Where the world comes to study the Bible

Amos

Related Media

I. Introduction

Les prophètes du Vieux Testament étaient très malicieux à amener un public hostile à écouter leurs discours de jugement. Dans 1 Rois 20:35-43, un prophète a dupé Ahab à prononcer sa propre culpabilité et sa sentence. Et Nathan a dupé David à déclarer sa culpabilité avec l’art d’une parabole (2 Samuel 12).

Amos 1-2 contient un bon exemple de cette technique, et reconnaissant ce qu’Amos fait ici nous aide vraiment à comprendre correctement ce qui est dit et ce que le thème du Livre est.

Aperçu du Livre:

Sept discours prononçant le Jugement

Cinq messages décrivant les raisons pour le jugement et combien Israël a été mauvais.

Cinq visions pour leur montrer combien le jugement sera dur.

Promesse de restauration dans le futur.

Je voulais aussi prendre un peu de temps pour vous montrer les effets littéraires que les prophètes utilisaient. La plupart de ce qu’ils ont fait est perdu pour les lecteurs modernes, mais ils étaient des écrivains très qualifiés et comprendre quelques-uns de ces effets ouvre ce Livre à l’esprit.

Alors, avec ceci à l’esprit, étudions le Livre d’Amos.

A. Auteur et Date (1:1)

Amos était un berger du royaume Sud de Juda. Amos 7:15 nous montre qu’il a reçu un appel direct de Dieu d’aller faire des prophéties au royaume Nord d’Israël. Alors, Amos va à Bethel, qui était la capitale d’Israël. Le roi, Jéroboam II, vivait là. Bethel avait une importance spéciale dans l’histoire d’Israël. Dans Genèse 28, on voit que c’est là que Jacob a eu son rêve, dans lequel les anges descendent de l’échelle, et son match de catch avec Dieu. Mais maintenant cette ville est devenue l’endroit principal de vénération des idoles dans le royaume Nord. Jéroboam a installé des veaux d’or à Bethel et Dan pour que les Israéliens puissent aller les vénérer, parce qu’il ne voulait pas que les gens aillent prier Dieu à Jérusalem et réunir le royaume.

Il est dit que cela est arrivé durant les jours de règne d’Ozias, roi de Juda au temps de Jéroboam. Alors nous savons que cela s’est passé entre 790-753 avant Jésus-Christ. Israël était au plus haut de son pouvoir politique, mais était très corrompu spirituellement et moralement.

On sait qu’Israël a été vaincu par les Syriens en 722 avant Jésus-Christ, alors c’est juste avant ce temps là qu’Amos prévient Israël de se détourner de leurs voies de péchés avant qu’il ne soit trop tard. Et cela nous amène au thème du Livre.

B. Le Theme (1 :2)

Une chose qu’on a besoin de remarquer est la phrase, « De Sion, l’Eternel rugit ». Dieu était le berger d’Israël. Les Israéliens connaissent bien le Psaume 23, etc. Comme un berger, Dieu est supposé prendre soin d’eux. Mais Amos, un berger lui-même, utilise ce qui aurait pu être une image très vivide pour cette société. Dieu est maintenant un lion pour Israël. Le lion était probablement l’animal le plus redouté dans ce temps. Il pouvait attaquer et dévorer un troupeau de moutons pendant que le berger regardait ne pouvant rien faire.

Alors cette image prépare et fait savoir aux gens que Dieu est en colère. Pourquoi est-Il en colère ? C’est le thème du Livre. Et je ne veux pas vous le dire tout de suite.

Alors, avec ces choses en esprit, nous voyons qu’Amos prêche aux Israéliens dans le royaume du Nord, et il commence par donner une série de discours contre les ennemis voisin d’Israël.

II. Le Rugissement du Jugement (1:3-2:16)

Je peux juste l’imaginer criant et annonçant le jugement sur ces pays autour d’eux., et son audience écouterai avec délice quand il énumérai les choses débonnaires qu’avaient fait leurs ennemis et ce que Dieu allait leur faire. Après tout, il y avait un nombre de prophéties, comme celle de Jérémie 30:7, qui avait Israël anticipant le jour quand Dieu les délivrerai de leurs ennemis. Quand nous avons étudié Abdias et Joël, vous pouvez vous rappeler qu’ils parlaient du Jour du Seigneur quand les nations seraient jugées.

Etudions les discours d’Amos. Typiquement, les gens lisent ces discours et essayent de tirer des applications de chacune d’elles. Ils essayent d’analyser le péché de chaque nation, etc. mais ce n’est peut-être pas le meilleur moyen de comprendre ce qu’Amos fait ici.

Il semble qu’Amos utilise ces discours pour construire un point culminant. Il commence avec les étrangers, puis dénonce les voisins d’Israël et puis le septième discours est contre le royaume de Juda. Vous savez tous que le chiffre sept a une signification dans la Bible et pour les Juifs. Ils auraient pensé que cela était le point le plus fort du sermon et ils auraient été bien contents que le royaume de Juda aille avoir ce qu’il lui était destiné.

Mais Amos utilise un autre effet littéraire pour augmenter l’intérêt de l’auditeur et le faire flâner jusqu'à la fin. Etudions ce qu’Amos fait:

La Formule Trois/Quatre

Une des premières choses que vous remarquez est cette phrase, “pour trois transgressions de ___________ et pour quatre…” Qu’est-ce que ça veut dire?

C’est spécialement déconcertant quand il n’énumère pas trois ou quatre choses après qu’il dise ça. On devrait étiqueter cet effet comme une formule x/x+1 qui est trouvée très souvent dans la Bible et normalement suit un dessin établit.

Il est utilisé de temps à autre pour accentuer l’état complet comme dans Job 40:5 qui dit, “J’ai parlé une fois, et je ne répondrai pas. Même deux fois, je n’ajouterai rien.”

Il est parfois utilisé pour dire “quelques” – une ou deux choses. Par ex. Il y avait une paire de gens à la réunion.

Il est parfois utilisé pour dire “abondance” – “7 ou 8” est utilisé plus souvent pour donner cette idée. Michée 5:5 dit,

Ces chefs domineront Assur avec le glaive

Le pays de Nimrod sera soumis à leur épée

Et lui, il nous délivrera de l’Assyrien

Au cas où celui-ci entrerait dans notre pays,

Où il mettrai le pied sur notre territoire.

Ceci veut dire qu’il y a une abondance de bergers (chefs). C’est aussi vu dans la littérature séculaire de l’Ancien Proche-Orient (d’Ugarit). (Par ex. Baal a 7 ou 8 éclats de foudre.)

Quelques fois c’est plus littéral. C’est le deuxième chiffre qui est accentué et la phrase “3 même 4” et est le plus souvent utilisé pour parallèle poétique. Mais il précède normalement une certaine liste. Dans le Psaume 62:11-12 nous voyons la formule un/deux. Dans Proverbes 30:15-16, 18-19, 21-23, 29-31 nous avons la formule trois/quatre et dans Job 5:19-22 et Proverbes 6:16-19 nous avons un groupe six/sept. Proverbes 6:16-19 est très bien connu…

Dans toutes ces sections, l’auteur donne une liste correspondante au plus grand nombre de la formule. La signification de tout ça est que le Juif typique aurait attendu Amos d’énumérer quatre transgressions pour chacune de ces nations mentionnées. Le fait-il? Non. Pourquoi?

Amos va adapter cette formule 3-4 pour établir l’audience et intensifier son message. Etudions les discours :

Jugement Contre les Nations (1 :3-2 :5)

Damas

1:3-5 – « parce qu’ils ont écrasé sous des herses de fer les gens de Galaad. » Damas était la capitale des Syriens. Hazael et Ben-Hadad étaient les rois précédents de la Syrie. Cela fait sans doute allusions aux batailles constantes entre Galaad et la Syrie. Le mot « écrasé » est probablement figuratif pour la conquête dure et scrupuleuse avec l’idée des armées syriennes ratissant Galaad tuant et détruisant tout sur leur passage comme s’ils battaient le grain. Ca pourrait même faire référence aux méthodes de tortures où une luge, avec des dents de fer ou des couteaux était utilisée sur les prisonniers ou comme la Bible Ryrie dit en explication – l’énorme luge était littéralement tirée sur les ennemis pour les écraser.

Mais remarquez, bien que ce soit une chose affreuse, il n’y a qu’une transgression d’énumérée. Pas quatre, comme l’audience attendait.

Damas est tombée aux mains des Assyriens en 732 avant Jésus-Christ.

Gaza

1:6-8 – Philistins à l’Ouest. Les villes mentionnées, Gaza, Asdod, Askalon, et Ekron étaient des villes importantes en Philistie.

Leur péché – « car ils ont déporté une population entière pour les livrer comme esclaves à Edom. » Bien qu’il puisse sembler que deux crimes soient énumérés, le concept général est un seul crime – commerce d’esclave à grande échelle. Les Philistins étaient connus pour capturer des villages entiers et les vendre comme esclaves à Edom et de là, ils étaient vendus aux autres parties du monde. Joël 3:4-8 nous donne plus d’exemple de leur commerce d’esclaves, et mentionne aussi que Tyr participait avec eux. Tyr est la ville suivante mentionnée.

Tyr

1:9-10 – Cela fait allusion aux Phéniciens. Leur crime contre l’humanité était aussi le commerce d’esclaves avec Edom. Strictement parlant, nous pourrions voir deux transgressions ici, mais il semble qu’il n’y en est qu’un péché, car la convention de Fraternité a été cassée par le commerce d’esclaves.

Alors, on a trois nations condamnées mais seulement un péché pour chacune. La formule 3/4 aurait fait que l’audience anticipe la quatrième nation d’être mentionnée pour atteindre le point culminant de l’histoire.

Les Edomites

1:11-12 – Quand Amos a mentionné Edom en quatrième position, je suis sure que beaucoup ont pensé que c’était la conclusion car la formule 3/4 pourrait être imitée complètement dans le discours avec Amos dénonçant trois nations et en concluant avec une accusation spéciale pour la quatrième. Et je suis sûre qu’ils étaient satisfaits. La Bible Ryrie mentionne dans son explication pour 1:7 que Edom était l’ennemi le plus amer d’Israël. C’est vraiment triste car les Edomites sont les descendants d’Esau – le frère de Jacob. Souvenez-vous, l’autre nom de Jacob était Israël.

« Car il a poursuivi le peuple frère avec l’épée » veut certainement faire allusion à la relation fraternelle entre Israël et Edom.

Avec l’accentuation sur les trois et quatre transgressions, ces quatre déclarations ont pu sembler être le point culminant du discours. Mais elles ne décrivent vraiment qu’un péché qui est l’hostilité intense pour Israël. Et Amos continue.

Ammon

1:13-15 – C’est certainement un péché affreux. Les anciennes armées faisaient quelque fois cela pour terroriser l’ennemi. Et en commettant cette atrocité contre les femmes et enfants sans défense, ils ont certainement montré combien ils étaient devenus immoraux. Mais encore une fois, je pense qu’il ne montre qu’un péché conceptuel. Ils ont éventré les femmes enceintes dans le but d’étendre leurs frontières. Alors, c’est l’agrandissement territorial impérialiste qui était leur but.

Les Moabites

2:1-3 – Ammon et Moab étaient les filles de Lot. Encore de la famille. Le péché énuméré ici est brûlé les os du roi d’Edom. Il semblerait que dans ces anciens temps, beaucoup d’importance était attribuée au corps d’un homme mort qui était placé paisiblement dans la crypte familiale, pour qu’il puisse être “réuni avec ses ancêtres.”. Si vous vous souvenez, ils ont emmené les os de Joseph d’Egypte pour les enterrer dans la Terre Promise. Alors le péché était la destruction des tombes.

Le Royaume de Juda

2:4-5 – Maintenant il se rapproche de plus en plus de la maison. Et il fait une paire de déclarations contre eux. Mais encore une fois, je pense que ces déclarations ne sont vraiment que l’élaboration d’un seul péché.

  • Le péché est de rejeter la loi du Seigneur
  • Le moyen est par ne pas sauvegarder les décrets
  • La raison est parce qu’ils croyaient et suivaient les faux dieux au lieu du seul vrai Dieu.

Et comme le royaume de Juda est la septième nation mentionnée, l’audience serait certaine que c’était le point du message. En fait, ce péché est le pire de tous jusqu’à présent et est approprié for la septième déclaration.

Remarquez la progression. Il commence la liste avec les nations étrangères et se rapproche de la maison en énumérant la famille.

Remarquez les chiffres. En premier: on remarque qu’Amos ne suit pas la façon ordinaire d’énumérer quatre choses après qu’il utilise la formule 3/4. Second: il semblerai qu’il va concentrer son attention sur Edom mais il continue. Ensuite on dirait qu’il culmine avec le royaume de Juda qui est numéro sept. Sept est un chiffre important et peut-être traduit par « complet », etc. Le chiffre huit est important aussi car il suit sept et donne une idée de grande quantité ou « résultant de ».

Alors, il y a bien quelque chose de bizarre avec la façon dont Amos raconte cette histoire. Il ne suit pas les règles.

Cela fait partie de la compréhension et appréciation de la Bible. Quand quelqu’un ne suit pas les règles, c’est d’habitude fait exprès pour que vous le remarquiez. L’audience aurait remarqué ça et aurait attendu quelque chose de plus. En d’autres termes, il a l’audience dans le creux de sa main. Il lui a dit ceux qui allaient être détruits et semblait finir avec Juda.

Mais – surprise – il continue et ajoute un huitième élément a la liste – Israël. Israël est la cible du discours et du jugement. Alors, nous ne devrions pas isoler chaque discours et le péché et le jugement de chaque nation et les changer en principes. Ceux-ci sont probablement juste là pour augmenter la tension jusqu'à ce qu’on arrive au numéro 8.

B. JugementCcontre Israel (2 :6-16)

Maintenant il devient personnel. Il le leur donne vraiment. 2:6-16 est le 8ème oracle. Ici, il énumère 8 ou 10 péchés (ça dépend comment vous les comptez) qui pourrait très possiblement se diviser en 4 catégories. A ce moment, Israël apparaît pire que le reste.

Quand vous lisez les versets 6-8, vous remarquez quelques structures parallèles : par ex. : ils vendent les vertueux pour de l’argent et (ils vendent) les nécessiteux pour une paire de sandales.

La structure parallèle était simplement la façon des Hébreux de tout dire. Ils aimaient se répéter. Et dans ce cas, bien qu’il semblerait que ce soit des péchés séparer, c’est réellement une façon poétique de décrire un seul péché. Puisque nous avons divisé les péchés des autres nations conceptuellement, nous allons faire de même ici aussi.

Je vais vous donner les quatre catégories conceptuelles :

- Opprimer l’innocent et le pauvre (2 :6b-7a)

Dans le verset 6, on voit que le système de la justice était corrompu. La loi disait que c’était acceptable de vendre une personne endettée pour payer la dette, mais ils abusaient la loi. Le mot « vertueux » veut bien dire « celui qui vie dans la vertu » dans une action de justice. Le riche et le puissant auraient pu être capable d’offrir des dessous de table aux juges pour qu’ils décident en leur faveur dans une fausse action en justice et ça leur permettait de vendre le « vertueux » (celui qui était innocent mais déclarer coupable) en esclavage pour payer l’amende.

« Vendre le nécessiteux pour une paire de sandales » montre que les gens étaient vendus en esclavages pour de petites dettes. La loi commandait les Israéliens de donner aux nécessiteux sans demander de remboursement. (Deut. 15:7), mais je pense que les Israeliens travaillaient plus avec la mentalité : « une affaire, c’est une affaire».

Versets 9-11 raconte la provision de Dieu pour les Israéliens. Ça me rappelle le serviteur impitoyable qui a refusé de pardonner son collègue esclave une petite dette, quand il venait juste d’être pardonner une dette énorme. Je crois que Dieu augmente la culpabilité d’Israël en comparant leur rébellion contre la toile de fond de Ses actes gracieux vers eux. C’était Lui qui a conquit le pays de Canaan pour Israël. A Jéricho, Ai, etc. and plus tard avec Gédéon et Samson. Ils ont accepté Son pardon et salut mais ne les ont pas passé aux autres.

- Ils pratiquaient les religions païennes (2:7b)

Verset 7 – est probablement une référence au fait que les hommes israéliens allaient aux temples païens et faisaient des affaires avec les prostituées du temple.

Ils abusaient le système d’amendes (2:8)

Verset 8 pourrait aussi faire allusion à un scénario différent – 1) ils n’étaient pas supposés garder jusqu’au lendemain un manteau qu’ils avaient reçu en caution (Ex. 22:26-27). Il était supposé que seul les très nécessiteux emprunteraient quelque chose et les usuriers ne devaient pas charger d’intérêts et profiter de la malchance d’une autre personne. Ils ne devaient pas garder non plus le manteau jusqu’au lendemain. Les pauvres gens en avaient besoin pour se garder chaud. Une personne pauvre devait probablement donner son manteau en caution pour qu’il n’aille pas faire des emprunts à chaque marchand. Si quelqu’un venait sans un manteau, ça voulait dire qu’il avait déjà emprunté ce jour là et il ne lui était pas possible d’emprunter quelque chose d’autre.

- Ils manquaient de respect aux gens servant Dieu (2:12)

Verset 12 nous montre la corruption et refus du system religieux ainsi que le refus des chefs religieux. Les hommes consacrés, les Nazirites, qui avaient pris un vœu de ne pas boire d’alcool, ont été forcés de violer ce vœu par les Israéliens. Ils n’ont aucun respect pour Dieu, ni pour ceux qui Le servent.

N’y a-t-il pas quelque chose qui vous choque à première vue ?

Je vois deux choses qui me choquent :

Premièrement, Amos énumère finalement quatre péchés. C’est le point de la formule 3/4. Il n’avait pas énuméré les quatre péchés car Israël est la cible du jugement qui arrive.

Deuxièmement, ces péchés ne semblent pas aussi mauvais que ceux des autres pays.

Je pense que cela nous montre le thème du Livre.

THEMES : Dieu demande plus de ceux à qui Il a beaucoup donné. Luc 12:28

Résumé

Amos veut que vous, l’auditeur, posiez la question, « Pourquoi les listes de péchés sont-elles si courtes ? »

Puis il en arrive à Israël qui a beaucoup plus de péchés que tous les autres pays. Israël est vraiment coupable – plus coupable que tous les autres.

Qu’ont en commun tous ces péchés? L’amour de l’argent et de choses matérielles a remplacé l’amour pour les gens. L’argent est devenu leur dieu. Y a-t-il une application pratique pour le monde d’aujourd’hui et pour nous ?

Les péchés d’Israël ne semblent pas aussi graves que ceux des autres pays. Après tout, les autres pays étaient en guerre, assassinant les gens et éventrant les femmes enceintes. Mais les péchés d’Israël sont pires car ils connaissaient la Loi de Dieu mais l’ont volontairement ignoré. Leur péché était celui de l’hypocrisie.

Application

Un problème évident en Israël était le péché de matérialisme. Nous avons définitivement ce problème dans notre société. On peut voir comment les israéliens ont compromis les Lois et les Principes de Dieu pour atteindre le succès (qui pour eux était la richesse). On doit faire attention de ne pas tomber dans ce même piège. Les Israéliens ont fait quelque chose d’autre. Leur théologie leur disait qu’une personne riche était une personne vertueuse. Nous voyons ça continuellement dans les paraboles du Nouveau Testament. Ca apaise encore plus leur conscience car on leur dit que la prospérité est un signe d’approbation de Dieu.

Nous voyons maintenant que les Israéliens abusaient les gens nécessiteux. Je ne sais pas si aujourd’hui nous abusons les gens au grand jour, mais à quel point sommes-nous inquiets pour les pauvres ? Que faisons-nous pour eux ? Est-ce que nous les ignorons ou est-ce que nous leur apportons la Bonne Nouvelle ? Je pense que dans notre société, nous comptons sur les gouvernements pour qu’ils prennent soin d’eux. Nous critiquons les grands gouvernements, mais nous dépendons d’eux pour faire ce que nous devrions faire. J’ai dit que la théologie des Israéliens déclarait que la prospérité était un signe de spiritualité. Est-ce que notre théologie est telle qu’on assume que les pauvres sont pauvres parce qu’ils sont sans Dieu ?

Le point principal de cette section est ça : On observe notre société et on pense que les autres gens sont mauvais… avortement, homosexualité, meurtre, etc.… mais on fait des choses qui sont aux yeux de Dieu bien pires, parce que nous connaissons Ses lois et nous les ignorons. Dieu attend plus de Ses enfants. Cela ne veut pas dire que nous ignorons les autres péchés. Ils sont terribles, mais ne passons pas sur ce qu’on pense sont des petits péchés ou que nous avons normalisé comme n’étant même pas des péchés.

Souvenez-vous de ça: A lui à qui beaucoup a été donné, beaucoup sera demandé.

Les Raisons pour le Jugement (3-6)

Le Premier Message (3:)

Une Relation Unique (3:1-2)

Quand vous arriverez au passage 3:2, vous verrez qu’Israël a été choisi and vous penseriez que ça veut dire « traitement spécial ». C’était exactement ce que les Juifs croyaient en ce temps là. Il y avait une conception aberrante de sécurité éternelle flottant autour d’Israël. Ils croyaient qu’ils étaient immunisés contre le jugement, car ils étaient le « peuple choisi », vivant dans la « ville choisie ». Ils croyaient que ce qu’ils faisaient n’avait pas d’importance. Ils ont pris leur relation avec Dieu pour entendu. Je pense que 6:8 peut être une référence à cette attitude.

Mais pour Dieu, « être choisi », veut dire bien plus que ça : pour Lui ça veut dire avoir des responsabilités. Israël a oublié les stipulations de la convention faite à Deut. Ils étaient seulement en sécurité tant qu’ils suivaient Dieu. C’était la part de la loi de l’Ancien Testament.

Comment cela se rapporte-t-il à nous puisque nous ne sommes pas sous les bontés et les disgrâces de la convention ? La relation « père/fils » est probablement celle qui la décrit le mieux pour la comprendre. Je traite mes enfants différemment des autres enfants. Je fais de la lutte avec eux, joue aux jeux, les emmène au restaurant, leur achète des choses, etc.… mais je leur donne aussi la fessée quand ils désobéissent. Si je garde plusieurs gosses à ma maison, je ne leur donne pas la fessée aux enfants des autres gens s’ils désobéissent. Il serait probablement équitable de dire que j’attends plus des miens que des autres. Je sais que j’ai dit aux miens de ne pas sauter sur le canapé. S’ils le font, ils vont recevoir la fessée… Dans le même sens, nous sommes les enfants de Dieu. Nous ne pouvons pas effacer la relation entre nous et Dieu peu importe combien nous péchons. Ce que nous pouvons changer c’est si vraiment Il doit nous discipliner ou s’Il peut continuer à nous bénir comme Il avait prévu. Quand Israël était mauvais, il était toujours le « peuple choisi » de Dieu, seulement il n’a pas put bénéficier de toutes les bontés que le Seigneur avait pour eux. Au lieu de les bénir, Il a du les corriger. Et Il les a corrigés pour les transgressions qui ne nous semblent pas aussi mauvaise que celles des autres pays. Mais leur faute était qu’ils savaient mieux.

On a une tendance à vouloir gagner les bénédictions de Dieu et on pense qu’on les mérite. (C’est une des leçons principales d’Osée) mais il y a ici une ligne de démarcation étroite qu’on a besoin de comprendre. Nous ne gagnons pas les bontés du Seigneur en étant bons. Il nous bénit gracieusement juste parce qu’Il est comme ça. C’est dans sa nature.

Le Jugement Inevitable (3:3-8)

Dans le passage 3:3-8, Amos utilise sept questions rhétoriques pour montrer que le jugement de Dieu est inévitable. Il y a une progression ici :

  • 3:3 Pas d’éléments de force or de désastres
  • 3:4 Un animal maitrisant un autre
  • 3:5 Un homme maitrisant un animal
  • 3:6 Un homme maitrisant d’autres hommes
  • 3:6b Dieu maitrisant un homme
  • 3:7-8 Dieu révèle toujours son plan à l’humanité. Il nous dit ce qu’Il veut que nous fassions, mais avec cette information, vient la responsabilité de le faire. Si nous manquons de le faire, le jugement suivra.

EXEMPLE : Le thème de ce Livre entier, et spécialement cette section me cause de retourner en arrière au processus « parent/discipline » pour une analogie. Quand Mandy fait quelque chose de mal, mais je ne lui ai jamais dit de ne pas le faire, habituellement je lui dirai que ce qu’elle fait est mal et de ne plus le refaire. Mais je ne la corrige pas cette fois là. Mais, si je lui avais dit de ne pas faire quelque chose et si elle le fait quand même, la correction est sûre de lui tomber dessus parce qu’elle savait mieux. Et les Israéliens savaient mieux !

Oppression Incomparable (3:9-10)

3:9 Asdod (Philistins) et l’Egypte étaient les anciens oppresseurs d’Israël. Mais les choses allaient si mal en Israël qu’Amos les appelle sarcastiquement à témoigner de l’oppression interne qui se passait maintenant. C’est comme dire, « Et vous pensiez que vous nous aviez opprimés ? Vous ne savez même pas comment opprimer les gens comparé à ça. Regardez les s’opprimer eux même. »

La Catastrophe qui arrive

A cause de l’oppression, Dieu allait envoyer un ennemi pour les détruire. Et au cas où les auditeurs pensaient que le Seigneur les sauverai cette fois aussi, Amos compare le sauvetage de Dieu à un berger arrachant une jambe ou une oreille d’un agneau de la gueule d’un lion. Quelques personnes seulement seront épargnées.

La référence du lion au passage 3:12 nous ramène au premier verset d’Amos. Souvenez-vous, il a dit : « Le Seigneur rugit de Sion, et de Jérusalem Il donne de la voix. » C’est juste un autre effet littéraire qu’Amos utilise, qui montre son adresse comme écrivain.

Alors, le point du premier message est qu’Israël a été choisi, et à cause de leur rébellion et oppression interne, le jugement était certain.

Le Deuxième Message (4:)

Exploitation Economique

4:1 C’est certainement une section colorée et sarcastique. Les femmes sont normalement sensibles et compatissantes, mais remarquez le contraste ici. Les femmes sont comparées à des vaches grasses vivant dans les prairies luxurieuses de Basan. L’idée ici est que ces femmes gâtées exigeaient du luxe de leurs « maitres » (nom bizarre pour parler de leurs maris – encore plus de sarcasme et reversement de rôles) et la seule façon dont les maris pouvaient les accommoder était par opprimer les pauvres.

Comment est-ce que ça s’applique à nous ? Sommes-nous aussi coupable de ça ? Sommes-nous si matérialistes et si exigeants que nos époux/se doivent faire des heures supplémentaires et gagner assez d’argent pour nous satisfaire. Devons-nous tricher les autres dans nos commerces pour gagner tout l’argent que nous pouvons ?

4:2 L’image de troupeau continue par l’image du crochet de viande. Voir l’explication de la Bible Ryrie.

On voit bien ici que l’exploitation économique était un problème, et maintenant il en décrit un autre.

L’Hypocrisie Religieuse

4:4 Le sarcasme continue. Bethel et Gilgal étaient des sites importants dans l’histoire du salut d’Israël. (Gen. 28:10-22 ; Josué 4-5) Normalement, le prêtre appellerai les gens pour venir au service, mais ici nous voyons Amos appeler les gens pour venir à Bethel et Gilgal pour pécher. Les sacrifices et les offrandes qu’ils apportaient à Dieu étaient devenu une farce. Ils faisaient tout ce qu’ils pouvaient pour impressionner les autres personnes (verset 5), mais pas pour vénérer Dieu. Ils allaient en fait à l’église pour pécher. C’est sans mentionner le fait qu’ils n’allaient pas à Jérusalem pour prier, ce qui était le seul lieu de prière autorisé pour Yahvé.

4:5 Remarquez qu’il est dit « … claironnez vos dons volontaires, proclamez-les à haute voix. » Je crois que cela montre qu’ils se ventaient de leur spiritualité, leurs dons, etc.… Ils faisaient tout ça pour être vu. Nous pourrions nous demander si nous sommes coupables de ça ?

4:6-11 nous montre la réponse de Dieu à leur hypocrisie and Ses essaies répétés pour les ramener à Lui. La phrase, « Malgré cela, vous n’êtes pas revenus jusqu'à moi » est répétée cinq fois.

Amos 4:6 dit « Malgré cela, vous n’êtes pas revenus jusqu'à moi » l’Eternel le déclare. La punition mentionnée dans les versets suivants est une allusion aux malédictions de Deutéronome 28.

  • La famine est mentionnée dans Amos 4:6 et dans Deutéronome 28:17-18
  • La sécheresse dans Amos 4:7-8 et Deut. 28:23-24
  • Les criquets dans Amos 4:9 et Deut. 28:38
  • La peste dans Amos 4:10 et Deut. 28:60
  • Je crois que cela montre bien la patience de Dieu – qu’Il ait essayé tant de fois, et cela montre aussi Sa pitié car nous voyons qu’Il a commencé avec des punitions légères et ensuite en a augmenté la sévérité. (Famine, sécheresse, récoltes déficitaires, maladie et guerre.)

Le Troisième Message (5:1-17)

Si nous prenons l’idée principale de ces deux messages, elle montre la vérité générale que : le pays serait jugé par son puissant Dieu Souverain, mais que certains individus pourraient encore se repentir et vivre.

1. Description de certain jugement (5:1-3)

2. 2. Appel pour la repentance individuelle (5:4-6)

3. 3. Accusation d’injustice juridique (5:7)

4. 4. Portrait d’un Dieu Souverain (5:8-9)

5. 5. Accusation d’injustice juridique (5:10-13)

6. 6. Appel pour la repentance individuelle (5:14-15)

7. Description de certain jugement (5:16-17)

Le Quatrième Message (5:18-27)

1. Description de certain jugement (5:18-20)

2. 2. Accusation de l’hypocrisie religieuse (5:21-22)

3. 3. Appel pour la repentance individuelle (5:23-24)

4. 4. Accusation de l’hypocrisie religieuse (5:25-26)

5. Description de certain jugement (5:27)

6. Souvenez-vous d’Esaie 6 : Quand Esaie a vu la gloire de Dieu sur son trône, ça l’a fait se repentir et se rendre disponible pour Le servir.

7. C’est le point du troisième et quatrième message. La souveraineté de Dieu dans le message trois devrait causer le remord du message quatre. Il y a quelques éléments dont j’aimerai vous faire remarquer.

8. Dans 5 1 Amos convoque les gens pour qu’ils écoutent ses lamentations sur Israël. La disparition d’Israël était si certaine qu’Amos pleurait sa chute comme si elle était déjà arrivée. Ca a du être aussi choquant pour les Israéliens que si l’un de nous lisait son propre avis mortuaire dans le journal.

9. 5:2 Israël, la vierge – un tableau d’étant en pleine jeunesse et succombant à une mort prématurée. Israël aurait pu et aurait du avoir une longue vie prospère. En fait, le plan de Dieu était pour eux un royaume éternel.

10. 5:10 Le peuple d’Israël détestait celui qui leur montrait leurs faiblesses. Est-ce que cela ne ressemble pas à notre société ? Un exemple qui vient à l’esprit est le problème de l’avortement. Les gens « pour la vie » sont abusés et battus et jetés en prison quand ils essaient de protester (montrer et réprimander) ceux qui ont et performent les avortements. Les gens ne veulent pas qu’on leur dise qu’ils pèchent. L’obscurité déteste la lumière.

11. 5:17 Juste comme le jugement de Dieu est passé à travers l’Egypte, il allait passer à travers Israël. (Exo. 12:12)

12. 5:18-20 Représente un homme échappant une chose après l’autre sans jamais trouver la paix.

13. 5:23 Montre que leur vénération et leurs chants de louange étaient simplement un bruit dans les oreilles de Dieu car leur respect ne venait pas de leurs cœurs, mais était fait seulement pour être vu. .

14. 5: 24 Montre que Dieu désire la justice. Comment vous traitez votre voisin est ce qui est important pour Dieu et c’est ce qui montre que vous L’aimez. Maintes fois, nous voyons ce thème répété que nous devons aimer Dieu et le montrer par aimer notre voisin.

15. Cela me fait souvenir de la parabole du Bon Samaritain. Dans cette histoire, le prêtre et le Lévite sont sur le chemin du retour de Jérusalem. S’ils étaient en route pour Jérusalem, ils auraient pu avoir l’excuse de dire qu’ils ne voulaient pas être souillés et qu’ils n’auraient pas pu entrer dans le Temple. Mais ils avaient déjà « vénéré Dieu » (ce qui était supposé montrer qu’ils aimaient Dieu), mais ils ont refusé d’aider cet homme (ils n’aimaient pas leur voisin) et ça a bien montré qu’ils n’aimaient Dieu. Leurs actes de vénération étaient seulement un spectacle, pour que les autres puissent les voir.

E. Le cinquième Message (6:)

Leur suffisance fanfaronne

6:2 Ce message adresse le problème en Israël en lequel tout le monde pensait qu’ils étaient meilleurs que les autres pays, car ils étaient le « peuple choisi » de Dieu.

Leur indulgence luxurieuse

Je pense que cette section parle pour elle-même :

4 Vous voilà allongez sur des lits incrustés d’ivoire et vous vous vautrez sur des divans moelleux. Vous mangez des béliers choisis dans le troupeau, des veaux de premiers choix pris dans l’étable.

5 Qui improvise au son du luth, qui compose comme David

6 Vous buvez votre vin à pleines coupes et vous oignez vos têtes de parfums raffinés. Mais la destruction qui menace tout le royaume de Joseph ne vous affecte pas.

7 C’est pourquoi vous irez en tête des déportés et cela en sera fini des banquets des fêtards vautrés sur leurs divans.

La Dévastation Complète

6:8 On a déjà mentionné la doctrine aberrante de sécurité éternelle que tout le monde avait. Ils croyaient qu’ils étaient invincibles, partiellement parce qu’ils étaient le « peuple choisi » et parce qu’ils comptaient sur leur propre force. Le reste de ce chapitre montre combien c’était faux.

6:12 « … vous transformez le bon droit en poison, le fruit de la justice en de l’absinthe amère. » Le système judiciaire qui était conçu pour préserver la santé des nations, est devenu un poison mortel dans son propre corps. Cela semble être exactement comme notre société d’aujourd’hui avec toutes ces poursuites en justice qui n’en finissent pas et le manque de punitions pour les crimes.

6:13 dit « Vous vous réjouissez d’avoir prit Lo Debar et vous vous glorifiez en disant « N’est-ce pas grâce à notre puissance que nous avons pris Qarnaim ? » (La Bible du Semeur). Lo Debar et Qarnaim étaient des villes situées à l’est du Jourdain qu’ils avaient conquit. Le prophète joue sur le sens des noms qui signifient « néant » et « puissance ».

6:14 Fait allusion à l’Assyrie

Le Résultat du Jugement – Cinq Visions

Les Trois Chèvres Gruff

Il était une fois trois chèvres qui avaient décidé d’aller en montagne pour s’engraisser. Elles s’appelaient Gruff.

Sur le chemin il y avait un pont au-dessus d’une rivière qu’elles devaient franchir, et sous le pont vivait un vilain petit nain avec des yeux aussi grands que des assiettes et un long, long nez.

La première à franchir le pont était la plus petite chèvre Gruff.

« Trip, trap, trip, trap ! » gémissait le pont.

« Qui marche sur mon pont ? » a braillé le nain.

« Oh, c’est seulement moi, la plus petite chèvre Gruff, et je vais dans la montagne pour m’engraisser » dit la chèvre avec sa toute petite voix.

« Je vais te dévorer tout entière ! » dit le nain.

« Oh non ! Je vous en prie, ne me prenait pas. Je suis trop petite, dit la petite chèvre. Attendez un instant que la deuxième chèvre Gruff arrive. Elle est plus grande que moi. »

« Très bien, va-t-en ! » dit le nain.

Un petit moment après arrive la deuxième chèvre Gruff pour franchir le pont.

« Trip, trap, trip, trap ! » gémissait le pont.

« Qui marche sur mon pont ? » a braillé le nain.

« Oh, c’est seulement moi, la deuxième chèvre Gruff, et je vais dans la montagne pour m’engraisser » dit la chèvre avec voix pas si petite que çà.

« Je vais te dévorer tout entière ! » dit le nain.

« Oh non ! Je vous en prie, ne me prenait pas, dit la petite chèvre. Attendez un instant que la grosse chèvre Gruff arrive. Elle est bien plus grosse que moi. »

« Très bien, va-t-en ! » dit le nain.

C’est alors que la grosse chèvre Gruff arrive. « T-r-i-p, t-r-a-p, t-r-i-p, t-r-a-p » grognait le pont, car cette chèvre était si grosse que le pont grinçait et gémissait.

« Qui marche sur mon pont ? » a braillé le nain.

« Oh, c’est seulement moi, la grosse chèvre Gruff, et je vais dans la montagne pour m’engraisser » dit la chèvre avec grosse voix grave.

« Je vais te dévorer tout entière ! » dit le nain.

« Bien, venez ! J’ai deux lances et je vous arracherai vos yeux et en plus j’ai deux grosses pierres avec lesquelles je vous réduirai en purée. »

C’est ce que la troisième chèvre Gruff lui dit et sauta du pont sur le nain, lui arracha les yeux avec ses cornes, le réduisit en purée et puis le jeta dans la rivière. Après ça elle remonta dans la montagne. Là, les chèvres sont devenues si grasses qu’elles ne pouvaient à peine marcher…

Vous vous demandez probablement pourquoi je vous ai raconté cette histoire. Bon, je vous l’ai raconté car elle décrit ce qui arrive dans la littérature orale. Vous lisez sans doute des histoires comme celle-là, et les trois petits cochons, à des enfants qui ne peuvent pas lire. Ils sont complètement prit dans l’histoire et l’auteur les pompe plein d’adrénaline pour la fin inattendue. Le Nouveau Testament fait cela pour nous avec l’histoire du Bon Samaritain dans Luc 10. C’est exactement ce qu’Amos fait à son audience avec les trois prochaines visions. Il utilise la même technique. Les deux premières visions sont similaires mais la troisième est différente et il gagne l’attention de la personne qui écoute ou qui lit.

La Vision de l’Essaim de Sauterelles (7:1-3)

1. La Vision de destruction – 7:1-2a

2. Le Marchandage pour la Pitié – 7:2

3. La Suspension de Jugement – 7:3

La Vision du Feu (7:4-6)

1. La Vision du Feu Consommant Tout – 7:4

2. Le Marchandage pour la Pitié – 7:5

3. La Suspension de Jugement – 7:6

4.

La Vision du Fil à Plomb (7:7-9)

1. La Vision du Fil à Plomb – 7:7-8

2. La Promesse du Jugement

La troisième vision ne commence pas avec un jugement ni un marchandage pour la pitié et l’ultime suspension du jugement. Le but rhétorique de cette trilogie est de préparer l’audience pour le message de la troisième vision. Le contraste de la troisième vision avec les deux autres devrait attirer votre attention sur ce qui est dit à l’audience, qui accentue le fait qu’Israël a complètement perdu contrôle et n’est pas à la hauteur des normes de Dieu. Le prophète a demandé de la pitié dans les deux premières visions, mais quand il lui a été montré combien le peuple d’Israël était mauvais (avec le fil à plomb), il n’a pas demandé de pitié car il pouvait voir que le jugement était mérité.

Quel est le point principal de ces visions ? Premièrement, on remarque que les deux premières visions sont comme des films. Amos y répond avec émotions et est accablé par la destruction et son effet sur le pays. La troisième vision est comme une photo. Elle invite une réflexion à ceux qui la regardent. Amos voit le pays comme Dieu le voit. Il regarde la situation du point de vue théologique (la ligne à plomb) et du point de vue réel (la réponse d’Amatsia) et réalise que le jugement est mérité.

Trop souvent quand de mauvaises choses nous arrivent, nous répondons avec émotions et blâmons Dieu, et pensons que ce n’est pas juste, mais nous ne voyons pas ce qui se passe avec la perspective de Dieu. Nous ne voyons pas la grande image.

La Réaction (10-17)

Le compte biographique de 7:10-17 semble ne pas être au bon endroit, mais y est vraiment. Il montre la réaction des chefs d’Israël (spécialement le prêtre) au message d’Amos. Ils ont totalement refusé ses avertissements et cela prouve que les visions étaient correctes. Le pays est corrompu au plus haut niveau, les prêtres et le roi.

Le récit d’Amatsia n’est pas correct. Il accuse Amos de conspirer pour tuer le roi Jéroboam avec l’épée (7:11) mais la prophétie d’Amos et la référence de l’épée était à prendre au figurative puisque ça se référait au jugement de Dieu sur Jéroboam or peut-être c’était pour illustrer la séparation de Dieu avec la lignée du roi Jéroboam. Amatsia dit aussi que les Israéliens iront en exile. Amos n’a jamais dit ça.

Amos a répondu aux accusations d’Amatsia en décrivant ce qu’apporterait le jugement de Dieu avec plus de détails. C’est ironique que les détails qu’Amatsia décrit arriveraient. Beaucoup seraient tués et les autres seraient emmenés en exile.

La Vision du Corbeille de Fruits mûrs

La vision de 8:1-3 continue très bien dans la lignée de la précédente. Les trois visions, arrivant au plus haut point avec la vision du fil à plomb, montrent que le jugement est vraiment mérité. La réponse d’Amatsia, le prêtre, expose la corruption du pays, jusqu’aux plus hauts échelons du gouvernement. Elles montrent bien aussi que les avertissements ont été rejetés. Finalement, la vision de la corbeille de fruits nous montre que le temps est mûr pour exécuter le jugement. Le temps était « maintenant ». Il y a un jeu de mot en 8:2 entre le mot « fruit » et le mot pour « la fin ». Ils ont tous les deux le même son. La Bible du Semeur dit que les « fruits sont mûrs » et Dieu dit que « le temps est mûr » pour le jugement..

8:5 présente l’hypocrisie du peuple. Ils allaient prier le jour du Sabbat, mais ils n’étaient pas contents, ils perdaient de l’argent car ils ne pouvaient pas aller travailler. Ils ne pouvaient pas aller abuser, berner les autres. Si la Loi peut être récapitulée par « aimer Dieu » et « aimer son voisin », les Israéliens nous donnent la preuve qu’ils n’aimaient ni l’un ni l’autre. Et comme on l’a fait remarqué plus haut, si vous n’aimez pas votre voisin, ça prouve que vous n’aimez pas Dieu.

8:11 montre que c’est plus grave de vivre sans entendre et écouter ce que Dieu nous dit, que de vivre sans nourriture.

Le Dieu de Vengeance (9:1-10)

9:8-9 décrit que Dieu secouera le pays pour séparer l’épi de blé de la paille. Et quand Dieu secoue, la paille disparaît. Maintes fois, nous voyons Dieu séparer tout le monde à la fin, et Il décidera qui sera sauvé et qui ne le sera pas. Nous avons tendance à vouloir juger the autres et décider qui sera digne d’être sauvé, mais ça c’est le boulot de Dieu.

Restauration (9:11-15)

Le but du jugement de Dieu n’est pas la vengeance, mais la restauration. Il nous punit pour nous ramener à Lui. C’est toujours le but de la discipline. Vous pouvez le voir dans Mat. 18 quand Jésus parle à propos de corriger votre frère. L’idée est de l’amener au point qu’il verra son péché et s’en repentira. Pierre comprend ça et c’est pourquoi il demande dans Mat. 18:21 « Combien de fois devons nous pardonner ? » La réponse de Jésus est « chaque fois ».

Le Renouvellement Politique (9:11)

Il arrivera un temps où Dieu reconstruira Israël.

B. Le But National (9:12)

9:12 nous montre qu’il y aura un temps quand les gens religieux seront inclus. C’était la destinée d’Israël depuis le début – d’être le témoin, de faire voir au monde combien Dieu est grand et de Lui amener tous les pays. A Ezek. 17:22-23 Dieu dit :

22 Je prendrai moi-même un rameau tendre de la cime du cèdre élevé et je le mettrai en terre. Je couperai un tendre rejeton du haut de ses branches et je le planterai moi-même sur une très haute montagne. 23 Je le planterai moi-même sur une montagne élevée d’Israël ; il étendra ses branches et portera du fruit, et il deviendra un cèdre magnifique ; toutes sortes d’oiseaux habiteront dans sa ramure et viendront nicher à l’ombre de ses branches. (La Bible du Semeur)

Mattieu 13:31-32 Une autre parabole Il mit devant eux, disant, « Le royaume des cieux ressemble à une graine de moutarde qu’un homme a prise pour la semer dans son champs. 32 C’est la plus petite de toutes les semences ; mais quand elle pousse, elle dépasse les autres plantes du potager et devient un arbuste, si bien que les oiseaux du ciel viennent nicher dans ses branches. (La Bible du Semeur)

Dans ces passages, les oiseaux représentent les pays prenant part et bénéficiant de la création du royaume.

Application : c’est le rôle de l’Eglise et du croyant d’attirer les nations à Dieu et les amener dans le royaume.

Prospérite, Paix et Permanence

Verset 15 dit qu’ils ne seront plus jamais déracinés de leur pays. Cela doit être une référence au millénaire et à l’éternité. Toutes les références à la promesse de la terre promise à Abraham sont une raison je crois qu’il y a encore un futur pour Israël et qu’ils n’ont pas été remplacés par l’Eglise.

Application/Conclusion

Bien que le péché du non-croyant nous semble souvent plus grave, aux yeux de Dieu, ceux des Chrétiens son pire parce qu’on sait mieux. Chapitres 1-2.

Juste comme les Israéliens regardaient avec dédain les atrocités que leurs voisins commettaient, je crois qu’on regarde avec dédain ceux qui commettent d’horribles péchés and pensons que nous sommes mieux qu’eux, ne réalisant pas que Dieu déteste encore plus nos péchés d’hypocrisie et d’idolâtrie. Chapitres 1-2.

Juste comme Dieu était patient avec Israël et leur a donné l’opportunité de se repentir, Dieu est aussi patient avec nous et nous donne le temps pour nous repentir, mais n’abusez pas de la grâce de Dieu car on ne sait pas quand Son jugement nous tombera dessus. Chapitre 4.

Et juste comme Amos a réagit au jugement de Dieu avec émotions et pensait que ce n’était pas juste, nous faisons souvent la même chose. Quand Amos a vu avec la perspective de Dieu, il n’a plus protesté. Chapitre 7.

Dieu reconstruira Israël et Il établira Son royaume pour que toutes les nations puissent bénéficier de Sa Loi.