salomon: Femmes Etrangères (1 Kings 11)

« 1 Le roi Salomon aima beaucoup de femmes étrangères, outre la fille du pharaon: des Moabites, des Ammonites, des Edomites, des Sidoniennes, des Hittites.

  2 Elles venaient de ces nations païennes au sujet desquelles l'Eternel avait dit aux Israélites: «Vous ne vous unirez pas à elles, et elles ne s'uniront pas à vous; sinon elles détourneront votre cœur et vous entraîneront à adorer leurs dieux.» Or, c'est précisément à des femmes de ces nations-là que s'attacha Salomon, entraîné par l'amour.

  3 Il eut sept cents épouses de rang princier et trois cents épouses de second rang, et toutes ces femmes détournèrent son cœur.

  4 En effet, lorsque Salomon fut devenu vieux, ses femmes détournèrent son cœur vers des dieux étrangers, de sorte que son cœur n'appartint plus sans réserve à l'Eternel son Dieu, à la différence de son père David.

  5 Il pratiqua le culte d'Astarté, la déesse des Sidoniens, et celui de Milkom, l'idole abominable des Ammonites.

  6 Il fit ce que l'Eternel considère comme mal, car il n'obéit pas pleinement à l'Eternel comme l'avait fait son père David.

  7 A cette époque, Salomon bâtit sur la colline à l'est de Jérusalem un haut-lieu pour Kemoch, l'idole abominable de Moab, et pour Milkom, l'idole abominable des Ammonites.

  8 Il fit de même pour toutes ses femmes étrangères pour qu'elles puissent offrir des parfums et des sacrifices à leurs dieux. » (1 Rois 11:1-8)

L’échec de Salomon n’est pas décrit avant la fin de sa biographie, dans le dernier chapitre (1 Rois 11) qui traite avec son règne. Salomon maria beaucoup de femmes – 700 femmes de rang princier et 300 concubines. Pouvez-vous imaginer essayer de vous rappeler de tous les noms de vos épouses et enfants ? Deutéronome 17:17 était très clair concernant avoir beaucoup d’épouses étrangères:

« 17 Qu'il ne prenne pas un grand nombre de femmes, pour qu'il ne se corrompe pas. Qu'il n'amasse pas non plus de grandes quantités d'argent et d'or. » (Deutéronome 17:17)

L’avertissement que Dieu donna par Moïse n’aurait pas pu être plus précis. Les femmes de Salomon vénéraient des dieux étrangers. Pour qu’elles soient contentes, Salomon construisit des endroits de culte pour elles. Eventuellement, il les joignit même dans le culte de leurs dieux. Salomon, l’homme le plus sage sur terre, joua comme un idiot.

Dieu était en colère avec Salomon. Deux fois auparavant, Dieu lui était apparu, l’avait averti des dangers de la désobéissance (1 Rois 11:9-10). Dieu dit à Salomon que sa désobéissance continuelle lui coûterait une grande partie de son royaume. Pour David, Dieu retarderait le jugement sur la maison de Salomon jusqu'à sa mort. Une tribu resterait pour que le fils de Salomon règne, mais dix tribus appartiendraient à quelqu’un d’autre (11:11-13).

Dieu apporta certaines conséquences durant durant la vie de Salomon. Il éleva des adversaires qui opposèrent Salomon. Hadad l’Edomite (11:14-22) ; Rezôn fils d’Elyada (11:23-25) ; et Jéroboam fils de Nebath, qui éventuellement régnerait sur les dix tribus d’Israël (11: 26-40). Jéroboam était assuré que Dieu lui donnerait une longue dynastie, si seulement il obéissait Ses règles et commandements. Ce royaume divisé ne serait pas éternel.

Nous arrivons alors à l’épitaphe finale dans 1 Rois 11:21-43:

« 41 Les autres faits et gestes de Salomon, toutes ses réalisations et sa sagesse sont cités dans le livre des Annales de Salomon.

  42 La durée du règne de Salomon à Jérusalem sur tout Israël fut de quarante ans.

  43 Après cela, Salomon rejoignit ses ancêtres décédés et fut enterré dans la cité de David, son père. Son fils Roboam lui succéda sur le trône. » (1 Rois 11:41-43)

Conclusion

L’histoire de la vie de Salomon contient beaucoup de leçons pour nous. Premièrement, elle a quelques leçons importantes pour nous sur le leadership. Je vois dans les deux premiers chapitres de 1 Rois une réticence de la part de David de céder le pouvoir et laisser les autres prendre sa place. David fut une fois un grand leader, mais il vint un temps quand il ne fut plus capable de continuer à la barre du royaume. Il fonctionnait avec une capacité grandement diminuée. Il ne sembla pas avoir été conscient de ce qui se passait dans son royaume. Il n’était certainement pas conscient du plan d’Adoniya de s’emparer du trône. Il arrive un temps quand les leaders doivent mener en cédant le pouvoir, avant que d’autres souhaitent l’avoir fait et avant que quelqu’un arrive et les force à partir. Ce n’était pas que Salomon était inapte à la tâche ; c’était que David n’était pas disposé à céder le pouvoir.

Adoniya peut aussi nous apprendre une leçon sur les dirigeants. Il y a ceux aujourd’hui, comme Adoniya, qui sont bien trop impatients « de contrôler », qui cherchent des positions prestigieuses et importantes. Adoniya n’aurait pas été un bon roi ; il aurait été un despote. Depuis les années que j’ai servi dans l’église, j’ai vu des gens qui étaient trop impatients de devenir des dirigeants et étaient trop impulsifs pour être placés dans des positions d’autorité. Il semblerait qu’une grande partie (sinon la plupart) des grands dirigeants d’Israël était ceux qui commencèrent en tant que serviteurs.

Deuxièmement, voilà une autre leçon à être apprise à propos de leadership de notre texte. Ceux que Dieu appela à diriger durent traiter rapidement et fermement avec ceux qui cherchent à saper leur administration. Il me semble que David aurait traité personnellement avec des hommes comme Joab et Chimeï, mais au moins il eut la sagesse d’encourager son fils de s’occuper d’eux. Des dirigeants sages identifient ceux qui sont malhonnêtes et cherchent à les éliminer de tout rôle de pouvoir:

« 10 Chasse le moqueur, et la discorde prendra fin:
      les contestations et les insultes cesseront. » (Proverbes 22:10)

« 8 Lorsque le roi siège au tribunal,
      d'un coup d’oeil, il dissipe tout ce qui est mal. » (Proverbes 20:8)

« 26 Un roi sage chasse au loin les méchants
      et n'hésite pas à les vanner à la roue. » (Proverbes 20:26).)

« 5 Si l'on délivre le roi de la présence des méchants,
      son autorité s'affermira par la justice. » (Proverbes 25:5)

On ne peut pas lire l’histoire de Salomon sans poser la question, « Comment est-il possible qu’un homme qui était si sage soit devenu si stupide ? » La réponse à nos questions pourrait très bien venir de Salomon lui-même dans le Livre d’Ecclésiaste. Mais pour l’instant, permettez-moi de suggérer que la clef pourrait être trouvée dans les contrastes entre Salomon et son père, David.

David est crédité avec 73 des Psaumes – presque la moitié. Des 1 005 cantiques de Salomon, 1 seul (ou au plus 2) est « publié » dans le Livre de Psaumes.

La sagesse de Salomon était, à un niveau ou un autre, de la sagesse qui traita avec des questions assez séculaires. Celles-ci sont des sujets importants – la construction, la botanique, le gouvernement, la justice – mais nous ne voyons pas sa sagesse concentrée sur la Parole révélée de Dieu, la Loi de Moïse. On penserait que sa sagesse aurait pu fournir une profonde compréhension de la Loi. Psaume 119 dit clairement qu’il y a beaucoup de vérité à être trouvée ici, mais Salomon ne semble pas avoir passé autant de temps dessus qu’il a passé ailleurs.

David chercha à connaître et à vénérer Dieu ; Salomon chercha à bien connaître la création de Dieu.

David fut un « homme qui correspond aux désirs de Dieu » ; Salomon ne fut jamais à ce niveau, spirituellement parlant.

David était un servant, qui fut rejeté (à un certain degré) par ses frères. Il apprit à servir Dieu fidèlement, de façon humble. Salomon sembla avoir été né dans la royauté et la position. Il ne fut jamais un berger, défendant son troupeau contre des animaux sauvages.

David souffrit beaucoup dans sa vie ; Salomon souffrit peu, si du tout.

David participa à beaucoup de batailles ; Salomon était un homme de paix. Il n’essaya pas de débarrasser le pays des derniers Cananéens.

Ce fut David qui devint le standard par lequel tous les rois suivant d’Israël étaient mesuré ; ce ne fut pas Salomon, bien que son royaume fût plus grand que celui de David par des standards externes.

J’ai été spécialement troublé par la chute de David et Salomon. Au moins David récupéra spirituellement de sa chute, quelque chose qui n’arriva pas à Salomon selon le récit biblique. Les échecs de ces deux grands hommes devraient servir d’avertissement pour chacun de nous. Les deux hommes permirent leurs passions sexuelles de dominer leurs vies avec des conséquences dévastatrices. Les deux hommes, à mon avis, furent poussés par leurs egos, ainsi que par leurs hormones. David devint fier et arrogant pour un dirigeant militaire. Il resta à la maison quand il aurait dû être avec ses hommes, combattant l’ennemi. Il abusa sa position de commandant en chef des forces armées d’Israël pour tuer Urie, un de ses serviteurs fideles.

C’est mon opinion que les passions sexuelles de Salomon furent aussi enflammées par son égo. Il écouta la flatterie des femmes comme la Reine de Saba, et il aima ce qu’il entendit. Il ne désobéit pas Dieu en ayant des relations sexuelles en dehors du mariage ; il maria juste toutes les femmes qu’il voulait. Cela, aussi, fut une violation de la loi de Dieu pour les rois d’Israël, comme trouvé dans Deutéronome 17. Je suspecte qu’une grande partie des mariages de Salomon n’étaient pas le résultat de ses passions sexuelles, mais des moyens pragmatiques d’étendre son pouvoir, et ses alliances avec d’autres pays. Quand même, ce furent ses épouses qui détournèrent son cœur du Seigneur au point qu’il commença à adorer des dieux étrangers.

Il y avait une différence cruciale entre David et Salomon. David avait un cœur pour Dieu. Il devint le standard par lequel tous les Rois suivants furent mesurés. Salomon avait une relation plus intellectuelle avec Dieu. Il était plus détaché, plus philosophique concernant sa relation avec Dieu. il avait une « foi de connaissance, intellectuelle », plutôt qu’une relation quotidienne, intime et passionnée avec Dieu. Ayant observé des érudits bibliques aller et venir, les deux plus grandes causes ont été l’immoralité sexuelle et la dévotion à l’exercice de l’intellect - une obsession avec les pouvoirs intellectuels d’une personne.

La Bible a quelques mots de sagesse pour nous tous, mots que la vie de Salomon illustrent:

« 1 Passons au problème des viandes provenant d'animaux sacrifiés aux idoles. «Nous possédons tous la connaissance voulue,» dites-vous. C'est entendu, mais cette connaissance rend orgueilleux. L'amour, lui, fait grandir dans la foi. » (1 Corinthiens 8:1, mon accentuation en gras)

J’ai bien peur que beaucoup d’entres nous (moi inclut) sommes plus « Salomonique » dans notre relation avec Dieu que « Davidique ». C’est merveilleux pour nous de poursuivre la vérité (biblique ou naturelle), mais ce n’est pas un substitut pour une foi innocente en Dieu. Pensons sérieusement à ces choses qui prédisposèrent à la fois David et Salomon à échouer. Apprenons de leur expérience pour que nous n’ayons pas à apprendre de la nôtre.

Finalement, concluant cette leçon, j'espère tourner des hommes et leurs échecs vers le parfait Sauveur, le Seigneur Jésus Christ. Considérez le fait que les deux plus grands Rois d’Israël échouèrent ; ils échouèrent de loin du standard que Dieu avait établi pour le Messie. Si les promesses de Dieu à David – des promesses d’un royaume éternel par sa descendance – doivent être réalisées, cela ne sera pas par de simples hommes, peu importe la gloire de ces hommes. Israël voulait un roi, et ils l’ont eu, puis un autre, et un autre… le seul roi qui réalisera les promesses de Dieu et nos espoirs est Dieu lui-même. Les promesses de Dieu à David furent réalisées en la personne de Jésus Christ.

« 30 L'ange lui dit alors:
   ---N'aie pas peur, Marie, car Dieu t'a accordé sa faveur.

   31 Voici: bientôt tu seras enceinte et tu mettras au monde un fils; tu le nommeras Jésus.

   32 Il sera grand. Il sera appelé «Fils du Très-Haut», et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son ancêtre.

   33 Il régnera éternellement sur le peuple issu de *Jacob, et son règne n'aura pas de fin. » (Luc 1:30-33)

Le plus grand accomplissement de Salomon a pu être l’achèvement du temple. À chaque fois que le peuple de Dieu fut en danger, ils devaient se tourner vers le temple et prier, confiant que Dieu entendrait et répondrait à leurs prières. Considérez, pour un moment, quelles circonstances pousseraient les hommes à se tourner vers le temple et prier:

Quand ils étaient accusés de pécher (8:21-32)

Quand ils étaient battus par un ennemi (8:33-340

Quand Dieu jugeait la nation pour leurs péchés contre Lui (8:35-40)

Quand un étranger voulait se tourner vers Dieu (8:41-43)

Quand les Israélites allaient en guerre (8:44-45)

Quand Dieu donnait le mauvais Israël à ses ennemis, et qu’ils avaient besoin d’être pardonner et d’être libérés (8:46-51)

C’est notre Seigneur Jésus Christ qui est notre « temple suprême »:

« 14 Celui qui est la Parole est devenu homme et il a vécu parmi nous. Nous avons contemplé sa gloire, la gloire du Fils unique envoyé par son Père: plénitude de grâce et de vérité! » (Jean 1:14)

« 18 Là-dessus, les gens lui dirent:
   ---Quel signe miraculeux peux-tu nous montrer pour prouver que tu as le droit d'agir ainsi?

   19 ---Démolissez ce Temple, leur répondit Jésus, et en trois jours, je le relèverai.

   20 ---Comment? répondirent-ils. Il a fallu quarante-six ans pour reconstruire le Temple[e], et toi, tu serais capable de le relever en trois jours!

   21 Mais en parlant du «temple», Jésus faisait allusion à son propre corps.

   22 Plus tard, lorsque Jésus fut ressuscité, ses disciples se souvinrent qu'il avait dit cela, et ils crurent à l'Ecriture et à la parole que Jésus avait dite. » (John 2:18-22, mon accentuation en gras)

Jésus dit clairement 0 la « femme près du puits » qu’adorer Dieu n’est plus une question du « bon endroit », mais c’est une question d’adorer la bonne personne, Jésus Lui-même:

« 21 ---Crois-moi, lui dit Jésus, l'heure vient où il ne sera plus question de cette montagne ni de Jérusalem pour adorer le Père.

   22 Vous adorez ce que vous ne connaissez pas; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient du peuple juif.

   23 Mais l'heure vient, et elle est déjà là, où les vrais adorateurs adoreront le Père par l'Esprit et en vérité; car le Père recherche des hommes qui l'adorent ainsi.

   24 Dieu est Esprit et il faut que ceux qui l'adorent l'adorent par l'Esprit et en vérité.

   25 La femme lui dit:
   ---Je sais qu'un jour le *Messie doit venir --- celui qu'on appelle le Christ. Quand il sera venu, il nous expliquera tout.

   26 ---Je suis le Messie, moi qui te parle, lui dit Jésus. » (John 4:21-26)

Avez-vous péché ? Tournez-vous vers Jésus. Etes-vous débordés par les difficultés et les épreuves dans votre vie? Tournez-vous vers Jésus. Lui seul entendra et répondra à vos prières pour le salut. Il était la manifestation visible de la présence de Dieu parmi les hommes. Il vécut une vie pure et mourut une mort sacrificielle, fut enterré et fut ressuscité des morts et est maintenant la main droite du Père. Il est Celui que nous devrions adorer et servir. Les hommes, aussi grands qu’ils soient, échoueront ; Jésus n’échoué jamais.


148 This is the edited manuscript of a message delivered by Robert L. Deffinbaugh, teacher and elder at Community Bible Chapel, on April 1, 2001.

149 I should mention that the account of the transition of Israel’s leadership from David to Solomon in 1 Chronicles 29 is quite different in its perspective. There, David seems to take the initiative, not only to provide all that is needed for Solomon to complete the temple construction, but for Solomon’s ascent to the throne of Israel. In Chronicles the author does not seem as interested in pointing out the problems as he is in giving the big picture. Thus, David’s sin regarding Uriah and Bathsheba is never mentioned in Chronicles, though it is spelled out in 2 Samuel. David’s reluctance to designate Solomon as his replacement is also passed over in Chronicles. It would seem that chapters 23 through 29 of 1 Chronicles (at least 23:1 and 29:22) describe David’s actions after Bathsheba and Nathan advised him concerning Adonijah’s attempt to seize the throne.

150 As mentioned earlier, this is the point that I see the events of 1 Chronicles 23-29 taking place.

151 Unless otherwise indicated, all Scripture quotations are from the NET Bible. The NEW ENGLISH TRANSLATION, also known as THE NET BIBLE, is a completely new translation of the Bible, not a revision or an update of a previous English version. It was completed by more than twenty biblical scholars who worked directly from the best currently available Hebrew, Aramaic, and Greek texts. The translation project originally started as an attempt to provide an electronic version of a modern translation for electronic distribution over the Internet and on CD (compact disk). Anyone anywhere in the world with an Internet connection will be able to use and print out the NET Bible without cost for personal study. In addition, anyone who wants to share the Bible with others can print unlimited copies and give them away free to others. It is available on the Internet at: www.netbible.org.

152 See Genesis 35:22; 49:3-4; 2 Samuel 16:20-23; 1 Kings 2:22.

153 Commentators point out that, while it was not unusual for the Pharaoh of Egypt to take a wife from the surrounding nations, it was very rare for the Pharaoh to give one of his daughters in marriage to someone like Solomon. They view this: (1) as a sign of the weakness of Egypt at this point in time, and (2) as a sign of Solomon’s great power and prestige.

154 There are two Hiram’s involved in the construction of the temple: (1) Hiram, the King of Tyre (5:1ff.), who supplies the timber for the temple; and, (2) the “Hiram of Tyre” of chapter 7 (7:13ff.). The latter “Hiram” was the son of a woman from the tribe of Naphtali, whose father was a man of Tyre, who was a craftsman with bronze (1 Kings 7:13-14). We know from 2 Chronicles 2:3 that Hiram’s mother was said to be a Danite, which some explain by understanding Dan to be her tribe by birth and Naphtali her residence, or vice versa.

Report Inappropriate Ad