Un Avertissement Bienvenu (Lévitique 26)

Introduction

Nous sommes constamment avertis. Nous avons des feux orange pour nous avertir que nous sommes dans une zone scolaire, et les bourdonnements des détecteurs de radars, pour nous dire qu’un radar est caché dans les alentours. Un feu orange nous avertit que le rouge va suivre. En règle générale, les feux orange nous avertissent de ce qui va arriver bientôt, alors que les feux rouges nous disent ce qui est arrivé. Les lumières rouges clignotantes sur le tableau de bord de nos voitures nous informent qu’il y a un problème dans le moteur, ou sur les nouveaux modèles, qu’un véhicule de secours est prêt de nous, ou que nous allons être arrêtés par les policiers pour un excès de vitesse.

Puis il y a les avertissements verbaux ou non verbaux. Des formes variées de langage corporel servent d’avertissements. Un regard ferme sur le visage d’un maitre d’école nous avertit que nous avons intérêt de ne pas pousser notre chance. Beaucoup d’avertissements sont parlés. Certains sont amusants ; d’autres pathétiques et même écœurants. Une maman frustrée avertit son enfant que si les pleurnichements continuent, cela résultera en fessée. L’enfant sait que ce n’est qu’une menace, tant qu’il ne précipite pas une explosion en mettant maman en colère, ou en l’embarrassant dans certaines situations.

Nous sommes habitués aux avertissements, et tellement sont inutiles, que nous avons appris à les incorporer dans notre mode de vie – en fait, à les ignorer. Lévitique 26 est un des avertissements les plus clairs du Pentateuque. Il est réitéré plus fortement plus tard dans le 28ème chapitre de Deutéronome. Les Israélites n’ont pas tenus compte de cet avertissement et ils ont payé une sévère pénalité pour cela.

Nous pourrions croire que l’avertissement trouvé ici en est un que nous pouvons facilement ignorer. Après tout, nous ne sommes pas Israël ; nous ne vivons pas dans le pays de Canaan ; et nous ne vivons pas sous le régime de l’Alliance Mosaïque, mais sous celui de la Nouvelle Alliance. Alors pourquoi ne pas simplement sauter ce passage, le reconnaître, mais ne pas le prendre trop au sérieux ?

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles ce passage est vital pour les Chrétiens du Nouveau Testament. Franchement, j’ai agonisé de dire d’une façon différente quelque chose que nous avons trop l’habitude d’entendre durant ces dernières semaines : « Ce texte nous est absolument crucial… » Néanmoins, c’est vrai. Les avertissements du 26ème chapitre de Lévitique sont vitaux pour le Chrétien du Nouveau Testament, tout comme ils l’étaient pour les Israélites du temps de Moïse. Considérez les raisons suivantes pour l’importance et la pertinence de notre texte.

Premièrement, ce texte est la clef de comprendre l’histoire d’Israël. Les avertissements sont les grandes lignes de l’histoire d'Israël. Les conséquences du péché dont notre texte avertit sont précisément ceux dont la nation d'Israël fit l’expérience pour leur négligence de l’alliance qu’ils firent avec Dieu sur le mont Sinaï.

Deuxièmement, Lévitique 26 est aussi la clef de comprendre le message des prophètes d'Israël. Les grandes lignes des prophètes d'Israël semblent être prises de notre texte. Les promesses de la libération future et de la restauration d'Israël ont leurs racines dans les bénédictions et les malédictions du Pentateuque.

Troisièmement, le principe soulignant les promesses de bénédictions et de malédictions est aussi valide maintenant qu’il l’était durant les temps de Moïse.

Quatrièmement, le passage que nous étudions contient beaucoup d’instructions pour les parents, et pour tous ceux qui doivent discipliner les autres. Les principes soulignant ce passage, qui doivent avoir à faire avec la discipline divine et l’obéissance humaine, sont à la fois pertinents et pratiques.

Cinquièmement, ce chapitre ne contient pas seulement des paroles d’avertissement, mais aussi quelques-uns des plus grands mots d’espoir trouvés dans la Bible. Ainsi, c’est un texte qui encourage positivement et motive l’obéissance. Le plus je lis ce chapitre, le plus j’en tombe amoureux, et plus profond est mon sens d’espoir et d’amour qui le pénètre.165

Il y a beaucoup de passages qui sont parallèles à notre texte, en forme et en substance. Exode 23:22-33 est la première instance de la promesse de bénédictions et de malédictions, basées sur l’obéissance d’Israël à l’Alliance Mosaïque. Plus tard, dans le chapitre 28 de Deutéronome, les bénédictions et les malédictions sont répétées, en plus grand détails, pour cette seconde génération d’Israélites, qui était sur le point de posséder le pays de Canaan. Josué 24:20 est un résumé très bref des avertissements de notre chapitre, et les Ecritures des prophètes révèlent certaines dépendances directes à notre texte (Esaïe 49:1 ; Ezéchiel 34:25-30 ; 37:21-28).

Ces Avertissements et la Culture de ces jours

Dans la forme, et à certain degré dans son contenu, cette liste de « bénédictions et malédictions » est similaire à celles trouvées à la fin d’autres alliances du temps de Moïse, faites entre le roi (le souverain) et ses sujets (vassaux).166Cependant, il y a quelques différences importantes.167Je crois que c’est dans l’aspect unique de ces « bénédictions et malédictions » que nous trouverons le plus d’idées et de rapport pour nos vies.

La Structure de Notre Texte168En général, quelqu’un peut rapidement voir que Lévitique 26 a trois importantes divisions : (1) une description des bénédictions que Dieu versera sur Son peuple pour observer Son alliance (vs. 1-13) ; et (2) une description des conséquences affreuses – les malédictions – qui accompagneront la désobéissance d’Israël à l’Alliance Mosaïque (vs. 14-39). Finalement, il y a la dernière section (vs. 40-45), dans laquelle Dieu rassure Son peuple de Son amour infini. Ici, il y a l’assurance de la restauration d’Israël et de bénédictions, basées sur la fidélité de Dieu à Son alliance avec Abraham et sur la repentance d’Israël.

L’expression, « car je suis l'Eternel, votre Dieu », est la clef structurale, qui marque la fin de chaque section (vs. 13,44,45). Les bénédictions ne seront versées que sous la condition,

    « Si vous suivez mes ordonnances, si vous obéissez à mes commandements et si vous les appliquez. » (v. 3)

Les malédictions sont introduites par l’expression,

    « ---Mais si vous ne m'écoutez pas… »

Puis sont suivies par une déclaration concernant l’échec ou le refus d’Israël de se repentir quand la discipline de Dieu est imposée (vs. 18,21,23,28), avec l’avertissement ajouté d’être puni « sept fois »169pour leur désobéissance (vs. 18,24,28).

Le chapitre peut être souligné comme ceci :

    · Préface – Résumé de l’Alliance Mosaïque (vs. 1-3)

    · Bénédictions promises pour observer l’Alliance Mosaïque (vs. 4-13)

    · Punitions promises pour désobéir l’Alliance Mosaïque (vs. 14-41)

    · Réalisation promise de l’alliance avec Abraham (vs. 42-45)

    · Conclusion – Résumé (v. 46)

Notre Approche de Cette lecon

De nouveau, nous ne pourrons pas analyser chaque verset en détail. Nous commencerons avec une vue générale des trois sections importantes du chapitre, identifiant les caractéristiques de chacune. Puis nous chercherons à identifier les principes qui soulignent le passage, avec leurs applications permanentes pour les saints à travers les âges. Finalement, nous nous concentrerons sur le point principal du texte pour les saints de cet âge, avec quelques-unes des perversions de ses enseignements.

Bénédiction Divine : Ses Causes et ses Caractéristiques

Les bénédictions divines soulignées dans les versets 4-13 sont le résultat d’observer les conditions exigées dans les versets 1-3. Dans sa définition la plus large, les bénédictions de Dieu sur Israël sont sous la condition d’observer l’Alliance Mosaïque :

    « Si vous suivez mes ordonnances, si vous obéissez à mes commandements et si vous les appliquez,

       je vous donnerai… » (Lév. 26:3-4a)

Les versets 1 et 2 parlent de cette obéissance se manifestant à la fois de façons positives et négatives. Négativement, les Israélites doivent se restreindre des idoles et de l’idolâtrie de leurs prédécesseurs païens :

    « ---Vous ne vous fabriquerez pas d'idoles, vous ne vous dresserez ni statue ni stèle, et vous ne mettrez pas dans votre pays de pierre sculptée avec des figures pour vous prosterner devant elle; car je suis l'Eternel, votre Dieu. » (Lév. 26:1)

De telles idoles conduiraient aux fausses vénérations, vénérations de fausses divinités, plutôt que vers le Dieu qui les avait sauvés de l’esclavage en Egypte.

Positivement parlant, les Israélites devraient faire attention aux sabbats de Dieu et Son sanctuaire :

    « Vous observerez les jours de repos que je vous ai prescrits et vous révérerez mon sanctuaire. Je suis l'Eternel. » (Lév. 26:2)

Le peuple de Dieu doit non seulement s’abstenir de faire et révérer les idoles, ils doivent observer activement les Sabbats de Dieu et révérer Son sanctuaire. Nous savons, bien sur, que d’autres actions sont exigées du peuple de Dieu, mais c’est le cœur de l’alliance, et est ainsi accentué.170

Les bénédictions que Dieu promises à Israël sont directement liées à leur possession du pays de Canaan. Elles sont largement, mais pas complètement, physiques et matérialistes. Elles peuvent être résumées en trois catégories : (1) LA PAIX ; (2) LA PROSPERITE ; (3) LA PRESENCE DE DIEU.

La paix peut être vue dans plusieurs domaines. Premièrement, il y a de la paix avec les ennemis d’Israël. Cela ne veut pas dire qu’il n’y aura pas de conflits,171mais plutôt que Dieu accordera à Israël victoires sur ses adversaires, et qu’ils n’auront pas à vivre avec la peur constante d’attaques ou de défaites. Il y aura aussi paix avec le respect des animaux sauvages qui pourraient mettre les Israélites en danger. Il y a un sens profond de sécurité promit pour ceux qui observent l’alliance de Dieu.

La prospérité est principalement matérielle. Agriculturellement, les Israélites prospèreront parce que Dieu leur donnera les pluies nécessaires, aux bons moments, qui rendront leurs moissons abondantes.172Dieu accordera aussi beaucoup de fertilité aux Israélites et à leurs troupeaux, ce qui leur causera de prospérer grandement. Ici, on devrait se rappeler que la religion de Canaan et de l’ancien Proche-Orient ont la fertilité comme le point central. Beaucoup des dieux païens étaient des dieux de fertilité. Dieu promit la prospérité et fertilité, mais cela ne viendrait quand Israël L’adorerait et éviterait l’idolâtrie et la vénération païenne. Impliqué dans son retrait dans la section malédiction (v. 16) est la prospérité de bonne santé, qui permet une personne de profiter de la « bonne vie ».

Finalement, Israël fut béni par la présence de Dieu parmi eux. Israël était Son peuple, et Il avait promit de demeurer parmi eux :

    « Je ferai ma demeure au milieu de vous, et jamais je ne vous rejetterai.

       Je vivrai au milieu de vous: je serai votre Dieu et vous serez mon peuple. » (Lév. 26 :11-12)

Une des grandes conséquences en jeu comme le résultat de la chute d’Israël dans la vénération du veau d’or (Exode 32) était si oui ou non Dieu serait présent avec Son peuple (Exode 33:3,14-16 ; 34:9). L’alliance de Dieu avec Israël promettait Sa présence, mais seulement si Son peuple observait Ses préceptes et décrets (Lév. 20:22). Le tabernacle et le système sacrificiel étaient les conditions préalables pour la présence de Dieu, et ainsi il était facile de voir pourquoi les Israélites devaient « révérer » Son sanctuaire (Lév. 26:2).

C’est mon avis que cette dernière catégorie de bénédictions, la présence de Dieu, est l’ultime bénédiction, et qu’elle est aussi la base de toutes les autres bénédictions. La présence de Dieu assure à Israël la prospérité et la paix, comme Son absence amènera la pauvreté et le danger. La joie ultime des cieux est la présence de Dieu (1Thes. 5:17 ; Jean 14:3), tout comme l’enfer est le bannissement de la présence de Dieu (2 Thes. 1:9). Ainsi, une personne peut vraiment se sentir bénie, en plein milieu des tribulations et persécutions, sachant que Dieu est avec elle dans sa détresse (Ps. 73:21-28 ; Matt. 28:20 ; Héb. 13:5,6). En l’ « absence » de Dieu ou retrait, l’homme amène sur lui-même beaucoup des maux que Lévitique 26 décrit, comme est le cas dans le jugement progressif du chapitre 1 de Romains.

Ces trois catégories de bénédictions sont promises au peuple de Dieu, s’ils obéissent Ses commandements et observent Son alliance : paix, prospérité, et la présence de Dieu. Nous verrons aussi que celles-ci sont les domaines dans lesquels la discipline de Dieu viendra comme un résultat de la désobéissance d’Israël et la négligence de Son alliance. Alors, regardons les « malédictions » de notre texte, qui soulignent les conséquences de la désobéissance.

Les Conséquences de la Désobeissance d’Israël

Les « malédictions » de ce chapitre sont virtuellement le revirement des bénédictions promises. Alors que les malédictions sont présentées différemment, nous pouvons les résumer en termes de ces mêmes trois catégories :

(1) DE LA PROSPERITE A LA PAUVRETE

(2) DE LA PAIX AUX DANGERS

(3) DE LA PRESENCE DE DIEU A SON ABSENCE173Au lieu de prospérité, la désobéissance amènera la pauvreté. Initialement, les moissons d’Israël seront consommées par les attaques de leurs ennemis (26:16). Si la désobéissance d’Israël persiste, comme elle continuera surement, les pluies cesseront, les moissons d’Israël seront misérables, et ainsi une famine résultera (26:26). Il n’est pas dit mais et probablement impliqué que la fertilité cessera aussi.174Non seulement la nouvelle vie sera limitée par l’infertilité, mais les hommes seront tués par des animaux hostiles (26:22). La peste tuera beaucoup (26:21,25), et éventuellement ce peuple se tournera les uns contre les autres, devenant des cannibales (26:29).

Au lieu de paix et sécurité, la désobéissance amènera l’insécurité, le danger, et la peur. Initialement, Israël souffrira d’attaques de certains de leurs voisins, qui voleront leurs moissons (26:16). Puis, Israël sera vaincu par leurs ennemis et seront livrés entre leurs mains, pour qu’ils soient dominés par eux (26:17,25). Finalement, les Israélites seront chassés de leur pays et vivront dispersés dans le pays de leurs conquérants (26:31-32,36,38). Le reste qui demeura dans le pays souffrira autant que ceux qui furent emmenés (26:39). La paix et la sécurité qu’ils auraient pu connaître sont échangées pour l’insécurité, la peur, et l’appréhension constante (26:36-37).

A la place de la présence de Dieu au milieu de Son peuple, Israël fera l’expérience d’une séparation grandissante de Lui. En premier, Il se tournera contre Son peuple (v. 17). Puis, parce que Son peuple sera hostile (26:21,23), Il deviendra leur ennemi (26:24,28). Il les expulsera de Son sanctuaire (qu’ils n’ont pas révéré) dans le pays de leurs ennemis, loin de Sa présence (perçue). En leur absence, le pays jouira des sabbats que les Israélites n’ont jamais observé (26:34-35),

Caractéristiques du Chapitre

Ce texte nous fournit un modèle et des principes pour la discipline. Remarquez les caractéristiques suivantes des promesses de bénédictions et de malédictions qui peuvent être identifiées d’une étude du chapitre 26 de Lévitique.

(1) Les règles que Dieu a établies pour Israël, ainsi que les résultats d’obéissance ou de désobéissance, sont clairement définis. La loi n’a pas seulement été clairement déclarée, elle a été réitérée, illustrée, et développée. Personne ne pourrait considérer excuser leur désobéissance par la revendication qu’ils ne savaient pas ce qui était attendu d’eux, ou qu’ils étaient ignorants des conséquences de leurs actions.

(2) Les standards de Dieu pour la conduite d’Israël et les conséquences pour l’obéissance et la désobéissance sont donnés bien à l’avance des punitions ou des bénédictions. En tant que parents, il est facile de réagir aux mauvaises actions, plutôt que de chercher à les empêcher. Le 26ème chapitre de Lévitique est principalement préventif. D’une façon différente, le Livre de Proverbes essaye d’accomplir le même but – éviter le mal en donnant beaucoup d’avertissements à l’ avance, ainsi qu’en épelant les motivations pour obéir les commandements de Dieu. Ainsi, le « père » avertit son « fils » des mauvaises actions qui sont simplement mises sur le chemin de la vie, et passe ses mots de sagesse disant comment le fils sage devrait répondre aux tests et aux tentations de la vie.

(3) La motivation de Lévitique 26 est à la fois négative et positive. Bien que les avertissements soient plus grandiloquents et approfondis que les promesses des bénédictions de Dieu,175à la fois récompenses et punitions sont établies dans ce texte. Israël a une bonne raison d’obéir (les bénédictions des versets 1-13), plus motivé par les conséquences douloureuses de la désobéissance (les malédictions des versets14-39). Le but de ce chapitre est de motiver Israël à observer l’alliance de Dieu, et la meilleure motivation, étant illustrée ici, est à la fois positive (bénédictions/récompenses) et négative (malédictions/discipline).

(4) Le but est toujours positif, comme l’est la motivation du Dieu qui prescrit ces bénédictions et malédictions. A travers ce chapitre, aussi horrible que certains de ces avertissements soient, la bonté de Dieu est soulignée. Premièrement, la réponse de Dieu aux péchés d’Israël est de discipliner176Son peuple, pour les amener à se repentir. A chaque niveau de plus grandes sanctions, c’était dû au fait que les Israélites ne s’étaient pas repentis et ne s’étaient pas détournés de leur désobéissance (vs. 18,21,23,27). Et, à la fin, Dieu assure Israël qu’Il les restaurera, pas basé sur leur obéissance à l’Alliance Mosaïque, mais sur la base de Sa fidélité à Son alliance avec Abraham, Isaac, et Jacob (vs. 40-45). Israël est toujours assuré de l’amour de Dieu et de Ses bonnes intentions pour Son peuple.

(5) Les conséquences de la désobéissance d’Israël sont continuellement et progressivement douloureuses. Cette progression de la douleur peut être vue de deux façons dans ce chapitre. Premièrement, elle peut être vue dans la série de sanctions soulignées :

    · Premier niveau (vs. 14-17)

    · Deuxième niveau (vs. 18-20)

    · Troisième niveau (vs. 21-22)

    · Quatrièmement niveau (vs. 23-26)

    · Cinquièmement niveau (vs. 27-33)

    · Résultats de ce dernier niveau (vs. 34-39)

    · La terre reçoit ses sabbats (34-35)

    · La terreur, la fuite, les périls du peuple (vs. 36-39)

Quand quelqu’un considère les trois domaines de bénédictions et de malédictions, la paix, la prospérité, et la présence de Dieu, la punition pour la désobéissance et rébellion d’Israël devient progressivement pire. L’expression répétée,

    « …sept fois » (vs. 18,21,24,28)

accentue encore plus cette progression. Remarquez l’intensification de la discipline divine dans les trois domaines des bénédictions ou malédictions :

    · Prospérité :

    · Moissons volées

    · Pas de pluies, moissons misérables, famine

    · Bétail tué par des animaux sauvages

    · Mauvaise santé, entrainant la mort pour beaucoup (cannibalisme)

    · Paix :

    · Israël premièrement attaqué, dépouillé par leurs ennemis

    · Puis dominé par leurs ennemis

    · Puis dispersé pour vivre dans le pays de leurs ennemis

    · Présence de Dieu :

    · Dieu parmi eux

    · Dieu se tourne contre eux

    · Dieu les « abandonne » - les expulse de Sa terre, Sa résidence 

(6) Finalement, Dieu traite avec le péché d’Israël et avec sa repentance à sa source, au niveau de motivation. La désobéissance d’Israël est vue être le résultat de son mépris des lois de Dieu (v. 15). Dieu réaffirme Son amour pour Israël, qui a pour intention d’encourager et stimuler l’amour d’Israël pour Lui. Dieu assure à Israël son espoir ultime, qui encourage la repentance et l’obéissance. Ce n’est pas simplement une conformité mécanique que Dieu désire de Son peuple, mais l’obéissance, née de l’amour.

Principes de Discipline

Avant de continuer, permettez-moi de m’arrêter pour suggérer comment les caractéristiques de ce chapitre s’appliquent aux problèmes de parentage (autant qu’aux enseignants et autres gens responsables pour la discipline des autres). Considérez les directives suivantes pour la discipline, basées sur les bénédictions et malédictions de Lévitique 26.

(1) Etre sûr que les règles et leurs conséquences soient clairement communiquées. Avant qu’une personne puisse exiger une certaine sorte de conduite, les règles doivent être clairement communiquées. Pour motiver les hommes à observer ce standard, les récompenses pour l’obéissance et les sanctions pour la désobéissance doivent être clairement transmises. Cela dut être fait bien à l’avance du temps quand l’obéissance et la désobéissance soient considérées. Beaucoup d’entre nous, qui sommes des parents, ne transmettons pas les règles avant que la conduite insatisfaisante ne soit remarquée. Les individus peuvent seulement être rendus responsables pour ce qu’ils savent, et ainsi, les Israélites étaient complètement responsables. Les règles de Dieu étaient clairement établies, répétées, redites, clarifiées, et illustrées. Vraiment, les Israélites étaient « sans excuses ». Nous serions bien conseillés d’être aussi clairs dans nos espérances.

(2) Pas de menaces, mais des promesses. Ne promettez pas de conséquences que vous ne pouvez (ou ne voudrez pas) produire. Une fois que nous avons prescrit les standards de conduite que nous exigeons et notre réponse à l’obéissance et à la désobéissance à ces exigences, nous sommes obligés de continuer, pour garder notre parole concernant nos exigences. Tout comme l’Alliance Mosaïque prévoyait une certaine conduite de la part des Israélites, elle promettait une certaine conduite de la part de Dieu. Il n’y eut jamais de doutes comment Dieu allait répondre aux actions d’Israël, seulement une question du moment choisi. Les règles ne sont pas meilleures que la consistance avec laquelle elles sont appliquées. Si nous ne pouvons pas compter sur des punitions pour le mauvais comportement, comment pourrions-nous espérer des récompenses pour bonne conduite ?

(3) Avoir une série de conséquences terribles, qui devient progressivement pire, et qui arrive à des points spécifiques de la désobéissance. Le problème avec la plupart d’entre nous (parents) est que nous menaçons nos enfants avec la pire sanction (fessée) pour n’importe quelles sortes d’offenses, de renverser du lait (normalement une erreur enfantine) à la rébellion. Nous devrions économiser nos « gros bâtons » pour les pires offenses, et devrions penser à une série de conséquences déplaisantes pour la progression des offenses qui sont presque les pires. Etant un enseignant, j’ai apprit que j’avais besoin d’un grand sac de « ruses » (sanctions), qui serait approprié pour un large éventail, ainsi qu’une large gamme de personnalités. Les malédictions et les bénédictions reflètent une telle gamme de sanctions.

(4) Etre sur que vos règles incluent à la fois des conséquences positives et négatives, pour que l’enfant soit doublement motivé d’obéir. La plupart des enfants pensent que nous, les parents, disons seulement « non » et qu’il n’y a que peu de récompenses pour l’obéissance (autre que l’absence de sanctions). La bonne discipline entraine les bonnes motivations (récompenses) avec celles négatives (sanctions). Je crois que la Bible fait ça, dans le Nouveau Testament, comme dans l’Ancien. Le Chrétien cherche les récompenses pour l’obéissance, tout comme il cherche les sanctions pour la désobéissance.

(5) Quand vous êtes impliqués dans le processus de la discipline (du don des règles à leurs applications), soyez toujours surs de votre amour, encouragez la repentance, et donnez de l’espoir pour la restauration. Certains enfants perdent courage, pensant qu’ils n’ont aucune chance de plaire à leurs parents. Ils pensent que les règles sont une expression d’hostilité envers eux, plutôt que d’amour. Quand une telle attitude est attrapée (qu’elle soit intentionnelle ou pas), l’enfant a peu ou pas de motivation pour l’obéissance ou la repentance. Quoi que l’enfant fasse, dites lui qu’il y a de l’espoir, et que vous continuerez à être fidèle de les aimer et d’observer les règles (à la fois la promesse de bénédictions et de discipline).

Bénédictions et Malédictions dans l’Histoire d’Israël

Les bénédictions et les malédictions de Lévitique 26 (comme Deutéronome 28) jouent un rôle important dans l’histoire d'Israël, enregistrée dans l’Ancien Testament. Premièrement et avant tout, les livres de Josée et de Juges témoignent dramatiquement du fait que Dieu garde Ses promesses. Alors que le Livre de Josué enregistre quelques échecs de la part d’Israël (Akân , Josué 7), le Livre dans son entièreté décrit la fidélité de Dieu en bénissant Son peuple quand ils obéissent Ses commandements (à la fois ceux de la Loi et ceux donnés par Josué). D’un autre coté, le Livre de Juges transmet fortement le fait que Dieu discipline Son peuple quand ils négligeaient et désobéissaient Ses commandements. Beaucoup des « cycles » d’obéissance, bénédiction, victoire, apathie, désobéissance, défaite, réitèrent la précision absolue des promesses et avertissements de Dieu dans Lévitique 26.

Dans le récit d’Asaph racontant l’histoire d’Israël dans le Psaume 78 (spécialement versets 54-64), la désobéissance d’Israël conduit aux conséquences, les malédictions de Lévitique 26. Alors dans les psaumes, les prières des auteurs pour la délivrance des ennemis révélèrent une connaissance intime des bénédictions et malédictions liées à la Loi, formant ainsi leurs prières (Ps. 71 et 72 par exemple).

Les prophètes expliquèrent la défaite et les désastres de l’histoire d’Israël comme étant la réalisation des avertissements de Dieu concernant la désobéissance à Ses commandements. Ils promirent aussi une délivrance future, qui était virtuellement un renversement des malédictions de notre texte. Remarquez les parallèles de cette prophétie d’Ezéchiel aux bénédictions et malédictions de notre texte :

    « Je conclurai avec elles une alliance qui leur garantira la paix. Je débarrasserai le pays des bêtes féroces, de sorte que mes brebis pourront habiter en toute sécurité dans les steppes et dormir dans les forêts.

       Je les comblerai de bénédictions dans les environs de ma colline. Je ferai tomber la pluie en son temps, ce seront des pluies qui vous apporteront la bénédiction.

       Les arbres dans les champs donneront leurs fruits et la terre produira ses récoltes; les brebis vivront en toute sécurité dans leur propre pays, et elles reconnaîtront que je suis l'Eternel, quand j'aurai brisé les barres de leur joug et que je les aurai délivrées de ceux qui les asservissent.

       Elles ne seront plus pillées par les nations, et les bêtes sauvages ne les dévoreront plus, elles vivront en toute sécurité sans être inquiétées par personne.

       Je leur susciterai un plant renommé. Personne ne succombera plus à la faim dans leur pays et les membres de mon peuple n'auront plus à subir les insultes des autres nations.

       Et ils reconnaîtront que moi, l'Eternel, leur Dieu, je suis avec eux et qu'eux, les gens de la communauté d'Israël, ils sont mon peuple, le Seigneur, l'Eternel, le déclare. » (Ezéchiel 34:25-30 ; aussi 37:22-38)

Il était reconnu dans l’Ancien Testament qu’aucun Israélite ne pouvait observer parfaitement les commandements de Dieu, et que la délivrance future d’Israël serait le travail de Dieu Lui-même par la venue de Son Messie. Ainsi, Esaïe parla du Sauveur, que Dieu avait nommé pour sauver Son peuple :

    « Vous tous qui habitez les îles et les régions côtières, écoutez-moi!
          Et vous peuples lointains, prêtez-moi attention!
       J'ai été appelé par l'Eternel dès le sein maternel,
          et il a mentionné mon nom dès avant ma naissance.

       Il a fait de ma bouche une épée acérée,
          il m'a couvert de l'ombre de sa main,
          et il a fait de moi une flèche aiguisée;
          il m'a tenu caché, dans son carquois.

       Il m'a dit: «Israël, tu es mon serviteur,
          je manifesterai ma splendeur au travers de toi.»…

    Et il a dit aussi: «Tu ne seras pas seulement mon serviteur
          pour rétablir les tribus de Jacob
          et ramener ceux que j'ai préservés du peuple d'Israël.
          Car je t'établirai pour être la lumière des nations
          afin que mon salut parvienne aux extrémités de la terre.»…

    Voici ce que dit l'Eternel:
          «Au moment favorable je répondrai à ton appel,
          et au jour du salut je viendrai à ton aide.
          Je te protégerai, et je t'établirai
          pour conclure une alliance avec le peuple
          et pour relever le pays,
          pour faire le partage des patrimoines dévastés,

       pour dire aux prisonniers: Sortez,
          et à ceux qui demeurent dans les ténèbres:
          Montrez-vous!
          Et ils se nourriront partout le long des routes;
          sur toutes les hauteurs arides, ils trouveront de quoi manger.

       Ils n'endureront plus ni la faim ni la soif,
          la chaleur du désert et le soleil ne les frapperont plus
          car celui qui les aime les conduira
          et il les mènera auprès des sources d'eau.

       Et toutes mes montagnes, je les transformerai en chemins praticables,
          je remblaierai mes routes. » (Esaïe 49:1-3,6,8-11)

C’est totalement cohérent avec l’Ancien Testament, alors, que Jean le Baptiste introduirait le Messie, le Seigneur Jésus, en termes de l’Ancien Testament qui furent utilisés en faisant allusion au Sauveur d’Israël. On s’attendait aussi à ce que notre Seigneur s’introduirait Lui-même comme la réalisation des prophéties de l’Ancien Testament à propos du Libérateur d’Israël.

    « Il se rendit aussi à Nazareth, où il avait été élevé, et il entra dans la synagogue le jour du sabbat, comme il en avait l'habitude. Il se leva pour faire la lecture biblique,

       et on lui présenta le rouleau du prophète Esaïe. En déroulant le parchemin, il trouva le passage où il est écrit:

       L'Esprit du Seigneur repose sur moi
          parce qu'il m'a désigné par l'onction
          pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres.
          Il m'a envoyé pour proclamer aux captifs la libération,
          aux aveugles le recouvrement de la vue,
          pour apporter la délivrance aux opprimés

       et proclamer l'année de grâce
          accordée par le Seigneur.

       Il roula le livre, le rendit au servant et s'assit. Dans la synagogue, tous les yeux étaient braqués sur lui.

       ---Aujourd'hui même, commença-t-il, pour vous qui l'entendez, cette prophétie de l'Ecriture est devenue réalité. » (Luc 4:16-21)

Comme les versets immédiatement suivants dans le texte d’Esaïe (61, v. 4) indiquent, cette prophétie en est une qui concerne la restauration d’Israël, de la libération de ses malédiction à l’expérience des bénédictions. Cela, notre Seigneur déclara, devait être réalisée en Sa personne et Son travail. Jésus ne fut pas accepté comme le Messie de Dieu par les chefs religieux juifs, et donc Il fut crucifié comme un criminel, endurant ainsi les péchés des hommes, et réalisant aussi les autres prophéties concernant Sa (première) venue, des prophéties comme celles trouvées dans Esaïe 52:13-53 :12).

Sachant qu’Il serait rejeté et crucifié, l’enseignement de Jésus dans les chapitres 24 et 25 était de nouveaux avertissements du jugement futur, du même genre que donnés dans Lévitique 26. Ce ne sera pas avant le jugement final d’Israël, décrit graphiquement dans le Livre d’Apocalypse, qu’Israël ne sera sauvé.

Mais de ce salut, il n’y avait pas de doute. Tout comme Dieu avait assuré à Israël leur repentance et délivrance finales, l’apôtre Paul assura à ses lecteurs la restauration des bénédictions à Son peuple, Israël :

    « Frères, je ne veux pas que vous restiez dans l'ignorance de ce mystère, pour que vous ne croyiez pas détenir en vous-mêmes une sagesse supérieure: l'endurcissement d'une partie d'Israël durera jusqu'à ce que l'ensemble des non-Juifs soit entré dans le peuple de Dieu,

       et ainsi, tout Israël sera sauvé. C'est là ce que dit l'Ecriture:
          De Sion viendra le Libérateur;
          il éloignera de Jacob toute désobéissance.

       Et voici en quoi consistera mon alliance avec eux:
          c'est que j'enlèverai leurs péchés.

       Si l'on se place du point de vue de l'Evangile, ils sont devenus ennemis de Dieu pour que vous en bénéficiiez. Mais du point de vue du libre choix de Dieu, ils restent ses bien-aimés à cause de leurs ancêtres.

       Car les dons et l'appel de Dieu sont irrévocables.

       Vous-mêmes, en effet, vous avez désobéi à Dieu autrefois et maintenant Dieu vous a fait grâce en se servant de leur désobéissance.

       De la même façon, si leur désobéissance actuelle a pour conséquence votre pardon, c'est pour que Dieu leur pardonneà eux aussi.

       Car Dieu a emprisonné tous les hommes dans la désobéissance afin de faire grâce à tous. » (Rom. 11:25-32)

Les promesses des malédictions, mais aussi de la restauration et des bénédictions finales que nous avons étudié dans Lévitique 26, sont les bases de l’espoir futur d’Israël, et pour l’enseignement de Paul dans Romains 9-11. Israël a un bel avenir. La Grande Tribulation, qui est décrite complètement dans le Livre d’Apocalypse, sera exigée pour détourner Israël de leurs péchés, mais Israël se tournera et se repentira, et sera restauré.

Ainsi, Lévitique 26 avait pour intention d’être un mot d’avertissement et d’espoir pour les Israélites de l’ancien temps, et il continuera à être cela jusqu'à ce qu’Israël soit restauré. Mais il y a aussi des applications importantes de ce texte pour les Chrétiens contemporains. C’est l’apôtre Paul qui signale à ses lecteurs ces principes sous entendus de ce passage et les applique aux Chrétiens. Et il fait cela dans le Livre de Galates, un Livre écrit pour corriger les erreurs du légalisme, basées sur les interprétations et les applications imprécises de la Loi de Moïse. Paul écrit,

    « Mes frères, prenons un exemple de la vie ordinaire. Lorsqu'un homme a rédigé son testament en bonne et due forme, personne ne peut l'annuler ou y ajouter quoi que ce soit.

       Or, c'est à Abraham et à sa descendance que Dieu a fait ses promesses. Il n'est pas dit: «et à ses descendances», comme s'il devait y avoir plusieurs lignées pour bénéficier de ces promesses. A ta descendance ne désigne qu'une seule descendance, et c'est le Christ.

       Eh bien, je dis ceci: une alliance a été conclue par Dieu en bonne et due forme à la manière d'un testament; la Loi est survenue quatre cent trente ans plus tard: elle ne peut donc pas annuler cette alliance et réduire par là même la promesse à néant.

       En effet, si l'héritage du salut dépend de l'accomplissement de la Loi, il ne repose plus sur la promesse. Or, c'est bien par une promesse que Dieu a accordé sa faveur à Abraham.

       Mais alors, pourquoi la Loi? Elle a été ajoutée pour mettre en évidence la désobéissance des hommes à l'ordre divin, et le régime qu'elle a instauré devait rester en vigueur jusqu'à la venue de la descendance d'Abraham que la promesse concernait. Cette Loi a été promulguée par l'intermédiaire d'anges et par le moyen d'un médiateur, Moïse. » (Gal. 3 :15-19)

Paul correcte ces Juifs vivant comme des païens qui enseignaient que la justification et la sanctification étaient le résultat des travaux, les efforts des hommes pour observer la Loi. Il montre que l’Alliance avec Abraham est l’alliance principale, l’Alliance qui n’est pas dépendante de l’obéissance des hommes, mais seulement de la fidélité de Dieu à Sa parole. L’Alliance avec Moïse, Paul enseigne, était secondaire, un arrangement temporaire, provisionnel, qui en aucun cas ne met l’Alliance avec Abraham de coté. Ainsi, les Juifs qui vivaient comme des païens, qui mettaient l’accent sur l’obéissance des hommes à l’Alliance avec Moïse, avaient tort. Le salut et la sanctification était le travail de Dieu, basé sur Son Alliance avec Abraham.

Bien que Paul ne fit pas directement allusion au chapitre 26 de Lévitique, je crois que ce texte enseigne clairement le même principe (de la priorité de l’Alliance avec Abraham sur l’alliance avec Moïse), et celui sur lequel Paul basa son enseignement. Lévitique 26 promet des bénédictions pour obéir l’alliance avec Moïse, et des malédictions pour la désobéir. Le fait même que la section des malédictions soit bien plus détaillée que la section des bénédictions suggère qu’Israël n’observera pas l’alliance. La série disciplinaire progressive dans le chapitre indique qu’Israël continuera sa désobéissance et sa rébellion. Le dernier paragraphe, celui qui assure Israël de sa restauration prochaine, est basé sur la fidélité de Dieu à Son Alliance avec Abraham, pas sur la fidélité d’Israël à son alliance avec Dieu, l’Alliance avec Moïse. Paul souligne simplement une vérité qui était enseignée dans la Loi elle-même, une vérité enseignée dans Lévitique 26.

Deuxièmement, Paul enseigna qu’il y avait un principe sous entendu dans Lévitique 26 qui est autant applicable aux Chrétiens d’aujourd’hui qu’il l’était aux Israélites de l’ancien temps :

    « Ne vous faites pas d'illusions: Dieu ne se laisse pas traiter avec mépris. On récolte ce que l'on a semé.

       Celui qui sème pour satisfaire ses propres désirs d'homme livré à lui-même récoltera ce que produit cet homme, c'est-à-dire la corruption. Mais celui qui sème pour l'Esprit moissonnera, lui, ce que produit l'Esprit: la vie éternelle.

       Faisons le bien sans nous laisser gagner par le découragement. Car si nous ne relâchons pas nos efforts, nous récolterons au bon moment.

       Ainsi donc, tant que nous en avons l'occasion, faisons du bien à tout le monde, et en premier lieu à ceux qui appartiennent à la famille des croyants. » (Gal. 6:7-10)

Lévitique 26 promet des bénédictions pour obéir la Loi de Dieu, et des malédictions pour la désobéir. Le principe sous entendu est que nos actions ont des conséquences. Notre obéissance aux commandements de Dieu amène les bénédictions, et notre désobéissance amène la discipline.

Paul parle de cela comme « semer » et « moissonner » et il stresse que semer le mal résultera en discipline, alors que semer la vertu amènera des bénédictions. Nos actions vont soit semer le mal, soit semer la vertu, et elles produiront soit des moissons de malédictions ou de bénédictions. Ce que nous faisons ou ne faisons pas a de l’importance.

Concentrons nous sur l’application de ce principe dans l’acte le plus important que ne nous ferons jamais, celui de répondre à l’offre de pardon et de salut de Dieu en la personne et le travail de Son Fils, Jésus Christ. L’histoire a rendu douloureusement clair que les hommes ne seront jamais capables d’obtenir les bénédictions de Dieu par le moyens d’observer la Loi. L’apôtre Paul le dit de cette façon :

    « Or, nous le savons, ce que l'Ecriture dit dans la Loi, elle l'adresse à ceux qui vivent sous le régime de la Loi. Il en est ainsi pour que personne n'ait rien à répliquer et que le monde entier soit reconnu coupable devant Dieu.

       Car personne ne sera déclaré juste devant lui parce qu'il aura accompli les œuvres demandées par la Loi. En effet, la Loi donne seulement la connaissance du péché.

       Justes par la foi, sans la Loi

      Mais maintenant Dieu a révélé comment il nous déclare justes sans faire intervenir la Loi --- comme l'avaient annoncé les livres de la Loi et les écrits des prophètes.

       Dieu déclare les hommes justes par leur foi en Jésus-Christ, et cela s'applique à tous ceux qui croient, car il n'y a pas de différence entre les hommes.

       Tous ont péché, en effet, et sont privés de la glorieuse présence de Dieu,

       et ils sont déclarés justes par sa grâce; c'est un don que Dieu leur fait par le moyen de la délivrance apportée par Jésus-Christ.

       C'est lui que Dieu a offert comme une victime destinée à expier les péchés, pour ceux qui croient en son sacrifice. » (Rom. 3:19-25a)

La Loi ne pouvait que prouver que tous les hommes étaient des pécheurs, dignes de sanctions divines. La Loi prouvait que tous les hommes étaient des pécheurs et avaient besoin être sauvés, mais ne pouvaient pas le faire eux-mêmes. La Loi prépare les hommes pour Christ, qui vint pour sauves les pécheurs. Il réalisa parfaitement la Loi, observant chacun de ses commandements. Il mourut aussi par la Loi, endurant les péchés du monde, et satisfaisant la demande de la Loi que celui qui péchait devait mourir.

Dieu a donc fait des provisions pour le salut et la bénédiction de l’homme par la venue, la vie, la mort, l’enterrement, et la résurrection de Son Fils, Jésus Christ. Les bénéfices, les bénédictions de la mort de Christ, sont disponibles pour chaque pécheur, et pourtant Dieu exigea que ceux qui seront restaurés devaient faire cela par la repentance, en reconnaissant leurs péchés et en acceptant la provision de Dieu pour le pardon. Le salut est pour tous ceux qui veulent se repentir et croire. Le salut est pour tous ceux qui « feront appel au Seigneur ». Il n’y a rien de plus important que votre réponse à l’offre de Dieu, offre de salut en la personne de Son Fils. Le recevoir est recevoir le pardon, la vie éternelle et les bénédictions de Dieu. Le rejeter est rester dans vos péchés et endurer les conséquences de l’éternelle séparation de Lui et de Ses bénédictions.

    « Nous acceptons le témoignage des hommes; mais le témoignage de Dieu est bien supérieur, et ce témoignage, c'est celui que Dieu rend à son Fils.

       Celui qui croit au Fils de Dieu possède ce témoignage en lui-même. Celui qui ne croit pas Dieu fait de lui un menteur, puisqu'il ne croit pas le témoignage que Dieu rend à son Fils.

       Et qu'affirme ce témoignage? Il dit que Dieu nous a donné la vie éternelle et que cette vie est en son Fils.

       Celui qui a le Fils a la vie. Celui qui n'a pas le Fils de Dieu n'a pas la vie. » (1 Jean 5:9-12).

Comment répondrez-vous à l’offre de salut de Dieu ? Repentir, reconnaître vos péchés, et compter sur Jésus pour le salut, pour le pardon, et pour la vie éternelle, est recevoir les bénédictions éternelles de Dieu. Ne pas faire ça est continuer à faire l’expérience de la condamnation divine. Si l’Ancien Testament ne nous enseigne rien de ce récit de l’histoire d’Israël, c’est cela : que Dieu tient Ses promesses, comme cela est souligné dans Lévitique 26. Ceux qui obéissent sont bénis, et ceux qui se rebellent sont maudits. Que vous soyez parmi les bénis, parce que vous vous êtes tournés vers le Fils de Dieu et Le croyez pour le pardon, la restauration et les bénédictions.

Pour ceux qui sont des Chrétiens, ceux qui ont cru et croient en Jésus Christ pour le salut, je vous rappelle les mots de Paul que nous récoltons ce que nous semons. Notre obéissance amène la bénédiction et notre rébellion amène la discipline. Cherchons, par Sa grâce, à obéir.

La Perversion de ce Passage

Comme je conclus, permettez-moi simplement de mentionner certaines façons par lesquelles ce passage a été perverti, mal interprété et mal appliqué, même par certains aujourd’hui. Je ne décrirai pas ces positions en détails, ni ne les réfuterai, mais je les nommerai, pour que le lecteur puisse les considérer en relation avec notre texte et notre enseignement.

(1) Les légalistes, qui enseignent toujours que Dieu bénit ou maudit le Chrétien, sur la base d’observer (parfaitement) la Loi de Moïse. Milton Green n’est qu’un de ceux qui le fait de nos jours et dans notre ville. Il dit que si nous échouons d’ « observer l’alliance » Dieu nous maudira, normalement par quelque sorte d’attaque ou de possession démoniaque. D’un autre coté, il dit que, si nous observons parfaitement l’alliance, Dieu nous permettra de faire tous les miracles et les choses merveilleuses que notre Seigneur fit, et encore plus.

Les erreurs ici sont nombreuses, mais la pire est le manque de distinction entre l’Alliance avec Abraham et l’Alliance avec Moïse, et entre le salut et la sanctification achevée par notre Seigneur seul, et ce qui est prétendument achevée par les hommes observant la Loi.

(2) Les thèmes de prospérité d’aujourd’hui. L’ « Evangile de la bonne vie » considère notre texte et dit, « Si nous faisons constamment ce qui est juste, nous prospèrerons. » Il y a, bien sur, un élément de vérité ici, mais ils voient généralement la prospérité en termes matériels, et ils le voient arriver immédiatement, plutôt qu’à avoir des délais. Ils égalent aussi la souffrance humaine, les épreuves et les tests avec la désobéissance. Si vous ne prospérez pas, c’est que vous devez pécher. Ainsi, nous sommes revisités par les amis de Job.

Il y a aussi le point de vue que la prospérité dont les Etats-Unis ont fait l’expérience est due é la piété de son peuple. L’autre coté de la pièce est pour nous de dédaigner les nations appauvries, comme l’Inde, et de ressentir que cette pauvreté est le résultat direct de fausse croyance et d’impiété. Nous nous donnons trop de crédit si nous pensons de cette façon.

Une erreur est en mettant à égalité le Chrétien avec l’Israélite. Nous ne vivons pas sous le régime de l'Alliance avec Moïse, ni ne possédons pas le pays de Canaan. Ainsi, nos bénédictions vont différer quelque peu de celles des Israélites. Nos bénédictions pourront ne pas être immédiates. En fait, les bénédictions des Israélites ne l’étaient pas non plus. Le chapitre 11 d’Hébreux concentre sur la foi de ces saints et sur le fait qu’ils moururent sans avoir reçu les promesses de Dieu.

(3) L’attitude mentale positive de l’école de la pensée chrétienne. Cette école de pensée, qui a ses origines dans l’opinion païenne, voudrait que nous pensions que penser uniquement des pensées positives, pensées de succès et de prospérité, nous assurera de faire l’expérience de succès et de prospérité. Alors, Moïse a dû faire erreur, quand il introduisit de telles pensées « négatives » dans l’Ancien Testament. La Bible a beaucoup à dire qui tombe dans la catégorie des avertissements, et pourtant cela avait pour intention de jouer un rôle positif dans la vie du saint, l’avertissant de s’abstenir du mal.

(4) Le point de vue que la grâce qui est manifestée dans le Nouveau Testament met de coté tous les jugements, et ainsi le besoin d’être inquiet à propos d’éviter le péché. L’hypothèse sous entendue est que la bonté et la grâce de Dieu résulte uniquement en bénédictions, et jamais en discipline. La bonté et la grâce de Dieu sont constamment accentuées dans notre texte et dans l’Ancien Testament, et pourtant Sa bonté exige que Dieu discipline Ses enfants entêtés. La liberté chrétienne et la grâce de Dieu ne doivent jamais être utilisées comme un prétexte, une opportunité pour pécher (Rom. 6:1ff ; 1 Pierre 2:16).

Addendum A

BENEDICTIONS DES VERSETS 1-13 MALEDICTIONS DES VERSETS 14-39

Dieu Confirme l’Alliance (9) La Vengeance de Dieu Pour l’Alliance (25)

La Présence de Dieu L’ « Absence » de Dieu

Dieu Se tourne vers Son peuple (9) Dieu Se détourne de Son peuple (17)

Dieu demeurera parmi eux (11) Dieu les enverra en captivité (38-39)

Dieu vivra parmi eux (12) Dieu deviendra leur adversaire (33)

Paix Danger

Sécurité (5) Plongeon de l’âme dans l’épouvante (16)

Paix d’esprit (6) Terreur, peur, panique (36-37)

Les animaux sauvages ne le attaqueront pas (6) Les animaux sauvages les détruiront et les décimeront (22)

Ils prévaudront sur leurs ennemis (7-8) Ils seront attaqués par

                  - les raids de leurs ennemis (16)

                  - seront battus et dominés par leurs ennemis et fuirons devant eux, mais ne poursuivront pas leurs ennemis (17)

                  - seront livrés aux mains de leurs ennemis (25)

                  - dispersés parmi les nations (33)

                  - détruits – cannibalisme (29)

Prospérité Pauvreté

Dieu fournit les pluies pour la saison (4) Dieu interdit à la pluie de tomber (19)

Les récoltes pousseront abondamment (4-5) Leurs moissons ne pousseront pas (20)

                Leurs ennemis attaqueront et voleront leurs moissons (16)

                La Famine – manque de pain (16)

                Le pays est dévasté (32)

Addendum B - Les Jugements d’Israël

BENEDICTIONS AVERTISSEMENT DU JUGEMENT JUGEMENT DELIVRANCE CONNU FUTURE

Lév. 26 :1-13

        AVERTISSEMENTS Juges 6:3-4, 11 Esaïe 11 :10

      GENERAUX (vs. 14-17)

        Angoisse physique et émotionnelle

        Moissons volées par les ennemis

        Défaite par les ennemis

        SECHERESSE & PAUVRES MOISSONS Esaïe 2:11-17 ; 5:15-16

        Vs. 18-20 1 Rois 17:1-2 ; 18:2

        La destruction de la fierté

        Pas de pluies

        Pas de moissons

        ATTAQUES D’ANIMAUX SAUVAGES Esaïe 11 :6-9

        Vs. 21-22 Ezéchiel 5:17 ; 14-15,

        Peuple et troupeaux 21 ; 1 Rois 13:24 ;

        Dévastés par les animaux 20:36 ; Jér. 5:6* ; 2 Rois

                2:24 ; 2 Rois 17: 25-26*

                *Samaritains)

    LES DEGATS DE GUERRE Juges 2:11-15 ;

        Vs. 23-26 2 Rois 17:7f ;

                  1 Sam. 10:5f ; Ésaïe 3:1 ;

        Une épée Jér. 24:8-10 ; Ezéchiel 4:16 ;

        Mit dans les mains des ennemis 5:16 ; 14:13

        Famine – Pas de pain

        GUERRE ET EXILE 2 Rois 6:26-30 ; Lam. 2:26

        Vs. 27 :33 2 Rois 23 (spec. v. 20) ;

                  Esaïe 63:18 ; Jér. 44:2,6,22

        Cannibalisme Jér. 12:1 ; 33:10 ;

        Destruction des lieux de vénération Ezéchiel 12 :15

        Villes et sanctuaires détruits

        Pays désolé

        Peuple dispersé

        RESULTAT DE L’EXILE Jér. 50:34 ; Esaïe 19:1-4 Vs. 34-39 Ezéchiel 33 :10 Le pays a les Sabbats Les survivants seront abandonnés