Where the world comes to study the Bible

Les Temps Choisis du Seigneur (Lévitique 23)

Introduction121« ---Parle aux Israélites et dis-leur: Voici les fêtes que vous devez célébrer et qui sont mes fêtes. Pour elles, vous convoquerez le peuple pour qu'il se rassemble afin de me rendre un culte. » (Lévitique 23:2)

Les temps choisis du Seigneur sont les festivals et les jours saints qui commémorent les temps et évènements importants dans l'histoire d'Israël. J'ai eu l'unique privilège de joindre Beth Hallel, une congrégation juive messianique, de 1988 à 1994. Durant ces 6 années, j'ai joint mes amis juifs messianiques, participant aux célébrations de ces jours de fête. Ceux-ci furent des expériences riches. A l'automne 1992, j'enseignais sur le Livre d'Apocalypse. Comme j'entendais les shofars sonnant à la synagogue, j'ai pensé aux jugements des sept trompettes. Je me suis demandé ce quelle relation pourrait être entre ces shofars et les trompettes dans Apocalypse. Cette leçon est, en partie, ce que j'ai découvert.

Comment apprenez-vous le plus effectivement ? Préférez-vous entendre une leçon ou lire un livre ? Tirez-vous plus de choses d'un film documentaire ou en étudiant d'une feuille imprimée ? Pouvez-vous apprendre quelque chose abstraitement ou avez-vous besoin de pratique ? Comme avec beaucoup d'autres choses, le Seigneur nous a donné à tous des styles différents pour apprendre. Donc, il ne devrait pas être surprenant que le Seigneur nous communique Sa vérité de façons différentes. C'est, à son c_ur, ce que Lévitique 23 et les Ecritures liées à ce dernier ont à nous dire. Non seulement avons-nous Sa Parole, mais nous avons des jours sacrés commémoratifs pour transmettre la vérité aux jeunes et aux vieux, à l'instruit tout comme à l'analphabète. Les jours sacrés racontent et montrent les grandes vérités du salut de Dieu, Son amour, et Ses plans. Ils contiennent des choses à entendre, à voir, à gouter, à construire, et à faire et elles plaisent à tout le monde. Il y a les « jours saints », mais ça veut vraiment dire qu'ils sont des jours de fête.

Les célébrations sont amusantes, pour la plupart, mais elles nous enseignent aussi les choses éternelles. De la perspective du Nouveau Testament, ces jours sacrés prennent un sens plus riche que les saints de l'Ancien Testament n'auraient jamais pu rêver. Comme Paul l'écrit à l'église de Colosse :

« C'est pourquoi, ne vous laissez juger par personne à propos de ce que vous mangez ou de ce que vous buvez ou au sujet de l'observance des jours de fête, des nouvelles lunes ou des sabbats.

   Tout cela n'était que l'ombre des choses à venir: la réalité est en Christ » (Col. 2 :16-17)

Ces jours de fête sont des commémorations de miracles que Dieu performa pour le monde et pour les Israélites. Ils attendent aussi avec impatience le travail de Jésus Christ. Arrivant durant les récoltes de printemps et d'automne, ils parlent des provisions continues de Dieu. Ensemble, ils promettent le soin éternel de Dieu pour Son peuple.

Cette leçon raconte l'histoire de ces évènements sur trois niveaux. Le premier niveau discute comment les jours sacrés ont été célébrés à travers les siècles. Le second niveau discute les éléments sensitifs et comment ils enseignent la vérité de façons non parlées. Le troisième niveau discute comment Jésus Christ réalisa ou réalisera la substance de chaque célébration.

Le Calendrier Juif

Vous ayant invités au divertissement, je dois vous demander de marquer une pause pour considérer le calendrier pendant lequel ces célébrations ont lieu. C'est parce que le Calendrier Juif est très différent du nôtre. Il n'y a pas de janvier ou de février. Au lieu de ça, la Bible réfère au « premier mois », au « septième mois », ou à des noms comme Abib et Ethanim. Il n'y a pas de façon facile de dire cela, pour une année particulière, le 15 d'Abib arrive le 6 avril. La plupart d'entre vous savez qu'octobre est en automne, mais savez-vous en quelle saison est Ethanim ? Savez-vous que la Bible a un autre nom pour le mois d'Abib ? J'espère que vous trouvez cette section intéressante pour cela et d'autres études que vous faites.

Comme je l'ai déjà dit, les « temps choisis » du Seigneur arrivent tout au long de l'année. Les Juifs, parce qu'ils les célèbrent tous les ans, peuvent, et ils le font, anticiper chacun d'entre eux dans leur saison. Ils font partis de leur culture. Un Juif sait que la Fête des Tabernacles est en automne autant que nous savons que Pâques est au printemps. Le placement de ces festivals tout au long de l'année a une signification prophétique. Pour être précis, la mort et la résurrection de Jésus sont la substance des jours sacrés du printemps. Son retour et l'établissement de Son royaume sont la substance des jours sacrés d'automne. Entre temps, il y a la saison d'été de l'histoire de l'église.

Notre calendrier, connu officiellement comme le Calendrier Grégorien, est basé sur la trajectoire du soleil. Pour cette raison, il est quelque fois appelé le calendrier solaire. Il faut 365.2524 jours pour compléter une année. Pour empêcher le commencement du printemps de se décaler dans février, puis janvier, nous insérons une année bissextile tous les quatre ans. Cela garde le calendrier et les saisons en place. En conséquence, les équinoxes printanier et automnal arrivent toujours en mars et en septembre respectivement.122Cependant, le calendrier juif est basé sur la trajectoire d'à la fois la lune et le soleil. C'est donc appelé un calendrier luni-solaire. Puisqu'il est basé sur la lune, le premier de chaque mois coïncide avec la nouvelle lune et le 15 de chaque mois coïncide avec une pleine lune. En d'autres mots, chaque mois est définit par les phases de la lune. Le calendrier juif garde les mois et leurs saisons respectives ensemble par l'insertion d'un mois bissextile. Cela veut dire que la plupart des années ont douze mois, mais quelques-unes en ont treize. Le système complet a un cycle de dix-neuf ans. Il est plus précis que notre calendrier solaire, mais il est plus difficile à suivre. Le calendrier juif ne marque pas le premier jour du printemps, de l'été, de l'automne ou de l'hiver. Les marques principales dans le Calendrier Juif sont les jours sacrés..

Le Calendrier Juif moderne a ses formes séculaires et religieuses. Le calendrier séculaire commence avec le mois d'Ethanim. Le calendrier religieux commence avec le mois d'Abib. La Bible constamment use la forme religieuse : par exemple, le premier mois est toujours Abib. Ethanim et Abib sont des anciens noms Cananéens pour respectivement le premier et le septième mois. Cependant, débutant avec l'exile babylonien, les Juifs commencèrent à utiliser les noms babyloniens pour les mois. En conséquence, les auteurs bibliques d'après l'exile, Néhémie et l'auteur d'Esther, utilisent les noms babyloniens. Le Calendrier Juifs d'aujourd'hui utilise aussi les noms babyloniens.

La table suivante présente ces idées essentielles :

Mois Noms Noms Placement Jours Fériés de Religieux Cananéens Babyloniens Grégorien Lévitique 23

Premier Abib Nisan Mars ou Avril Passover ; Fête des Pains Sans Levain ; Présentation de l'Offrande des Premiers Fruits

Second Ziv Iyyar Avril ou May

Troisième Sivan123 May ou Juin Pentecôte

Quatrième Tammuz Juin ou Juillet

Cinquième Ab Juillet ou Aout

Sixième Elul Août ou Septembre

Septième Ethanim Tishri Septembre ou Octobre Trompettes ; Jour de L'Expiation ; Fête des Tabernacles

Huitième Bul Cheshvan Octobre ou Novembre

Neuvième Chislev Novembre ou Décembre

Dixième Tebeth Décembre ou Janvier

Douzième Adar Février ou Mars

Treizième Adar II Mars C'est le mois bissextile

Bien que ces détails techniques puissent être secs, ils ont des implications importantes dans certains passages des Ecritures. Par exemple, Passover commence le quatorzième jour du mois d'Abib. Puisque le mois, dans le Calendrier Juif, suit les phases de la lune, nous savons que ce doit être la pleine lune, L'obscurité qui tomba sur la terre quand Jésus fut crucifié ne put donc pas avoir été une éclipse du soleil. Elle dut donc être d'origine super naturelle.

La chose importante pour nous à remarquer pour cette étude de Lévitique 23 est que le premier mois, Abib, arriva durant mars ou avril et le septième mois, Ethanim arrive durant septembre et octobre. Revenant à l'étude que nous faisons, Lévitique 23 nous parle d'une semaine de célébration, le sabbat. Puis il décrit plusieurs célébrations de printemps (Passover, la Fête des Pains Sans Levain, la Présentation de l'Offrande des Premiers Fruits, et la Pentecôte). Et il continue décrivant plusieurs célébrations d'automne (Trompettes, le jour d'Expiation, et la Fête des Tabernacles). 

Le Jour Sacré Hebdomadaire

Sabbat (Shabbat124

« ---Durant six jours on fera son travail, mais le septième jour est un sabbat, un jour de repos; il y aura une assemblée cultuelle et vous ne ferez aucun travail ce jour-là, c'est un sabbat en l'honneur de l'Eternel partout où vous habiterez. » (Lév. 23:3)

«  Ainsi furent achevés le ciel et la terre avec toute l'armée de ce qu'ils contiennent.

   Au septième jour, Dieu avait achevé tout ce qu'il avait créé. Alors il se reposa en ce jour-là de toutes les _uvres qu'il avait accomplies.

   Il bénit le septième jour, il en fit un jour qui lui est réservé, car, en ce jour-là, il se reposa de toute l'_uvre de création qu'il avait accomplie. » (Gen. 2:1-3)

Sabbat veut dire « repos ». La célébration du Sabbat, mentionnée dans Lévitique 23, a ses racines dans la création même du monde. Dieu bénit le septième jour et le sanctifia. C'est-à-dire, Il le sépara des autres en genre et en caractère. Il le rendit sacré. Parce qu'Il se reposa après six jours de travail, Il somma Son peuple de faire de même. Ainsi, le Sabbat devient un rappel hebdomadaire que Dieu est le créateur de tout. Quand je lis que Dieu se reposa le septième jour, je L'imagine réfléchissant et savourant le travail qu'Il fit. Manifestement, c'est un sentiment anthropomorphe, mais il m'aide à comprendre le but intentionnel de ce jour. Comme il fut pour Dieu, il peut être pour nos enfants et pour nous. C'est un jour de repos de la vie de dingue de la semaine. C'est un jour pour refléter sur Dieu et sur Sa création. C'est un jour pour refléter sur les activités de la semaine. C'est un jour pour communier et exprimer nos remerciements. C'est un jour pour faire du bien à nos prochains.

La liturgie du Sabbat juif invoque non seulement des images de la création, mais aussi son soutien moment par moment par la main toute-puissante de Dieu. Comme Colossiens le dit,

«... tout subsiste en lui. »

Bénit sois-tu, O Seigneur notre Dieu, Roi de l'univers, qui par ta parole amène le crépuscule, avec sagesse ouvre les portes des cieux, et avec compréhension change le temps et varie les saisons, et arrange les étoiles à leur poste dans le ciel, selon ta volonté. Tu crées le jour et la nuit ; fais disparaître la lumière devant l'obscurité, et l'obscurité devant la lumière ; tu fais que le jour passe et que la nuit approche, et divise le jour de la nuit. Le Seigneur des armées est ton nom ; un Dieu vivant et endurant continuellement. Que tu règnes sur nous pour toujours. Bénit sois-tu, O Seigneur, qui amène le crépuscule.125La culture chrétienne commune, jusqu'à récemment, observait le dimanche comme un jour spécial. Il devait aussi être différent des autres jours. Donné les racines du Sabbat à la création plutôt que la Loi, cela semble approprié. Le jour de repos a toujours eu l'intention de bénir l'humanité, et, selon Ésaïe, le Sabbat continuera, pour toute l'humanité, dans le Nouveau Ciel et la Nouvelle Terre :

« Comme le nouveau ciel et la nouvelle terre que je vais faire subsisteront par-devant moi, l'Eternel le déclare, ainsi subsisteront votre postérité et votre nom.

    Il adviendra alors que, régulièrement, à la nouvelle lune et à chaque sabbat, tous les humains viendront pour se prosterner devant moi, déclare l'Eternel. » (Ésaïe 66:22-23)

Pour les Chrétiens, le Sabbat parle aussi de notre futur repos dans le Seigneur :

« C'est donc qu'un repos reste pour le peuple de Dieu, un repos semblable à celui de Dieu le septième jour.

   Car celui qui est entré dans le repos de Dieu se repose de ses _uvres, comme Dieu s'est reposé des siennes.

   Empressons-nous donc d'entrer dans ce repos afin que personne ne tombe dans la désobéissance à l'exemple des Israélites. » (Héb. 4:9-11)

Ce qui continue à détruire le concept du Sabbat est le légalisme. Maintes fois, il infiltre la pratique du repos hebdomadaire et le tourne en affaire morose. Dieu mit à part un jour de repos pour nous, pour jouir de Lui et de Sa création, et pour faire du bien aux autres. Sans un tel moment convenu, nous travaillerions sept jours par semaine, 365 jours par an. Si nous ne mettons pas de coté ce temps, nous pourrions perdre notre relation avec Dieu. Malheureusement, les légalistes ne peuvent pas être confortables avant que le « travail » soit définit en détails. Par le temps qu'ils aient finit, la bénédiction et la joie leur ont échappées. Le jour commence à parler de la sévérité de Dieu, plutôt que de Sa bonté cordiale. Il perd de vue ses racines à la création, au repos, et à la communion avec Dieu. Au lieu de ça, il devient une illustration de plus de Ses commandements merveilleux et de notre responsabilité de les obéir à tout prix. C'était vrai pendant les temps de Jésus et ça a été souvent vrai dans les pratiques de l'église. Je me rappelle d'une histoire racontée par Laura Ingalls Wilder dans sa série La Petite Maison dans la Prairie.

Quand le Grand-père était un petit garçon, Laura, le dimanche ne commençait pas le dimanche matin, comme il commence maintenant. Il commençait au coucher du soleil le samedi soir126 Là, tout le monde arrêtait ce qu'ils faisaient, travail ou jeux.

Le souper était solennel. Après le souper, le père de Grand-père lisait à haute voix un chapitre de la bible, pendant que tout le monde était assis droit et immobile sur leur chaise. Puis ils s'agenouillaient tous, et leur père disait une longue prière. Quand il dit, « Amen », ils se levaient tous, chacun prenait une bougie et allait se coucher. Ils devaient aller directement au lit, sans jouer, rire, ou même parler.

Dimanche matin, ils mangeaient un petit déjeuner froid, parce que rien ne pouvait être cuisiné le dimanche. Puis ils mettaient leurs meilleurs habits et allaient à l'église à pieds. Ils marchaient parce qu'atteler les chevaux était du travail, et aucun travail ne pouvait être fait le dimanche.

Ils devaient marcher lentement et solennellement en regardant tout droit. Ils ne devaient pas plaisanter ou rire, même pas sourire. Grand-père et ses deux frères marchaient devant, et leur père et mère marchaient derrière eux.

A l'église, Grand-père et ses frères devaient rester assis sans bouger pendant deux longues heures et écouter le sermon. Ils n'osaient pas gigoter sur leur banc dur. Ils n'osaient pas balancer leurs pieds. Ils n'osaient même pas tourner leurs têtes pour regarder à la fenêtre ou aux murs ou au plafond de l'église. Ils devaient rester assis parfaitement immobiles et ne devaient jamais regarder autre chose que le prêcheur.

Quand l'église était finie, ils retournaient à la maison en marchant lentement. Ils pouvaient parler en chemin, mais ils ne devaient pas parler fort et ils ne devaient jamais rire ou sourire. A la maison, ils mangeaient un diner froid, qui avait été préparé le jour d'avant. Puis, tout au long de l'après-midi, ils devaient rester assis en rang sur un banc et étudier leur catéchisme, jusqu'à ce que le soleil se couche et le dimanche était fini.127Cette même attitude était présente dans les jours de Jésus. Une vue déformée du Sabbat, fermement tenue par les chefs juifs, leur interdisait de Le reconnaître comme le Messie. Les controverses du Sabbat occupaient les quatre Evangiles. Dans chacun, la discussion pivotait sur la pratique de Jésus de guérir pendant le Sabbat. Pour les chefs juifs, guérir était travailler et ne devait prendre place pendant le Sabbat. En outre, la joie exprimée par ceux que Jésus guérissait « perturbait » la sainteté du Sabbat. Alors, comme dans le temps de Laura, l'observance du Sabbat était strictement tenue par la tradition. Les commentaires de Jésus sur le Sabbat parlent plus de bénédiction et de service que de soupe froide.

« Or, je vous le dis: il y a ici plus que le Temple.

   Ah! si vous aviez compris le sens de cette parole: Je désire que vous fassiez preuve d'amour envers les autres plutôt que vous m'offriez des sacrifices[b], vous n'auriez pas condamné ces innocents.

   Car le Fils de l'homme est maître du sabbat.» (Matt. 12:6-8)

« Eh bien, un homme a beaucoup plus de valeur qu'une brebis! Il est donc permis de faire du bien le jour du sabbat.» (Matt. 12:12)

« Et il ajouta:
---Le sabbat a été fait pour l'homme, et non pas l'homme pour le sabbat. » (Marc 2:27)

« Mais le chef de la synagogue fut fâché que Jésus ait fait cette guérison le jour du sabbat. S'adressant à la foule, il lui dit:
   ---Il y a six jours pour travailler: venez donc vous faire guérir ces jours-là, mais pas le jour du sabbat!

   Le Seigneur lui répondit:
   ---Hypocrites que vous êtes! Chacun de vous détache bien son b_uf ou son âne de la mangeoire pour le mener à l'abreuvoir le jour du sabbat, n'est-ce pas?

   Et cette femme, qui fait partie des descendants d'Abraham, et que Satan tenait en son pouvoir depuis dix-huit ans, ne fallait-il pas la délivrer de sa chaîne aujourd'hui, parce que c'est le jour du sabbat? » (Luc 13:14-16)

Alors, c'est okay de démontrer de la miséricorde le jour du Sabbat plutôt que de se reposer. Même ceux qui accusèrent Jésus de violer le Sabbat s'occupaient du confort de leurs animaux ce jour-là. Seulement, ils ne pouvaient pas étendre le concept aux gens. A la création, Dieu se reposa et savoura le travail de Ses mains. Il donna à l'humanité un jour de repos et de communion. Il donna à l'humanité un jour où il était possible de faire des bonnes choses, parce que durant le reste de la semaine trouver le temps de faire de telles choses était plus difficile. Il devrait refléter l'amour et la joie. Il devrait prendre les caractéristiques d'un jour saint.

Pour terminer cette section, je veux relater l'histoire de quelqu'un dont la vie montrait un concept équilibré du Sabbat pour le Chrétien. Cet homme était Eric Liddel. Le film, Chariots of Fire, raconte l'histoire de son abandon d'une opportunité de gagner une médaille olympique, car un des évènements de qualification devait être couru le dimanche. A ce temps, Eric Liddel choisit justement la gloire de Dieu au lieu de la sienne. Moins connu est un incident qui arriva un peu avant sa mort, d'une tumeur du cerveau, dans un camp d'internement japonais durant la Deuxième Guerre Mondiale. Le camp étaient bondées et les jeunes enfants étaient constamment tumultueux. Il n'y avait simplement rien à faire. Eric Liddel organisa des matchs de football pour les jeunes gens. Devinez quoi ? Ils jouèrent le dimanche ! Il a eu peut-être un changement de théologie, mais je pense qu'il trouva une balance entre deux Ecritures. La première, Ésaïe 58:13, nous dit que

« ... si ce saint jour de l'Eternel, tu le tiens en estime
      et si tu le respectes
      en t'abstenant de faire ce qui te plaît, ... »

La seconde, Matthieu 12:12 dit,

« ...  Il est donc permis de faire du bien le jour du sabbat. »

Les Jours Sacrés du Printemps

Passover (Pesach)

« ---Au soir du quatorzième jour du premier mois, à la nuit tombante, c'est la Pâque de l'Eternel; » (Lév. 23:5)

« L'Eternel parla à Moïse et à Aaron en Egypte. Il leur dit:

   ---Ce mois-ci sera pour vous le premier mois de l'année.

   Donnez à toute la communauté d'Israël les instructions suivantes: Le dixième jour de ce mois, que chaque maison ou chaque famille se procure un agneau.

   Si dans une maison on est trop peu nombreux pour manger un agneau, qu'on s'associe à la famille voisine la plus proche en tenant compte du nombre de personnes; et l'on choisira l'agneau en fonction de ce que chacun peut manger.

   Vous prendrez un agneau ou un chevreau sans défaut, un mâle âgé d'un an.

   Vous le garderez jusqu'au quatorzième jour de ce mois: ce jour-là, tout l'ensemble de la communauté d'Israël immolera ces agneaux à la nuit tombante.

   On prendra de son sang et l'on en badigeonnera les deux montants et le linteau de la porte des maisons où il sera mangé.

   On en rôtira la viande et on la mangera cette nuit-là avec des pains sans *levain et des herbes amères.

   Vous n'en mangerez rien qui soit à moitié cuit ou bouilli dans l'eau, tout sera rôti au feu avec la tête, les pattes et les abats.

   Vous n'en garderez rien pour le lendemain. S'il reste quelque chose jusqu'au lendemain, vous le brûlerez.

   Vous le mangerez à la hâte, prêts à partir: la ceinture nouée aux reins, les sandales aux pieds et le bâton à la main. Ce sera la Pâque que l'on célébrera en l'honneur de l'Eternel.

   Je parcourrai l'Egypte cette nuit-là et je frapperai tout premier-né dans le pays, homme et bête, et j'exercerai ainsi mes jugements contre tous les dieux de l'Egypte; je suis l'Eternel.

   Le sang sera pour vous un signe sur les maisons où vous serez; je verrai le sang, je passerai par-dessus vous. Ainsi le fléau destructeur ne vous atteindra pas lorsque je frapperai l'Egypte.

   La semaine des pains sans levain

  ---De génération en génération, vous commémorerez ce jour par une fête que vous célébrerez en l'honneur de l'Eternel. Cette fête est une institution en vigueur à perpétuité. » (Exode 12:1-14)

Le premier mois est Abib. En Hébreux, « Abib » veut dire vert. Cela suggère une expression unique de printemps : le re-verdissage, ou la re-naissance, de la terre. Pour Israël, Passover veut dire leur naissance comme une nation. Pour cette raison, bien que Lévitique ne donne que peu de mots sur ce jour sacré, Passover est le roi de ceux-ci. C'est par la raison de Passover qu'Abib marque le commencement du Calendrier Juif sacré. Comme le Seigneur dit à Moïse, « Ce mois... devra être le premier mois de l'année pour vous. » Cela va, parce que Passover marque le commencement de la nation Israël. Quand Moïse instruisit la congrégation d'Israël en ce qui concerna le premier Passover, ils étaient encore tous les esclaves des Egyptiens. Le jour suivant ce repas de Passover, ils étaient libres.

Les éléments de l'histoire sont familiers : L'appel du Seigneur à Moïse du buisson brulant ; Moïse devant pharaon criant, « Laisse partir mon peuple » ; les dix fléaux ; et la séparation de la mer. Passover est un jour sacré pour se rappeler de ces choses. La célébration juive associe les vues, les mots, les chansons, et les goûts pour communiquer l'histoire. Le récit de l'histoire se fait autour d'un repas festif et contient ces éléments de base :

    Quatre Coupes de Vin

Bien que pas mentionné dans Exode 12, le Passover dans les temps modernes et dans le temps de Jésus incluait boire quatre coupes de vin. Ces coupes représentaient la quadruple libération exprimée par Dieu dans Exode.

« C'est pourquoi dis-leur de ma part: «Je suis l'Eternel! Je vous soustrairai aux corvées auxquelles les Egyptiens vous soumettent: je vous libérerai de l'esclavage qu'ils vous imposent, et je vous délivrerai par la force de mon bras et en exerçant de terribles jugements.

 Je vous prendrai pour mon peuple, et je serai votre Dieu. Ainsi vous saurez que je suis l'Eternel votre Dieu qui vous affranchis des corvées que les Egyptiens vous imposent. » (Exode 6:6,7)

La première coupe parle de notre « soustraction ». La deuxième parle de notre « libération » de l'esclavage. La troisième parle de notre « délivrance ». La quatrième parle de notre « appartenance ». L'Evangile de Luc enregistre l'usage de la première et de la troisième coupe durant le Dernier Repas :

« Il leur dit:
   ---J'ai vivement désiré célébrer cette Pâque avec vous avant de souffrir.

   En effet, je vous le déclare, je ne la mangerai plus jusqu'au jour où tout ce qu'elle signifie sera accompli dans le royaume de Dieu.

   Puis il prit une coupe, prononça la prière de reconnaissance et dit:
   ---Prenez cette coupe et partagez-la entre vous,

   car, je vous le déclare, dorénavant, je ne boirai plus du fruit de la vigne jusqu'à ce que le royaume de Dieu soit établi.

   Ensuite il prit du pain, remercia Dieu, le partagea en morceaux qu'il leur donna en disant:
   ---Ceci est mon corps [qui est donné pour vous. Faites cela en souvenir de moi.

   Après le repas, il fit de même pour la coupe, en disant:
   ---Ceci est la coupe de la nouvelle alliance conclue par mon sang qui va être versé pour vous...]. » (Luc 22:15-20)

Je comprends cela comme voulant dire que Jésus n'inaugura pas quelque chose de nouveau quand Il établit la communion, mais plutôt identifia et étendit une tradition existant déjà pour communiquer la vérité concernant Lui-même. La coupe immédiatement après le repas était la « coupe de la rédemption ». Pour Jésus et pour nous, elle symbolise la Nouvelle Alliance et notre rédemption, par Son sang, de l'esclavage au péché.

    Pain Sans Levain

Dans l'histoire d'Exode, il n'y avait pas le temps de laisser le pain lever avant que les Israélites doivent quitter l'Egypte. Le pain sans levain représente la vitesse de leur salvation. Il représente aussi la sainteté. J'aurais plus à dire concernant cela dans la prochaine section, qui concerne la Fête des Pain Sans Levain.

Une pratique intéressante durant la célébration du Passover est le partage d'un des trois morceaux de pain sans levain. La première partie est utilisée immédiatement, mais la seconde est enveloppée dans un linge et cachée jusqu'après le repas. C'est le pain que Jésus brisa durant le Dernier Repas. Il représente Sa perfection pure. Le second morceau enveloppé, caché, et retrouvé représente la mort, l'enterrement et la résurrection de Jésus.

    Les Herbes Ameres

Gouter les herbes amères, par exemple le raifort, est une expérience qui amène les larmes aux yeux et un rappel dramatique de l'amertume de l'esclavage. Elles étaient mangées sur un morceau de pain sans levain, alors elles peuvent aussi représenter les larmes amères de Jésus à Gethsémané ainsi que l'amertume de Sa mort approchante pour les péchés de l'humanité.

    L'Agneau

Depuis la destruction du Temple Juif en 70 AD, les Juifs ne mangent pas d'agneau rôti durant Passover. Au lieu de ça, ils commémorent l'agneau avec le jarret de l'agneau. L'agneau représente la protection contre le dernier fléau qui est arrivé aux Egyptiens. Il semblerait que l'Ange de la Mort aurait aussi tué les premiers-nés des Israélites, s'il n'y avait pas eu le sang de l'agneau du Passover sur les montants des portes. Voyant le sang, l'Ange de la Mort passa au dessus des maisons. De cela, la célébration porte son nom.

    Les Autres Choses

Il y a d'autres éléments dans la célébration de Passover. Il y a une mixture de pommes, de vin, de noix, et de miel appelé « Chazeret ». Les pommes sont râpées et laissées à l'air pour devenir brunes. En conséquence, la mixture semble ressembler à de la boue que les Israélites utilisèrent pour faire des briques.

Il y a quelques légumes verts comme le persil ou le céleri représentant le printemps et l'espoir. Il y a de l`eau salée qui représente les larmes. Il y a 10 gouttes de vin prises de la seconde coupe pour représenter les 10 fléaux sur les Egyptiens. Les 10 gouttes réduisent le volume de vin dans les coupes et indiquent que les souffrances des Egyptiens réduisent notre joie.

    L'Enseignement Multi-Sensoriel

Des goûts sucrés, amères, et salés pour la bouches ; gouttes de vin ; pain cassé ; etc. sont des méthodes pour enseigner la délivrance de Dieu d'une façon unique. Comme je l'ai dit auparavant, ça fait plaisir à tous les âges.

    Jésus et Passover

Durant le Dernier Repas, Jésus s'appropria des éléments du Passover juif. C'est-à-dire, Il les dota d'un sens nouveau, et ce sens était lié à Lui-même. Au lieu d'avoir un sens restreint à la rédemption passée de Dieu, ces éléments symbolisent maintenant la rédemption de Jésus Christ comme « l'Agneau de Dieu qui enlève les péchés du monde » par Sa mort à Calvaire. A Passover, l'Ancien et le Nouveau Testament se rencontrent. Il est l'agneau sans défaut. Il est le pain brisé. Il est la coupe de la Rédemption. Comme Il dit dans Luc, Il ne participera plus de Passover, jusqu'à ce qu'Il puisse le partager avec nous dans le Royaume à venir. La main de Dieu délivra de l'esclavage dans le passé. Sur la croix, Il nous délivra de l'esclavage du péché.

« Ah! vous n'avez vraiment pas de quoi vous vanter! Ne savez-vous pas qu'«il suffit d'un peu de levain pour faire lever toute la pâte»?

   Faites donc disparaître tout «vieux levain» du milieu de vous afin que vous soyez comme «une pâte toute nouvelle», puisque, en fait, vous êtes «sans levain». Car nous avons un agneau pascal qui a été sacrifié pour nous, le Christ lui-même.

   C'est pourquoi célébrons la fête de la Pâque, non plus avec le «vieux levain», le levain du mal et de la méchanceté, mais uniquement avec les *pains sans levain de la pureté et de la vérité. » (1 Cor. 5:6-8)

Le levain représente le péché. Permettre le péché dans nos vies et dans l'église a une influence corruptrice. Mais nous sommes sans levain, parce que Christ, notre Passover, a été sacrifié. Ainsi, nous voyons que Jésus complète la promesse du Passover.

Remarquez la suggestion dans les mots de Paul,

« Célébrons la fête »

Cela implique que les premiers Chrétiens célébraient Passover depuis quelque temps. Certains arguent que Paul simplement réfère à la communion. Cela ignore l'éducation juive de Paul. Exode 12:14 n'appelle-t-il pas Passover une « fête » ? Pourquoi Paul utilise-t-il le terme « fête » et aurait-il l'intention que sa lecture soit ambiguë ? Au long de ces lignes, remarquez aussi Actes 20:6,

« nous nous sommes embarqués à Philippes après la fête des pains sans levain »

La moindre des choses qui peut être dites est que la première église marquait un Calendrier Juif. Dans tous les cas, l'observance du Passover est aujourd'hui grandissante parmi les églises. C'est une bonne chose. C'est une célébration du salut de Dieu les libérant de l'esclavage en Egypte et de l'esclavage du péché. Pour les jeunes de nos familles, elle fournit une opportunité de leur présenter l'Evangile à un âge très jeune.

La Fête Des Pains Sans Levain

« et le quinzième jour du mois c'est la fête des pains sans levain en l'honneur de l'Eternel; pendant sept jours, vous mangerez des pains sans levain.

   Vous consacrerez le premier jour de cette fête à une assemblée cultuelle; vous ne ferez aucune des tâches de votre travail habituel ce jour-là.

   Pendant sept jours, vous offrirez à l'Eternel des sacrifices consumés par le feu. Le septième jour, vous convoquerez le peuple pour qu'il se rassemble afin de me rendre un culte et vous ne ferez aucune des tâches de votre travail habituel. » (Lév. 23:6-8)

« Pendant sept jours, vous mangerez des pains sans *levain[e]. Dès le premier jour, vous ferez disparaître tout levain de vos maisons; car si quelqu'un mange du pain levé, entre le premier jour et le septième, il sera retranché du peuple d'Israël.

   Vous aurez une assemblée cultuelle le premier jour, ainsi que le septième. Pendant ces deux jours-là, on ne fera aucun travail, sauf ce qui sera nécessaire pour préparer le repas de chacun.

   Vous célébrerez la fête des pains sans levain pour commémorer ce jour où j'aurai fait sortir vos tribus d'Egypte. Vous observerez ce jour-là de génération en génération comme une institution en vigueur à perpétuité.

   A partir du soir du quatorzième jour du premier mois, vous mangerez des pains sans levain, jusqu'au soir du vingt et unième jour.

   Pendant sept jours, on ne devra trouver aucune trace de levain dans vos maisons. Toute personne qui mangera du pain levé sera exclue de la communauté d'Israël, que ce soit un étranger ou l'un des vôtres.

   Vous ne consommerez aucune pâte levée dans tous les lieux où vous habiterez, vous ne mangerez que des pains sans levain. » (Exode 12:15-20)

« En ce jour-là, vous expliquerez à vos enfants la signification de cette fête en disant: «Tout cela je le fais en mémoire de ce que l'Eternel a fait pour moi quand je suis sorti d'Egypte.»

   Cette fête sera pour vous comme un signe sur votre main et comme une marque sur votre front pour que la Loi de l'Eternel soit l'objet de vos conversations, car c'est lui qui vous a fait sortir d'Egypte par sa puissance. » (Exode 13:8,9)

La Fête des Pains Sans Levain est une extension du Passover. La célébration est simple. Avant qu'elle ne commence, vous devez nettoyer toute votre maison pour enlever tous les agents de fermentation et la nourriture faite avec du bacille. Les agents de fermentation sont des choses comme de la levure, de la poudre à pâte, de la levure chimique, et de la pâte aigre. Le levain fait lever le pain et les petits pains qui deviennent doux et bouffants.

Pendant des siècles, les juifs avaient fait un évènement spécial dans la soirée de ce jour. Des miettes de pain et d'autres choses sont cachées à travers la maison. Dans la soirée, le père guide les enfants à travers la maison avec une plume et un pot pour chercher toutes traces de levain. Quand ils les trouvent, le père les pousse dans le pot avec la plume. Après que toutes les miettes soient trouvées, elles sont jetées dehors et brûlées.

Pour les sept jours suivant, toute la nourriture est cuisinée sans levain, mais les recettes sont incroyablement créatives. Des blancs d'_ufs peuvent ajouter de la spongiosité aux recettes de gâteaux. La farine sans levain est cuisinée en « boules de matzah » et utilisées dans les soupes. Néanmoins, pendant sept jours la règle rappelle à la famille que Dieu délivra les Israélites de l'esclavage.

Le pain sans levain transmet deux aspects de la libération de Dieu. Le premier est le simple fait que les Israélites quittèrent l'Egypte si vite qu'ils n'eurent pas le temps de laisser lever leur pain. Le second est que les premiers jours suivants les virent partir à grande vitesse, ce qui fait qu'ils n'eurent pas assez de temps pour faire lever leur pain. Il n'y aurait pas de sécurité avant qu'il y ait une distance assez grande entre eux et ceux qui les poursuivaient. Puis ils arrivèrent à la Mer Rouge. Dans ce sens, la Fête des Pains Sans Levain marque la première étape du voyage. C'était un temps de vitesse et de danger, puis la trappe.

Nous savons, bien sur, que le Seigneur sépara la Mer Rouge pour que les Israélites puissent traverser. Quand les armées de Pharaon suivirent, la mer se remit en place et les détruisit. Cette célébration est un rappel efficace de la fidélité de Dieu. Exode 13:8 dit,

« En ce jour-là, vous expliquerez à vos enfants »

La Bible anticipe que les enfants demanderont ce que le changement de nourriture veut dire. Quand ils le font, vous pouvez leur raconter l'histoire entière. En outre, les jeunes enfants pourront prétendre ce que ça a dû être, du moins en ce qui concerne la nourriture, pour vivre durant ces premiers jours après avoir quitté l'Egypte.

Donné que le levain symbolisait aussi le péché, cette fête est une leçon de vertu. Comme la famille nettoie la maison et cherche tout le levain, ils jouent le processus de sainteté. C'est un rappel de la sainteté de Dieu. Pour nous qui sommes Chrétiens, cette Fête des Pains Sans Levain nous rappelle du travail saint du Saint-Esprit comme Il nous cherche et nous libère du péché qui habite dans notre maison. Comme le Psaume 139 dit,

« Sonde-moi, ô Dieu, pénètre mon c_ur,
      examine-moi, et pénètre les pensées qui me bouleversent!

   Considère si je suis le chemin du mal
      et dirige-moi sur la voie de l'éternité! » (Ps. 139:23-24)

Présentation de l'Offrande Des Premiers Fruits

« L'Eternel parla encore à Moïse en ces termes:

   ---Dis aux Israélites: Quand vous serez dans le pays que je vais vous donner et que vous y ferez la moisson, vous apporterez au prêtre la première gerbe de votre récolte.

   Le lendemain du sabbat, il fera devant moi le geste de présentation avec cette gerbe pour que vous obteniez ma faveur.

   Le jour où vous accomplirez ce geste avec la gerbe, vous m'offrirez en holocauste un agneau sans défaut, dans sa première année.

   Vous y adjoindrez une offrande de six kilogrammes de farine pétrie à l'huile, qui, consumée par le feu pour l'Eternel, aura une odeur apaisante, et une libation d'un litre et demi de vin.

  Avant ce jour où vous apporterez l'offrande à votre Dieu, vous ne mangerez ni pain, ni épis grillés ou grains nouveaux. C'est là une ordonnance en vigueur à perpétuité pour toutes les générations partout où vous habiterez. » (Lév. 23:9-14)

Un des jours durant la Fête des Pains Sans Levain sera un Sabbat. Le jour suivant ce Sabbat est la célébration des Premiers Fruits128 Ce jour la, la première gerbe d'orge de la moisson est amenée et présentée au Seigneur. Le grain est alors laissé pour le prêtre et les pauvres. C'est un acte de remerciement pour la provision et la générosité du Seigneur. Personne ne doit manger de la nouvelle récolte avant que la présentation de l'offrande soit faite.

Il n'y a pas de Célébration Juive directe de ce jour. Cependant, son placement entre Passover et la Pentecôte et son emphase sur la provision du Seigneur, je le vois comme un rappel de la manne dans le désert, qui commença promptement après la traversée de la Mer Rouge.

En termes du Christianisme, il vaut le coup de remarquer que la résurrection de Jésus Christ arriva le jour suivant le Sabbat. Sa résurrection correspond à la présentation de l'offrande. Il est, Lui-même, une offrande des Premiers Fruits. Comme Paul dit,

« Mais, en réalité, le Christ est bien revenu à la vie et, comme les premiers fruits de la moisson, il annonce la résurrection des morts.

   Car, tout comme la mort a fait son entrée dans ce monde par un homme, la résurrection vient aussi par un homme.

   En effet, de même que tous les hommes meurent du fait de leur union avec Adam, tous seront ramenés à la vie du fait de leur union avec le Christ.

   Mais cette résurrection s'effectue selon un ordre bien déterminé: le Christ est ressuscité en premier lieu, comme le premier fruit de la moisson; ensuite, au moment où il viendra, ceux qui lui appartiennent ressusciteront à leur tour.

   Puis viendra la fin, lorsque le Christ remettra la royauté à Dieu le Père, après avoir anéanti toute Domination, toute Autorité et toute Puissance hostiles.

   Il faut, en effet, qu'il règne jusqu'à ce que Dieu ait mis tous ses ennemis sous ses pieds.

   Et le dernier ennemi qui sera anéanti, c'est la mort. » (1 Cor. 15:20-26)

La résurrection de Jésus est l'assurance de notre résurrection. C'est la promesse que nous ne verrons pas la mort éternelle, mais partagerons la vie éternelle. Quand Il fut ressuscité des morts, nous sommes devenus capables de partager la nouvelle moisson, qui je crois est le Saint-Esprit.

Les Premiers Fruits est un jour férié si simple, et pourtant il a une telle signification tellement importante pour nous dans l'Eglise. Passover est notre rédemption, les Pains Sans Levain est notre sanctification, les Premiers Fruits est notre promesse de vie éternelle et de résurrection.

J'ai une histoire personnelle des Premiers Fruits à vous raconter. J'ai pendant des années regardé à l'Ancien Testament comme contenant les principes de vivre vertueusement. Ce ne doit pas être confus avec du légalisme. Ce devrait plutôt être vu comme un essaie de voir la Loi comme Paul l'a fait (voir 1 Cor.9:9,1 ; 1 Tim. 5:18, et 1 Tim. 1:8). De toute façon, j'ai commencé à méditer sur l'offrande des Premiers Fruits et comment quelqu'un qui n'est pas un fermier pourrait participer. Dans mon c_ur, je m'étais engagé à pratiquer l'évènement quand j'aurais une augmentation. Le montant de l'augmentation brute de ma première paye contenant l'augmentation serait une offrande des Premiers Fruits pour le Seigneur. Ce n'était pas pour gagner une approbation ou un statut. C'était simplement pour dire merci et reconnaître qu'Il fournit ce dont j'ai besoin chaque jour.

Suivant cet engagement du c_ur, pas un mois ne passa avant que mon superviseur à IBM venait me voir et disait, « Je vous donne une augmentation. Il est trop tôt et sans ordre. » La traduction de ces mots est, « Les règles IBM disent que c'est trop tôt pour vous donner une augmentation, mais je vous la donne de toute façon. IBM dit que votre prochaine augmentation ne devrait pas être plus que..., mais je vous donne plus que ça. » Quand c'est arrivé, ma femme et moi avions la garde de mes trois nièces. Les bénéfices ne les couvraient pas. Mon superviseur avait arrangé l'augmentation pour aider notre situation.

La Pentecôte (Shavuot)

« ---Vous compterez sept semaines129entières à partir du lendemain du jour du repos où vous aurez apporté la gerbe destinée à m'être présentée.

   Vous compterez cinquante jours jusqu'au lendemain du septième jour du repos et, ce jour-là, vous me présenterez une nouvelle offrande.

   Vous apporterez, des lieux où vous habiterez, deux pains pour faire le geste de présentation avec eux, chacun d'eux sera fait de six kilogrammes de fleur de farine et sera cuit en pâte avec du *levain; ils représenteront les premiers fruits de votre récolte.

   Avec le pain vous offrirez aussi sept agneaux sans défaut, dans leur première année, un jeune taureau et deux béliers, qui me seront offerts en holocauste, accompagnés de leur offrande et de leur libation. Ce sera un sacrifice consumé par le feu, à l'odeur apaisante pour l'Eternel.

   Vous offrirez aussi un bouc en sacrifice pour le péché et deux agneaux d'un an en sacrifice de communion.

   Le prêtre fera avec le pain des premières récoltes le geste de présentation devant l'Eternel. Ils me seront consacrés avec les deux agneaux et reviendront au prêtre.

   En ce même jour, vous convoquerez le peuple pour qu'il se rassemble afin de me rendre un culte. Vous ne ferez aucune tâche de votre travail habituel; c'est une ordonnance en vigueur à perpétuité et pour toutes les générations dans tous les lieux où vous habiterez.

   Quand vous ferez la moisson dans votre pays, vous ne moissonnerez pas vos champs jusqu'au bord, et vous ne glanerez pas ce qui pourra rester de votre moisson; vous laisserez tout cela au pauvre et à l'immigré. Je suis l'Eternel votre Dieu.» (Lév. 23:15-22)

« Le troisième mois après leur départ d'Egypte, ce jour même, les Israélites arrivèrent au désert du Sinaï.

   Après être partis de Rephidim, ils entrèrent dans ce désert et y dressèrent leur camp en face de la montagne. » (Exode 19:1,2 »

La Pentecôte tient son nom de compter cinquante jours du Sabbat suivant Passover. Cela place le jour sacré dans le troisième mois (Sivan) du Calendrier Juif. Il coïncide avec le don de la Loi à Mont Sinaï, qui est ce que le jour sacré célèbre. L'aspect le plus unique de cette célébration dans le temple était la présentation de deux pains avec levain au Seigneur. C'était la seule offrande faite dans le temple ! Ces pains, comme la présentation auparavant, sont aussi déclarés être une offrande de Premiers Fruits. Peut-être les pains devaient ressembler au deux tablettes de la Loi.

La célébration juive de la Pentecôte commence souvent en restant debout toute la nuit à lire le Torah. Cela intensifie les Dix Commandements. De cette façon ils rappelaient les évènements qui arrivèrent au mont Sinaï. Aussi à cause de son association avec la moisson du printemps, les juifs liront le Livre de Ruth. Et parce que le mont Sinaï attend avec impatience le temps quand Israël entrera le « pays rempli de lait et de miel », les nourritures de Pentecôte sont riches avec du lait, de la crème, et du miel. C'est la saison pour les Blintzes fourrés au fromage et aux pommes, et trempés dans le miel. Je devrais ajouter que le miel représente aussi la douceur de la parole de Dieu.

La Pentecôte complète l'histoire de l'exode. Passover et la Fête des Pains Sans Levain racontent l'évasion d'Egypte. Les Premiers Fruits représentent la manne et la provision de Dieu dans le désert. La Pentecôte représente le don de la Loi, qui pour certains devint la Constitution d'Israël, la nation.

Dans le Christianisme, la Pentecôte marque le don du Saint-Esprit (Actes 2:1). Peut-être que Paul pensait même à la présentation de l'offrande des deux pains quand il écrivit,

« C'est en effet cette révélation des fils de Dieu que la création attend avec un ardent désir.

   Car la création a été soumise au pouvoir de la fragilité; cela ne s'est pas produit de son gré, mais à cause de celui qui l'y a soumise. Il lui a toutefois donné une espérance:

   c'est que la création elle-même sera délivrée de la puissance de corruption qui l'asservit pour accéder à la liberté que les enfants de Dieu connaîtront dans la gloire.

   Nous le savons bien, en effet: jusqu'à présent la création tout entière est unie dans un profond gémissement et dans les douleurs d'un enfantement.

   Elle n'est pas seule à gémir; car nous aussi, qui avons reçu l'Esprit comme avant-goût de la gloire, nous gémissons du fond du c_ur, en attendant d'être pleinement établis dans notre condition de fils adoptifs de Dieu quand notre corps sera délivré. » (Romains 8:19-23)

Les Juifs Messianiques d'aujourd'hui130ont une vue intéressante des deux pains au levain offerts dans le temple durant la Pentecôte. Puisque le levain est un symbole pour le péché, pourquoi est-ce-que cette offrande est différente des autres offrandes de grain en précisant l'inclusion du levain ? C'est cela : à cause de l'expiation amenée par Jésus, le Saint-Esprit peut vivre en nous et nous pouvons « nous approcher avec confiance du trône de la grâce ». Bien que nous ayons toujours du levain, nous pouvons trouver de l'aide quand nous en avons besoin. Ils voient dans les pains que les croyants juifs et païens offrirent au Seigneur comme Premiers Fruits de ce qui allait venir. L'Eglise n'est pas complète sans les juifs et les païens. Je trouve l'argument irrésistible. Pour moi, c'est juste un exemple de plus pour le centre prophétique des temps choisis. Quand on réalise cela, la pratique de lire Ruth prédisait l'unité des croyants juifs et païens.

Jésus et les Jours Sacrés du Printemps

La série de Passover, des Pains Sans Levain, des Premiers Fruits, et de la Pentecôte marquent les périodes de deux histoires de la vraie histoire. La première histoire est celle de la délivrance de l'esclavage en Egypte et le don de la Loi. La seconde histoire est celle de la délivrance de l'esclavage au péché et du don du Saint-Esprit. Deux histoires avec des implications et des sens différents. Cependant, il devrait être remarqué, qu'il n'y a pas d'indice que les anciens sens étaient soit rejetés ou déshonorés. En fait, les anciens sens sont essentiels aux nouveaux sens. De toute façon, la table suivante montre sommairement les relations :

          Ancienne Alliance (ombre) Nouvelle Alliance (Substance)

Passover Moïse le médiateur Jésus le médiateur

          Le sang de l'agneau Le sang du Messie

          Pains Sans Levain Son corps

Vin Son sang

Fête des Pains Sans Levain Eliminer le levain Sanctification

          Rédemption de l'esclavage Rédemption de l'esclavage

          d'Egypte du péché

Présentation de l'offrande Présentation de la gerbe La résurrection de Jésus

des Premiers Fruits Manne Pain de la vie

Pentecôte Feu sur la montagne Feu sur les croyants

          Don de la Loi Don du Saint-Esprit

          Loi écrite sur de la pierre Loi écrite sur les c_urs

          Deux pains avec du levain Juifs et Païens

          Naissance d'une nation Naissance de l'Eglise

Les Jours Sacrés de l'Automne

Fête des Trompettes (Yom Teruah ; Rosh Hashannah)

« L'Eternel s'adressa à Moïse en ces termes:

    ---Parle aux Israélites, et dis-leur: Le premier jour du septième mois sera pour vous un grand jour de repos et, pour vous rappeler à mon souvenir, de sonnerie de trompettes avec un rassemblement cultuel.

    Vous ne ferez aucune tâche de votre travail habituel ce jour-là, et vous offrirez à l'Eternel des sacrifices consumés par le feu.» (Lév. 23:23-25)

Lévitique 23:23 commence avec les mots « L'Eternel s'adressa à Moïse en ces termes... » Et donc, indique le commencement d'une nouvelle section. Après ce verset sont les commandements concernant les jours sacrés de l'automne.

Le premier de ceux-ci arrive le premier jour du septième mois du calendrier religieux. Pour les anciens auteurs d'Hébreux c'était le mois d'Ethanim. Dans le calendrier moderne, le mois est appelé Tishri. Le jour sacré est désigné comme « un jour de repos, un rappel par la sonnerie des trompettes ». La phrase « la sonnerie des trompettes » est traduite par le mot Hébreux « Teruah ». Le mot est vaguement comme le mot anglais pour « fanfare ». Comme « fanfare », « Teruah » a une association avec le son d'une trompette, mais veut vraiment dire ces choses pour lesquelles nous voudrions sonner une trompette : pour alerter, pour l'appel au combat, pour annoncer l'arrivée d'un roi, etc. Dans le cas de ce jour sacré, les trompettes annoncent l'arrivée des jours sacrés à venir. Les jours sacrés qui suivent, sont donc incroyablement importants. Peut-être est-il mieux de dire que vous ne voulez pas être pris à l'improviste quand leur jour arriva. Comme les Boys Scout disent, « Soyez préparés ! ».

Les Juifs commencent par sonner les cornes de bélier (shofars) dans leurs synagogues pendant le sixième mois (Elul) et continuent jusqu'au Jours d'Expiation. Les trompettes rappellent au peuple que le Jour d'Expiation approche. C'est un temps de réflexion sur l'année et l'état de votre caractère et votre relation avec Dieu. Puis, le premier jour du septième mois (Rosh Hashanah), il y a un service spécial qui présente une cérémonie élaborée de sonnerie de trompettes.

Les trompettes rappellent au Juifs au moins huit choses131:

    1. De préparer pour la venue du Jour d'Expiation en examinant la vie que vous avez vécue cette année passée.

    2. De célébrer la création avec Dieu comme son Roi. Parce que, selon la tradition juive, la création commença le premier jour du septième mois.

    3. De se rappeler que le Seigneur descendit sur le mont Sinaï avec le son très puissant d'un shofar (Exode 19:16-19).

    4. D'imaginer le son du berger céleste rappelant ceux qui s'étaient éloignés du bercail d'Israël.

    5. De se réjouir en liberté de l'esclavage. Dans le passé, les esclaves furent libérés au son du shofar.

    6. De se réjouir en la restauration. La propriété fut rendue au son du shofar dans l'année du Jubilée (Lév. 25:9).

    7. De se souvenir de l'obéissance d'Abraham quand il offrit son fils Isaac. Quand Abraham sacrifia Isaac, un bélier fut prit par ses cornes dans un bosquet.

    8. D'attendre avec impatience la venue du royaume du Messie que le son du shofar amènera.

Comme les jours sacrés du printemps représentaient la première venue du Messie, nous pouvons aussi commencer à voir que les jours sacrés de l'automne représentent Son retour. Cela est vu par l'imagerie consistante des trompettes dans le Nouveau Testament.

« Il enverra ses anges rassembler, au son des trompettes éclatantes, ses élus des quatre coins du monde, d'un bout à l'autre de l'univers.» (Matt. 24:31)

« ... en un instant, en un clin d'_il, au son de la trompette dernière. Car, lorsque cette trompette retentira, les morts ressusciteront pour être désormais incorruptibles, tandis que nous, nous serons changés. » (1 Cor. 15:52)

« En effet, au signal donné, sitôt que la voix de l'archange et le son de la trompette divine retentiront, le Seigneur lui-même descendra du ciel, et ceux qui sont morts unis au Christ ressusciteront les premiers. » (1 Thes. 4:16)

« Alors les sept anges qui tenaient les sept trompettes s'apprêtèrent à en sonner.» (Apocalypse 8:6)

« Mais le reste des hommes qui avaient survécu à ces fléaux, ne renoncèrent pas à leurs façons d'agir; ils ne cessèrent pas d'adorer les démons ainsi que les idoles d'or, d'argent, de bronze, de pierre et de bois, bien qu'elles soient incapables de voir, d'entendre et de bouger.

   Ils ne renoncèrent pas à leurs meurtres, à leurs pratiques magiques, à leur immoralité et à leur malhonnêteté. » (Apocalypse 9:20,21)

Les trois premiers versets ci-dessus correspondent directement à la dernière trompette sonnée à la veille du Jour d'Expiation. Les deux suivants (Apocalypse 8:6 et 9:20,21) ont une association nette avec les trompettes annonçant la venue du Jour. Comme les trompettes qui annoncent le Seigneur comme le Roi sur Sa création, des trompettes annonceront aussi la venue du Messie comme Roi. Comme les trompettes qui annoncent l'année du Jubilée et liberté aux esclaves, des trompettes annonceront aussi la transition de notre chair corruptible à de nouveaux corps incorruptibles. Comme les trompettes sonnées avant le Jour d'Expiation appelaient les Juifs à la repentance, ces trompettes appeleront aussi toute l'humanité à se repentir avant le terrible Jour du Seigneur. Les sept trompettes dans Apocalypse, comme les shofars qui sonnaient dans les synagogues, sont un appel à la terre de se repentir. En conséquence, nous avons la signification d'Apocalypse 9:20,21 : Les trompettes ont sonnées et le monde ne s'est pas repenti. Les Coupes des Jugements, contenant la Colère de Dieu, peuvent être maintenant versées sur la terre.

En bref, les trompettes annoncent la venue du Roi. Comme telles, elles appellent le peuple de Dieu à préparer leurs c_urs pour Sa venue. Comme Jésus a dit, Il veut venir et nous trouver à nos postes. Pour les perdus, les trompettes appellent la repentance.

A défaut de repentance, les trompettes annoncent la venue du Jugement de Dieu. En conséquence, le prochain jour sacré sera, pour chaque personne, soit un Jour d'Expiation ou le Jour du Jugement.

Jour d'Expiation (Yom Kippur)

« L'Eternel parla encore à Moïse en ces termes:

   ---Le dixième jour de ce septième mois est le Jour des *expiations[l]; ce sera un jour d'assemblée cultuelle, vous vous humilierez et vous offrirez à l'Eternel des sacrifices consumés par le feu.

   Vous ne ferez aucun travail ce jour-là, car c'est le Jour des expiations destiné à faire l'expiation pour vous devant moi, l'Eternel votre Dieu.

   Toute personne qui ne s'humilierait pas en ce jour-là sera exclue de son peuple.

   Et j'en ferai moi-même disparaître celui qui fera un travail quelconque ce jour-là.

   Vous ne ferez aucune sorte de travail. C'est une ordonnance en vigueur à perpétuité pour toutes les générations dans tous les lieux où vous habiterez.

   Ce sera pour vous un grand jour de repos, au cours duquel vous vous humilierez. Dès le soir du neuvième jour du mois jusqu'au lendemain soir, vous observerez ce repos. » (Lév. 23:26-32)

« Puis il prendra les deux boucs et les placera devant l'Eternel à l'entrée de la tente de la Rencontre.

   Il tirera au sort pour savoir lequel des deux sera destiné à être sacrifié à l'Eternel et lequel sera destiné à être un bouc émissaire.

   Il fera approcher le bouc que le sort aura attribué à l'Eternel, et l'offrira en sacrifice pour le péché.

   Quant au bouc désigné par le sort comme bouc émissaire, on le présentera vivant devant l'Eternel, pour servir à l'expiation et pour être chassé comme bouc émissaire dans le désert...

... Car en ce jour-là, on accomplira le rite d'expiation pour vous afin de vous purifier de toutes vos fautes; ainsi vous serez purs devant l'Eternel.

   Ce sera pour vous un sabbat, un jour de repos, pendant lequel vous vous humilierez; c'est là une institution pour toujours.

   Le rite d'expiation sera accompli par le prêtre qui aura reçu l'onction et l'office sacerdotal à la place de son père. Il revêtira les vêtements sacrés en lin.

   Il accomplira le rite d'expiation pour le sanctuaire sacré, pour la tente de la Rencontre et pour l'autel, il fera aussi le rite d'expiation pour les prêtres et pour tout le peuple rassemblé.

   C'est pour vous une ordonnance en vigueur à perpétuité: une fois par an, il faut accomplir le rite d'expiation pour toutes les fautes des Israélites.
   Aaron fit tout ce que l'Eternel avait ordonné à Moïse. » (Lév. 16:7-10 ; 30-34)

Le Jour d'Expiation, ou Yom Kippur, représentait le jour quand le prêtre mit des vêtements spéciaux et fit des offrandes pour expier, ou purifier, le sanctuaire saint, le temple, et l'autel. Puis il faisait des expiations pour les prêtres et le peuple. Le jour était solennel et sérieux. C'était un jour de repos complet et de jeûne avec un but d'humilier l'âme. Comme jour sacré, il servait à nous rappeler de la gravité et de l'offense du péché. La veille du Jour d'Expiation commençait avec le son d'un shofar. Après, les shofars étaient silencieux jusqu'à l'année suivante.

Yom Kippur commence dans la soirée du neuvième jour du septième mois. Dans le Judaïsme moderne, il y a un chant liturgique important chanté pendant cette soirée. Il s'appelle Kol Nidre, qui en Hébreux veut dire « Tous les V_ux ». C'est l'abrogation des v_ux : une purification de v_ux qui furent faits, mais restèrent inaccomplis et irréalisables. Kol Nidre a son origine dans le septième siècle en Espagne, où les Juifs furent torturés ou brulés à moins qu'ils ne prennent serment de cesser toute expression religieuse juive. Ces Juifs, dont les constitutions ne pouvaient pas s'élever à souffrir une mort atroce et effrayante, renonçaient à leur Judaïsme. Quand une meilleure période arriva, le Kol Nidre fut crée pour les absoudre de leurs serments imprudents et ré-ouvrir une association dans la communauté. Pour moi, c'était l'esprit de la parabole du fils prodige de Jésus. C'est une expression complète de pardon pour une personne qui abandonna la communauté, mais retrouva plus tard sa raison.

If Kol Nidre est la porte ouverte pour renouveler l'association à un apostat repentant, ceux qui traitaient le jour légèrement se trouvaient sur le sentier de la destruction. Comme le Seigneur dit,

« Et j'en ferai moi-même disparaître celui qui fera un travail quelconque ce jour-là.»

Ceux qui travailleraient ce jour-là, quand le péché devait être confronté, ne comprenaient pas la gravité du péché. Cela veut dire, par mes actions, que le péché n'est pas un problème pour moi.

Avant la destruction du temple, l'expiation du peuple impliquait deux boucs. En jetant les dés, le prêtre choisit entre les boucs. Un fut choisi pour le Seigneur (hwhyl, l'yhvw), l'autre fut choisi pour Azazel (Izazul, l'azazel) (normalement traduit comme bouc émissaire). Le prêtre transférait les péchés du peuple sur le bouc émissaire, puis l'emmenait dans le désert. Le premier bouc payait la punition pour le péché du peuple, le second enlevait le péché. Les anciens Juifs considéraient que les deux boucs étaient les deux moitiés d'un seul sacrifice. Pour cette raison, ils sélectionnaient deux boucs qui se ressemblaient étroitement.

La référence à Azazel apparaît seulement dans Lévitique 16. Il n'apparaît nulle part ailleurs dans les Ecritures. Bien qu'il soit normalement traduit comme « bouc émissaire », la langue actuelle suggère un être pour qui le bouc est choisi. Lorsqu'un bouc est choisi « pour le Seigneur », l'autre est choisi « pour (a) Azazel ». Qui ou quoi est Azazel ?

Il n'y a qu'une référence extrabiblique pour lui (elle) : le Livre d'Hénoch. Il l'identifie comme étant un des anges (comme insinué par Genèse 6) qui corrompit la terre. Une connexion intrigante au Jour d'Expiation arrivait dans le chapitre 10 d'Hénoch.

« ... de nouveau le Seigneur dit à Raphael : « attachez les mains et les pieds d'Azazel et jetez-le dans l'obscurité : et faites une ouverture dans le désert, qui est dans Dudael et jette le là. Et met sur lui des roches rêches et dentelées et couvre le avec l'obscurité et permet lui de demeurer là pour toujours et de couvrir son visage qu'il ne puisse pas voir la lumière. Et le jour du grand jugement, il sera jeté dans le feu. »

Cette référence serait-elle fiable ? C'est une question difficile. Le Livre d'Hénoch n'a pas l'ancienneté qu'il réclame, mais il est quand même plusieurs milliers d'années plus près du sens d'Azazel que nous avons n' importe où ailleurs. Le fait que Jude cite de lui (Jude 14, 15) atteste, au moins, de sa pertinence culturelle. D'un autre coté, la traduction d'Azazel dans le Septante, avpoopompaiw| (« emporter »), est plus près du sens d'un « bouc émissaire ».

Néanmoins, l'image d'Hénoch est intrigante. Le bouc « pour (a) Azazel » est envoyé dans le domaine d'Azazel dans le désert. Nous avons une image des péchés d'Israël étant enlevés et jetés dans l'abysse pour attendre le jugement final.

Bien que le Jour d'Expiation concerne le payement et l'ablation des péchés d'une nation pour une année, il attend aussi avec impatience le jour du salut d'Israël. Remarquez les connections thématiques des versets suivants.

« Voici! Il vient
      au milieu des nuées,
      et tout le monde le verra
      et même ceux qui l'ont percé
      et toutes les familles de la terre
      se lamenteront à cause de lui.
      Oui, amen! » (Apocalypse 1:7)

«  ---Je répandrai alors sur la famille de David et sur ceux qui habitent Jérusalem un Esprit de pitié et de supplication. Alors ils tourneront leurs regards vers moi, celui qu'ils auront transpercé. Ils porteront le deuil pour lui comme on porte le deuil pour un enfant unique; ils pleureront sur lui tout comme on pleure amèrement pour son fils premier-né.» (Zacharie 12:10)

« Je regardai encore dans mes visions nocturnes:
      Sur les nuées du ciel,
      je vis venir quelqu'un semblable à un fils d'homme.
      Il s'avança jusqu'au vieillard âgé de nombreux jours
      et on le fit approcher devant lui.

   On lui donna la souveraineté, et la gloire et la royauté,
      et tous les peuples, toutes les nations, les hommes de toutes les langues lui appor- tèrent leurs hommages.
      Sa souveraineté est éternelle,
      elle ne passera jamais,
      et quant à son royaume, il ne sera jamais détruit. » (Daniel 7:13,14)

« C'est alors que le signe du Fils de l'homme apparaîtra dans le ciel. Alors tous les peuples de la terre se lamenteront, et ils verront le Fils de l'homme venir sur les nuées du ciel avec beaucoup de puissance et de gloire.

   Il enverra ses anges rassembler, au son des trompettes éclatantes, ses élus des quatre coins du monde, d'un bout à l'autre de l'univers.» (Matt. 24:30,31)

« Frères, je ne veux pas que vous restiez dans l'ignorance de ce mystère, pour que vous ne croyiez pas détenir en vous-mêmes une sagesse supérieure: l'endurcissement d'une partie d'Israël durera jusqu'à ce que l'ensemble des non-Juifs soit entré dans le peuple de Dieu,

   et ainsi, tout Israël sera sauvé. C'est là ce que dit l'Ecriture:
      De Sion viendra le Libérateur;
      il éloignera de Jacob toute désobéissance.

   Et voici en quoi consistera mon alliance avec eux:
      c'est que j'enlèverai leurs péchés.» (Romains 11:25-27)

Premièrement, Apocalypse 1:7 lie deux prophéties messianiques de l'Ancien Testament : Zacharie 12:10 et Daniel 7:13,14. C'est-à-dire, le jour du retour du Seigneur est le jour qu'Israël recevra « l'Esprit de grâce et de supplication » et trouvera le salut national. Deuxièmement, Matthieu lie ces évènements de sonner les trompettes (ou shofars) qui commence le Jour d'Expiation. Troisièmement, c'est le jour que Paul, dans Romains 11:25-27, attendait. Comme le bouc choisi pour Azazel enlève les péchés d'Israël, selon Paul, la venue du Seigneur enlèvera aussi les péchés d'Israël. Le sens de tout ça est que la future réalisation du Jour d'Expiation est la deuxième venue de Jésus Christ sur la terre et le salut d'Israël.

La Fête des Tabernacles (Souccot)

« L'Eternel s'adressa à Moïse en ces termes:

   ---Parle aux Israélites, et dis-leur: Le quinzième jour de ce septième mois, aura lieu la fête des Cabanes; on la célébrera durant sept jours en l'honneur de l'Eternel.

   Le premier jour, il y aura une assemblée cultuelle; vous ne ferez aucune tâche de votre travail habituel ce jour-là.

   Pendant sept jours, vous offrirez à l'Eternel des sacrifices consumés par le feu. Le huitième jour, vous aurez encore une assemblée cultuelle et vous m'offrirez des sacrifices consumés par le feu. C'est un jour de fête cultuelle; vous ne ferez aucune tâche de votre travail habituel ce jour-là.

   Telles sont les fêtes à célébrer en l'honneur de l'Eternel, et pour lesquelles vous convoquerez le peuple pour qu'il se rassemble afin de me rendre un culte. Il m'offrira à moi, l'Eternel, en sacrifices consumés par le feu, les holocaustes et les offrandes, les sacrifices et les libations, requis pour chaque jour.

   Ils viendront s'ajouter à ceux que vous offrirez lors de mes sabbats, à vos dons, aux sacrifices offerts pour accomplir un v_u ou volontairement.

   Le quinzième jour du septième mois quand vous aurez récolté tous les produits de vos terres, vous célébrerez une fête en l'honneur de l'Eternel pendant sept jours. Le premier et le huitième jour seront des jours de repos.

   Le premier jour, vous prendrez de beaux fruits de vos arbres, des branches de palmiers, des rameaux d'arbres touffus et de saules des rivières. Pendant sept jours, vous vous réjouirez devant moi, l'Eternel votre Dieu.

   Vous célébrerez cette fête en l'honneur de l'Eternel sept jours par an. C'est une ordonnance en vigueur à perpétuité, pour toutes les générations: vous la célébrerez le septième mois.

   Vous habiterez pendant sept jours dans des cabanes; tous ceux qui seront nés en Israël logeront dans des cabanes

   pour que vos descendants sachent que j'ai fait habiter les Israélites sous des tentes lorsque je les ai fait sortir d'Egypte. Je suis l'Eternel votre Dieu. » (Lév. 23:33-43)

Cinq jours après le jour d'expiation, la Fête des Tentes (ou Tabernacles) commence. L'élément principal de cette célébration est « vivre dans des Tentes » pendant une semaine. La pratique actuelle parmi les Juifs consiste à construire une « cabane » derrière la maison ou sur le porche. Ils construisent la cabane en attachant des branches ensemble, parce qu'elles ne devaient pas être clouées ni être construites de toutes autres façons qui suggèreraient permanence. En fait, la cabane faite correctement aura des fuites. Cette vertu permet aux occupants de voir les étoiles. Quoique les Juifs ne vivent pas vraiment dans ces choses, ils partageront des repas dedans et quelque fois passeront au moins une nuit campant dedans. Je connais une famille juive qui des fois vont faire un voyage avec sacs à dos durant cette période.

J'aime appeler la Fête des Tabernacles, « le jour sacré de la présence manifeste de Dieu ». Voilà pourquoi. Lévitique dit,

« ... pour que vos descendants sachent que j'ai fait habiter les Israélites sous des tentes lorsque je les ai fait sortir d'Egypte. »

Les tentes permettent aux enfants de prétendre qu'ils sont des Israélites dans le désert. Alors, comment-était-ce dans ces jours ? Les douze tribus avaient leurs camps dans le nord, le sud, l'est et l'ouest. Au centre se tenait le tabernacle. Au dessus du tabernacle apparaissait la présence manifeste du Seigneur.

« L'Eternel dit à Moïse:
   ---Combien de temps ce peuple me méprisera-t-il encore? Quand cessera-t-il de me refuser sa confiance, alors que j'ai produit au milieu d'eux tant de manifestations extraordinaires?

   Je vais le frapper de la peste pour l'exterminer, puis je formerai, à partir de toi, un peuple plus nombreux et plus puissant que lui!

   Moïse répondit à l'Eternel:
   ---Les Egyptiens savent que c'est toi qui as fait sortir ce peuple de chez eux par ta puissance,

   et ils l'ont dit aux habitants de ce pays qui ont appris que toi, Eternel, tu es parmi ce peuple à qui toi, Eternel, tu apparais de façon visible, que ta nuée se tient au-dessus d'eux, que tu marches à leur tête dans une colonne de nuée le jour, et dans une colonne de feu la nuit.

   Si tu fais périr ce peuple tout entier, les nations qui ont entendu parler de toi diront:

   « L'Eternel n'était pas capable de faire entrer ce peuple dans le pays qu'il leur avait promis par serment; il les a massacrés dans le désert.»

   Maintenant, de grâce, que la puissance du Seigneur se manifeste dans toute sa force, selon ce que tu as déclaré en disant:

   « L'Eternel est patient et riche en amour, il pardonne faute et péché, mais il n'acquitte pas le coupable et il fait payer aux fils le péché des pères jusqu'à la troisième, voire la quatrième génération.»

   Pardonne, je te prie, la faute de ce peuple, en vertu de ton immense amour, tout comme tu n'as cessé de pardonner à ce peuple depuis qu'il est sorti d'Egypte.

   L'Eternel répondit:
   ---Je lui pardonne comme tu l'as demandé.

   Néanmoins, aussi vrai que je suis vivant et que toute la terre sera remplie de la gloire de l'Eternel, » (Nombres 14:11-21)

Quelle vue incroyable à voir chaque jour.

« et ils l'ont dit aux habitants de ce pays qui ont appris que toi, Eternel, tu es parmi ce peuple à qui toi, Eternel, tu apparais de façon visible, que ta nuée se tient au-dessus d'eux, que tu marches à leur tête dans une colonne de nuée le jour, et dans une colonne de feu la nuit. »

Quand le Seigneur voulait qu'ils bougent, les colonnes bougeaient. Quand le Seigneur voulait qu'ils s'arrêtent, les colonnes s'arrêtaient. C'est une histoire que les parents pouvaient raconter à leurs enfants durant le diner sous la tente. Quand la nuit tombait et que vous pouviez contempler les étoiles, les parents pouvaient raconter à leurs enfants comment l'univers manifeste la présence de Dieu. C'était alors un bon moment de lire le Psaume 19.

La Fête des Tabernacles attend aussi le Royaume Messianique. Elle attend le temps, quand la présence de Dieu, à travers le règne de Son Fils, est aussi évident sur la terre qu'il était dans les jours de voyage dans le désert. En fait, selon Zacharie, la Fête des Tabernacles sera une célébration internationale durant le Royaume.

« En ce jour-là, l'Eternel sera roi de toute la terre. En ce jour-là, l'Eternel sera le seul Dieu et on le priera lui seul...

Et il arrivera que tous ceux qui subsisteront de toutes les nations qui seront venues attaquer Jérusalem, monteront tous les ans pour se prosterner devant le Roi, le Seigneur des armées célestes, et pour célébrer la fête des Cabanes.

   Si l'un des peuples de la terre refuse de monter jusqu'à Jérusalem pour adorer le Roi, le Seigneur des armées célestes, il ne recevra pas de pluie.

   Et si les Egyptiens ne montent pas, oui, s'ils refusent de venir, ils subiront aussi la plaie dont l'Eternel frappera tous les peuples qui ne monteront pas pour célébrer la fête des Cabanes.

   Ce sera la peine du péché de l'Egypte et celle de toute nation qui ne montera pas pour célébrer la fête des Cabanes. » (Zacharie 14:9,16-19)

Il devrait être clair maintenant, comment les jours sacrés d'automne de Lévitique suivent la piste de la Seconde Venue de Jésus Christ. Le son des trompettes représente les avertissements et le tremblement de la terre pour appeler toute l'humanité à se repentir. Le Jour d'Expiation représente le jour que Jésus reviendra physiquement et le jour qu'Israël, la nation, trouvera le salut. La Fête des Tabernacles représente le Royaume Millénaire.

            L'Ancien Testament Le Nouveau Testament

            (Ombre) (Substance)

La sonnerie des Les trompettes annoncent la venue du Une série de fléaux annonce la

trompettes Jour d'Expiation. venue du Jour du Seigneur.

Le Jour d'Expiation Expiation annuelle et ablation des Le retour de Jésus Christ et le

        Péchés d'Israël. salut d'Israël.

La Fête des Souvenir des voyages dans le désert Le règne de Jésus Christ sur le

Tabernacles avec la présence de Dieu dans le Royaume d'Israël.

        Camp.

Conclusion

L'Eglise de Jésus Christ devrait-elle célébrer ces choses ? Quatre fois dans Lévitique 23 on nous dit,

« C'est une ordonnance en vigueur à perpétuité pour toutes les générations dans tous les lieux où vous habiterez. »

Bien sur, le commandement est adressé aux Juifs. D'un autre coté, ces temps choisis témoignent maintes fois du travail passé et futur de notre Seigneur. Ne devrions-nous pas faire de la place pour les principaux comme Passover, le Jour d'Expiation, et la Fête des Tabernacles ? Ceux-ci représentent trois doctrines majeures de notre foi : la Mort de Jésus pour nos péchés, Son retour, et Son Royaume à venir. Réfléchissez comment ces jours sacrés représentent ces vérités, parce qu'elles sont libres de la clameur séculière qui entoure Noel et Pâque. A part ça, comme il est dit plus haut, la Fête des Tabernacles semble être le jour sacré international du Royaume Millénaire.

« Et il arrivera que tous ceux qui subsisteront de toutes les nations qui seront venues attaquer Jérusalem, monteront tous les ans pour se prosterner devant le Roi, le Seigneur des armées célestes, et pour célébrer la fête des Cabanes. » (Zacharie 14:16)

Nous pouvons partager le repas de Passover avec la famille et des amis et célébrer Jésus Christ comme notre Agneau de Passover. Nous pouvons jeûner pour le Jour d'Expiation, nous humilier devant Dieu, méditer sur Son retour, et prier que nous soyons trouvés à nos postes. Nous pouvons construire nos cabanes durant la Fête des Tabernacles et attendre le Royaume à venir. De cette façon, nos enfants peuvent commencer à apprendre les vérités importantes très jeunes, libres des signaux confus de la culture séculaire.

Avec les goûts de Passover, la présentation de la gerbe durant les Premiers Fruits, la présentation des deux pains à la Pentecôte, la sonnerie des trompettes, le jeûne du Jour d'Expiation, et les tentes de la Fête des Tabernacles, l'histoire de la libération et le salut de Dieu est racontée sans mots. Les évènements stimulent les questions des jeunes et fournissent des images mentales de concepts sublimes. Ces jours parlent de libérations passées et futures. Elles sont historiques et prophétiques en même temps. Combien est grand notre Dieu, qui peut ainsi organiser le temps et l'histoire pour utiliser les mêmes fêtes deux fois!